Cinéma : San Antonio, le film

Ce long métrage de 2003 permet de réévaluer à leur juste valeur le talent et les diverses compétences nécessaires à la création d’un film, et notamment, l’importance de l’acteur. Parce que le casting est un festival de noms connus (mais pas forcément reconnus ou dans la même catégorie : outre Depardieu, Lanvin, Robert Hossein, Jérémie Rénier, Luis Rego, Barbara Schulz, et, bizarrement, Valeria Golino… égarée là par erreur, sans doute), mais ils jouent tous faux comme des casseroles.

Je ne sais pas si les dialogues sont adaptés ou s’ils sont tirés tels quels des romans de Frédéric Dard, mais ce n’est qu’un chapelet de répliques qui se veulent drôles et ne le sont jamais, dans le registre graveleux. La musique est inadaptée et serait déjà trop molle pour un téléfilm français. Le rythme est asystolique, proche du coma qu’on souhaiterait éthylique.

D’après la petite histoire,Laurent Touil-Tartour, l’adaptateur et scénariste qui avait acquis les droits de la série de romans, devait également réaliser le film. Mais suite à « un différend avec la production », il a été remplacé au pied levé par un illustre inconnu stagiaire du producteur Claude Berri, Frédéric Auburtin. Qui, que cette catastrophe industrielle soit de son fait ou le résultat de la genèse compliquée du projet, ne risque pas d’être plus reconnu après la vision de ce fleuron du cinéma français.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s