Les fans au cinéma (2) : fans salvateurs

J’ai planifié cet article la veille du décès d’Alan Rickman. Ca en devient un hommage maladroit, son personnage (savoureux) de Galaxy Quest étant sans doute l’un des premiers dans lequel je l’ai identifié. By Grabthar’s hammer, by the suns of Warvan, you shall be avenged!

Eric-Emmanuel Schmitt est parti d’un personnage de fan un peu similaire à celui d’Annie Wilkes en 2006 dans sa nouvelle « Odette Toulemonde », qu’il a également adaptée en film avec Catherine Frot et Albert Dupontel la même année. Mais l’histoire qu’il en a tirée est bien différente, à l’exact opposé même. Odette est une femme sans histoires bien que pas sans histoire : jeune veuve, deux grands enfants, cumulant deux emplois pour s’en sortir. Pourtant, elle n’est pas malheureuse, comme elle s’en explique dans une lettre à Balthazar Balsan, romancier et responsable involontaire de sa sérénité :

« Franchement, ma vie, avant de vous connaître, je la trouvais souvent moche, moche comme un après-midi à Charleroi quand le ciel est bas, moche comme une machine à laver qui vous lâche quand vous en avez besoin ; moche comme un lit vide. Régulièrement, la nuit, j’avais envie d’avaler des somnifères pour en finir. Puis un jour, je vous ai lu. C’est comme si on avait écarté les rideaux et laissé entrer la lumière. Par vos livres, vous montrez que, dans toute vie, même la plus misérable, il y a de quoi se réjouir, de quoi rire, de quoi aimer. Vous montrez que les petites personnes comme moi ont en réalité plus de mérite parce que la moindre chose leur coûte plus qu’aux autres. Grâce à vous, j’ai appris à me respecter. »

odette-toulemonde

Or, au moment où Odette réussit à lui transmettre sa lettre lors d’une séance de dédicaces, Balthazar vient d’essuyer une critique assassine qui a déchaîné sur lui une curée médiatique. Laquelle a ravivé ses doutes sur son propre talent et la fausseté de son existence, et l’a plongé dans la dépression. La lecture de la lettre d’Odette en plein gouffre lui apporte le réconfort que, quoiqu’en pensent les critiques, son œuvre donne du bonheur aux gens et n’est donc pas inutile. Même si, juste avant de lire la lettre, il se lamentait sur le mauvais goût kitsch du papier à lettre utilisé.
« Décidément, Olaf Pims avait raison : écrivain pour les caissières et les coiffeuses, il n’avait que les fans qu’il méritait! »
Elle lui prouve aussi qu’on peut trouver le bonheur dans une vie modeste, alors que lui qui a réussi suivant les critères communs (argent, gloire, femme belle et intelligente) se sent profondément insatisfait. Il part donc à la recherche d’Odette pour qu’elle lui apprenne à être heureux. Un renversement de rôles dont rêvent sans doute nombre d’admirateurs : rendre à son idole le bonheur qu’on lui doit, lui être aussi indispensable qu’il nous l’est, et accessoirement partager sa vie quelques heures! Un bel hommage aux fans.

jean-philippe

Le film « Jean-Philippe » de Laurent Tuel pousse ce principe encore plus loin, en 2006, en faisant du fan celui qui permet la réussite de son idole… Littéralement! Fabrice (joué par Fabrice Luchini), employé de bureau, mène une vie rangée ni réussie ni ratée, mais qui ne le satisfait pas. Sa femme Babette (Guilaine Londez) l’aime, mais supporte de moins en moins qu’il consacre son temps et son argent à Johnny Hallyday, au détriment de sa famille. Sa fille punk, baptisée Laura comme celle de Johnny, l’ignore. Comme il le dit lui-même à un pilier de bar, seule la musique de Johnny lui permet de se lever le matin. Hélas pour lui, après un coup de poing qui le plonge dans l’inconscience, il se réveille dans un monde où Johnny Halliday n’existe pas : le cauchemar! Sa pièce spéciale sous les combles ne contient plus sa collection Johnny (« la plus importante du département »), mais un alignement de canettes de bières du monde entier – sa collection dans cet univers parallèle. Sa fille ne s’appelle plus Laura mais Marion…

Désespéré dans ce monde qui ne contient plus sa bouée de sauvetage, il part à la recherche de Jean-Philippe Smet (joué par lui-même). Dans cet univers, celui-ci n’a jamais percé, suite à un accident de Vespa sur la route de ce qui devait être sa première apparition à la télé. Sa place en tête des ventes de disques et comme premier chanteur de rock français a été occupée par son rival Chris Summer (Antoine Duléry). Loin d’abandonner, Fabrice décide alors d’aider Jean-Philippe à devenir celui qu’il aurait dû être. De mémoire, il réécrit une centaine de ses plus grands tubes, le fait répéter, lui raconte le destin fabuleux de Johnny, devient son manager pour lui fournir l’occasion de chanter au Stade de France. Oui, le fan est aussi celui qui croit en vous quand vous n’êtes plus rien, et qui sait tout ce qui fait une star aux yeux de son public.

