Pokemon de Noël : une Elsa dans mon oeuf de 5!

Eh, regardez ce que j’ai pondu dans mon oeuf de 5 (euros. 99)! Une Elsa Reine des Neiges! Avec les attaques Avalanche et Blizzard!


Oui, bon, en fait c’est plutôt un « unboxing » d’oeuf Kinder géant de Noël. Quand je dis géant, ce n’est pas le plus grand modèle, il fait à peu près 10 cm de haut. Mais c’est déjà une bonne taille, et je suis contente d’avoir chopé Elsa du premier coup : ça m’évite d’être tentée d’en racheter. Il n’y a pas de liste des autres jouets de la collection, dommage. J’ai aussi apprécié l’inventivité pour recréer la somptueuse robe d’Elsa avec 3 bouts de plastique et un de papier tissé. Une petite figurine des plus réussies.

elsa-pokemon

 

 

Idées cadeaux pour le Noël des fans : Babymetal

Fans de Babymetal

Ils ont déjà tout le merchandising officiel?

Les Editions Coq en Pâte distribuent à la vente des sacs et T-shirts (pour jeunes enfants, hélas) à motif de renard de la marque MIBO, d’après les designs des paper toys correspondants, apparemment connus. N’ayant pas d’enfants, je les ai découverts par hasard à la boutique de la Cité des Sciences de la Villette :

sac-a-dos-enfant-maternelle-mibo-renard-ardoise

Le renard est à la mode : la chaîne de magasins Pylones commercialise depuis peu une collection Winter Spirit d’objets à l’effigie d’un goupil dans une forêt de sapins : tasse, bol, bouteille thermos, plaid, plateau, veilleuse, serviettes en papier, etc… De quoi cocooner tout l’hiver en glapissant d’aise.

kitsune-winter-spirit

Pour les plus vieux qui ont aussi un portefeuille bien garni, il y a évidemment aussi la marque Kitsune. Qui, certes, coûte cher, mais a aussi quelques accessoires plus « abordables » comme ce porte-clés à 35 Eur :

porte-cles-maison-kitsune-babymetal

Même si pour être tout à fait honnête, j’ai préféré, pour ma part, commander celui-ci, en authentique plastique (sans doute fait à l’imprimante 3D en Asie et absolument pas officiel). Et tant qu’à faire, j’y ai joint ce très seyant bracelet phosphorescent.

babymetal_keyring

Mais le site qui vend l’essentiel du merchandising officiel de Babymetal ne vend pas à l’étranger, et il faut suivre toute une procédure alambiquée pour y commander quoique ce soit (y compris LA pièce de merchandising qui permet de débloquer tous les avantages du fanclub). Alors je les aime, les choupettes, mais il y a des limites… encore heureux que les CDs se trouvent en France (enfin, certains) et les DVDs, eux, sont disponibles sur Yes!Asia .

Vendrediff de l’Avent

Vendrediff, ce sont les rediff du vendredi. Parce que c’est la fin de l’année, l’heure est aux rétrospectives et aux courses aux cadeaux. Et autant vous renvoyer vers les articles que vous avez peut-être raté.

Ici en particulier, plutôt que me répéter en me créant un marronnier, j’avais l’an dernier floodé mes lecteurs doublé mes articles habituels d’un « calendrier de l’Avent des idées de cadeaux« . La plupart sont encore valables, en tout cas dans les thèmes :

Geek geek2

avent_sw_coloriage

(vus cette année dans les livres de coloriage pour adultes : Harry Potter / Les Animaux Fantastiques – chez WH Smith notamment -, et le disque-monde de Terry Pratchett illustré par Paul Kidby, aux toujours excellentes éditions l’Atalante)

Cocooning Cocooning2 Cocooning3 (vue que cette année encore, les marques redoublent d’idées)

BD (pour les fans de chat); BD2 (pour les stagiaires exploités); BD3 (pour tout ceux qui veulent comprendre pourquoi il y a des stagiaires exploités)

yatuu

Papetophile

Arts créatifs

Pour avoir des cadeaux vraiment personnalisés, rien de tel que les artisans qu’on peut maintenant contacter en ligne! Pour parler de deux personnes dont j’ai vu et apprécié le travail :

