Lecture : Chéri de Colette (challenge des 100 livres)

J’ai lu Chéri, de Colette, dans le challenge des 100 livres. Choisi parce qu’il était court, disponible à la bibliothèque la plus proche, et que je me souviens qu’une adaptation en film en a été faite récemment.

Il faudrait peut-être que je la regarde à l’occasion : Michelle Pfeiffer semble être un casting idéal pour interpréter le personnage de Léa de Lonval, pseudonyme de Léonie Vallon. Demi-mondaine (cad en clair une courtisane) vieillissante à l’approche de la cinquantaine, Léa entretient depuis cinq ans une liaison avec le jeune Fred, dit Chéri, le fils de sa meilleure ennemie et ex-collège Charlotte Peloux. Elevé parmi les demi-mondaines, Chéri est cynique, vénal et dévergondé. Il est aussi beau à faire tourner toutes les têtes, ce qui a en partie fait céder Léa alors qu’elle tentait de lui redonner la santé qu’il perdait à courir les bars jusqu’à ses 19 ans.

cheri_1

Guest star : le café gourmand du Café des Chats Bastille

A 25 ans, il a décidé de se marier avec l’effacée Edmée, fille d’une autre demi-mondaine, tout juste sortie du pensionnat. La seule chose qu’il voit en elle est la rente qu’elle reçoit, vraisemblablement, de son père jamais nommé (sans doute un ancien riche protecteur de sa mère Marie-Laure). Et puis, même à lui, il lui faut bien se caser, fut-ce légèrement en marge des bons bourgeois.

Ce qui m’a le plus intéressé dans ce roman, c’est la peinture du milieu des demi-mondaines « rangées des affaires » ou en voie de l’être. Celles que l’on croise ici, Léa, Charlotte et Marie-Laure, ont de la chance et avaient la tête sur les épaules : elles ont mis de l’argent de côté pour vivre leurs vieux jours en bourgeoises fortunées. Pourtant, bien qu’elles aient le même train de vie que leurs protecteurs, elles ne se fréquentent guère qu’entre elles, avec quelques vieux messieurs devenus des amis. Léa se félicite de n’avoir jamais eu à « subir » de vieux, ayant plutôt donné ses faveurs à des jeunes hommes de bonne famille qui, après elle, ont pu se marier et savoir comment se comporter avec leurs épouses.
cheri_2

(c’est vraiment la meilleure Léa que je pouvais imaginer d’après la description de Colette)

Chéri est sa dernière folie, pas un protecteur mais plutôt son « nourrisson méchant » comme elle l’appelle. Elle ne comprend pas elle-même pourquoi il l’attire, ni pourquoi elle est restée si longtemps avec lui (et moi non plus). Quand vient l’heure de laisser Chéri se marier, elle le prend en apparence sereinement, et lui aussi. Mais ils sont rattrapés l’un et l’autre par des sentiments qu’ils n’étaient pas conscients d’éprouver. C’est cette fin de relation, ce début d’une autre, l’approche de la vieillesse et l’adieu à l’amour qui sont au coeur de l’histoire, et sont, eux, intemporels.

Ce qui est intrigant aussi, dû un peu à l’âge du roman, c’est que si les moeurs dépeintes devaient choquer à l’époque (et peut-être encore aujourd’hui), la façon dont elles sont décrites reste plutôt chaste et évasive – à un ou deux passages près. Alors que quelqu’un écrivant un livre sur les courtisanes aujourd’hui le ferait comme prétexte pour multiplier les scènes de sexe (cf le film « L’Apollonide : Souvenirs de la maison close », que j’ai vu récemment et dont je me demande franchement si le réalisateur avait autre chose en tête que vouloir montrer des jeunes femmes alanguies en nuisette sexy pendant 2h).

Chéri, c’est l’anti-50 Nuances de Grey… Déjà, c’est Léa qui mène la danse dans la relation, qui a l’expérience et l’argent… Et Chéri est loin d’être une oie blanche. Quant à l’écriture, elle est à la fois élégante, ironique et terriblement humaine.

Côté style : on ne touche pas au texte de Colette, évidemment, donc il ne faut pas s’attendre à un vocabulaire des plus modernes. Certains mots devenus inusités du coup m’ont demandé une petite recherche (« trottin », par exemple, alors que je l’avais vu dans une expo à Galliera, mais je l’avais oublié…). Ou un synonyme de maquereau, déjà oublié, un poisson aussi… Néanmoins, comme c’est Colette, c’est plaisant à lire, les personnages sont très vivants et le Paris de la Belle Epoque renaît sous nos yeux.

Etat du challenge : 20/100

(la route est longue…)

Next : 10 Petits Nègres d’Agatha Christie (je dépile les « petits » qui sont à la bibli la plus proche).

Citations : 

Ces abandons de l’après-midi l’écoeuraient. Jamais son jeune amant ne l’avait surprise défaite, ni le corsage ouvert, ni en pantoufles dans le jour. « Nue, si on veut, disait-elle, mais pas dépoitraillée ».


Il eut les bains de lait d’iris dans la baignoire de sa mère, et les débarbouillages hâtifs avec le coin d’une serviette. Il endura l’indigestion de bonbons, et les crampes d’inanition quand on oubliait son dîner. Il s’ennuya, demi-nu et enrhumé, aux Fêtes des Fleurs où Charolotte Peloux l’exhibait, assis dans des roses mouillées ; mais il lui arriva de se divertir royalement à douze ans, dans une salle de tripot clandestin où une dame américaine lui donnait pour jouer des poignées de louis et l’appelait « petite chef d’oeuvre ». Vers le même temps, Mme Peloux imposa à son fils un abbé précepteur qu’elle remercia au bout de dix mois « parce que, avoua-t-elle, cette robe noire que je voyais partout traîner dans la maison, ça me faisait comme si j’avais recueilli une parente pauvre, et Dieu sait qu’il n’y a rien de plus attristant qu’une parente pauvre chez soi! ».

Advertisements

5 réflexions au sujet de « Lecture : Chéri de Colette (challenge des 100 livres) »

  1. Un très bon Colette (avec sûrement « Le Blé en herbe » et « La chatte ») qui se base sur son expérience personnelle.
    Heureusement qu’elle n’a jamais versé dans les scènes de sexe ….on s’en passe aisément (surtout les mauvaises comme « 50 nuances de machin »).
    Si tu aimes « Le temps de l’innocence », as -tu lu le roman d’Edith Wharton d’où a été tiré le film?

    • Il y a une scène où on sait qu’il se passe des trucs, et même sans détails c’est évocateur.
      Non, je n’ai pas lu le roman. Je ne me souviens plus si j’avais vraiment aimé le film non plus du reste!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s