Corson + A-ha au Zénith, 1er avril 2016 

Après ses premières parties de Morten Harket à l’Olympia, Corson avait été plébiscité par des fans de A-ha devenus aussi les siens. C’est donc à leur instigation qu’il a été invité à assurer la première partie du seul concert français de la tournée de reformation du groupe norvégien, et il les en a remercié entre deux morceaux.

Il était accompagné comme souvent de Guillaume Bongiraud au violoncelle et Fred Adrignola au clavier. Le jeune guitariste est Fabien Mornet. Bien qu’il soit en train d’enregistrer son deuxième album, il est resté ce soir sur les valeurs sûres de son répertoire:  la reprise de Johnny Cash Made of Pain, le hit Raise Me Up, les singles The Rainbow et Loud. Il a terminé sur son titre porte-bonheur We’ll come again, son premier single, choisi récemment pour la nouvelle campagne de publicité de Lancôme avec Julia Roberts.

corson_paris_2016_01.jpg

Après la pause réglementaire, ce sont d’abord les musiciens de A-ha qui prennent place sur scène: deux « anciens » qui les accompagnaient déjà sur les deux tournées précédentes, Karl Oluf Wennerberg, le batteur  « grand talent dans un petit ?paquet? », dixit Magne en français plus tard dans la soirée, et Erik Ljunggren, aux synthés. Un nouveau bassiste au physique de Viking, Even Ormestad, réalise là son rêve de jeunesse.

Enfin, et c’est inhabituel, il y a également une choriste, et pas n’importe laquelle : Anneli Drecker avait déjà été leur choriste durant deux tournées au début des années 2000. Tournées que je n’avais pas vues, mais dont il existe un DVD, où elle interprète la chanson  « I wish I cared » avec Morten Harket. C’est donc une figure bien connue des fans.

aha_paris_2016_04

Morten avec Anneli Drecker

Les trois membres du groupe prennent place à leur tour sous un tonnerre d’applaudissements, pour un très pêchu I’ve been losing you. Ont suivi une vingtaine de titres couvrant à peu près tout leur répertoire, et seulement trois du dernier album Cast in Steel, dont la chanson titre. Parmi les surprises, Morten Harket a quitté la scène vers le milieu du concert durant une dizaine de minutes. Le temps pour Paul Waaktaar, le guitariste et principal compositeur, de chanter Velvet, suivi d’une interprétation de Lifelines par Magne Furuholmen. Ensuite, Anneli Drecker a entonné Here I Stand and Face the Rain. En cours de chanson, elle est rejointe par Morten, pour terminer le titre en duo.

Globalement, il semble que le groupe ait voulu revenir avec un son plus musclé que le très pop Foot of the Mountain. Je n’ai rien contre le principe, mais là, les caissons de basse ne délivraient pas des décibels mais des degrés sur l’échelle de Richter ou des massages cardiaques. Je croyais que c’était seulement parce qu’on était devant et trop près des caissons, mais d’après les avis de ceux en gradins, le son y était tout aussi écrasé. Un peu dommage. Je n’ai pas quitté les écouteurs qui me servent en concert de bouchons d’oreilles, mais j’étais parfois obligée de mettre les doigts dessus pour reconnaître la chanson qui commençait.

Les visuels projetés dans le fond sont souvent sombres, voire glauques, et je les aurais plutôt vus illustrer un concert de Placebo. Même les mannequins violonistes reprenant le clip de The Sun Always Shines on TV évoquent plus Chucky la poupée maléfique. Alors certes, le répertoire de A-ha est nettement moins léger que ne le croient ceux qui ne se souviennent que de Take on Me, la preuve. Mais ça fait bizarre quand même.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plus de photos sur l’album Facebook @Fan Actuel

