MTV EMA, effet bandwagon et effet inverse.

Petite surprise aux MTV EMA dimanche dernier : le prix des Biggest Fans est revenu à Tokio Hotel, alors que le groupe n’a pas sorti d’album ni fait de tournée depuis 3 ans. Et que ses concurrents dans cette catégorie, à l’issue du 1er tour, étaient les mastodontes de la pop culture Justin Bieber et Lady Gaga, plus le phénomène ado du moment, One Direction (ainsi que 30 Seconds to Mars, dont la fanbase est comparable à celle du groupe allemand).

Depuis, sur Twitter, les Beliebers (fans de Bieber) et Directioners (fans de One Direction) l’ont mauvaise, et certains crient à la tricherie. Comme lorsque les NRJ Music Awards avaient couronné Matt Pokora et Jenifer.

twitter_sore_loser_1

« D’où sont sortis les fans de Tokio Hotel? Du pays des licornes? »

Mais non, de l’espace, leur petit nom de fans, c’est Aliens voyons…

A l’appui de leurs doutes, le fait que sur Twitter, Katy Perry est au coude-à-coude avec Justin Bieber et Lady Gaga pour le plus grand nombre de followers du monde (plus de 45 millions), là où Tokio Hotel en compte un peu moins de 300 000. Et aussi une capture d’écran de la page du site EMA où les concurrents étaient présentés, figurant Bieber en haut et Tokio Hotel en bas.

 twitter_sore_loser_2
Ce qui donne un autre indice sur les raisons de cette défaite : les Beliebers n’avaient pas lu que, pour préserver le suspense les derniers jours de vote, MTV avait enlevé le classement et affichait les candidats dans l’ordre alphabétique. Avant cela, après quelques semaines où Directioners et Beliebers s’étaient disputés la première place, les fans de Tokio Hotel les avait délogés et n’avaient plus bougé du haut du classement.

Ce qui ne paraît pas si étonnant, quand on voit les effectifs des fans dans les équipes des différents artistes, avant que MTV, là encore, ne les masque : certes, Tokio Hotel et 30 Seconds to Mars n’avaient qu’environ 15 000 votants inscrits. Mais les géants aux millions de followers twitter n’avaient guère que le double de (pas très, de toute évidence) dévoués votants.

C’est un phénomène bien connu des commentateurs d’élections politiques : la prime aux petits partis. Un parti que les sondages montrent en tête des suffrages avec une large majorité va voir plus de sympathisants partir à la pèche le jour de l’élection que ceux en ballotage ou en minorité flagrante. Sur un jour, le nombre l’aurait emporté malgré tout, mais MTV fait son beurre – et son buzz – sur la durée : le vote pour la catégorie a commencé plus de deux mois avant la cérémonie. Il consistait, une fois une équipe rejointe via profil de réseau social, à partager ou « liker » leurs pages, à cliquer, visionner galeries de photos et vidéos, dans la limite de 10 points par jour, et d’un seul point par type d’action. Un procédé fastidieux, comme les moutons * , et empêchant la triche par macro de clics multiples. Forcément, à ce jeu-là, la régularité et la motivation l’emporte sur le simple nombre.

Or, sur leurs 45 millions de followers, tous ne sont pas des Little Monsters ou des Beliebers. Il y a aussi des Twittos compulsifs info-dépendants, qui les suivent au même titre que Barack Obama ou Oprah Winfrey. Ils font l’actu parce qu’ils sont suivis (enfin, dans le cas de Barack Obama, il a aussi un job un poil influent) et sont suivis parce qu’ils font l’actu. C’est l’effet bandwagon, ou effet de mode. Plus tous ceux qui aiment bien, la musique ou le personnage, et qui le suivent sans pour autant se sentir concerné par une récompense dans une cérémonie télévisée.

Autres facteur à prendre en compte : la dispersion d’information.

Nul besoin d’être fan pour être tenu informé du moindre dérapage ou frémissement d’orteil de Gaga ou Bieber : ils font la une des journaux quoiqu’ils fassent.

A l’inverse, on n’entend plus parler de Tokio Hotel depuis un moment, ainsi que s’en émeuvent les fans des artistes battus, qui s’étonnent qu’il y ait encore des gens pour voter pour eux dans ces conditions.
Mais de nos jours, quand les médias traditionnels se concentrent sur les têtes de gondoles, il est plus aisé pour les fans de se tenir au courant via les réseaux sociaux : ceux, officiels, des célébrités, et les leurs, communautés Facebook, forums et blogs entretenus par des passionnés. C’est par ce biais que les infos se répandent. Les fans, ceux qui ne veulent pas rater un prochain concert ou le prochain album, ou qui veulent une occasion de continuer à parler d’un sujet devenu ignoré du grand public, s’y retrouvent.

Et ceux de Tokio Hotel sont sur les dents, parce que cela fait plus de 3 ans qu’ils n’ont pas vu leur groupe en concert, et qu’ils espéraient que cette cérémonie serait l’occasion de leur retour sur la scène publique. Alors ils n’ont pas manqué de communiquer sur le vote et les meilleurs moyens d’accumuler les points, et, à en juger par le résultat, ils ont encore les réseaux pour le faire.

twitter_sore_loser_3

Alors que, à en croire ces copies d’écran, certains Beliebers et Directioners ne savaient pas comment voter. C’était pourtant expliqué sur le site de MTV, dans toutes les langues d’Europe. La génération Twitter aurait-elle du mal à lire plus de 140 signes? Sur le réseau social pépiant circulait l’info qu’il fallait tweeter le nom de leur groupe avec le hashtag #EMABiggestFans. C’était une consigne de MTV, certes, mais il s’agissait d’un énième hochet pour un énième prix, seulement signalé sur leur site web et destiné lui aussi à faire parler des EMAs.

Quant aux Little Monsters de Lady Gaga, ils semblent peu se soucier du prix. Quand bien même l’information aura été postée, elle aura disparu rapidement sous le flot continu de news sur la dernière provocation en date de l’un ou de l’autre.

Pour conclure ce pavé, je vous laisse sur cette maxime de Gilles Deleuze, le philosophe des médias :

« Petit oui, mais costaud! » **

* les assidus de Kaamelott auront compris.

** « l’inconvénient avec les citations sur Internet, c’est qu’on n’est jamais sûrs de leur provenance », comme disait Abraham Lincoln.

2 réflexions au sujet de « MTV EMA, effet bandwagon et effet inverse. »

  1. Ma BF est Alien, je suis Directioner, et franchement, plus fusionnelles que nous deux, y’a pas. Donc faut arrêter de dire que nos fan bases sont en guerre, il n’y a pas plus faux.
    Et puis franchement, TH mérite ce titre, autant que mes chéris adorés 😉

    • C’est pour ça que j’ai dit « certains » (Beliebers ou Directioners ou Aliens) dans presque tout l’article. Un fandom est un groupe, mais pas forcément homogène. 😉

Les commentaires sont fermés.