Concert : Tokio Hotel au Trianon, 11 mars 2015 – photos, vidéos et compte-rendu

C’est le grand retour sur scène des quatre jeunes Allemands de Tokio Hotel en France. Ils sont plus âgés, adultes. La communication a changé aussi. Des trois vidéos clips sortis, l’un présente 3 travestis se vengeant d’un énorme ours en peluche bien doté, un autre montre une soirée très animée qui finit en orgie (le 3e est soft et de bon goût même si pas grand-chose ne se passe et qu’il manque deux membres du groupe à l’écran).

Aux États-Unis où les jumeaux vivent depuis quatre ans, le groupe joue la carte du petit groupe européen original et limite indépendant, faisant des apparitions dans des émissions radios ou télé plutôt alternatives. Le guitariste a officiellement une copine, le batteur s’est même marié.

FIA_Paris_02

Ils reviennent avec un son moins rock, plus electro club. D’ailleurs, ce concert fait partie de ce qui est annoncé comme la première partie du Feel it All tour, intitulée « The Club Experience« . Car au lieu des arènes qui leur étaient habituelles, cette première partie se déroule dans de petites salles atypiques, des clubs, une église, aussi… Et le Trianon, ex théâtre baroque reconverti en salle de concert.

En chiffres : presque cinq ans d’absence depuis leur dernier concert à Paris à Bercy, un quatrième album, Kings of Suburbia (hors best-of et auto-reprises en anglais), une salle dix fois plus petite et des billets deux fois plus chers (hors les multiples formules VIP). C’est que le marché de la musique aussi a changé en 5 ans: les ventes de disques ne rapportant plus grand chose, la plupart des artistes cherchent d’autres biais pour se rémunérer. En fonction des publics, ça marche plus ou moins bien. Tokio Hotel a bien entendu que le sien réclamait ces packages VIP. D’ailleurs, si les dates ne sont pas toutes sold out, les billets VIP, eux, le sont. Le client est roi… (des banlieues, ah ah – référence facile au titre de l’album, NDLR). On voyait d’ailleurs plusieurs couronnes et diadèmes sur des têtes dans les fosses. Une fan-action peut être?

FIA_Paris_03

Sur quoi, le spectacle a commencé, quasiment à l’heure (une révolution également. Ils semblaient un peu pressés, obligation de rendre la salle tôt?). Par une très longue intro électro de We Found Us, pendant que moult effets de lumière défilaient sur le rideau de gaze qui ne dissimulait guère la scène (très jolie trouvaille, ça donnait des effets 3D surprenants et assez hypnotiques).

Le spectacle est à déconseiller fortement aux épileptiques, vu la quantité de spots et la variété des effets bombardés tout au long du spectacle. Et aussi à cause des costumes du chanteur, qui est arrivé sur scène en prêtre roi des Mystérieuses Cités d’Or ou assimilé :

Les jumeaux sont installés à L.A., et il semble que Bill en profite pour rattraper son retard en sorties de quand il pouvait difficilement bouger un orteil en Europe pour cause de stalkers et de presse aux aguets. Mais pour les costumes, c’est plutôt l’Amérique du Sud qui les a inspirés, entre le poncho « El Condor Pasa » de Tom et la toge d’or liquide de Bill… Georg a concédé un t-shirt qui luit vaguement dans la lumière noire, et entame le concert en Cowboy Masqué. Gustav reste réticent à suivre le mouvement et droit dans ses baskets, bless his cotton socks, et s’est contenté d’un bandeau, mais il est entouré d’une batterie-papamobile en plexi.

Je me moque, mais ça doit être inspiré par leur chanson Covered in Gold. C'est déjà mieux sans la toge et la couronne.

Je me moque, mais ça doit être inspiré par leur chanson Covered in Gold. C’est déjà mieux sans la toge et la couronne.

