Quatrain du métro N°27. Le lendemain. Courants d’air et virus ont vaincu mes globules.

Quatrains du métro parisien.

– N°27. Le lendemain.
Courants d’air et virus ont vaincu mes globules.
J’ai des frissons partout et mon nez fait des bulles.
J’éternue sur celui qui ouvre la fenêtre.
J’espère bien ainsi contaminer le traître.

(c’est la suite du quatrain N°26)

Publicités

Une réflexion au sujet de « Quatrain du métro N°27. Le lendemain. Courants d’air et virus ont vaincu mes globules. »

  1. Ping : Journée de la poésie : mes poèmes du métro | Fan Actuel

Les commentaires sont fermés.