La méthode à Gilles (2) : Savoir renoncer pour en faire plus

4) Savoir renoncer pour en faire plus

L’un des effets secondaires du syndrôme du hamster, c’est qu’on accumule des matériaux et accessoires dans l’espoir d’en faire quelque chose de précis. Se coudre une robe, un costume de cosplay, se mettre au modelage pour faire des sculptures en terre cuite, se remettre au dessin, faire des dioramas, des tonnes de doc pour écrire des articles / un livre sur tel sujet… Et comme on a plein d’idées mais peu de place et guère de temps, on n’en fait jamais rien. Surtout qu’on perd beaucoup de temps à déplacer les choses d’un endroit à l’autre en guise de rangement, ou dès qu’on a besoin d’une surface libre pour faire UNE chose.

Mais on ne les jette pas, parce que ce serait s’avouer que 1) on les a achetés / rassemblés pour rien, c’est du gâchis 2) on n’en fera jamais rien, encore un projet tombé à l’eau, I’m a loser babyyyy, so why don’t you kill meeee.

hamster-bedding

Une fois qu’on se met dans l’état d’esprit de faire un peu de ménage par le vide, on prend conscience que plus on s’élimine de projets auto-imposés de ce genre, et plus on avance sur les quelques uns qu’on a gardés. Il faut juste trouver le temps de se poser pour en faire la liste, et les prioriser. Et se demander si le projet Robe qu’on a sur sa liste depuis 15 ans, on va le faire un jour ou si ce n’est plus d’actualité parce qu’au fond on n’a plus vraiment envie (même si on a du joli tissu. Acheté pas cher il y a 15 ans).

Réaliser que la terre à modeler qu’on a achetée est au fond du placard depuis tellement longtemps qu’elle s’est transformée en brique plate sous plastique (et NON, on ne se dit pas que ce serait une bonne base pour un abri de jardin. D’ailleurs, tu n’as pas de jardin).

La malédiction du hamster : un objet, une nouvelle idée, un nouveau projet

La malédiction du hamster : un objet, une nouvelle idée, un nouveau projet


Bref, il y en a qui s’éliminent d’office, quand on les regarde en face. Et les barrer de sa liste permet à la fois de faire de la place chez soi en jetant ou donnant les matériaux rassemblés. Et de faire de la place dans sa tête, en se recentrant sur les projets qu’on a vraiment envie de faire, là tout de suite.

Du coup, on arrive même à en achever certains. Magique! Ce qui contribue à continuer de couper les branches mortes.

Bien qu’ayant lu là-dessus précédemment dans un livre de développement personnel, je n’y croyais pas vraiment. Jusqu’à ce que je découvre que deux de mes vieux sites web étaient 404 (URL not found). Le site d’hébergement gratuit sur lequel ils étaient avait mis la clé sous la porte. Au lieu d’être accablée, passée la surprise, je me suis sentie curieusement soulagée.

Weehee!

Weehee!

Depuis longtemps, je ne trouvais pas le temps de les mettre à jour, même si j’avais des idées et du matos rassemblé pour (photos à scanner, etc). Et je ne suis pas sûre qu’il y avait encore des gens pour le lire ou que ce soit encore pertinent, après 5 ans sans mise à jour. Les sites personnels ont plus ou moins disparu du web, les grosses plate-formes ressortant en premier dans les résultats de recherche.

Alors certes, j’avais encore le contenu des sites sur mon ordinateur (ce qui d’ailleurs contribuait à ce que je ne ressente pas trop la perte : le résultat du travail effectué était toujours là), et j’aurais pu le remettre en ligne ailleurs. Mais ça n’aurait servi à rien. A part à me recréer une contrainte de plus. Alors que là, j’ai rayé de ma to-do list « mettre à jour site x et site y », et dans la foulée, j’ai commencé à me débarrasser de magazines que je gardais comme sources pour l’alimenter « un jour ». Ca ne m’a pas fait gagner beaucoup de temps, vu que de toute façon je ne m’y étais pas remis depuis trèèèès longtemps. Mais ça m’a fait gagner en sérénité. Et aussi quelques litres de place. Et quelques minutes de réflexion à chaque fois que le site me revenait en mémoire et que je me disais « Ah tiens, je pourrais peut-être ajouter ça au site pour le mettre à jour ».

hip-hamster_o_1496667

Depuis, j’ai liquidé tous mes vieux sites (oui, j’en avais fait beaucoup… Pour vous dire, mon premier, je l’avais créé sur Mygale…), à part deux dont les stats prouvent qu’ils intéressent encore du monde (je reçois même encore, occasionnellement, des mails à leur sujet, dites donc! Une rareté!), un plus récent donc pas tout à fait passé d’actualité, et un… un dont je me demande tous les ans si je ne vais pas le mettre 404, mais c’était mon premier et accessoirement le site correspondant au nom de domaine, alors j’ai du mal. Hamster quand tu nous tiens.

Comme quoi la méthode à Gilles, ça marche, même sur les cas désespérés, la preuve!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s