A la recherche de Keanu à Deauville : épisode 1 – sur les planches

(non-French speaking fans : the Keanu bits are in italic. The rest is just me being long-winded and trying to be humorous about sharing my experience)

Le premier bonus de ce week-end, c’est la grasse matinée jusqu’à 9h – en tranches, mais c’est déjà ça.

Train partant du quai 23. De bon augure.

C’est toujours de bonne augure aussi de voir passer la sécurité ferroviaire en nombre… Ou pas.
Les abords de Lisieux sont aussi engageants que le nom le laisse supposer. Si quelqu’un a un film d’horreur à tourner en France, je vous conseille la banlieue de Lisieux.

deauville_01

Arrivée à Deauville : jolie gare, très normande.
Un chauffeur a un panneau « Jean-Pierre Jeunet »… Pas banal.

Par contre, je me fais doubler par une nana qui regarde ma valise et râle avec l’accent du sud « Ils débarquent tous! ». Si ça te dérange qu’on amène de l’activité et des sous là où tu habites, dis-le tout de suite… Heureusement, ce fut à peu près la seule personne mal aimable de tout le séjour.

Débarquement sur la plage du Normandy (Barriere), où s’est installé le CID (Centre International de Deauville). Les gens sont sympas mais j’ai oublié de poser ma question, et eux de me donner le programme papier. J’imagine qu’ils préféreraient vendre le programme complet (quoiqu’ils ne l’aient pas proposé et il n’était pas en vue), mais il est lourd et j’ai pas mal de marche à faire.

Arrivée sur les planches, longeant la plage du Normandy. Je repère où ça grouille de monde et de photographes pros, entourant quelques cabines devant lesquelles plantonnent des flics et assimilés. J’ai un vague créneau entre les têtes, mais peur que ça ne suffise pas. Avisant que le tapis rouge de l’autre côté continue loin, et qu’il reste encore une bonne demi-heure avant l’heure prévue, je vais voir s’il n’y resterait pas une meilleure place. De fait, je trouve une place à la barrière entre un monsieur et une dame. On attend dans le vent plutôt frais, mais sans pluie, ce qui, vue la météo, est déjà bien.

keanu_01

Au bout d’une demi-heure, arrivée de Mr le Maire de Deauville en costume bleu, qui parle aux caméras du coin. Ça se précise. Une attachée aux relations publiques passe dire à tout le monde que Keanu signera des autographes, mais de ne pas demander de selfie, afin de ne pas retarder et pour que tout le monde « soit servi » (l’aile ou la cuisse?). Et aussi qu’il a un stylo. J’aime les gens organisés, merci madame.

keanu_02

Ça commence à flasher et à bruisser, mais finalement pas tant que ça avant que Keanu n’apparaisse. Très classe en costume beige (pardon, il faut dire taupe), il parle un peu aux caméras, trop loin pour qu’on entende. Puis il commence à signer des autographes. On se relaie avec mon voisin pour prendre des photos en se penchant.

Quand il se rapproche, nouvelle consigne: c’est photo ou autographe mais pas les deux. Je range donc mon appareil et sort la photo retrouvée peu avant, calée dans l’élastique de mon carnet comme support (je songe à écrire un guide de préparation aux autographes pour les débutants). Keanu s’est écarté d’un pas avant d’arriver à nous, regardant les gens en souriant. Je pense qu’il essaie de voir qui veut une photo et qui a un truc à faire signer. Mes deux voisins ont le catalogue du festival ouvert sur son beau portrait.

keanu_03

Mais c’est ma photo qui le fait se rapprocher, et il la regarde avec attention (et sans doute perplexité). Je lui explique « It’s from San Francisco », version très courte du « It’s from a Japanese restaurant in San Francisco, you left a note there years ago. I found it randomly while eating there, and took a pic because it was a nice note. And I forgot I could print a picture from the Champs Elysees Festival where you were awesome last year, my bad. » que j’aurais dit si j’avais pu prévoir 1) que j’aurais le temps de dire 3 mots et 2) que ça l’intriguerait un minimum. Il fait « Oh right », signe la photo et me regarde.

keanu_00

Curieusement, je ne couine pas ni n’explose sur place. Il a un effet plutôt zenifiant. Vu comme c’était calme et qu’il prenait son temps, j’aurais pu lui dire quelque chose, sauf que je ne pensais pas en avoir l’occasion. J’ai tout balancé avant dans mon « open letter » qu’il ne lira pas, et bêtement oublié d’en imprimer une version que j’aurais pu filer à l’attachée de presse. Donc je n’ai rien prévu, alors je reste là à le regarder en souriant niaisement en disant « Thank You ». (les bonnes manières, c’est ce qui reste quand ton cerveau bugge).

keanu_04

Il regarde mon voisin avant de lui signer son catalogue, s’écarte encore d’un pas. Je suis à deux doigts de lui demander s’il veut bien signer celui de ma voisine aussi s’il vous plaît, quand il le fait de lui-même, avant de reprendre son chemin. On redit « Thank you ». Je suis frappée par le fait qu’il regarde les gens, vraiment. La plupart des gens dont j’ai des autographes (hors festival de BD/livre où ils sont assis) les font un peu à la chaîne, certes entre autres pour satisfaire le maximum de gens. Sauf que l’autographe, à part pour les collectionneurs, c’est surtout un prétexte pour avoir un échange, aussi bref soit-il, avec la célébrité.

(long story short in English : I really appreciated that he made a point of actually looking at people and not just signing autographs in line without looking up. He did seem to try to make sure everyone got what they wanted – picture or autograph. Selfies were forbidden to make it fast, but I didn’t miss it one bit. It was much better that way, everyone stayed calm behind the bareers).

keanu_05

Keanu continue sa route vers « sa » cabine sur les planches. Je le suis de derrière la file des fans, en prenant quelques clichés avec le smartphone par dessus les têtes. Quand il y est cerné par les flashs, les escabeaux et les caméras à perche, je ne vois plus rien. Je retourne vers ma place et voit qu’une voiture s’avance pour le cueillir. Ah. Donc pas la peine d’espérer un deuxième passage.

J’attends que la voiture s’arrête et je me positionne un peu derrière, pour voir Keanu de face quand il reviendra (oui, fan c’est de la planification… Il faut réfléchir pour profiter un minimum des opportunités!). Je prends une petite vidéo, pour changer un peu. Il part, on fait coucou aux vitres fumées (ça me rappelle des souvenirs dites donc…).

Prochaine étape : le tapis rouge de la cérémonie d’ouverture ce même soir.

Publicités

5 réflexions au sujet de « A la recherche de Keanu à Deauville : épisode 1 – sur les planches »

  1. A reblogué ceci sur JUNE and CIEet a ajouté:
    Mon amie de blog Fan Actuel est partie en expédition au 41ème Festival du Film américain de Deauville, dans l’espoir de bonnes séances de cinéma et d’apercevoir Keanu Reeves que le festival récompensait pour sa carrière.
    Que de saines motivations en somme !

    Avec son ton décalé et humoristique, elle nous fait partager son expérience. Car, quoi de mieux que l’autodérision quand on est fan pour garder la tête froide.

    Fjva ou le guide d’organisation et de bonnes manières du fan en expédition.
    Un savoureux moment et un souffle d’embruns et de paillettes du Festival.
    Comment mieux commencer un lundi pour des cinéphiles ?

  2. Ping : Best of Fan Actuel 2015 | Fan Actuel

  3. Ping : Mes aventures de fan : River Phoenix | Fan Actuel

Les commentaires sont fermés.