Quatrains du métro parisien – N°5 : Oups.

Quatrains du métro parisien

– N°5 : Oups.

Pour sauter la barrière tu remontes ton futal,

Guettant le con qui paie pour t’ouvrir le chemin.

Derrière moi un bruit sourd de chair contre métal.

Aurais-je refermé la porte de la main?…

5 réflexions au sujet de « Quatrains du métro parisien – N°5 : Oups. »

  1. Ahahahaaah très bon cela!
    Je suis à Lyon et chez nous il n’y a pas possibilité de refermer la porte. Du coup je fusille régulièrement du regard les contrevenants grossiers qui ne demandent même pas mon accord avant de se coller à moi lorsque je passe.

    Madly

    • A Paris il y a plusieurs modèles différents de portillons. Je crois que ce n’est que sur le RER qu’on trouve des modèles qui ont à la fois un tourniquet et, derrière, une porte à battant qui ne se débloque que si un titre de transport a été passé et à débloqué aussi le tourniquet (et qui bugge parfois, ce qui fait que tu as eu beau composter ton billet et passé le tourniquet, tu te retrouves bloqué entre le tourniquet et la porte…).
      C’est sur un modèle de ce genre que j’ai eu l’occasion de faire ça – parce que ça vient d’une anecdote réelle…

  2. Ping : Journée de la poésie : mes poèmes du métro | Fan Actuel

Les commentaires sont fermés.