Fachonista : quand la mode devient une dictature

Fachonista

Récemment à la télé, une directrice de fabricant de lingerie commentait la mode actuelle des dessous « qui se montrent » en se portant avec des hauts très ajourés et/ou transparents. Par souci de réalisme (ah, ah), elle précisa quand même au journaliste qui lui demandait si ce type de tenues pouvait se porter n’importe où et n’importe quand :

« Si vous travaillez dans la finance, qui en plus est un milieu très masculin, il vaut mieux éviter. Par contre si vous êtes dans la mode ou la communication, ça passe très bien ».
De l’art d’enfoncer les portes ouvertes. A l’entendre, c’était les 3 seuls domaines d’activité qui lui venaient en tête – c’est une tare que j’ai déjà remarquée chez les représentants de ces domaines, justement, et surtout dans la presse féminine qui vous conseille à longueur d’année des tendances modes rigoureusement importables ailleurs que dans leurs bureaux.

Or le monde du travail n’est pas composé exclusivement de ces 3 secteurs. A la louche, je dirais que le port de sous-vêtements sexy sous des T-shirts qui laissent tout voir est à déconseiller au travail dans tous les secteurs d’activité, en dehors de la mode, la comm, les bars branchouilles et les clubs de strip-tease, cad 95% des jobs.

Il y aurait sans doute un travail de fond à faire sur la société pour juger plus les gens sur leurs compétences que sur leurs habits ou leur physique. Mais en France on en est loin, et sur certains points hors travail on aurait même plutôt tendance à régresser.

En attendant, vous avez le choix entre n’en faire qu’à votre tête et ralentir votre carrière, ou prendre conscience des mille règles informelles régissant ce qui se fait ou ne se fait pas au travail – d’autant qu’elles changent non seulement suivant les types de métiers, mais aussi suivant les boîtes qui ont la même activité.

A ce sujet, et ça tombe bien, la fin de la note de Boulet de ce jour vient à l’appui de ce principe : à Rome, même si tu n’essaies pas de faire comme les Romains, tu auras quand même tendance à être influencé…

(je dis ça tombe bien parce que j’ai fini mon dessin, issu de… juste le goût de mon cerveau pour les jeux de mots pourris, la semaine dernière, mais je traînais les pieds pour le poster vu que le texte n’était pas fini)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Fachonista : quand la mode devient une dictature »

  1. très drôle, la jeune femme qui bosse chez Look voyages et confond les aéroports de Kobe et d’Osaka et donc à manqué me faire rater mon avion porte ce genre de tenues… en gros un haut que moi je porte en général dessous dentelle en haut (disons jusqu’à la moitié de la poitrine) et cuir en bas.

    • Tant qu’à dessiner une fashionista, il fallait au moins que j’essaie de la dessiner à la mode de la saison 😉 Et je note donc qu’il est possible de travailler dans une agence de voyages avec ce look-là… Je n’aurais pas cru.
      Mais le fait est que pour le coup, je travaille dans la finance, et je confirme que même si les femmes s’y habillent de manière variée, on voit assez rarement de tops transparents… Donc ça ne m’apparaît pas comme une tenue « de travail » répandue. Pour sortir, ok, chacun fait ce qu’il veut (même si perso… je ne porterai pas ça non plus). Mais pour le boulot? Mouif.
      Et le fait que ce soit celle qui se soit trompée d’aéroport ne va pas arranger les mauvaises associations!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s