FA_galaxy_quest

Galaxy Quest de Dean Parisot, avec Tim Allen, Sigourney Weaver (une des actrices favorites des geeks, après Alien, Ghostbusters et Avatar) et Alan Rickman (alias le professeur Rogue), est l’un des rares films abordant le sujet des acteurs qui cachetonnent dans les conventions de science-fiction. Le personnage de Tim Allen, très inspiré du capitaine Kirk, le vit plutôt bien, mais celui d’Alan Rickman, acteur shakespearien contrarié, ne le fait que pour payer ses factures. Ensemble, ils se retrouvent embarqués dans une véritable aventure spatiale par des extra-terrestres qui croient que la série télé (très inspirée de Star Trek) qui a fait leur gloire est un documentaire. Ils ont besoin de leur aide pour lutter contre l’alien reptilien qui, avec sa flotte, a détruit leur planète.

Loin de n’être que moqueur, le film sait être drôle et touchant, tout autant quand il parle de ces acteurs dont les carrières ont mal tourné, que des fans assidus de leur série oubliée. En effet, si au début, les pseudo-trekkies paraissent un peu pathétiques avec leurs questions ultra-spécialisées sur la série, ils sont ensuite réhabilités – je vous laisse découvrir comment. On sent bien que le réalisateur éprouve une certaine tendresse pour ces geeks… Vu le nombre de références réussies, il en est un lui-même! En bonus pour les afficionados de la science-fiction, on apprécie la performance de Sigourney Weaver en blonde à forte poitrine, papesse du film de genre et l’une de celles qui a réussi à en sortir sans pour autant les renier.

17 réflexions au sujet de « Les fans au cinéma (2) : fans salvateurs »

  1. ah superbes références des films de « fans » , il y avait fanboys aussi qui était pas mal dans le genre. Lucchini était excellent dans Jean Philippe, et Johnny, pas mal dans son rôle aussi 😉
    Quand à Galaxy Quest j’adore aussi , quel superbe clin d’oeil aux trekkies comme tu le dis, aujourd’hui le phénomène « geek » est à la mode , mais il y a de cela 15 ans on avait l’impression de voir big bang theory mais sans les rires mais plus avec les moqueries sur le cliché du geek/ nerd et fan de ce genre de film ou série… belle référence à Alan Rickman, ce n’est que suite à son départ que je me suis souvenu qu’il jouait en effet dans ce film.

    • J’avais aimé Jean-Philippe alors que je n’aime guère ni Lucchini, ni Johnny, on apprécie l’exploit du réalisateur et du scénariste 😉
      L’avantage de Galaxy Quest, c’est qu’on sentait que loin de vouloir juste se moquer des acteurs et des fans (même si au début on peut en douter), ça avait été fait par des gens qui connaissaient bien le sujet, et qui finalement avaient pas mal d’affection pour les uns et les autres. Alors que Big Bang Theory, j’ai du mal à trouver ça drôle… :/
      Les gens qui me disent trouver ça super drôle ne sont d’ailleurs en général pas des geeks.

      • Je suis de ton avis pour big bang theory j’ai essayé 2 saisons j’ai eu du mal à trouver l’attrait, je trouvais que le coté geek weirdo associal qui ne sait pas vivre avec les autres est trop mis en avant, je mettais big bang theory pour le côté fan absolu qui peut y être montré , mais comme tu le dis c’est surtout apprécié par des personnes non geek en somme. Galaxy quest reste parmi les bonnes réussites du genre au final 🙂

  2. Superbe article qui me parle bien et qui en plus me fait découvrir des oeuvres que je connaissais juste de nom (à part Jean-Philippe que j’avais vu et adoré). Galaxy Quest va être en tête des films à voir absolument (rien que pour voir Alan Rickman avec cette… coiffure ? improbable).

    • Il joue un extra-terrestre à la Spock, alors c’est un genre de cornes / excroissances façon Klingon (même si ce n’est pas la même espèce…). Galaxy Quest est nettement plus drôle que je ne m’y attendais d’après le pitch. J’avais peur de trop de moqueries bas de plafond, mais finalement il y a une vraie affection du réalisateur pour ses personnages. 🙂

    • Je pense que le thème ne parlait pas forcément à tout le monde. Encore que maintenant le concept des conventions est un peu plus connu du grand public en France. Mais à l’époque, Star Trek étant aussi moins « culte » en France qu’ailleurs, pas mal de blagues pouvaient sembler obscures, j’imagine.