Soyons clairs : je suis plutôt pour le spectacle global, avec des efforts faits sur les tenues et la mise en scène. Des groupes qui montent sur scène habillés comme pour sortir le chien ou la poubelle, il y en a des milliers. C’est limite obligatoire pour avoir de la crédibilité auprès des critiques et du public masculin, semble t-il, sans doute pour de naïves considérations sur l’intégrité et la sincérité de l’artiste en jean et t-shirt, qui est vraiment là pour la musique, lui. (Alors que ça ne prouve rien du tout, il est là pour le pognon et sauter de la groupie comme les autres, parce qu’il n’avait pas envie d’être banquier et qu’il n’arrive pas à se lever avant midi pour faire un boulot normal, c’est tout).

Quand on se targue de monter sur scène, ma foi, c’est un peu la moitié du boulot que d’en faire un spectacle, surtout quand on commence à tourner dans des salles un peu grandes. Je peux très bien apprécier un concert comme ça et un autre avec plein d’effets. Mais là… c’était un peu trop, à mon goût, la toge.

Un petit tour par les années 80 avec le costume de Tron.

Un petit tour par les années 80 avec le costume de Tron.

Je suis mitigée mi-raisin* sur le concert.

Les plus :
– C’est toujours les mêmes gars grosso modo (même si je préférais Bill brun en princesse alien égyptienne au Bill blond hipster tatoué fashion pétasse)
– les anciens morceaux ❤ (mais y’en a pas assez) **
Durch Den Monsun (in German in der Text) ❤ ❤ ❤
Masquerade et Great Day ❤ (ce sont pour moi les deux très bons morceaux de Kings of Suburbia, et les deux sont des bonus tracks de la version Deluxe).
Gustav (le batteur) nous a fait une mini-ola « comme au bon vieux temps » (mais il devait être fatigué, ou pressé par le temps parce qu’il a un peu expédié ça).
– ils essaient de se renouveler : les moments où Tom et Georg nous jouent les Tambours de Hambourg, ou le Petit Tambour Torg devenu grand, au choix. La petite battle de batterie à 3, c’est amusant et puis ça change.
– la recherche sur les effets visuels avec l’espèce de 3D sur le rideau de gaze, les projections et les images de synthèse (même si j’ai trouvé paradoxalement que ça faisait très daté « techno des années 90 », ce qui colle à la musique notez bien, et au costume de scène façon « Tron »…)

L'effet ombre chinoise sur fond étoilé pour Run Run Run. Vraiment très joli.

L’effet ombre chinoise sur fond étoilé pour Run Run Run. Vraiment très joli.

Les moins :
– malgré la scène et la salle toute petite, j’ai trouvé le concert moins intime que ceux dans des salles plus grandes. C’était peut-être dû au fait d’être en gradin, mais je trouve aussi que l’enchaînement des chansons était assez mécanique. Autant le petit gars de la première partie, Mike, avait l’air de kiffer la soirée de sa vie parce qu’il n’avait jamais joué devant tant de monde et que le public chauffé au rouge répondait au quart de tour (il est arrivé timidement et quand il a dit qu’il était allemand, la salle a explosé positivement, il était un peu surpris, mais il n’a pas regretté d’être venu je pense…), autant les mecs, euh… pas blasés, non, mais il manquait de l’enthousiasme d’avant.

– du fait que 1) la salle est minuscule 2) la priorité semble être donnée aux effets spéciaux et 3) les musiciens se retrouvent avec une guitare ou une basse + un synthé + des tambours ajoutés à la moitié du concert, ça limite singulièrement leur espace libre pour bouger (je ne parle pas du batteur, ce n’est jamais très mobile un batteur. Par contre sa cage en plexiglas le rend encore moins visible que d’habitude). Ils ont chacun leur « plot » d’un mètre carré surélevé au sol, ils en sortent de temps en temps pour aller faire un petit boeuf ou voir le public, mais dans l’ensemble ça bouge moins qu’avant. Ce qui est étonnant vu la musique.

Le costume Don Diego de la Vega - manque plus que le masque de Zorro

Le costume Don Diego de la Vega – manque plus que le masque de Zorro

– les moments de danse de Bill, ça a toujours été du grand n’importe quoi, mais au moins c’était du nawak drôle. La danse d’une manière générale, ce n’est pas mon truc, donc je rate peut-être des références, ou c’est peut-être la danse à la mode en boîte en ce moment… mais compte tenu que la musique vise le pêchu sous aciiiide, lui il faisait déjà en descente de trip par contraste. Ou alors il essayait de récupérer son souffle. Ou alors ses costumes lui faisaient mal au dos et il faisait des étirements de dorsaux en plein concert. Je n’ai pas compris. Mais ce n’était pas super dynamique. (je demanderais bien dans quel genre de club il sort à L.A. pour danser comme ça, mais je crois que je sais et nous n’avons pas les mêmes goûts. Enfin si, dans un sens. Mais non, dans tous les autres sens et dans le détail – musique, fringues…).