Autre point négatif mais qui n’a rien à voir avec le groupe : l’organisation toujours aussi lamentable du Zénith. Alors que pas mal de fans faisaient la queue depuis le matin, une nouvelle file a été ouverte en milieu d’après-midi. Au moment d’entrer, notre file a apparemment eu droit à tous les boulets du service d’ordre : le gars qui a ouvert notre grille s’y est pris après ses collègues et a eu du mal à trouver comment ouvrir, de sorte qu’au moins 10 personnes étaient déjà passées aux autres portes. Et au « portail » de fouille, c’était le grand n’importe quoi. Déjà, ils mettent une femme pour deux hommes, sachant que les femmes sont fouillées par les femmes et les hommes par les hommes. Or la démographie des fans de A-ha, c’est plutôt deux femmes pour un homme. Donc entre la palpation, la fouille des sacs, et une idée particulièrement débile de faire vider les bouteilles d’eau dans des gobelets (? non mais n’importe quoi… alors que les autres se contentaient d’enlever les bouchons), la file des femmes n’avançait pas, alors que je voyais aux autres points de contrôle les gens défiler très vite. Du côté hommes, ça ne passait guère plus vite, surtout quand les gardes envoyaient déposer à la consigne des appareils photos compacts qui n’avaient pas lieu d’y être. Apparemment, les consignes n’étaient pas les mêmes pour tout le monde… Donc au Zénith : le personnel, ça se forme, et les consignes, on les donne avant d’ouvrir les barrières, merci.

Moralité : certains qui faisaient la queue depuis 8h du matin se sont retrouvés au 2e ou 3e rang sur les côtés de la scène, avec les hauts-parleurs dans la figure, alors que d’autres arrivés à 16h étaient au premier rang vers le centre…

D’un point de vue plus personnel :

aha_paris_2016_09

Pas très loin du moment raconté

Les précédents concerts et péripéties fandomesques ont laissé leur marque sur mon ressenti. Je suis nettement moins bien disposée envers les musiciens et moins intéressée (heureusement, vu que même du 3e rang, j’ai certes bien vu Magne mais assez peu tous les autres). Et le fait de ne pas entendre la musique distinctement n’arrange rien à l’affaire, je ne peux pas me dire « Ah tiens, ils sont super bons ce soir! », vu qu’ils pourraient aussi bien enchaîner les mauvaises notes, dans cette bouillie sonore j’aurais du mal à m’en rendre compte. Sur The Living Daylights, générique d’un James Bond, Magne encourage du bras les gens à chanter, démontrant au passage l’efficacité de son anti-transpirant. Morten vient enfin vers notre côté de la scène, et se donne en spectacle de longues minutes, décochant sourires ravageurs, signe de main sur le coeur etc. A un moment, étant au 3e rang quasiment sous son nez, j’ai l’impression qu’il me regarde alors que je prend des photos pour les copines et le blog. Je me dis « Il faudrait que je me force à sourire, non? ». Mais je n’ai même pas réussi. Parce que bon, je suis là pour la musique, pas pour flatter son ego, qu’il ne me fait définitivement plus aucun effet et que maintenant ses poses de crooner m’agacent plutôt. Y a eu comme un froid. Ben écoute, tant pis. Tu n’avais qu’à pas me snober avant. Maintenant c’est trop tard.

Publicités

16 réflexions au sujet de « Corson + A-ha au Zénith, 1er avril 2016  »

  1. je te confirme en gradins , ça résonnait fort à certains moments, j’étais content d’avoir mes bouchons d’oreilles avec mon épouse , mais vue la salle , le Zénith je suis habitué j’ai rarement eu du bon son dans cette salle ( si ce n’est Nine Inch Nails je ne sais pas comment ils se débrouillent pour cette salle)

  2. Bonjour. J’étais en gradin, milieu milieu, sur l’un des coté de la régie et.. Ok ! il y avait de la résonance, j’avais des bouchons d oreilles avec moi, je ne les ai pas mis – le son était largement supportable ! Cela doit dépendre de là on l’on est placé dans la salle. Sinon ben désolée pour toi que Morten t’ai toisée… J’ai bien rit en te lisant… Ne penses tu pas tout simplement que Morten est un artiste largement adulé et qu’il ne peut donc pas faire attention à toutes les femmes présentes ? Allez c’est pas grave. Ah non pas grave puisque tu ne le kiffes plus, c’était avant… Mais bon Morten doit respecter une certaine image, les sourires etc c’est obligé même si je pense que cela ne doit pas être si facile.. pas si facile d’être un homme adulé comme il l’est ! Ce n’est que mon avis également.

