Parisienne mais presque : les profiteurs (dont un)

Je longe la gare Montparnasse entre deux averses. Un type m’interpelle poliment, pour ne pas dire obséquieusement. Il a une canette de bière à la main et me demande comment on fait pour aller à la Gare du Nord, parce qu’il n’est pas de Paris et on lui a dit que c’était la ligne 4, c’est sûr c’est ça hein?

Non, nous les Parisiens c’est notre grand plaisir d’envoyer les touristes dans la mauvaise direction quand ils nous demandent leur chemin, c’est bien connu. On fait des concours, et le soir dans les bars bobos autour d’un cocktail détoxifiant au jus d’aloe vera, on se raconte nos meilleurs scores. Moi par exemple, j’ai réussi à envoyer tout un car de Hollandais à Orly alors qu’ils cherchaient l’aéroport de Roissy, ce qui me vaut généralement un certain succès.

Bon, le mec a l’air a moitié bourré ou à moitié débile, ou les deux, et ça ne lui laisse plus beaucoup de neurones vaillants. Donc je ne relève pas et je confirme que oui, c’est la ligne 4, il faut la prendre dans la gare.

Le type continue sans vraiment m’écouter, ce qui est rarement bon signe, et commence à me raconter qu’il bosse dans la presse. A ce stade, mon bouclier interne de Parisienne est remonté aussi sec (malgré la pluie). A Paris, il n’y a que 5 types de personnes qui te racontent leur vie dans la rue sans sollicitation :
– les vieux qui s’emmerdent
– les attardés mentaux
– les dragueurs
– les Provinciaux
– les gens qui s’apprêtent à te demander de l’argent

Avec une majorité du type 5.

Le type a déjà précisé appartenir à la 4e catégorie, mais je le soupçonne d’appartenir plutôt à la 5e et de me servir du pipeau pour m’amadouer.

Avant d’aller plus loin dans son discours incohérent, il me demande si je ne suis pas fâchée contre la presse à cause des événements, Charlie Hebdo tout ça. Je suis à nouveau un peu circonspecte, car vu le début de la phrase je ne m’attendais pas à ça: suis-je censée en vouloir à Charb, Cabu et les autres de s’être fait disperser à la kalachnikov? Si j’avais le look d’une convertie, encore, je comprendrais la question, mais il a l’air nettement plus musulman que moi. Si on fait abstraction de son état d’ébriété qui va à l’encontre des préceptes du prophète.

Je marmonne non non et fais mine de continuer mon chemin. Il me retient en farfouillant dans sa besace, essayant tout à la fois d’y ranger sa canette tout en cherchant quelque chose. Il dit que c’est pour me remercier, redit qu’il travaille dans la presse (à ce stade, je me demande si, pour lui, les gens qui ne sont pas dans la presse ne remercient pas? C’est de plus en plus confus). Comme je proteste déjà que ce n’est pas la peine, il précise « qu’ils ne le vendent pas », plusieurs fois. Plus j’essaie de m’esquiver poliment et plus il rajoute d’explications compliquées. Il finit par sortir un journal plié et usé de sa besace, un vrai, pas un obscur fanzine qu’un soit-disant représentant de la presse aussi miteux pourrait distribuer pour se faire connaître (autre hypothèse envisagée). Il me le colle dans les mains en me répétant « qu’ils » ne le vendent pas.

Et ajoute enfin que par contre, si je veux, je peux donner une petite contribution, « comme la dame là » (montrant une dame en train de passer, qui n’avait rien à voir avec la choucroute), c’est pour la liberté de la presse, et pour les enfants malades. Tout ça avec une petite contribution? Ben dites donc, quelle ambition!

Il leur paye de la Heineken, aux enfants malades? Non je demande, mais bon, je suis cynique, je vois le mal partout.

Et puis son canard c’était même pas Charlie Hebdo!

(non mais franchement, ça marche ces méthodes? Parce que je discerne plusieurs méthodes convenues de manipulation, contact physique, engager un lien d’aide, amorcer la pompe par un acte de gentillesse avant de demander quelque chose en échange, donner quelqu’un d’autre en exemple pour inciter à l’imitation de l’acte de charité… Mais moi, plus tu me mens et plus tu me fais perdre de temps, et moins il y a de chances que je te donne quoi que ce soit).

J’en profite pour vous encourager à lire un livre qui m’a beaucoup éclairé, le Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, de Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois. Il détaille la plupart des techniques de manipulation utilisées par les commerciaux, publicitaires, mendiants et autres profiteurs, qui veulent exploiter les petits travers de la psychologie humaine pour vous extirper des services ou de l’argent.

Accessoirement, les ressorts psychologiques sur lesquels s’appuient ces méthodes sont aussi responsables de pièges dans lesquels on se perd soi-même, celui qui m’a le plus marqué étant le « principe d’entraînement ». En gros, plus vous investissez de temps et d’effort dans quelque chose, et plus vous aurez du mal à vous en désengager. Ce qui est un des moteurs de la fan-attitude, bien souvent.

L’exemple qui était fourni, si je me souviens bien, était une banale attente de bus. Mettons que le bus arrive normalement toutes les 5 minutes, et que vous pourriez faire le trajet à pied mais ça vous prendrait 20 minutes de plus. Mais vous attendez déjà depuis 20 minutes, sans moyen de savoir si le bus est juste retenu dans les embouteillages ou si le service est interrompu. Vous vous posez la question de savoir s’il vaut mieux arrêter d’attendre tout de suite pour faire le trajet à pied, au risque de rater le bus s’il arrivait enfin deux minutes plus tard, ou continuer à l’attendre. Le principe d’entraînement, en gros, c’est le « réflexe » mental qui fait que plus longtemps vous aurez attendu (investi) et plus il vous sera difficile de vous convaincre vous-mêmes de faire une croix sur tout ce temps perdu pour partir à pied, alors que, si vous aviez commencé à marcher dès le début, vous seriez déjà arrivé ou presque.

Franchement, ce petit livre est un excellent investissement pour améliorer sa vie…
Et pas seulement parce qu’il vous sera alors plus facile de détecter les profiteurs et de les envoyer paître.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s