Le Tanuki, qui réalise des étoles, trousses, cartes postales d’inspiration japonaises, ainsi que des stickers à motif geek. Le plus? Elle peut aussi décliner les motifs suivant vos lubies. Par exemple, à ma demande, elle a adapté son motif de kitsune (le renard magique japonais, également emblème de Babymetal) en transfert pour T-shirt pailleté flashy (ma photo est pourrie, mais c’est juste la photo :o) :

kitsune tanuki tshirt

Ou en sticker pour téléphone :

tanuki_carte_portable

Elle m’a aussi créé un fort joli logo, que, grande procrastinatrice devant l’éternelle (Bastet?), je n’ai pas encore pris le temps de mettre en ligne pour customiser mon blog… Oups! ^^ Vous le découvrirez donc un autre jour (parce que bon, il mérite bien un article pour lui tout seul!). N’hésitez donc pas à la contacter directement.

Dans un style différent, Croc’Odile Créations fabrique à la main des sacs à main en skaï, avec une grande variété. Et comme le Tanuki, elle peut adapter ses créations à vos souhaits de couleurs, matières, motifs… Découvrez ses créations sur sa page Facebook, ou dans les marchés créatifs en région parisienne où elle est de plus en plus présente.

crocodile_sac papillon

Sac et pochette Papillon

Bonnes oeuvres

Après le Galactic Pingouin de l’an dernier, la peluche de cette année vendue par Sephora au profit de l’association Toutes à l’école est Mister Carotte. Et si vous voulez faire une double bonne action, après l’avoir acheté, offrez-le donc par exemple à l’association Main dans la Main, qui oeuvre à améliorer le quotidien des enfants hospitalisés.

Gourmandise : le Pavillon Lenôtre

En ce samedi grisailleux, j’ai décidé de retourner au Pavillon Lenôtre, sur les Champs-Élysées. L’endroit a été construit à la même époque que le Petit et le Grand Palais, qui lui font face de l’autre côté de la célèbre avenue. Depuis l’Exposition Universelle de 1900, elle s’est vue agrandie par l’adjonction d’une verrière en demi-cercle. Enfin, demi-disque, plutôt. Le lieu, le nom et le site web se veulent luxueux. Je dirais cossus, mais pas irréprochables.
lenotre_1
Je me serais notamment passée du regard de haut en bas du factotum, s’arrêtant sur mes baskets (pourtant neuves). Alors oui, je ne me suis pas habillée comme une vieille bourge pour venir, parce qu’à la base, j’avais prévu d’aller chasser les Pokemons après avoir visité l’exposition Oscar Wilde au Petit Palais, et « révisé » (et revisité) leur café pour un futur article. Mais après 35mn d’attente, dont 20mn sans que la file n’avance côté visiteurs sans billets, j’ai lâché l’affaire. Et puis je cherchais des toilettes. Et un dessert pour remplacer celui que je n’avais pas pu prendre en face. Et sans m’habiller chez Chanel, j’ai quand même les moyens de me payer un thé gourmand, même au tarif dispendieux de 14 euros pratiqué ici. Ne pas confondre snob et chic.
lenotre_2
Donc, au serveur plus aimable que le gorille de l’accueil, je commande un thé gourmand, avec le thé vert au jasmin. C’est le seul thé vert de la carte, tous les autres sont des thés noir Lenôtre, mais je n’aime guère le thé noir.
Le thé est servi avec une bouilloire un peu trop chaude, me semble-t-il maintenant que je sais que le thé vert ne se prépare pas bouillant. Et la propreté de la vaisselle  laisse un peu à désirer, ce qui me confirme dans mon opinion que le lieu n’est pas tout à fait à la hauteur de ses prétentions.
lenotre_5
J’essaie d’identifier les 3 mini-pâtisseries qu’on m’a servi avec le thé. Le mini-Opéra, ok, bien chocolaté. Je crois discerner de la crème à la vanille, du massepain et un tour de mandarine dans les rouleaux orange : renseignement pris sur le site web, ce sont des « maki vanille agrume ». Le mini-macaron pailleté de bronze est bien à la crème de marrons, comme il m’avait semblé. Je ne raffole ni des macarons, ni de la crème de marrons, mais ça passe.
lenotre_3
Le cadre est beau et les meubles semblent neufs, mais la structure aurait besoin d’un rafraîchissement : la verrière montre des traces de rouille, la vieille rotonde est fatiguée. La clientèle est plus diverse que la première (et dernière avant ce jour) fois que j’y suis venue, il y a 8 ans, où moi et mes amies nous faisions regarder de haut par les douairières venues y prendre leur thé. Et où mon chocolat chaud m’avait laissé le souvenir impérissable d’être bien fade pour son prix. D’où les 8 ans.
lenotre_4
Informations pratiques :
Pavillon Elysée Lenôtre
10 Avenue des Champs Elysées
(M) Champs Elysées – Clémenceau
dimanche : 12:00–14:30, 15:00–18:00
lundi au samedi : 12:00–14:30, 15:00–18:00, 19:00–22:00

