Concert : Morten Harket à l’Olympia, le retour (5 juillet) : et cette fois, il chante!

Après un entracte d’une durée normale, cette fois, le noir s’est fait, pas moins de cinq musiciens entrent en scène. Enfin, je n’en vois que quatre, parce que, vu la gestion catastrophique de la remise en vente des billets par Gérard Drouot Productions après l’annulation du 14 mai, même en étant avertie par les copines par SMS un jour de RTT que la vente avait ouvert dans l’opacité la plus totale, moi et mes amis n’avions eu le choix qu’entre des places pas plus près que le rang 5 mais quasiment contre le mur, ou bien dans le bloc central mais rang 14 ou plus loin… La lose. Donc là, j’ai les baffles en face qui me masquent un tiers de la scène, et je ne vois pas que Karl Oluf Petit-pimousse (ainsi appelé par moi parce que petit, mais costaud à la batterie) est revenu, seul des 3 musiciens de la tournée Out of My Hands.

Dans des jeux de lumière savants, Morten Harket est arrivé au micro pour chanter Do you remember me?

Do you remember me?
https://www.youtube.com/watch?v=Njj_AcLFLt4

Non non, on passait dans le quartier, on a vu de la lumière, on est entrés…
De ma place, le son est aussi déformé, du moins si j’en juge à la comparaison de mes impressions avec celles des copines plus centrées qui ont trouvé sa voix impeccable. Il y a pas mal de fois où des phrases sautent, et je ne sais jamais si c’est parce que la sono déconne et couvre la voix de Morten, ou parce qu’il a encore oublié les paroles (et j’aurais aimé pouvoir affirmer que c’était le son, mais vu son historique…).

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Sans doute pour compenser son extinction de voix du 14 mai, Morten a plus parlé qu’à son habitude entre les chansons. Il a commencé par évoquer l’annulation du précédent concert et comment, quand il était venu s’en expliquer sur scène, nous avions été « wonderful ». Il a remercié le public d’être revenu. Dans la pratique, beaucoup n’ont pas pu revenir, pour des problèmes de planning ou d’argent – en particulier pour ceux qui avaient déboursé pour le transport et l’hébergement. La salle n’était donc pas pleine, contrairement au 14 mai, mais pas loin quand même.

Darkspace :
http://youtu.be/fcUodnKEomQ

A un moment, il reprend sa guitare accoustique au fond de la scène (un cadeau des Everly Brothers à chaque membre du groupe A-ha), la met en strap, et nous annonce qu’il va chanter Shooting Star. Là, il se retourne vers ses musiciens qui lui font « non non », et il vérifie laborieusement sa setlist : ah non, effectivement. Is commencent à jouer la chanson initialement prévue, et c’est limite s’il se souvient à temps d’aller remettre la guitare au fond pour chanter. … Bref.

Send me an Angel – Olympia, Paris, July 5, 2014 HD
https://www.youtube.com/watch?v=vnIg1rO1hzM

Morten philosophe

Dans la suite du concert, il présente parfois les chansons à venir, mais le plus souvent ses discours n’ont pas grand-chose à voir avec le schmilblick. Il y en a même un qu’il commence avant de s’arrêter et demander « Do you have time to listen to this? ». Tout le monde d’abonder « Ouaaais vas-y! ». Vous trouverez ci-dessous une compil des envolées philosophico vandammiennes de la soirée :

https://www.youtube.com/watch?v=GJloCKS0zCU

Je vous recommande en particulier la dernière, où il explique que la perfection n’est pas sur la même échelle que « mauvais, pas terrible, bien, très bien », et que si « bien » c’est bien et c’est un vecteur d’échange, « parfait » au contraire isole et bloque la personne qui recherche la perfection (et encore là, je vous traduis sa pensée). OK. Tout ça pour dire qu’il a fait des couacs sur la chanson d’avant, sans doute? Parce qu’il poursuit « Et ça n’a rien à voir avec la chanson qui va suivre ».

C’est du trois en un : concert, spectacle comique et café philosophique. On se serait volontiers passé des « you’re perfect », nettement moins originaux, mais bon. Tant que le public continue à hurler dès qu’il enlève son blouson, il n’a pas de raisons d’arrêter de faire son bellâtre, non plus.

Lay me down tonight – Olympia, Paris, July 5, 2014 HD
https://www.youtube.com/watch?v=Tt0v4VmQDO8

Pour son dernier speech hélas, je n’avais plus de batterie pour l’enregistrer : il commence à présenter ses musiciens, et il part dans un détour à parler des débuts avec A-ha à Londres en 1984, où ils n’avaient pas d’instruments et pensaient en trouver en studio, ce qui est arrivé plus ou moins mais… J’ai beau bien comprendre l’anglais même prononcé avec un léger accent norvégien, à un moment j’ai décroché.

