Calendrier de l’avent d’avant : idée cadeau 9 : un sanctuaire inari chez soi

Si tu ne vas pas z’au Japon, le Japon viendra-t-à toi.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est au Renard Doré, la librairie spécialisée en culture japonaise (littérature, mangas et produits dérivés) que j’ai découvert l’existence des Pusu Pusu, genre de puzzles en 3D en carton, faits de petites pièces prédécoupées qui s’emboîtent les unes dans les autres pour former des dioramas d’endroits célèbres (« Pusu Pusu c’est le bruit que ça fait). Comme ce sont des produits japonais, on trouve tout plein de lieux typiquement nippons, comme un sanctuaire shinto, le mont Fuji et autres.

C’est un peu l’équivalent 3D des coloriages zen. Obligation de rester calme et d’y aller en douceur pour ne pas abîmer les petites pièces. Et voilà, vous pourrez reconstituer tout un paysage nippon. Attention, risque d’addiction.

https://boutique.lerenarddore.fr/product/show/pusu-pusu-mont-fuji/7

Calendrier de l’avent d’avant : idée cadeau 8 : livre : Maneki-neko et autres histoires d’objets japonais, de Joranne

Depuis des années, Joranne illustre sur son blog et son compte Twitter l’origine et le sens des petits objets typiquement japonais, comme le Maneki-neko, les marimo, les slips en ruban, les noren…

A partir d’aujourd’hui, vous pouvez en acheter la version livre augmentée et complétée, aux éditions Sully, collection Le Prunier. Enfin, on va pouvoir s’instruire en rigolant en feuilletant du beau papier. Merci Joranne!

joranne

Calendrier de l’avent d’avant : idée cadeau 7 : manga : The Heroic Legend of Arslân

J’ai chanté avant-hier les louanges d’un manga de Yoshiki Tanaka, Les Héros de la Galaxie, publié en France par Kurokawa. Rebelote aujourd’hui avec son autre grand succès : the Heroic Legend of Arslan. Découvert pour ma part via son adaptation en OAV dans les années 90, avec Sachiko Kamimura alias « la reine des beaux gosses » au character design.

Aussi, grande fut ma joie de découvrir cette adaptation des romans en manga en VF, toujours aux éditions Kurokawa qui ont décidément bon goût.

Là encore, Tanaka brosse une fresque épique mêlant parcours initiatique, intrigues de cour et combats qui ne nous épargnent rien des horreurs de la guerre. Les morts tombent dru chez Tanaka…

heroic-legende-arslan-1-kurokawa.jpg

Ici, on n’est plus dans l’espace, mais dans un royaume de Perse fantasmé, avec une pointe de surnaturel. Arslan est le jeune fils du Roi de Parse et son seul héritier. Sensible, il est le contraire de son chef de guerre de père, Andragoras II, qui l’ignore complètement. Lors d’une grande bataille contre le royaume ennemi de Lusitania, ils sont trahis par un des leurs. Leur armée est décimée, le roi est capturé par un mystérieux ennemi masqué. Parse est envahi par les Lusitaniens, fanatiques du dieu unique Yaldobaoth. Le jeune Arslan, dont c’était la première bataille, parvient à s’échapper grâce au valeureux Daryûn.

A 16 ans, le voilà pourchassé par des assassins et parti à la reconquête de son royaume, avec l’aide de son armée de un. Pas de Huns, hein, de un : Daryûn donc. Au fil des tomes, ils rallient à leur cause divers profils d’aventuriers, dont le stratège Narsus, la prêtresse guerrière Farangiese et le voleur Gieve. Arslan va devoir mûrir, convaincre d’autres exilés de le suivre et apprendre bien des choses sur la vie, le pouvoir et ses origines.

Une série tirée du manga a été diffusée en France sur des chaînes manga, paraît-il.

Calendrier de l’avent d’avant : idée cadeau 6 : manga : Les Héros de la Galaxie

Ce space opéra ambitieux raconte les ascensions parallèles de deux jeunes hommes dans les armées de deux empires galactiques ennemis.

Côté Empire, Reinhard Von Müsel, jeune génie issu de la noblesse désargentée, veut devenir suffisamment puissant pour arracher sa soeur aînée à l’Empereur qui en a fait sa concubine. Ce n’est donc pas par arrivisme qu’il s’engage dans l’armée des cadets. Ce qui ne l’empêche pas d’être sans pitié avec qui se met en travers de son chemin. (Oui, j’ai un faible pour les beaux gosses intelligents et torturés. Le patronyme à consonance germanique est un bonus).