Parisienne mais presque : les vidéos, j’aime pas ça

Les vidéos, c’est trop long.

Depuis l’avènement des Youtubeurs vedettes et des web séries, et le glissement progressif de l’info en ligne vers du 100% vidéo, une question m’interroge (ce qui est une formule bancale) : je suis la seule personne à préférer l’écrit à la vidéo ou à l’audio? Et quand je dis « préférer », c’est une litote pour : « quand je clique sur un lien dont le titre m’accroche, si je vois à l’arrivée sur la page que le contenu de l’article est dans une vidéo, je ferme la fenêtre ». Quand j’ai vu que le nouveau site des impôts n’avait comme mode d’emploi qu’un tutoriel vidéo, j’ai failli péter une durite.

anim_ohno_close laptop

C’est en partie dû au fait qu’une bonne partie de mon surf se fait sur smartphone, pas chez moi, donc dans un environnement bruyant. Jusqu’à ce que mon opérateur se décide à augmenter la data incluse dans le forfait, je n’avais pas envie de la gaspiller en vidéo regardée en minuscule dans le brouhaha ambiant.

Mais même sur l’ordinateur, je fais pareil. La raison principale, c’est « no time for this shit ». Je lis vite. Plus vite qu’un Youtubeur ne parle. Et puis un texte écrit, ça se lit en diagonale pour en tirer la substantifique moelle, quitte à ralentir ou faire un 2e passage plus lent si c’est vraiment intéressant et/ou le style le vaut. Une vidéo, c’est plus compliqué, surtout une vidéo de Youtubeur qui est généralement en plan fixe. Impossible de savoir si on rate des trucs sauf à se fader l’intégralité de la vidéo. Or à part pour les tutoriels visuels, qui nécessitent des images en mouvement, la vidéo n’apporte pas grand-chose.

Et puis dans l’exemple précité du tutoriel des Impôts, je voulais juste de l’aide sur UNE rubrique. Pas me tartiner le guide pour les Nuls de A à Z, merci!

anim_fuck-this-shit-im-out

De toute façon, ça fait des années que je ne regarde plus de vidéos / télé / film qu’en faisant autre chose en même temps. Sauf au cinéma ou quand je suis vraiment happée – ou que c’est trop complexe pour être suivi d’une seule oreille. Moralité, j’ai beaucoup de mal maintenant à me concentrer sur une simple vidéo, sauf s’il y a beaucoup à voir et écouter en même temps. Même un live de concert, je vais regarder 2 chansons, en écouter 3, revenir à la vidéo pour une chanson que j’aime particulièrement ou s’il y a des effets, etc. Je n’ai d’ailleurs toujours pas visionné la fin de Dexter et de Borgen.

La seule fois où j’ai fait preuve d’assiduité avec des vidéos parlées, c’était pour le MOOC sur l’écriture de fiction de Draftquest. Les défauts précités font que j’ai dû les écouter chacun deux fois, grosso modo, car ce n’est pas assez complexe pour nécessiter 100% de mon attention, et à force de faire autre chose en même temps, je décroche. Et je n’ai jamais fini. Parce qu’il y en avait 5-6 de dispos quand j’ai commencé, donc j’ai pu en suivre plusieurs à la suite sur quelques jours tant que la motivation était là. Après, il n’y en avait plus en stock, j’ai dû m’arrêter… je suis retournée voir s’il y avait des nouveaux une ou deux fois, en vain, et ensuite ça m’est sorti de la tête. Ce n’est pas comme une histoire, il n’y a pas de cliffhanger qui donne envie de connaître la suite une fois que l’intérêt initial est passé.