Tom (normalement guitariste) et Georg (normalement bassiste) aux tambours sur Louder Than Love, très très bon moment :

– l’ambiance club. J’ai toujours trouvé ça bruyant et sans intérêt, les boîtes de nuit, même quand j’avais l’âge des gars de Tokio Hotel (see above : « la danse c’est pas mon truc »), et je n’ai pas changé d’avis depuis. Je ne tenais pas plus que ça à y retourner.
– et vu que 90% des chansons de l’album parlent de ça, ça ne me parle guère non plus. Pour dire, je me sens moins en phase avec ces paroles là qu’avec « l’aliénation de la nation alien » claustrophobe de l’album précédent, ou même que les chansons des premiers (même les deux-trois d’ambiance collège, au moins ça me rappelait des souvenirs). De plus la musique aussi est moins « émotionnelle » (faute d’un autre terme). D’autant que la voix de Bill est trafiquée et parfois noyée sous les nappes de sons. C’est du son club et c’est le son qui me laisse de marbre. Pas de bol. Ce n’est pas un hasard si les deux chansons de l’album qui m’accrochent sont parmi celles où sa voix ressort bien.

FIA_Paris_07

Parmi les changements, ils ont aussi laissé tomber l’allemand de leurs deux premiers albums. C’est la suite logique du succès du groupe au-delà de ses frontières. Ils avaient commencé par un album compilant des versions en anglais de leurs deux premiers albums, Scream. Le troisième album, Humanoid, était sorti en deux versions, une allemande et une anglaise. Le dernier, Kings of Suburbia, est exclusivement en anglais.

L’allemand me manque. Ce n’est pas par hasard que je suis allée voir Silbermond ou Revolverheld en concert : je fais partie des deux pelés et trois tondus en France qui aiment la sonorité de cette langue (d’ailleurs on finit souvent tondu(e) en France quand on aime l’allemand).

Comme c'est l'hiver, Bill est venu en moon boots et veste en fourrure de Snatcheux Bandersnatch, par dessus un t-shirt oversize léopard. Peur de rien. Hab keine Angst.  Mais le Bandersnatch lui a bien amoché le jean.

Comme c’est l’hiver, Bill est venu en moon boots et veste en fourrure de Snatcheux Bandersnatch, par dessus un t-shirt oversize léopard. Peur de rien. Hab keine Angst. Mais le Bandersnatch lui a bien amoché le jean.

Je ne dois pas être la seule, à en juger par la ferveur avec laquelle la salle a repris Durch Den Monsun (leur Take on Me à eux, leur premier single et le titre qui a fait démarrer leur carrière). Ils l’ont conservée en allemand, celle-là, y compris pour le concert de Londres et même aux USA en 2008.

Mais c’était encore plus frappant plus tôt dans le concert, quand, concession à la nostalgie, ils ont ressorti un autre single de leur premier album, Rette Mich. Sauf que Bill est censé interpréter la version anglaise ultérieure, Rescue Me. Avant même qu’il ne commence à chanter, sur l’intro une partie de la salle entonnait les paroles allemandes. Et ils ont poussé de la voix au fur et à mesure, dans une espèce de bataille vocale à celui qui ferait prévaloir sa version de prédilection, du public ou du groupe. Au 2e refrain, Bill a capitulé et est passé à l’allemand. Pour ensuite hélas finir en anglais.

Je conçois et comprend la liberté de l’artiste sur scène de vouloir se renouveler. Mais là… Je chantais « Komm und Rette Mich, ich verbrenne innerlich » avec les autres, et putain ça faisait du bien.

