Le Hellfest et les habitants de Clisson : une histoire d’amour

On n’arrête pas de le dire : les métalleux sont sympas!

Le Blog Du Nem Quantique

L’amour pour le Hellfest existe, je l’ai rencontré. Mais pas uniquement auprès des metalheads qui se déplacent de loin pour headbanguer en chœur : les habitants de Clisson, petit village quasi-vendéen qui accueille l’évènement, adorent leur festival de l’Enfer. Voyez plutôt.

"Take me down to the paradise city /  Where the grass is green and the girls are pretty" (Crédits image : Theo Chapuis/Konbini)

Les voies du Malin sont impénétrables. Oui, elles aussi. Cela fait neuf ans que les quelques 7 000 citoyens de Clisson soutiennent chaque année l’invasion d’une centaine de milliers de festivaliers hirsutes, bruyants, vêtus de noir et assoiffés de bière dans les allées de leur mignonne petite ville fleurie (2 fleurs). Neuf affiches plus tard, la municipalité de Loire-Atlantique est devenue, au même titre que Wacken en Allemagne, une capitale du metal rayonnant dans le monde entier. Mais comment se passe la cohabitation avec ceux qui étaient là avant que Clisson la médiévale ne se transforme en “Paradise City” ?

Les habitants de la commune, à majorité des retraités…

View original post 2 043 mots de plus

Publicités

5 réflexions au sujet de « Le Hellfest et les habitants de Clisson : une histoire d’amour »

  1. Super article !
    On a beaucoup entendu parler des fous de Dieu qui luttent pour faire interdire le festival alors c’est bien d’entendre un autre son de cloche !
    Et ça ne m’étonne pas du tout que les metalleux soient les seuls à débarrasser leur table au kebab !

    • Oui je pense qu’il n’y a que les extrémistes pour vraiment s’inquiéter encore du Hellfest. Et les métalleux que j’ai croisés étaient très civilisés donc pas étonnée non plus de ça 😉

      • Je suis pas étonnée parce que j’écoute du métal depuis 15 ans et j’ai toujours été très propre et polie, d’ailleurs je débarrasse toujours les plateaux dans les fast food 😀

Les commentaires sont fermés.