Bref, je suis une mauvaise cliente pour les Youtubeurs. (Et je ne crois pas avoir vu un seul épisode de Bref en entier non plus)

 

Quatrains du métro – Odyssée N°2 : Secrets de mode

Quatrains du métro parisien.

– Odyssée N°2 : Secrets de mode

On loue la Parisienne pour sa folle élégance,
Son talent d’assortir détails et accessoires,
Que ce soit pour courir ou pour sortir le soir.
Mais quel est le secret de ce qui fait la France ?

Mon foulard me protège contre les courants d’air
Lorsque Chantal Lachieuse a ouvert les fenêtres,
Préférant respirer de l’huile de moteur
Et de la gomme brûlée à un peu de chaleur.

Bien placé, il empêche Mourad Stigmatisé
De prendre des photos de mon décolleté.
Imbibé de parfum, il est un bon rempart
Contre l’odeur tenace de Dédé Grospinard.

Derrière mes lunettes noires, quand Gaston la Tremblote
Souffre de Parkinson ou plutôt se tripote,
Je feins de ne pas voir et continue de lire,
Retenant mon envie de tuer le triste sire.

Quand John-Cad Dynamic et ses potes consultants
Cons et condescendants, font des blagues mysogynes
Ecouteurs et musique de chanteur androgyne
Permettent d’ignorer les débiles insultants.

Café Musée Mannheim

Petit tour de mes expériences gastro-culturelles en marge du concert de A-ha à Mannheim en avril dernier.

A Mannheim, il faisait beau le premier jour. La difficulté étant de trouver à manger  « local », on a demandé à une dame qui nous a indiqué avec le sourire (et en nous prévenant que ce serait lourd et loin) un resto que jamais on ne trouva. Car en suivant ses indications, on est tombé sur une placette calme que bordaient des restaurants, et on s’y est arrêtés. Le Gasthaus Zentrale sur l’agréable Kapuzinerplatz propose une cuisine roborative, bonne et peu chère. Vu les portions, on n’a hélas pas eu la place de tester l’Apfelstrudel. Mais comme on a été bien accueillis, on y est retournés le soir.

REM Café (REM = Reiss-Engelhorn-Museen)

Le petit café en devanture du bâtiment des Antiquités du REM est sans prétention, et tout en qualité. On s’y sent tout de suite bien. Comme je venais de déjeuner copieusement, je n’ai commandé qu’un café et une petite bouteille d’eau. C’est la première fois qu’on m’a demandé si je voulais mon eau fraîche ou à température ambiante. Bon point pour le service, donc. Le client de la table voisine s’est fait servir un cappuccino et une part d’un genre de gâteau fourré (que j’ai essayé de photographier en douce en même temps que la devanture).

L’exposition d’antiquités égyptiennes qui devait finir la semaine précédente était prolongée. Photos interdites évidemment. En semaine, on ne se marchait pas sur les pieds. Je dois être un peu blasée après le Louvre, je n’ai pas vu grand chose de particulier à part la reconstruction de la Chambre funéraire de Sennefer, et le Livre des Morts d’Amenemhat.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un autre point d’intérêt était le Château Baroque – Barockschloss, château rappelant Schonnbrunn en miniature par sa couleur et sa forme en U, mais sans le parc monumental qui fait le charme du palais viennois. Il était presque l’heure de la fermeture donc j’ai fait l’impasse. Le café du château est une cafeteria / cantine avec un bar d’ambiance étudiante, sans grand intérêt et surchauffée.

Du coup j’ai trouvé, pas loin en ville, le CaT – Coffee and Tea, qui est un tout petit café avec spécialités de thés et de cafés (et sans chats). Bien que ce soit presque la fermeture, la patronne m’a fait un thé glacé… Menthe-citron? Je ne sais plus mais c’était bon. Y a la wifi, c’est mignon, les gâteaux avaient l’air bon (dont une part de Sacher Torte, mais là encore, la double escalope milanaise du Gasthaus ne me permettait pas de craquer si peu de temps après).