  3. Galaxy Quest est succulent!
    Dans un autre genre, « Odette Toutlemonde » est très bon (déjà, j’aime bcp Catherine Frot..).
    Je lisais les échanges entre Pimpf et toi au sujet de « Big Bang theory »: j’aime bien cette série mais je n’ai pas accroché pour le côté geek, etc…ou alors, je l’ai pris au je ne sais pas combien de degré ^^
    J’ai des amis qualifiés de « geeks » (mais le terme s’applique à n’importe qui, à présent, donc…) qui adorent cette série sans se retrouver dans le côté asocial/hyoer scientifique et cie.
    Je crois que les références « fans de … » (comics, Star Trek, Star Wars – un énorme clin d’oeil à la sortie du dernier Star Wars dans l’un des récents épisodes) me fait bcp plus rire que le reste, finalement. (dans le genre série sur des geeks/nerds, « The IT crowd »)

    • Oui j’avais bien aimé aussi Odette Toutlemonde. Même si je commence à trouver que Catherine Frot se retrouve à jouer des personnages qui se ressemblent un peu.
      En fait je n’ai pas beaucoup essayé de regarder Big Bang Theory, car les personnages m’agacent tous un peu et aucun ne m’intéresse. Donc les références ne suffisent pas à me faire regarder.
      Et puis pour être honnête, je n’ai pas plus que ça envie de regarder une série *sur* les geeks.

  4. J’arrive un peu en retard sur cet article mais effectivement le timing de cette publication avec la nouvelle concernant Alan Rickman en fait un bel hommage.
    D’ailleurs c’est bien le premier film qui m’est venu à l’esprit quand j’ai repensé à cet acteur. Galaxy Quest est une superbe réussite et on pourrait presque dire que c’est un excellent Star Trek. Comme tu l’expliques, le réalisateur comprend parfaitement les fans de ce genre d’univers et leur livre une oeuvre qu’ils peuvent chérir (contrairement à quelques séries qui essayent d’utiliser les « geeks » mais sans savoir les faire rire – non je ne pense pas du tout à Big Bang Theory). J’avais revu le film le soir où j’avais appris la disparition d’Alan Rickman et c’est toujours un régal, très drôle, très émouvant, une belle aventure.
    Never give up, never surrender!

    • Ah, toi non plus tu n’aimes pas Big Bang Theory?…
      Oui les films de ce genre qui ne se moquent que gentiment (et j’ai envie de dire, comme on se moque entre nous de nos propres défauts, entre fans, entre geeks, entre égaux…), ce n’est pas si commun. Et en plus de ça, c’est un bon film de science-fiction et un bon film tout court. Les personnages sont touchants, l’histoire se tient, les acteurs sont excellents.
      J’ai rencontré l’acteur qui joue le méchant dans une convention Buffy, Robin Sachs. Histoire de faire un petit clin d’oeil à un de ses autres rôles je l’ai salué d’un Never give up, never surrender!, mais il n’a pas eu l’air ravi… Peut-être qu’il se projette un peu trop dans le personnage d’Alan Rickman qui vivote de conventions alors que ce n’est pas son univers. Mais il ne doit pas rougir de ce film.

      • La révélation ! J’avais jamais réalisé qu’il avait joué dans Buffy. Mais maintenant que tu le dis, oui je vois très bien ! Tu viens d’éclairer ma soirée ! \o/
        En tout cas, ça devait être très sympa de le croiser. Enfin c’est quand même dommage pour le Never give up, never surrender! mais j’espère qu’il t’avait laissé un bon souvenir malgré cela.
        Quand on y pense, le casting de Galaxy Quest est assez fou, la plupart des acteurs ont eu de belles carrières à côté. Dans les aliens, y a même Rainn Wilson qui joue Dwight Schrute dans The Office (version US).

        • En même temps avec son masque de reptile il est difficilement reconnaissable 😉
          Je ne lui en ai pas voulu, les pauvres signaient depuis des heures et en avaient encore pour un moment, parce que l’organisatrice était une buse inexpérimentée qui avait mal calculé les heures allouées aux dédicaces 😦 Et en plus ils n’ont pas été payés autant que prévu.
          Donc les dédicaces allaient vite et je n’avais pas le temps d’expliquer que je trouvais le film super. Si ça se fait il a plutôt pris ça pour une moquerie (je suis un peu la spécialiste des malentendus avec les artistes en dédicace). Il n’a pas été désagréable, mais j’espérais que ça permettrait de mettre un peu de personnalisation dans un truc vite expédié. Et c’est tombé à plat.
          J’ai adoré que Sigourney Weaver joue le rôle de l’actrice qui joue la blonde de service, alors que pour tout le monde elle est Ripley, l’antithèse de la potique de SF 🙂

          • C’est vrai que pour ces artistes, les conventions doivent être vraiment exténuantes (ce qu’on voit très bien dans le film d’ailleurs).
            Oui, Sigourney Weaver était très bien, son image de femme forte à l’opposé de ce rôle. C’est excellent quand elle découvre dans le vaisseau alien que son seul rôle est de répéter les instructions de l’ordinateur de bord.
            Sinon, je ne sais pas si tu connais le jeu Mass Effect mais on peut penser que les créateurs se sont également inspirés de Galaxy Quest.

  5. Ping : Les fans au cinéma (5) : Perfect Blue, de Satoshi Kon | Fan Actuel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s