Man of Tai-Chi – Keanu Reeves au Champs Elysees Film Festival

Le slogan du Champs Elysees Film Festival est : enfin un festival pour les spectateurs. C’est pas faux. J’ai enfin eu l’occasion de cocher une case de ma bucket list : voir (et entendre) Keanu Reeves en vrai de pas trop loin. Ici, pas besoin de ruses de sioux, d’insider information ou autre pass inaccessible : il suffisait de se tenir au courant de l’actualité du cinéma, de suivre le festival sur les réseaux sociaux, et de se ruer au Publicis Cinema le jour de l’ouverture des places (mercredi dernier) pour y acheter les précieuses places, au prix d’une séance normale.
Bon, soyons honnêtes, j’aurais préféré qu’ils mettent 2 caisses en place, parce que j’ai attendu 3/4 d’heure et y ait passé ma pause déjeuner (Keanu, tu me dois un bon repas). Néanmoins, la plupart des gens étaient dans la file pour la même chose que moi. Et au final, ainsi que je m’y attendais (vedette américaine canadienne, et Side by Side qui n’est pour l’instant pas visible ailleurs), les deux séances étaient pleines.

Revenons à Man of Tai-Chi, premier des deux films présentés par Keanu Reeves : il s’agit de son premier film en tant que réalisateur. Il y joue également le personnage du méchant. Ce film a essuyé des critiques peu enthousiastes et une sortie en France minimaliste il y a quelques semaine (le Publicis Cinéma étant l’une des deux seules parisiennes à l’avoir diffusé). Il s’avère une bonne surprise de film d’arts martiaux.

Keanu Reeves - 14 juin 2014 - "Un moment s'il vous plaît" pour faire taire la salle pour laisser parler la présentatrice.

Keanu Reeves – 14 juin 2014 – « Un moment s’il vous plaît » pour faire taire la salle pour laisser parler la présentatrice.

Mon opinion : un bon film d’action, avec pleins de combats (13 à en croire Keanu Reeves, je n’ai pas compté) très impressionnants, bien filmés, de façon moderne. Tiger Chen, le héros, est dans la vraie vie l’entraîneur qui a mis au point les combats dans Matrix, et qui a entraîné Keanu. C’est à force de travailler 4 heures par jour ensemble qu’ils sont devenus amis et ont voulu faire un film ensemble. Ils ont conçu l’histoire au fil des 5 ans des tournages des 3 Matrix et ensuite. Il est très impressionnant de fluidité et de précision dans ses gestes. Keanu Reeves donnait corps à son personnage par une démarche de prédateur qui change de ses rôles. Son personnage est un peu caricatural, mais cela s’explique dans le Q&A qu’il a donné ensuite, où il disait s’être inspiré des films de Shaw Brothers et d’autres films de kung-fu qui ont bercé sa jeunesse, dans leur « arch-characterization » des personnages notamment (accroche-toi pour traduire l’expression employée. Je dirais « cabotiner et surjouer le méchant, le gentil, le vieux maître etc, mais sans connotation négative parce que c’est le genre qui veut ça »).

Présentation du film et de Keanu Reeves (il manque le début) :

L’histoire : sur le papier, est classique : Tiger Chen, un gentil coursier qui pratique le Tai Chi auprès d’un vieux maître est pris au piège d’un odieux type, Donaka Mark (Keanu Reeves), qui organise des combats clandestins. Celui-ci s’arrange pour que le temple du vieux maître soit menacé de destruction, afin que Tiger Chen soit contraint d’accepter de se battre contre les grosses sommes d’argent qu’il lui promet.

Une variation de taille tout de même : Tiger Chen participe déjà à des tournois, ce que son maître réprouve. Il veut y montrer que le Tai-Chi n’est pas que de la gymnastique, mais aussi se défouler et tester sa force, chose que son maître lui permet peu, insistant sur le fait qu’il devrait méditer pour contrôler son chi. Faiblesse que Donaka Mark a perçu sous son innocence, et qu’il s’empresse d’exploiter. Il pousse ses poulains dans leurs retranchements, espérant trouver un vrai guerrier, qui ne rechignera pas à tuer.

Le précédent, Chi Tak, qu’on voit en début de film, n’arrive pas à achever son adversaire à terre. Grand bien lui fasse : c’est Donaka Mark, masqué de noir, qui entre et brise le cou du vaincu. Plus tard, il rejoint Chi Tak dans le vestiaire et le poignarde brutalement, à plusieurs reprises, avant de l’égorger. (scène efficace pour poser le personnage, car on a plutôt l’habitude que les grands méchants de ce type confient le sale boulot à leurs hommes de main).

Or Chi Tak, sentant qu’il se tramait plus que des combats et qu’il était en danger, avait parlé à la police des affaires cachées de Donaka. C’est la capitaine Jingshi (Karen Mok) qui menait l’enquête, bien que son chef lui demande de la classer au vu du peu d’indices laissés. Opiniâtre, elle ne laisse pas tomber.

Il y a également un « twist » dans la raison derrière ces combats, que je vous laisserai découvrir.

Le Q&A : J’avais prévu de prendre des notes sur le Q&A pour en faire un compte-rendu, mais comme le staff du festival ne semblait pas se formaliser qu’on filme, j’ai filmé l’essentiel. D’autant que vues les mimiques et expressions de Keanu Reeves, un récit écrit y aurait beaucoup perdu… Je vous laisse le découvrir de visu ci-dessous :

Comme j’avais eu une journée chargée, mon appareil photo a rendu l’âme aux 2/3, donc j’ai filmé la fin sur smarphone.

En résumé, les questions étaient parfois étranges et trop souvent précédées de commentaires personnels visant sans doute à essayer de sortir du lot (que ce soit conscient ou pas), mais les réponses de Keanu Reeves étaient intéressantes, réfléchies et mettant beaucoup en avant Tiger Chen et ses collaborateurs.

2 réflexions au sujet de « Man of Tai-Chi – Keanu Reeves au Champs Elysees Film Festival »

  1. Ping : Happy birthday Mr Reeves! (an open letter to Keanu Reeves) | Fan Actuel

  2. Ping : A la recherche de Keanu à Deauville : épisode 5 – Knock Knock, y’a quelqu’un? | Fan Actuel

Les commentaires sont fermés.