Je vous aurais bien fait une visite culturelle, mais le seul musée que j’ai eu le temps de voir ne proposait que des expositions temporaires, donc photos interdites. (cf ci-dessus). Ah non, j’ai visité le petit bout de la Kunsthalle qui n’était pas en travaux, et… Du coup il n’y avait pas grand-chose. Ce n’était pas inintéressant, mais le mieux était l’architecture, bien que sombre.

Photos de ma visite de la ville sur Facebook.

Pour Francfort, le jour du concert, entre le trajet, le dépôt à l’hôtel et le déjeuner, le tourisme avant le concert s’est réduit à une portion congrue déjà vue. Et le lendemain, la météo neigeuse (si si… froid, vent, grésil et neige) et mon angine (ah ben quand on piétine dans le froid après un concert, forcément…) ont achevé de me couper dans mon élan touristique. D’autant que les musées et même la terrasse panoramique de la tour de bureaux que je comptais visiter sont tous fermés le lundi. A dire vrai, j’étais tellement mal qu’après avoir trimballé ma carcasse comateuse d’un restau à un café proches de la gare, j’ai fini par préférer payer un nouveau billet de train (le mien étant non échangeable) pour rentrer me coucher 2h plus tôt. Ca fait cher de l’heure de sommeil, mais c’était clairement le meilleur investissement de ces 4 jours!

francfort

Ajoutez à ça des concerts où je me suis ennuyée et où j’ai regretté d’avoir donné mon argent aux pingouins sur scène… cad que j’ai passé des vacances pires, mais… attendez je cherche. Ah, oui, il y a eu la semaine où il a plu quasiment sans interruption, où la bagnole est tombée en panne et où on a donc perdu deux demi-journées à l’amener au garage et à la récupérer… Ouais. Egalité. Ce qui explique d’ailleurs pourquoi j’ai tant tardé à en faire un article : quand l’enthousiasme n’est pas là, c’est dur de trouver le temps de s’y replonger. Allez zou! On s’en débarrasse avant d’attaquer la trève des confiseurs (comme je vous l’ai dit, je vais tenter de ne pas poster de trucs (trop) négatifs en décembre).

Exposition : Hermès hors les murs – artisans d’art

Après Vuitton au Grand Palais en début d’année, et Lancel à la rentrée, c’est au tour de la maison Hermès de mettre à l’honneur ses artisans, dans une brève exposition au Carreau du Temple.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous avez jusqu’au samedi 26 novembre pour aller assister aux démonstrations des multiples métiers d’art de cette maison : maroquinerie et ganterie, bien sûr, mais aussi peinture sur soie, sur porcelaine, joaillerie, roulotage (c’est le terme technique pour la finition à la main des ourlets des célèbres carrés de soie), horlogerie, etc…

Attention : le samedi il y a foule après 14h, essayez de venir avant. Car l’accès est limité pour que la fréquentation à l’intérieur reste correcte. Ceci étant, ils ont pensé à mettre des caméras et écrans, ainsi que des miroirs, pour qu’un maximum de gens puissent voir le travail de précision de ces artisans-artistes. Dont, c’était évident, tous les gens présents admiraient, outre la dextérité, le fait de faire un travail qui était une passion, et qui avait un sens…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

(on a bien ri au stand du jeune sertisseur, et moi encore plus parce que j’essayais de me souvenir si je n’avais pas déjà croisé le garde du corps à un concert de TH ou autre occasion nécessitant un service de sécurité…)

En plus des stands de démonstration, vous pourrez vous essayer à certaines techniques dans des ateliers récréatifs. Dans une salle, vous pouvez assister à la projection d’un film sur l’histoire de la maison, qui laisse aussi la parole à des artisans fiers de leur métier.

