Allez l’OM(S)!

L’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé, « l’autorité directrice dans le domaine de la santé des travaux ayant un caractère international au sein du système des Nations Unies ») a publié son rapport tri-annuel. Les médias s’en font l’écho, se concentrant sur deux sujets pour l’instant.

1) la durée d’allaitement au sein en France est trop faible par rapport aux recommandations de l’OMS.

Le rapport pointe du doigt la mauvaise image de l’allaitement en France dû aux mouvements féministes qui ont donné à cet acte une connotation d’avilissement de la femme (je vous résume en enlevant le politiquement correct). Par ailleurs, il y a des disparités sociales et économiques dans les durées d’allaitement. Les femmes allaitent moins longtemps quand elles sont 1) jeunes 2) pauvres 3) célibataires 4) grosses (un problème d’image de soi d’après l’interprétation du rapport). Ce sont les mamans bobos biobios qui allaitent le plus longtemps, ça correspondrait plus à leurs valeurs et à un retour vers plus de naturel machin bidule. Record de la durée d’allaitement : la Norvège.

Heureusement, tous les médias ne font pas que jouer les perroquets en répétant sans sourciller les chiffres : certains s’étonnent à juste titre que si peu d’importance soit accordée, dans le rapport, à un facteur qui apparaît pourtant clé à la première personne venue qui ne vive pas dans un bocal : le travail / l’indépendance financière. En Norvège, le congé maternité dure 49 semaines remboursées à 100%, dont 14 minimum sont attribuées au père – contre 16 semaines au total en France. Et le « stigma social » en Scandinavie touche plutôt les mères qui retournent travailler trop vite en « délaissant » leur enfant.

Si les femmes étaient assurées de ne pas être pénalisées au travail pour un congé maternité, qu’il était indemnisé plus longtemps, qu’elles ne devaient pas (comme les hommes) se taper 1h de trajet en moyenne pour aller au travail (impossible donc de revenir à la maison allaiter bébé), alors sans doute qu’elles allaiteraient plus longtemps en moyenne. Parce que ce qu’il ressort du survol de l’étude, c’est que les femmes allaitent plus longtemps *quand elles peuvent se le permettre*, eh, ducon.

En dehors des femmes qui ne peuvent pas allaiter (parce que le choix c’est une chose, ce que ton corps permet c’en est une autre) et de celles qui découvrent un peu tard que la maternité ce n’est pas pour elles, je suppose que la plupart préféreraient cocooner chez elles tranquilles que retourner bosser, surtout vu l’ambiance actuelle dans la plupart des emplois. C’est quand même dingue de réduire ça à une querelle idéologique. Laissez-moi deviner : ce rapport a été pondu par des quinqua mâles qui estiment que bobonne devrait rester à la maison torcher bébé, mais attention hein, c’est uniquement pour sa bonne santé?

anim_eyeroll

2) L’Europe consomme trop d’alcool.

Enfin, plus que le reste du monde. Bon, déjà, l’Europe c’est vaste, et il s’agit d’une moyenne continentale. Si c’est juste une affaire de comparaisons, je rappelle que l’alcool est interdit dans diverses religions dont l’Islam, l’Hindouisme et le Bouddhisme. Alors forcément, on va moins consommer d’alcool en proportion en Asie et en Afrique qu’en Europe. Exit 2 continents. Pour les deux autres (j’exclus l’Antarctique, les pingouins sont plutôt sobres…), vu que le rapport « couvre 39 pays dont les membres de l’Union européenne et d’anciennes Républiques soviétiques », rien qu’avec la Pologne et la Russie, ça doit bien faire bondir la moyenne de consommation par habitant de l’Europe… Sans compter la Bretagne et les Ch’tis.

Parce que ma génération et celles qui me suivent consomment bien moins d’alcool que celles de mes aînés. Vous avez oublié le spot d’informations d’avant-guerre (celle de 1940, je précise) en noir et blanc qui vante que les écoles primaires incluent à la cantine un verre de vin rouge par enfant, « pour fortifier le sang »? Et si les cafetiers ferment les uns après les autres, c’est bien parce qu’il y a de moins en moins de gens qui commencent la journée par un petit blanc sec au comptoir, qui arrosent le repas de midi d’un petit pichet et qui saluent la fin de leur journée de travail par un petit apéro. Les jeunes boivent plus d’un coup, mais occasionnellement. De toute façon, ils n’ont pas les moyens.

anim_fassbender drinks

D’habitude, quand je disais à des collègues qui me servent un verre de mousseux à un pot de départ que je ne bois pas d’alcool, ils me regardaient avec un mélange de pitié et de dégoût, en me disant que je ne savais pas ce que je perdais (un goût dégueu, mal au bide, et parfois mal au crâne avec un verre de vin. J’ai testé, je n’aime pas, et mon estomac non plus. J’ai arrêté de me forcer, je ne voyais pas l’intérêt, à part pour éviter donc la pression sociale des gens qui me regardent comme une ruineuse de fête. Alors que je m’en fous qu’ils boivent ou pas, hein, je ne prosélyte pas. J’aime pas et je leur en laisse plus, c’est tout). Depuis un an ou deux, ça fait deux fois que la réponse spontanée du nouveau de l’équipe à mon « désolée, je n’aime pas ça » est « Ouah, t’aimes pas l’alcool?! Je ferais plein d’économies si j’étais pareil(le)! ».

