Fashion victim : les chaussures confort (qu’elles ne portent jamais)

Récemment, j’essayais une paire de bottines en magasin, que je trouvais jolie et qui semblait assez bien conçue pour amortir les pas, avec ce que je considère être la bonne hauteur de talon pour être encore praticable. Vendeur me dit « Oh ça devrait aller, c’est un modèle confort ».

L’expression m’a subitement frappée. D’autant qu’en France, pour des chaussures, ou des bottes, c’est plutôt associé à l’idée de « moche mais confortable ».

Alors que, je vous le rappelle, à la base, si l’être humain s’est mis à entourer ses pieds de cuir ou de tissu, c’est pour les protéger du froid, de la pluie et des caillous et autres chardons. Du coup, dire de chaussures qu’elles sont confortables, c’est comme si un concessionnaire automobile donnait comme argument « cette voiture a des roues et une suspension! ».

Mais le fait est que depuis les débuts du soulier, ça fait longtemps qu’effectivement, le confort a été oublié du cahier des charges. A croire qu’il faut souffrir pour être belle (parce que les hommes, eux, certes ils souffrent de la chaleur en été dans leurs mocassins fermés ou ont l’air ridicule pieds nus dans des chaussures bateau, mais sinon les coupes ne sont pas trop casse-pieds). Alors que pour les femmes, on fait des talons de plus en plus vertigineux.

talon mi-haut
Je me souviens d’un temps pas si lointain où « petit talon » pour des escarpins, ça signifiait entre 3 et 5 cm. Si « talon mi-haut », le plus bas disponible pour ce modèle, c’est 8,5 cm (sur certains sites, j’ai même vu « petit talon – 8 cm »), c’est QUOI un talon haut?… Allez je réponds : 10 cm pour cette marque aisément reconnaissable, 12 cm pour les « vertigineux ». J’ai mal aux pieds rien qu’à les voir.

On me dit qu’il y a des marques qui font des chaussures aux talons aiguilles très hautes mais très confortables. Je veux bien le croire, mais je n’en ai pas trouvé. Les marques qu’on m’a citées sont un peu trop hors de ma gamme de prix, pour moi qui ait horreur des escarpins à talons aiguilles et n’en met donc qu’exceptionnellement. Et je ne les trouve même pas beaux, en plus. Je n’ai aucune intention de claquer un SMIC dans une paire d’instruments de torture que je ne mettrai sans doute que 3 fois dans ma vie.

Même quand on tape dans des marques déjà chères comme Minelli ou San Marina, le confort est en option. En option rare. Sans parler : des petites lanières acerbes qui cisaillent le pied, des talons trop rigides qui font des ampoules, des semelles qui n’amortissent rien, des escarpins dont les bords trop petits tiennent mal le pied et obligent à le crisper pour ne pas faire sa Cendrillon du métro*…

Pourtant, il est tout à fait possible de faire des bottes et chaussures confortables et qui soient aussi féminines et jolies, j’en ai trouvé (et pas dans des marques chères). Il suffit d’y PENSER à la conception, putain de bordel de merde de designers de mes fesses! De faire des lanières dans du daim souple, ou si c’est du cuir, d’arrondir un peu les bords, de prévoir un petit rembourrage dans la semelle, etc. On en trouve plus facilement en Allemagne. (Encore. Comme si j’avais besoin d’une raison de plus d’aimer ce pays).

Ca coûte certes un petit peu plus cher que la bottine en carton pâte du bas de gamme, mais pas tant que ça, et au moins on sait pour quoi on paye. Et de ne pas partir du principe, comme cela semble être le cas, que les femmes sont masochistes et porteront n’importe quoi du moment que c’est joli sexy en photo dans les magazines. (Même si c’est un peu le cas de toute évidence)

*(bon ça, c’est aussi parce que je suis mal fichue : j’ai une demi-taille d’écart entre les deux pieds. Du coup, pour les escarpins sans bride, soit j’ai le pied droit compressé, soit je perds l’escarpin gauche. Alors tant pis pour les conseils de Cristina Cordula pour allonger la jambe, les escarpins décolletés ce n’est pas pour moi).

Publicités

5 réflexions au sujet de « Fashion victim : les chaussures confort (qu’elles ne portent jamais) »

  1. Oui les lanières perfides et si jolies qui te lacèrent le pied pire qu’un vélociraptor et que tu as payé une fortune. Il y a avait une photo qui circulait à un moment sur les pieds des modèles pendant les défilés…. bleus, violets, avec des coupures c’était affreux. La bride de la chaussures c’est un peu comme le filet du string qui te passe entre les fesses (ce qui est tout sauf pratique il faudrait le faire essayer aux hommes pour leur montrer ce qu’ils nous font supporter) c’est une torture !!!!

    • Ah, j’ai raté cette photo… Je me souviens d’une vidéo de répétition d’un défilé avec les chaussures « tatou » d’Alexander McQueen je crois, où les mannequins se cassaient toutes tellement la figure qu’au dernier moment ils ont changé d’avis et les ont fait défiler en chaussures plates… Et pourtant elles sont habituées à défiler avec des talons improbables!

        • Je ne sais pas si je porterais des talons si je n’étais pas rase-mottes… Mais au final, je préfère être en hauteur, en particulier au bureau, car je me rends compte que ça change mon regard sur les choses et celui des gens sur moi. Ceci étant dit… Ca fait très longtemps que je n’ai pas mis des chaussures avec des talons fins. Toutes celles que je porte régulièrement sont des compensées, plus quelques quasi plates. Et petit à petit je me débarrasse des moins confortables et apprend à refuser d’en acheter qui ne soient pas immédiatement confortables…

  2. Ping : Hamster Power : l’art de la simplicité de Dominique Loreau | Fan Actuel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s