Il y a encore un espace librairie, avec des livres sur les métiers d’art, entre autres, et des dédicaces. Et également un espace restauration détox et sans gluten, la Guinguette d’Angèle, assuré par Angèle Ferreux-Maeght. Je me moquerais bien, mais d’une part l’infusion « Belle Plante » (rose framboise tilleul) était bonne, le cookie macha/chocolat blanc aussi quoiqu’un peu fade, et d’autre part, elle prenait des photos de son stand avant de me servir, et elle était fort aimable. Donc plutôt du bon côté bobo (cf mon PPS du Bingo Bobo).

Programme complet sur le site d’Hermès.

Informations pratiques :
Hermès hors les murs
Le Carreau du Temple
4 Rue Eugène Spuller, 75003 Paris
(M) Temple, République ou Filles du Calvaire
Du 18 au 25 novembre de 11 heures à 20 heures et le 26 novembre de 11 heures à 17 heures
Nocturne les 18 et 24 novembre jusqu’à 22 heures
Fermeture le 22 novembre

Quatrain du métro N°46 : Jacasseries

Quatrains du métro parisien.

– N°46 : Jacasseries

Elles arrivent par le train de huit heures et demie,
Et râlent quand on les pousse « Faut s’y prendre plus tôt! ».
Les quinquas de banlieue se déplacent en troupeau,
Oubliant qu’en parlant elles bloquent la sortie.

Marchés de Noël originaux à Paris

Oui, parce que je suis un esprit de contradiction ambulant. Donc même si je vous ai dit que j’ai horreur des marchés de Noël parisiens, il y a quelques exceptions dans le lot : ceux spécialisés (dans des domaines que j’aime bien).

Marché(s) de Noël Japonais

Expo-Vente Idées Cadeaux style japonais
Du mercredi 14 au samedi 17 décembre de 11h à 19h30 Entrée libre
Espace Cinko : 8-10 et 12-18 passage Choiseul, Paris 2e. (M) Pyramides / Quatre-Septembre
Organisé par l’association Jipango – qui organise aussi les expos-vente Idées Japon, il me semble, que j’avais chroniqués ici.

Expo-vente de créations autour du Japon
Du 5 au 11 décembre 2016
Galerie Sainte Opportune, (M) Châtelet
Organisé par l’association Wafu

Et pour des pays où la tradition de Noël est plus vivace et plus authentique :

Marché de l’Eglise Suédoise
Du 2 au 4 décembre 2016
Eglise Suédoise de Paris
9 Rue Médéric, 75017 (M) Courcelles
Ce marché a lieu tous les ans dans l’Eglise Suédoise de Paris, et est initialement destiné aux expatriés, afin qu’ils retrouvent les décorations traditionnelles (nettement plus évocatrices de Noël que celles du supermarché! Les matières naturelles dominent), il est ouvert à tous. On y trouve aussi des spécialités culinaires, et même de la coutellerie (j’y avais repéré une petite dague ouvragée la première année, jamais revue hélas). En prime, pendant ce week-end, il est possible de faire une petite pause café gourmande dans l’église, où des volontaires vendent gâteaux maison et boissons chaudes afin d’alimenter les caisses de la paroisse. Si vous avez toujours rêvé de piquer-niquer sur un banc de messe… c’est assez familial et pittoresque.
Vendredi 2 décembre de 11h à 20h
Samedi 3 décembre de 11h à 19h
Dimanche 4 décembre de 12h à 17h

Si vous n’y trouvez pas votre bonheur nordique, vous pourrez tenter votre chance à la boutique voisine Affären, au 3, bis rue Léon Jost. Ou à la boutique de bonbons suédois Karämell.

Marché de Noël à l’Église norvégienne
Du samedi 19 novembre 2016 au dimanche 20 novembre 2016 de 12h00 à 17h00
La même chose mais du voisin scandinave de la Suède, et au Vésinet : Décorations de Noël – Objets et pulls artisanaux et traditionnels – saumons fumés et marinés – Nombreuses spécialités culinaires – Buffet traditionnel norvégien – Loterie
Église et Centre culturel norvégiens
74, route de Montesson
Le Vésinet (RER A)

Et si vous cherchez encore des décorations ou des victuailles originales pour Noël, il y a toujours :

L’épicerie allemande Tante Emma Laden

La librairie-épicerie anglaise WH Smith