En dehors de sa soeur, il n’y a guère qu’une personne qui trouve grâce à ses yeux au sein d’un empire rongé par la corruption et les différences de classe : son voisin devenu ami, Siegfried Kircheis, un roturier qui le suit à l’école militaire et reste son fidèle bras droit.

kurokawa_galactic heroes

Reinhard à la sortie de l’école des cadets

Côté République, on suit Yang Wenli, un jeune officier qui se fait connaître par ses stratégies pour sauver des vies. Dans le premier tome du manga, on ne le voit que par un article d’informations qui raconte comment il a réussi à faire évacuer les civils d’une planète conquise par l’Empire, pendant que la flotte de l’empire était partie à la poursuite du colonel fuyard qui aurait dû s’en occuper. Au début, chacun d’eux n’est qu’un officier du bas de l’échelle, mais leurs talents leur permettent de rapidement les échelons- à l’occasion, ce sont des manigances de jaloux les envoyant dans des missions suicide, dont ils se sortent brillamment.

Le manga publié actuellement chez Kurokawa est une adaptation dessinée par Ryu Fujisaki (dans un style un poil trop shojo à mon goût) de romans à succès de Yoshiki Tanaka. Il conserve néanmoins les qualités du matériau d’origine : des personnages intelligents et charismatiques, une histoire qui se déploie dans le temps et l’espace. Bref, un scénario qui ne prend pas ses lecteurs pour des imbéciles : c’est assez rare pour être signalé.

heros-de-la-galaxie-1-kurokawa

Le titre japonais est Ginga Eyû Densetsu, traduit en anglais par Legend of Galactic Heroes. Les romans ont été adaptés plusieurs fois, en OAV et en série animée.

Une de ces séries animées est visible actuellement en streaming légal sur ADN (Anime Digital Network), en VOST.

 

Calendrier de l’avent d’avant : idée cadeau 5 : Le Château Ephémère, pop-up store Ghibli à Paris

On voit qu’on approche des fêtes : les initiatives pour nous faire dépenser nos sous se multiplient. C’est donc Totoro et ses amis qui s’installent à Paris pour quelques semaines, au Château Ephémère, pop-up store plein de charme dans le quartier de Saint Germain des Prés. Au « menu », importé par Semic, un large choix de produits dérivés officiels de Ghibli, la compagnie d’animation fondée par Hayao Miyazaki et Isao Takahata (dois-je les présenter? Si vous n’avez jamais vu leurs films d’animation, la boutique ne vous dira pas grand-chose). Si vous avez la chance d’être allé dans un des Ghibli Store au Japon, c’est à peu près la même chose : du kawaii  et du bizarre sous toutes les formes possibles et imaginables, de la tasse à la déco en passant par la papeterie et les petites serviettes en tissu éponge qu’on trouve partout au Japon. Si vous ne pouvez pas venir à Paris, pas de souci : ils ont aussi une boutique en ligne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Informations pratiques :
Le Château Ephémère
Du 25 octobre au 15 décembre (inclus?)
Site web et boutique en ligne
45, rue Broca – 75005 Paris

Calendrier de l’avent d’avant : idée cadeau 4 : culture : le Dictionnaire des Mots Surannés

Votre paternel jacte comme en 40 et vous voulez lui faire comprendre qu’il lui faudrait se mettre à la page, ou au contraire essayer de le comprendre ? Ou bien vous-même ou votre moitié raffolez des expressions désuètes et de vocabulaire inusité ?

Alors vous connaissez sans doute Les Mots Surannés, que ce soit par son compte Twitter ou son site web. Cet amoureux des belles tournures nous régale de ses explications sur le sens et l’étymologie rigoureusement prouvée (ou pas) d’expressions surannées, donc.

motssurannes.jpg

Mais savez-vous qu’outre ces moyens de communication résolument modernes, vous pouvez également déguster ce dictionnaire à la manière surannée, imprimé à l’encre sur du vrai papier? Le fascicule se trouve sur sa boutique en ligne, et en prévision de Noël, l’auteur se fendra même d’une dédicace personnalisée si vous remplissez bien le champ adéquat (et idoine) au moment de la commande.