3) Outre l’alcool, le tabagisme et l’obésité menacent la santé des Européens

Même que si ça continue, la prochaine génération actuelles vivra moins longtemps que leurs aînés. L’OMS, c’est un peu le docteur panpancucul qui vous explique que vous avez des habitudes de merde, ou ce sont les médias qui ont choisi de parler seulement de ce qui était du ressort des choix personnels? Parce que certes, je suis assez persuadée moi aussi que la santé va aller en se dégradant, mais je ne suis pas sûre que ce soit entièrement imputable à l’alcool et au tabagisme (en volume total il y a plus de gens qui fument, mais il me semble qu’il y a moins de gens qui sont de gros fumeurs à 2-3 paquets par jour, comme c’était souvent le cas il y a 20 ans). Quant à l’obésité, sans nier la part de sédentarité, ce serait déjà nettement plus facile de ne pas prendre du poids si les industriels ne foutaient pas systématiquement des cochonneries même dans les produits qui ne sont pas censés être transformés, comme la viande. Et encore, quand on parle de cochonneries censées être de la nourriture, et pas purement et simplement des déchets

anim_one big pile of shit

Du sucre (pardon, du sirop de glucose, c’est pire) dans le jambon et les lardons. De l’huile de palme dans les gâteaux. Des pesticides et des OGM dans les fruits et légumes. Des fongicides sur les vêtements. Des cancerigènes dans les produits de beauté et les objets du quotidien. Vous avez déjà essayé de lire les ingrédients afin d’acheter des gâteaux composés uniquement de farine, sucre, oeuf, lait et sel éventuellement, avec juste un ou deux conservateurs, le minimum? Impossible. Ca n’existe pas. Pas en supermarché. Apparemment, pour manger sain, il faut déjà ne travailler que 3 jours par semaine, afin de consacrer les 4 autres à aller chercher à la ferme des fruits, légumes, laitages et oeufs bio (sous réserve que le fermier ne vous entube pas en bourrant ses champs de pesticide sans vous le dire), et cuisiner soi-même tout ce qu’on mange. Vraiment tout, du pain aux plats. Ah, j’oubliais : avec votre temps partiel à 3 jours par semaine, il faut gagner assez d’argent pour acheter tout ça en bio, soit (au minimum) le triple d’un SMIC plein temps. Et si vous ne le faites pas, l’OMS va vous faire les gros yeux. Salauds de pauvres qui ne mangent pas comme il faut et leur plombent leurs statistiques!

Savez-vous qu’aux USA, la bouteille d’eau minérale coûte nettement plus cher que la canette de soda? Encore plus fort : ils ajoutent des tas de trucs (sel, sucre, sirop de machin, graisse, polyphosphates etc) qui ne sont pas dans les recettes d’origine, et qui ont forcément un coût… et après ils vous font payer PLUS CHER pour un produit « sans sucre ajouté », « sans graisse ajoutée », « avec moins de sel* » (* par rapport à la moyenne constatée sur des produits du même type, mais bizarrement si vous comparez avec l’autre marque ou avec un autre produit de la même, la quantité de sodium sera la même).

Le saviez-vous? La malhonnêteté et la radinerie des industriels sont mauvaises pour la santé, mais ça, l’OMS ne dit rien contre…

Publicités

6 réflexions au sujet de « Allez l’OM(S)! »

  1. En tant que maman je suis carrément très beaucoup d’accord avec la première partie.
    Et je dirais même : la mère est un salarié comme les autres. Ni moins compétente, ni moins disponible. Et sa polyvalence est sans limite.
    Avec la suite aussi remarque !
    Effectivement au lieu de ne stigmatiser QUE les consommateurs, il faudrait aussi davantage surveiller les industriels.
    Je ne parlerais pas de la cigarette. Je ne fume pas. Par contre, je peux dire que je subis moins le tabagisme depuis quelques temps, car la plupart des fumeurs font plus attention, ne serait ce qu’aux autres, et aussi à leur porte-monnaie.
    Après c’est peut-être juste autour de moi.

    • Je constate la même chose au sujet du tabac autour de moi. Après évidemment, je travaille dans des bureaux, et depuis que c’est interdit d’y fumer, les gens qui avant pouvaient aligner clope sur clope doivent maintenant descendre x étages et aller dehors pour fumer… Alors forcément, c’est dissuasif, même si certains continuent à le faire toutes les heures.
      Et le porte-monnaie compte aussi.
      Certains se rattrapent peut-être le soir, mais vu que c’est une drogue, s’ils sont obligés de se priver de cigarette 1 ou 2h d’affilée, ou plus pour les voyages en train ou en avion, au final sur le moyen terme ils se sont un peu désintoxiqués par rapport à l’époque où ils pouvaient fumer non stop.

  2. très bel article je ne peux être que d’accord avec toi, je rajouterais une anecdote personnelle pour le côté allaitement. Lorsque mon épouse a voulu allaiter et continuer de le faire malgré le boulot, elle a pu trouver un responsable sympa qui lui laissait quand il pouvait un bureau à disposition pour qu’elle s’organise pour pouvoir tirer son lait ( donc avec tout le matos qui va bien). ça s’est pas trop mal passé on ne peut pas trop s’en plaindre.
    Par contre quelque temps après elle a une discussion avec quelqu’un de la RH qui lui disait que suite à des réaménagements des locaux ils supprimeraient tous locaux dédiés aux femmes qui souhaite avoir un local spécial pour l’allaitement etc… qu’elle en avait marre de toutes ces pondeuses( je précise en plus que pour l’anecdote la correspondante RH était une femme !) ce genre d’attitude et de remarque à la con on l’entend fréquemment, alors en effet, il y a encore des efforts à faire pour aider celles qui souhaitent et qui peuvent continuer l’allaitement de leurs enfants :).
    Pour le reste des sujets je suis d’accord ! 🙂
    bonne journée 🙂

Les commentaires sont fermés.