Concert : Sting : Back to Bass au Zénith de Paris, 14 mars 2012

Arrivée au Zénith « seulement » à 18h pour une ouverture des portes qui s’est faite à 18h30, et un concert devant débuter à 20h, j’ai eu la surprise de voir seulement une douzaine de personnes à chacune des 6 files d’attente. Ce qui m’a valu le premier rang le plus facile de mon existence. Un peu excentrée, mais j’étais d’ailleurs en face du guitariste pour l’essentiel du show. Avec une si bonne vue de la scène (réduite comparée à Bercy), en ayant si peu fait la queue et en attendant l’heure du concert assise, et avec des fans autour laissant assez d’espace pour dansoter sur la musique, c’était des conditions idéales pour profiter de la musique.

En première partie, Loretta, chanteuse française soul à la voix impressionnante, et son guitariste Alain Governatori (je crois), ont réussi à faire bouger le public avec une alternance de morceaux en anglais et en français.

Ensuite, place à Sting et son équipe : des anciens, comme le batteur Vinnie Colaiuta ou le guitariste Dominic Miller, son collaborateur depuis 22 ans. Que Sting présente en ajoutant que, pour éviter qu’il se sente seul, il a engagé son fils, Rufus Miller – en tant que deuxième guitariste. Il y a également la choriste Jo Lawry, qui l’accompagnait déjà sur la tournée Symphonicity, et le jeune Peter Tickell au violon électrique.

Comme le nom de la tournée l’indique, Back to Bass voit le retour de Sting à la basse pour toute les chansons (ou presque). C’est aussi un retour aux bases, puisque, en dehors de quelques sobres jeux de lumières avec des spots blancs, il n’y pas d’effets de scène, juste les musiciens et leurs instruments. La set list est un savant mélange de chansons tirées de toute la (longue) carrière de Sting, des hits de Police (Message in a bottle) à des chansons plus obscures jamais sorties en single.

En voyant Symphonicity à Bercy il y a deux ans, je m’étais dit que réorchestrer ses chansons pour orchestre symphonique était un moyen pour Sting de se renouveler tout en revisitant sa carrière. La tournée Back to Bass est une variation sur ce thème : à instrument dominant différent, s’est imposé un choix de chansons différent. De quoi garder intact l’enthousiasme de ses fans, ainsi que le sien et celui de ses musiciens. Il offre à ceux-ci de nombreuses occasions de briller, par des solos ou des batailles qui ponctuent les morceaux.

En résumé, encore un concert de chef pour Sting et ses troupes hyper talentueuses.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Concert : Sting : Back to Bass au Zénith de Paris, 14 mars 2012 »

  1. Ping : Fan de… Morten Harket | Fan Actuel

  2. Ping : Lundi mon Tag : Standing in line to see the show tonight : le Tag Concerts | Fan Actuel

Les commentaires sont fermés.