Transports en commun : Doute en train

Episode 6 : Doute en train

En route pour Roissy, via un RER B
direct aéroport. Contrôle des billets.
Une petite Asiatique qui s’était endormie
Désigne sur un plan l’arrêt de Saint-Denis,
indiquant sans parler où elle voulait aller.
L’arrêt est loin derrière, et son ticket mauvais.
Le contrôleur hésite à la verbaliser.
Le réseau est complexe, elle ne parle pas français.
Sa collègue est plus dure, et lui file une amende.
Et au prochain arrêt, il faudra qu’elle descende.
L’infortunée touriste sort au terminal 1…
J’arrive au terminus, et sort aussi du train.
En route pour mon avion, qui vois-je devant moi?
La touriste perdue, pas si perdue que ça.
Intriguée, je la suis : elle marche d’un bon pas
Jusqu’au hall d’arrivée du terminal 2A.
Elle y retrouve des gens qu’elle emmène avec elle.
Le bénéfice du doute finit à la poubelle.

FA_pub_Netflix_RATP_2

(je vous ai déjà dit que j’étais curieuse comme un chat? J’ai horreur de ne pas connaître la fin d’une histoire. Quand la fille a déboulé devant moi sur le tapis roulant, je n’étais pas sûre que ce soit la même passagère, car j’étais persuadée qu’elle était descendue à l’arrêt précédent pour reprendre le RER dans l’autre sens. Mais outre la dégaine, j’ai reconnu son sac à man. Elle avait donc dû prendre la navette pour rejoindre ce terminal… Et moi, puisque j’avais de l’avance avant l’embarquement, je l’ai suivie pour avoir le fin mot de l’histoire : perdue ou pas perdue? Moi qui croyais la contrôleuse sévère… elle avait raison).

Advertisements

18 réflexions au sujet de « Transports en commun : Doute en train »

    • Je m’interroge : pour qui, pour quoi, pour quel usage ce commentaire?
      Pourquoi sur cet article plutôt que sur les autres anecdotes de transport en commun publiées les vendredis précédents?

  1. Ce sont des brèves d’existences, des instants saisis au vol du quotidien. Croqués parfois avec cynisme et surtout avec poésie. Quant à l’utilité, la poésie a-t-elle vraiment une utilité concrète, sinon celle de nous aider à nous évader, d’exprimer des sentiments et d’attirer notre regard là où nous le posions pas jusque là ?

  2. Je ne doute pas de ce texte ni de la personne qui l’a écrit , je redoute que sa lecture dans ces moments troublés ou tout est pris pour dénonciation et communautarisme, qu’une certaine lecture soit appliquée au texte.
    Quant a l’utilité de la poésie elle est indéniable, mais reflète toujours -et c’est normal- la démarche intellectuelle de l’auteur.

    • J’y ai pensé aussi, mais pour l’anecdote ne fonctionnait pas en effaçant la particularité de la passagère, car c’est ce qui pouvait laisser penser à une touriste perdue. Donc soit il fallait la mentionner, soit ne pas raconter l’histoire. Etant donné que c’est du vécu, ça me paraissait dommage. Pour moi c’est plutôt une explication de l’intransigeance des contrôleurs et assimilés : non seulement ils ont déjà entendu toutes les excuses 1000 fois, mais en plus la plupart du temps elles sont bidon… Même ici dans un cas où moi j’aurais juré que la passagère était réellement une touriste ayant pris le mauvais RER (chose qui arrive facilement).

    • Je pense que plutôt que de s’imaginer des intentions qui n’y sont pas, Il faut plutôt considérer avec humour la douce ironie du retournement de nos préjugés sur les touristes asiatiques utilisés pour feinter. L’anecdote est simplement amusante. Il ne faut pas voir le mal partout.

  3. J’avais cru comprendre -apparemment j’ai tout faux- que la fenêtre appelée « COMMENTAIRE » instituée sur les blogs, permettait d’émettre un avis, bien évidemment sous la seul responsabilité de son auteur. Notons au passage que l’administratrice-teur du blog « WordPress » peut interdire tous commentaires en ne cochant pas cette rubrique dans l’administration.
    Il semble que selon l’avis de certaines-certains commentateurs le « bouton j’aime » soit le seul autorisé puisqu’il ne faut surtout pas avoir un avis « considéré » comme contraire vis-à-vis d’un article d’auteur.
    J’avoue ne pas avoir cette conception sur les pages de mon blog ou tous les commentaires sont publiés. Seul sont censurés les grossièretés, appel à des pratiques illégales ou a caractères xénophobes, ce me semble le minimum pour préserver du bon usage d’internet et des auteurs d’articles.

  4. J’ai beaucoup apprécié cet article dont j’ai jugé l’utilité pertinente.
    Très bon éclairage sur la nature humaine.
    Merci de me rappeler qu’il est sage d’y regarder à deux fois avant d’apporter son aide.
    Car on final, c’est mon cœur qui en pâtis plus que celui d’autrui…

    • L’anecdote fait partie des nombreuses qui rendent méfiant quand on est sur Paris (plus du fait de la concentration de gens que du fait qu’ils soient plus malhonnêtes qu’ailleurs).

    • J’ai vu tout un tas de gens qui peuvent passer pour des touristes faire semblant de ne pas comprendre… Que ce soit pour ne pas payer le métro, pour gruger des places dans une file d’attente ou autre. Beaucoup d’Italiens, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s