En résumé, ce n’est pas que l’album et la tournée soient moins bien en soi, il y a eu du boulot et ça se voit. Et je comprends bien le besoin d’évolution, et le sens de l’évolution. C’est logique pour leur âge et qui ils sont, et d’un point de vue marketing c’est sans doute aussi une bonne idée pour que le groupe sorte de son image. D’ailleurs le public n’est pas seulement plus vieux, il est aussi plus masculin qu’avant. Malheureusement pour moi, j’aimais bien l’image (et le son) d’avant.

Par contre, le lendemain, force m’est de constater une chose : malgré une nuit très courte, vu que j’en ai passé la moitié à mettre en ligne les vidéos et causer avec d’autres fans, je suis retournée au travail ce matin sur un petit nuage et pleine d’énergie. Ce qui ne m’est pas forcément habituel, et qui était l’une des raisons pour lesquelles, quand j’ai commencé à écouter Tokio Hotel et les suivre, j’ai continué et plongé assez vite, parce qu’ils avaient cet effet euphorisant énergisant à chaque fois.

Je ne le comprends pas plus que vous, mais ça fait du bien de voir que même si la musique a pas mal changé et eux aussi, l’effet magique TH fonctionne toujours.

Masquerade, ma préférée de KoS.

* c’est fait exprès.
** oui, je colle des petits coeurs dans mes reviews de concert de Tokio Hotel alors que je suis sensiblement plus vieille que la moyenne d’âge de leurs fans. C’est l’effet TH, cherchez pas.

Les deux dernières vidéos :

Noise (alias Komm en anglais)

Durch den Monsun et Great Day :

Plus de photos demain quand j’aurais fini de trier…

Publicités

13 réflexions au sujet de « Concert : Tokio Hotel au Trianon, 11 mars 2015 – photos, vidéos et compte-rendu »

  1. Super article, constructif bien en soit.
    Je ressent moi aussi la nostalgie des anciennes musiques, l’allemand est magnifique et me manque. J’apprécie tout autant le nouvel album c’est différent et très agréable, pour ma part, car j’étais moi même en période de changement. Mais L’allemand et la fougue des premier concert et musique manque beaucoup, j’ai l’impression en voyant ses vidéos que malheureusement ils se dépensent beaucoup moins sur scène, je ne sais pas si c’est par ce qu’ils ont maintenant un nom et un plus grand âge ou autre. Je n’ai pas la chance de les avoir déjà vue en concert depuis 9 ans je me contente des vidéos, peut être j’irais e faire un avis sur leur concert lors de la deuxième partie car le vivre et regarder par vidéo ce n’est pas pareil.
    Je trouve tout ça maintenant plus commercial, mais les temps de la musique sont assez dure si on ne sort pas un clip tout les mois et un album tout les quatre mois avec un nom connu. Mais malgré les changement Tokio Hotel reste Tokio Hotel, ils ont grandis et ont changés comme toute personne qui grandis. Et je n’espère pas de si tôt qu’ils s’arrêtent.

    • Je pense que c’est surtout le manque de place, et l’obligation de rester près des instruments inamovibles (Georg et Tom ont chacun un ensemble de claviers en plus de leurs grattes, et en deuxième partie de concert il y a les tambours dont ils se servent sur plusieurs chansons). Bill a un support de micro façon épée laser, et des effets de lumières spécialisés, s’ils sont pré-programmés il ne doit pas pouvoir trop varier ses déplacements dans ces moments là.
      Après il y a quand même des moments où ils se déplacent plus et viennent au bord de la scène saluer le public, mais ils n’ont pas à cavaler partout pour occuper une scène énorme comme c’était le cas dans les Zénith ou à Bercy.
      Mais c’est vrai que c’est bizarre comme contraste, car d’un côté la musique est plus faite pour bouger qu’avant, mais eux ont moins de place et de possibilité de le faire.

      Un truc qui ne change pas, c’est que je ne crois pas qu’ils aient envie d’arrêter de sitôt. Même si leur changement de musique ne me correspond pas trop, c’est en tout cas le signe que eux veulent se renouveler pour continuer à trouver de l’intérêt à ce qu’ils font. Donc artistiquement, je comprends tout à fait la démarche. C’est pas de chance et la faute à personne si mes goûts et les leurs divergent.

