Fandom Parodie : T.M.I.

Pour les gens qui ne sont pas familiers avec cet acronyme anglo-saxon, T.M.I. correspond à « Too Much Information », et c’est ce qu’on dit (enfin, disait dans les années 2000 quand la série Buffy contre les Vampires passait encore) quand quelqu’un commence à raconter des détails trop intimes ou personnels qu’on n’a pas envie d’entendre. La chanson parodiée est une des premières chansons de James, encore une histoire de « yeah t’es super sexy, tu essaies de me chauffer et ça m’intimide, et dans quelques années quand tu seras au top tu ne me regarderas plus ». Oui parce que ça sous-entend aussi que la fille est beaucoup plus jeune que lui, et il a écrit ça bien avant de rencontrer sa femme, comme quoi.

Cette chanson est la suite logique de celle que je vous ai présenté la parodie la semaine dernière, Patricia. En effet, elle m’est venue parce que James parsemait régulièrement ses concerts d’explications sur les textes de ses chansons (jusque-là, rien d’original). Lesquelles, pour plus de la moitié, concernaient des filles (jusque-là, toujours rien d’original). Des ex-petites amies, généralement, ou des filles avec qui il aurait bien aimé sortir mais dont il s’était pris un vent (toujours aussi peu original).

Je crois qu’il pensait que les anecdotes en question étaient cool et sexy, et les chansons aussi. La plupart du temps, elles m’inspiraient ma tête de Mercredi Addams :

The-Addams-Family-addams-family-1015657_888_500

Soit parce qu’il surenchérissait dans les détails, ou parce que pour un quadra qui pouvait nous tenir la jambe 3 heures d’affilée avec son amour de Shakespeare, il avait décidément la maturité amoureuse d’un scone à la myrtille, donc. Et que je réalisais qu’en fait, c’était un très mauvais plan, de sortir avec un artiste, si on aimait un tant soit peu avoir une vie privée. Non, pas juste à cause des paparazzis, James n’était pas assez célèbre pour ça. Mais parce qu’un artiste n’hésite pas à balancer vos habitudes en matière d’épilation pubienne juste pour faire marrer l’assistance. Qu’un jour ou l’autre, on finit par faire l’objet d’une chanson rageuse de rupture, voire pire : d’une chanson d’amour terriblement niaise à son nom.

En plus, s’il chouine dans une chanson qu’il vous a offert un collier en or et que l’or n’est pas assez bien pour vous et ne va pas à votre peau, vous vous faites insulter par les fans surprotectrices parce que c’est à cause de vous qu’il est tout déprimé et qu’il a écrit cette chanson triste, vous n’avez pas apprécié son cadeau, vous êtes une vilaine ingrate alors que ce pauvre homme qui est la crème sur terre est à vos pieds. Alors que si ça se fait, c’est juste lui qui fait une montagne de rien, parce qu’il devait pondre une chanson, parce qu’il voulait écrire un truc triste, qu’il pleut en Angleterre sur la tournée… La lose (oui ça prend un seul O. De l’anglais « to lose », perdre. Avec deux O, c’est loose, ça veut dire relâcher, rien à voir, et ça ne se prononce même pas pareil).

Dangerous

T.M.I.

I don’t think you know my name
I think you’d leave me standing in the rain
You’re a pretty little girl,
you got a thing for me
But you’d cut me open and let me bleed

But I notice you
With your long brown hair
Pretty little feet
Sparkling everywhere

You look so good
When you come my way
But I have to look down
When you talk to me

‘Cause you’re dangerous
Dangerous
Dangerous
And you don’t even know it

One baby, two, maybe three more years
You’ll be a full grown girl,
have all your curves
And here’s my taste of irony:
You’ll be a ten-hot baby, too good for me

But I’ll be looking at you
With your long brown hair
Pretty little feet
Sparkling everywhere

You look so good
When you come my way
But I have to look down
When you talk to me

‘Cause you’re dangerous
Dangerous
Dangerous
And you don’t even know it

So little girl you better stay set
You’re playing with fire
when you get to wet
Just set me down and leave me be
You’ll find the devil if you unchain me

But I’ll be looking at you
With your long brown hair
Pretty little feet
Sparkling everywhere

You look so good
When you come my way
But I have to look down
When you talk to me

‘Cause you’re dangerous
Dangerous
Dangerous
And you don’t even know it

I don’t need to know their names
I think they would likely do without that fame
You’re a purty little thing,
playing sexy
But you have a screwed sense of privacy

But I’ll be listening to you
Listing your break-ups
Spilling your notebook
For the audience’s fun

It’s artistic
Or so I’m told
But I have to look down
When you talk like this

‘Cause it’s T.M.I.
T.M.I.
T.M.I.
And I don’t wanna know it

One baby two, maybe three more tales,
You’ll start drawing diagrams,
with color details *
And here’s a little taste of irony
You tell us you want to keep your privacy

But I’ll be listening to you
Listing your break-ups
Spilling your notebook
For the audience’s fun

It’s artistic
Or so I’m told
But I have to look down
When you talk like this

‘Cause it’s T.M.I.
T.M.I.
T.M.I.
And I don’t wanna know it

So little baby, you better stay mum
Please stop before
you start giving marks.
I’m glad you will never write about me
Because some of us do like privacy

But I’ll be listening to you
Listing your break-ups
Spilling your notebook
For the audience’s fun.

It’s artistic
Or so I’m told
But I have to look down
When you talk like this

‘Cause it’s T.M.I.
T.M.I.
T.M.I.
And I don’t wanna know it

* J’avais même dessiné** un diagramme pour aller avec la parodie dites donc :
james_tmi_s

Ah oui, j’avais presque oublié, tiens. Le dessin illustre une autre de ses anecdotes d’interludes, sur une fille avec qui il flirtait, et qui alors que ça devenait chaud, lui avait demandé de parler avec l’accent British (qu’il utilisait pour jouer Spike, alors que c’est un Californien pur jus. Je ne sais pas ce que les femmes trouvent à l’accent British, le posh – dont je découvre qu’on l’appelle « Received Pronounciation » en fait -, au passage). Ce qui lui avait immédiatement coupé ses moyens.

** ok, dessiné dans Paint, et peut-être même au bureau. Mais l’anecdote ne valait déjà pas que les 5 minutes que j’y ai passées.

3 réflexions au sujet de « Fandom Parodie : T.M.I. »

    • Merci. À noter que James sera au Comics Con de Paris dans 2 semaines. Si je n’étais pas opposée à l’idée de payer encore une fois même pour ça, je lui filerai bien un recueil de mes parodies, à retardement 😛 Mais si je me retrouve en face de lui il faudra que je lui demande le remboursement de tous les concerts et conventions qu’il a foiré, donc vaut mieux pas…

  1. Ping : Financement participatif : Fandom Parodie | Fan Actuel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s