    • C’est quand même pas très professionnel que le son soit aussi différent d’un endroit à un autre.
      Ce que je lui reproche surtout, c’est de se reposer entièrement sur son charme de vieux beau pour le peu qu’il interagit avec le public. Tant mieux pour lui s’il y en a encore sur qui ça marche. Magne est plus naturel dans ses interactions. Rien n’oblige Morten à jouer les beaux gosses, c’est lui qui l’a choisi dès le début. Il y a des chanteurs canons qui sont moins dans ce registre. Je ne vais quand même pas le plaindre.

      • Bonjour. c est le metier qui veut cela. Cite moi un chanteur bogoss qui n’en joue pas ? ca fait vendre ! Mags lui n’a pas ce role là c’est sur, il n’est pas sur le devant, ce n’est pas le chanteur. Apres c sur Morten c pas mick Jagger, c pas une bete de scene, il a un caractere reservé au depart. Le groupe a-ha na jamais ete des performers sur scene et on leur a souvent reproché. c ainsi. Je ne vois pas Morten ne pas jouer de son physique, c’est a-ha quoi !!! c est un metier ou l’image est tres importante. Imagine Madonna ou Mylene farmer sans ses artifices, sans ses poses etc ??? il ne peut pas faire autrement. Et puis peut etre sa carriere solo fait que… du coup il est plus statique. Et puis y a l’age.. Perso ca ne me choque pas, c’est Morten quoi, Morten sans son sourire ravageur et ses poses lascives, y aurait un grave souci là. On vient aussi pour cela.. Ben si quoi !!! c un groupe de studio bien plus qu’un groupe de scène.

        • Ben pas moi. Avant j’arrivais au moins à m’en amuser, mais depuis que je me suis ennuyée profondément à son dernier concert solo à Paris, ça me soule. J’aurais préféré qu’il passe 10 mn de plus à faire une balance son potable qu’à travailler ses poses. Et le contexte de leur retour rend aussi plus aigu le sentiment qu’on est leurs vaches à lait.
          Et dans le genre « service minimum », alors que Paul et Magne ont pris du temps pour signer aux fans, lui s’est cassé.

    • J’étais au premier rang des gradins, juste au-dessus de la pseudo régie (je n’ai toujours pas compris ce que les 2 mecs vautrés sur leurs chaises et pianotant sur leurs téléphones pouvaient régir). Le son était supportable mais plusieurs fois je n’entendais pas la voix et à certains moments même la mélodie était difficilement reconnaissable.
      Franchement dans une salle soi disant conçue pour des concerts et au prix où sont vendus les billets, on peut espérer mieux qu’un « son supportable ». Et en principe c’est le boulot de l’ingénieur du son et des techniciens de veiller à ce que le son soit le plus homogène possible quel que soit l’endroit où on se trouve.

  3. Le son pourri au Zenith c’est une constante apparemment, mon précédent concert c’était la même chose : caissons de basses qui grognent en permanence et saturation régulière du son dans les médiums. C’est lamentable de proposer un son aussi mauvais dans une salle de cette renommée. Pour ma part, je n’y retournerai plus.

    • Je n’ai effectivement jamais vu de concert avec un son génial au Zénith de Paris. Mais il me semble que la dernière fois que A-ha y a joué, des gradins on entendait bien, en tout cas sans ces problèmes de son écrasé. Ça doit être à la mode de pousser les basses.

    • A la réflexion, je me suis souvenu avoir vu un concert de Sting là-bas en 2012, la tournée Back To Bass (avec de la basse donc… en vedette!), et je n’ai pas souvenir qu’il y avait le moindre problème de son, alors que j’étais premier rang excentrée, donc à peu près au même endroit. Comme quoi…

  4. Ping : 20160401 – Mon concert de A-HA le 01er Avril 2016 au Zénith de Paris – Pimpf : Drifting somewhere…

  5. Ping : Fandom : de l’importance du facteur chance quand on est fan (3) : A-ha | Fan Actuel

  6. Ping : Best of Fan Actuel 2016 | Fan Actuel

  7. Ping : Les 12 articles les plus lus de 2016 : and the winner is | Fan Actuel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s