  2. Salut! Je suis de passage sur cette page et cet article est assez proche de ce que je pense!
    Je n’ai pas eu la chance d’aller les voir sur cette première partie de tournée faute de moyen… Mais concernant ton avis sur leurs changements, tes chansons préférées etc… C’est comme si c’est moi qui avait écrit cet article. Le son electro… très peu pour moi! C’est ce qui fait qu’à la sortie de leur album ca a été un gros flop pour moi.
    Mais! Car il y a toujours un « mais » j’ai quand même écouté pour ensuite me permettre de dire si j’aimais ou pas. Et comme toi, mes chansons favorites sont masquarade / great day. Elles font partie des seules qui me transportent réellement comme le faisaient certaines leurs anciennes chansons.
    Au niveau du concert j’ai regardé beaucoup de vidéos de fans et je peux pas trop dire puisque je n’y étais pas, mais je suis super déçue de pas y avoir été parce que meme si je n’apprécie pas totalement l’ensemble des chansons TH reste TH quelque part… Meme si j’avais lâché un peu l’affaire en voyant le temps qu’ils mettaient a revenir (je m’en suis voulu d’ailleurs parce que j’étais en quelque sorte la première a jeter la pierre aux fans qui les laissaient tomber), je me suis rendue compte ces derniers temps qu’ils me manquaient affreusement et j’étais super déçue de les avoir loupé. Toutes ces années ou je les ai suivi je peux pas les oublier ! Et j’ai vraiment l’impression que je continuerai à les aimer autant malgré leurs changements!

    Enfin voilà… Ce que je pense!

    Sinon..

    • Salut!
      Ta réponse a été coupée ou ça s’arrêtait à « sinon »?

      Je n’ai pas vraiment lâché pendant leur absence parce que j’avais d’autres centres d’intérêt à développer aussi. Mais du coup le retour avec ce son là a été plus décevant parce que j’avais toujours un peu d’impatience envers cet album.
      Cela dit, pour certaines qu’ils ont joué en acoustique durant la promo, je me suis rendue compte qu’avec des arrangements différents, je les trouve bien. Donc je pense que ce sont vraiment les arrangements électro et le fait que la voix de Bill soit noyée dans les effets et donc aie moins d’impact émotionnel qui fait que j’accroche moins. Niveau compo, ils n’ont pas perdu la main.
      Et sur scène non plus. Malgré les points négatifs que j’y ai trouvé, j’ai quand même apprécié et je ne regrette pas du tout d’y être allée.

      • Le « sinon » a la fin de mon commentaire était un bug, il etait bien terminé.

        Au niveau des arrangements c’est clair que ca change tout, je suis entièrement d’accord puisque certaines vidéos que j’ai vu de chansons que j’aimais a priori pas a la base, étaient finalement pas si mal ! Et c’est d’ailleurs pour ca que je regrette encore plus de pas avoir pu y aller! Mais qui sait… Peut être que je me rattraperai à la 2ème partie! En parlant de ca, j’espère qu’ils feront d’autres dates quand même…

        • C’est pour ça que je voulais quand même faire au moins une date pour juger sur pièces, même si l’album me laissait dubitative. J’avais eu la bonne surprise avec Automatisch, que je trouvais très bof en version CD, et qu’en fait j’ai adoré en accoustique. Donc là, même si je pensais à quitter le fandom TH, je ne voulais pas le faire sans au moins un dernier concert. Qui du coup ne sera pas le dernier…

  3. Ouhhh j’y étais aussi ❤ C'etait mon premier concert de TH, j'ai adoré !!!!
    J'adore le nouvel album (un peu moins les précédents …) j'ai vraiment aimé le changement de costumes et tu vois je préfère Bill maintenant lol Comme quoi les gouts et les couleurs … xd

  4. Ping : Best of Fan Actuel 2015 | Fan Actuel

  5. Ping : Fandom : de l’importance du facteur chance quand on est fan (2) : Tokio Hotel | Fan Actuel

  6. Ping : Concert : Tokio Hotel à l’Olympia – Dream Machine | Fan Actuel

  7. Ping : Concert : Miyavi à l’Elysée Montmartre (+ A-vox) | Fan Actuel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s