Cinéma : Ange et Gabrielle

Aujourd’hui sort (enfin hier en pré-sortie) le nouveau film de Patrick Bruel (et d’Isabelle Carré) : Ange et Gabrielle.

Ange, séducteur quinqua vieillissant et hypocondriaque, apprend qu’il a un fils à peine sorti de l’adolescence qui, lui aussi, va être père. Peut-on être grand-père quand on n’a jamais été père ? Surtout quand on tombe éperdument amoureux de Gabrielle, la mère de sa future belle-fille ?

ange et gabrielle_s

Je ne sais pas, mais je me demande surtout si on peut faire une comédie « à la française » avec des personnages qu’on n’a pas envie de baffer, tous autant qu’ils sont. Là, le début du film a au moins le mérite d’être rigolo, quand le personnage de Patrick Bruel, désagréable à souhait, se fait gifler par une Isabelle Carré en mère coincée hystérique. Et je vous passe la fille de Gabrielle, ado boudeuse et inconséquente qui fait connerie sur connerie, avec qui on devrait compatir, j’imagine.

Mais dès qu’on sort de la grosse marrade, on passe aux clichés niais sur les bébés, la famille, les vraies valeurs etc. Le tout à coup de quiproquos difficiles à croire. Pas mieux.

Publicités