Calendrier de l’avent d’avant : idée cadeau 3 : goodies : Hello Kitty pop-up store et café

*Voix de Michel Drucker*

« Vous aimez les chats? »

A l’occasion des 45 ans de la vedette féline de Sanrio, Hana Bento, la petite chaîne qui monte qui monte de restaurants japonais à Paris, dont j’ai déjà chanté les louanges ici même, s’est associée aux Galeries Lafayette pour ouvrir un Hello Kitty Café au 6e étage du bâtiment principal, entre la librairie et le rayon jouets. Au menu, macha ou café latte avec latte art et sablés à l’effigie de la petite chatte. Des chocolats blancs au macha et des cookies macha sont également en vente, sur place et dans certains des autres restaurants Hana Bento.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le pop-up store contient de quoi satisfaire pour Noël tous les fans de l’emblème mondial de la mignonnerie, du béret (!) au dessous de tasse, en passant par les vêtements, les peluches, les mascottes en carton à monter soi-même, les coussins etc. (rien sur les autres personnages comme Aggretsuko, en revanche). Vous pouvez également acheter sur place le mug de l’événement personnalisé avec un prénom, ou le commander sur la boutique en ligne des restaurants.

Vous pouvez aussi vous prendre en photo devant le mur de peluches et poster le résultat sur Instagram avec le hashtag #hellokitty45 en taggant les comptes des Galeries Lafayette, de Hana Bento et de Hello Kitty Europe. La photo sélectionnée rapportera 200 Eur de goodies Hello Kitty à son auteur.

IMG_20191026_131514.jpg

Informations pratiques :
Hello Kitty pop-up store aux Galeries Lafayette et Hello Kitty Café par Hana Bento
Du 28 octobre au 18 novembre aux Galeries Lafayette Haussmann
40, Boulevard Haussmann, 75009 Paris
Du lundi au samedi de 09:30 à 20:30
& le dimanche de 11:00 à 20:00

HORAIRES EXCEPTIONNELS :
Vendredi 1er Novembre de 10h30 à 20h30
Lundi 11 Novembre de 10h30 à 20h30

Calendrier de l’avent d’avant : idée cadeau 2 : goodies : Emp Merchandising et la Reine des Neiges

Parce que des fois, quand le monde réel devient trop pénible, on a envie d’acheter des produits dérivés de nos séries ou films préférés, mais c’est souvent de mauvaise qualité, ou de mauvais goût, ou les deux.

Heureusement, la deutsche Qualität arrive, avec la boutique en ligne EMP Merchandising. Plutôt connu pour ses articles pour fans de métal, goth et autres styles « alternatifs », c’est d’ailleurs un des rares catalogues dont les modèles sont piercés, tatoués et avec des mecs à cheveux longs.

Mais ils ont aussi toute une gamme de vêtements et accessoires de pop culture, avec des designs variés et de qualité, comme ce magnifique pull moche de Noël inspiré de la Reine des Neiges :

 

emp_reine des neiges

Mais aussi des articles Harry Potter, Lord of the Rings, Doctor Who, Star Wars

Pas seulement des T-shirts, mais des manteaux, des robes, des bijoux qui ont de la gueule, etc etc.

emp_manteau_harry potter.jpg

Calendrier de l’avent d’avant : idée cadeau 1 : BD : Medley, de RaphaëlB

Calendrier de l’avent d’avant : idée e CAA, c’est un calendrier d’idées cadeaux pour Noël, que j’entame en novembre pour vous laisser le temps de vous y coller (c’est aussi un moyen de partager vite fait moult coups de cœur de ma période d’absence du blog). C’est parti mon kiki !

BD : Medley, de RaphaëlB

Vous avez peut-être lu certains de ses petits strips sur la musique sur son compte Twitter (au nom de Raphaël Beuchot.

Drôles, bien vus, que ce soit sur les professionnels de la profession ou les auditeurs et amateurs.

Ils sont disponibles en petit format carré et pour un prix modique aux éditions Delcourt dans la collection Pataquès (votre libraire préféré se fera une joie de vous le commander sans frais). 

Mes aventures de fan : River Phoenix (suite)

Je suis une medium en carton, mais parfois, il m’arrive d’écouter mes intuitions.

