Mais où tu vas chercher tout ça ?

C’est ce qu’on me demande souvent, en particulier pour les jeux de mots foireux et autres Surreal Saturday complètement barrés. Des fois, même moi je me demande.

Je ne vais pas chercher l’inspiration dans la drogue ou l’alcool, je n’en ai pas besoin. Je me sens un peu comme Vimaire dans les romans du Disque-Monde écrits par Terry Pratchett, « evri » de nature – sauf que comme je ne supporte pas l’alcool, je ne peux pas compenser par ce biais.

Le Capitaine (ou commandant?) Vimaire d'Ankh-Morpork

Le Capitaine (ou commandant?) Vimaire d’Ankh-Morpork

J’ai lu ce post sur Tumblr qui expliquait que peut-être, si on est souvent plus inspiré quand on est fatigué et occupé, c’est parce que le cerveau n’a plus autant d’énergie pour s’auto-censurer. Peut-être que je suis toujours fatiguée ou occupée…

Mais je pense plus prosaïquement que ça fait bien longtemps que j’ai arrêté d’auto-censurer mon cerveau, si tant est que je l’ai jamais fait. Déjà toute petite, quand les us et coutumes du monde me paraissaient incompréhensibles et illogiques, je ne me disais pas qu’il fallait faire comme les grands. Je me disais qu’ils répétaient bêtement ce qu’ils voyaient sans se poser de question, mais que je n’avais pas à faire pareil, si je pouvais l’éviter (ce qui n’est pas toujours le cas. Il y a des fois où ça cause des ennuis de ne pas faire comme tout le monde…).

Punaise ça fout les jetons!

Punaise ça fout les jetons!

Par exemple, quand les petits garçons jouaient avec des petites voitures de sport et des jeux de construction, et que les publicités proposaient aux filles un faux aspirateur, une dînette et un poupon plus vrai que nature qui pleure, pisse et chie pour de vrai, j’avais quand même l’impression qu’on se foutait un peu de ma gueule. Je sentais bien qu’on voulait conditionner les petites filles à devenir de parfaites bonniches dans la joie, pendant que les mecs seraient libres d’aller voyager de par le vaste monde pour construire des choses. (oui, petite fille j’étais déjà chiante têtue très volontaire). C’est peut-être pour ça que je suis une mauvaise maîtresse de maison. Ou juste parce que je n’aime pas ça.

La censure, je ne l’applique qu’à l’étape de la vocalisation, et encore.

Du coup, mon cerveau est en free style H24, à jongler avec les associations d’idées pour en tirer des résultats qui me surprennent et me consternent parfois moi-même.

Mais si ça me fait rire aussi, j’en fais un post, même si c’est consternant. Vous êtes prévenus.

Par contre, j’évite de parler de mon blog dans la vie, pas à n’importe qui en tout cas. Parce qu’on ne sait jamais, autant s’ils tombent sur la visite du musée Plantin Moretus d’Anvers, ça passe, autant si c’est la devinette sur Georges Pompidou…

Publicités

Une réflexion au sujet de « Mais où tu vas chercher tout ça ? »

  1. Ping : Parisienne mais presque : les platitudes des rêves | Fan Actuel

Les commentaires sont fermés.