Je ne sais pas ce qu’il fume, mais c’est de la bonne (l’influence du Timor Oriental sûrement). Par contre, ça n’améliore ni sa mémoire ni ses facultés de concentration…

La mienne non plus, bien que je n’ai pas fumé ou alors à l’insu de mon plein gré, parce qu’en dehors de ses discours intercalaires, j’ai du mal à mettre en exergue une chanson ou une autre. Je me souviens que pour une fois, il n’a pas charcuté Lay me down tonight. Un exploit : à Oslo il y a deux ans, il l’avait tellement foiré qu’il s’était arrêté pour la reprendre du début, avec son anti-séche à la main (sa tendance à oublier les paroles est légendaire. Maintenant il se les fait imprimer sur des cartons A4 disposés sur la scène de part et d’autre de la set list). Et même comme ça, il avait eu du mal.

En toute fin de concert, il a également rendu hommage à Phil Everly (des Everly Brothers), récemment décédé, en interprétant seul (ses musiciens s’étant placés dans l’ombre) Let it Be Me, leur version du Je t’appartiens de Gilbert Bécaud et Pierre Delanoë.

There is a place – Olympia, Paris, July 5, 2014
https://www.youtube.com/watch?v=K1grf-8VJhw

Au moment du discours de présentation des musiciens, étant donné qu’il avait annoncé que c’était bientôt la fin du concert, une partie de la salle s’est levée pour s’approcher de la scène, chose assez courante. Chose moins courante (c’est même la première fois que je vois ça, et je n’en suis pas à mon premier concert…), pas mal de gens restés assis dans la fosse ont ensuite crié pour que le reste de la salle se rassoie. Dans les balcons, ça arrive, mais en fosse, pour un concert pop? Du jamais vu! Même lui, habitué des publics norvégiens plus réservé, n’en revenait pas. Surtout à 3 chansons de la fin.

Moi qui m’étonnait à l’annonce du concert que l’Olympia soit en configuration assise pour un concert de pop où normalement, les gens aiment danser et bouger, il semble que le management avait vu juste, pour une partie de la salle en tout cas… Ceux qui voulaient bouger au rythme de la musique sans se prendre des insultes se rabattaient tout contre le mur, quitte à moins bien voir.

Whispering heart – Olympia, Paris, July 5, 2014 HD
https://www.youtube.com/watch?v=KadzWlWgcV0

Le mot de la fin

J’ai passé une bonne journée vu que j’ai revu plein de copains et de copines et que ça m’a donné l’occasion de revoir Corson sur scène (et en dehors vu qu’il a fait l’effort de passer 20 bonnes minutes avec les fans). Au moins, j’étais plus près que d’habitude en fosse, et j’ai pu mieux tirer parti de mon appareil photo. Mais l’imbroglio des billets, la gestion désastreuse de Gérard Drouot Productions (à la fois pour le remboursement des places et la mise en vente des nouvelles places, tout aussi catastrophique que celle du 14 mai d’ailleurs, avec des places pourries soit tout sur le côté soit loin de la scène, même en étant au taquet pour réserver dès l’ouverture, et une absence totale d’information des clients), les achats pour rendre service qui vous reviennent dans la figure, et le comportement de certain(e)s que je préfère éviter mais dont les agissements me reviennent quand même aux oreilles vu ça se passe autour de Morten, m’ont laissé un goût amer qui ont pas mal entaché l’expérience.

Et le concert en lui-même n’a pas vraiment rattrapé le coup. Non que Morten ait démérité, il a fait du Morten. Mais il s’avère de plus en plus que Morten n’est pas A-ha (c’est normal) et que ses choix artistiques s’éloignent de ce qui me plaît. Alors se colleter les mélodrames pré-cités pour ça, je pense que je vais m’abstenir à l’avenir.

Ca me rappelle de mauvais souvenirs d’un ancien fandom, un chanteur dont le public, plus encore que celui de Morten, est constitué de femmes enamourées. L’amour doit rendre sourd en plus de rendre aveugle, ou bien il rend les objets de cet amour fainéants… Ou les deux. Toujours est-il que, même si les élucubrations aware et le côté spectacle comique font passer le temps, je pardonne plus volontiers les ratages de paroles, de set list et le cabotinage quand la musique est à mon goût.

C’est pas grave : j’ai déjà mon billet pour le concert de Corson au Café de la Danse le 14 novembre (et je ne l’ai pas acheté via Gérard Drouot Productions. Comme ça je me suis épargné les 7 Eur de frais de port pour un recommandé à 3,80 Eur). Pour moi, ce concert avait tout du passage de flambeau.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Concert : Morten Harket à l’Olympia, le retour (5 juillet) : et cette fois, il chante! »

  1. Ping : Fandom : de l’importance du facteur chance quand on est fan (3) : A-ha | Fan Actuel

  2. Ping : Tokio Hotel repart en tournée en 2017 : mise en vente des billets lundi 19 septembre – et GDP-bashing | Fan Actuel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s