En janvier, après une année 2018 difficile, je me suis dit qu’il me fallait, non de bonnes résolutions (je n’en prends jamais), mais au moins un objectif pour 2019. Après deux séjours au Japon en 2017 et 2018, l’envie tenace m’est venue d’enfin retourner en Californie. Certes, j’ai la chance d’avoir déjà fait un voyage en coup de vent à Los Angeles, et une expédition entre fans m’y avait ramenée pour un concert, mais moins de 24h. Autant dire qu’en tout je n’en avais guère vu que l’aéroport, 2 hôtels, 2 salles de concert et une balade en voiture sur le Sunset Boulevard jusqu’à la plage de Santa Monica (racontée dans le premier épisode de mes aventures de fan de River Phoenix). Déjà bien, mais un peu bref…

Donc dès janvier, je m’étais dit que j’y retournerai à la prochaine tournée des Babymetal. Sans trop de doute sur le fait que ça arriverait, vu que ça faisait 2 ans qu’elles y donnaient des concerts, fut-ce en première partie d’autres artistes comme les Red Hot Chili Peppers. Et de fait, au printemps, les dates sont tombées, pour une tournée solo, avec en prime, un concert de lancement du nouvel album… A Los Angeles, le 12 octobre. Bah voilà, très bien. J’aime quand un plan se déroule sans accroc.

RP aventure-09

En bonus, l’autre groupe de Japonaises en jupettes que je suis plus distraitement, Bandmaid, a aussi annoncé peu après une tournée (plus modeste) dans les mêmes eaux, avec 2 concerts à L. A. J’avais renoncé à les voir à Paris en juin, vu que d’une part j’étais encore un peu hypersensible au bruit et à la foule à ce moment, et qu’en plus elles jouaient à nouveau à la Boule Noire, où je les avais entendues plus que vues en 2017… Et moi les concerts en audio seul, ça me motive peu. Mais là, ok.

Cela a scellé les dates du séjour : arrivée un peu avant le 30 septembre, date du premier des 2 concerts des Bandmaid à L. A., histoire d’avoir un peu récupéré du voyage, et départ après le 12 octobre, ça fait 2 semaines, parfait.

RP aventure-11

J’ai même envisagé d’ajouter à la liste un 5e concert d’un autre Japonais, Hyde, chanteur des Vamps et de L’Arc-En-Ciel, qui se produisait fortuitement le 2 octobre au Regent Theater. Mais je n’étais pas sûre de tenir le choc de 3 concerts d’affilée, surtout avec 13h d’avion et 9h de jetlag dans les pattes. Et il ne faisait que la première partie, en solo, du groupe Starset.

Etant encore à la ramasse niveau organisation avec mes neurones en moins, je n’ai pas pris les billets de concert tout de suite. Mal m’en a pris : c’est en voyant sur Twitter que la première date des Bandmaid était complète que je me suis activée pour acheter mon billet pour le suivant, du 1er octobre. Oups. Et encore, j’ai dû passer par une copine américaine (merci à elle !), car le site de vente n’acceptait que les clients US ou Canadiens.

Et River Phoenix dans tout ça, vous dites-vous ? Et bien, même s’il appelait Los Angeles la « bad bad town« , pour moi ce voyage était également un pèlerinage le concernant. Je l’avais calé sur les dates de concerts de mes groupes du moment parce qu’il n’y a pas grand chose le concernant en ville.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’avais juste mis au programme un passage devant le Viper Room (ci-dessus), d’autant que j’avais appris récemment qu’il venait d’être vendu et risquait fort d’être détruit bientôt. Pas que l’endroit mérite forcément tant de photos, mais au moins à titre documentaire (c’est le club où il a fait son overdose), même si la façade a été refaite depuis. L’intérieur aussi, j’ai vu des photos de la version rénovée quand Tokio Hotel y a fait une séance photo promotionnelle pour un concert… Mais en journée, ce n’est pas ouvert.

De fait, sur place, au coin de Sunset Boulevard et Larrabee Street, rien à signaler. J’ai même failli rater l’adresse. C’est par hasard (on va dire) que j’ai vu, à quelques dizaines de mètres, sur le mur du Roxy, autre fameux club de ce coin du Sunset Boulevard riche en lieux de vie nocturne, que se trouve cette belle peinture murale de River, signée « LeFou« .

RP aventure-06

C’est ailleurs que ça devient drôle.

Lire la suite