Les fans de R.E.M. peinent à sauver les restes de la voie de chemin de cher en couverture de l’album Murmur

Athens, en Géorgie, est une ville qui a vu naître de nombreux groupes réputés, parmi lesquels les plus connus sont sans doute R.E.M. et les B-52’s. Le groupe R.E.M. s’est dissous le 21 septembre 2011, après une longue et fructueuse carrière de plus de 30 ans.

Depuis presque aussi longtemps (1984), un assemblage de poutrelles en bois pourrit à Athens, vestiges d’une ancienne voie ferrée. L’édifice aurait été démantelé depuis bien longtemps s’il ne figurait pas sur la pochette de « Murmur« , sacré meilleur album de l’année par le magazine Rolling Stone en 1983.

En 2000 déjà, il avait été question de le démolir. Un mouvement de fans s’était créé pour lever des fonds, vendant même des T-shirts « Save the Athens Trestle« . Les milliers de dollars récoltés et versés à la mairie ont contribué à permettre à celle-ci de racheter l’édifice.
Mais les fonds ne suffisaient pas à le rénover. Et maintenant, l’ouvrage devient dangereux.

Le groupe, bien que comprenant l’aspect sentimental qu’il revêt pour ses fans, et le souvenir de l’Athens d’alors, n’a pas souhaité s’associer au mouvement, trouvant déplacé de réclamer un genre de monument à leur gloire.

D’autres habitants d’Athens, comme le restaurateur dont le slogan « Automatic for the people » a servi de titre à un autre album de R.E.M., considèrent que la ville a plus important à faire.

Source