Fandom : de l’importance du facteur chance quand on est fan (1)

Il est évident qu’on profitera diversement de son expérience de fan selon qu’on a de la chance ou pas. On se doute que les petits veinards qui tombent par hasard sur le pub / resto de Artiste un jour où il est de bonne humeur, et peuvent taper la discute avec lui un moment et sans stress en gardent un souvenir particulièrement bon. Que ceux qui ont une super place au concert en profitent mieux que ceux qui sont bloqués derrière un géant à coupe afro ou une Suédoise coiffée en choucroute.

J’ai une théorie sur comment on devient fan – c’est une dynamo à endorphines.

A contrario, et toujours d’une façon Pavlovienne, il y a pas mal de facteurs qui peuvent me détourner d’un fandom. Évidemment, le premier est le produit (ou la production, si le terme choque les Aâârtistes) principal – musique, livre, série…

anim_dark willow books

Par exemple, j’ai décroché rapidement de la série Buffy dès sa fin. Pas parce qu’elle s’est finie : je suis restée fan plus ou moins active de plein de films ou séries finies depuis longtemps et même pas revues ensuite. Mais parce que la saison 6 m’avait déjà fait grincer des dents plus d’une fois, par sa construction que je trouvais forcée sur plusieurs points. Et la saison 7, la dernière, était de mon point de vue un gros ratage, mal ficelé, pas crédible, où Joss Whedon n’avait remis son grain de sel que pour y recaser un acteur de Firefly suite à l’arrêt de cette série-là. Depuis, je boycotte plus ou moins les oeuvres de Whedon, qui m’agace, et dont accessoirement je trouve qu’il peine à renouveler ses ficelles donc je n’ai pas l’impression d’y perdre grand chose artistiquement…

 

Mais même si la qualité du produit se maintient, les conditions externes jouent aussi. Il y a des artistes dont je ne continue à apprécier les oeuvres que parce que j’évite soigneusement de lire ou regarder leurs interviews. Parce que, pour être honnête, quand je le fais, je les trouve désagréables. Pas forcément bêtes (quoique…), mais plutôt dans le registre « personne dont j’éviterais la compagnie si c’était quelqu’un de mon entourage, alors comme ce n’est pas le cas, autant ne pas m’infliger leurs interventions sur YouTube ». Surtout chez les musiciens. J’ai fréquenté le milieu juste assez pour avoir envie de m’en tenir à apprécier les artistes sur scène. Parce qu’en dehors, hrm… En tout cas sur un échantillon pas forcément représentatif, on n’est pas trop faits pour s’entendre.

Tant que ça ne se ressent pas trop dans la musique et les paroles, j’arrive à les apprécier encore. Mais du coup je garde mes distances.

Brian

Toute ressemblance…

Des fois, ça n’a pas grand chose à voir avec l’artiste, mais juste avec les circonstances. Par exemple, le timing. Avec James Marsters, on a toujours eu des timings contradictoires. Il était mauvais en concert juste avant les séances dédicaces, ce qui me rendait peu enthousiaste. Et quand on est atteint du syndrome de Bacri, ça se voit quand on se force à être aimable. Et les fois où il était bon, je n’avais pas l’occasion de l’en féliciter.

A la première convention où je suis allée, ne connaissant personne je m’étais portée volontaire pour être « steward ». Alors que je faisais la queue pour mon autographe de James, le samedi, sa manager de convention Julie Caitlin Brown a dit que tous stewards devaient sortir de la file. Bêtement, j’ai obéi. J’ai appris par la suite qu’elle avait demandé à ce que les stewards aient leur autographe après tout le monde parce que quelqu’un s’était plaint à elle qu’on avait plein d’avantages et qu’on n’avait pas payé nos places (ce qui était faux : on avait payé le même prix que les autres, sauf qu’en plus on « perdait » du temps à guider les autres fans, organiser les files d’attente ou faire la sécurité). Le lendemain, dans son Q&A (Questions & Answers, genre de conférence), il demandait à voir en coulisses une fan qui lui avait donné une lettre qui l’avait beaucoup touché.

Je ne sais pas si la lettre que je lui ai donné le dimanche aurait eu le même effet, mais je suis à peu près sûre qu’en l’ajoutant à sa pile de cadeaux en ce dernier jour de convention alors qu’il reprenait l’avion le soir même, elle a fini à la poubelle sans être lue.

anim_cat_fuck this_ku-medium

Une fois, j’aurais presque pu le voir en coulisses, quand un de ses musiciens est venu chercher un garçon de 15 ans qui était dans mon groupe de fans – en remerciement d’un service rendu plus tôt. Oui, parce que les musiciens s’adressent plus facilement d’égal à égal à un autre gars, fut-il mineur, qu’à une fan. Je le vis très très bien.

Car plus tôt dans l’après-midi, ils avaient longuement discuté avec lui quand il était passé devant eux durant leur pause cigarette, alors qu’ils restaient à l’écart de notre petite file d’attente (James, lui, était cloîtré dans la salle de concert). D’autant plus volontiers qu’ils avaient donc un service à lui demander. Et le soir même, donc, après le concert, entre autres personnes invitées en coulisses, le musicien est venu le chercher. Pas de bol, à ce moment-là je m’étais éloignée de notre groupe d’amis. Le temps que je redescende, ado et musico avaient disparu derrière la porte, qui ne s’est plus rouverte que pour laisser ressortir l’ado, une demi-heure plus tard.

C’est ballot. Et typique de mon timing foireux le concernant. Je ne dis pas que si on avait eu l’occasion de se voir en coulisses, il se serait passé grand chose d’intéressant. Mais justement, ça m’aurait sans doute permis de « décrocher » plus vite et en ayant claqué moins d’argent en concerts et billets VIP foireux pour tenter d’obtenir 30 secondes de conversation un tant soit peu naturelle.

anim_cat tongue

Détail croustillant a posteriori: cette soirée est une des rares où ils ont fait entrer des fans en coulisses après le concert, et c’est ce soir-là que James a rencontré sa future femme, parmi les heureux/ses élu(e)s filtrés à la porte par son pote. Soit dit en passant, je suis aussi raisonnablement sûre que c’est elle que le dit musico a fait entrer backstage avant le concert de Londres quelques jours plus tard. Parfois, je me demande si les artistes sont capables d’ouvrir une bouteille tout seul. Exemple mal choisi.

Cette anecdote et d’autres semblables (ne débouchant pas forcément sur une liaison à long terme, elles) expliquent mon affirmation aux fans qui se font des illusions que non, même s’il vous regarde, le mec sur scène ne vous transmet aucun message subliminal, ou en tout cas pas celui que vous pouvez croire : quand ils flashent sur une fan, vu que l’affaire est déjà à moitié dans la poche, ils ne se donnent pas la peine de dragouiller à distance depuis la scène pendant deux mois ou dix ans : ils envoient un grouillot chercher la personne. Si tu es blonde à forte poitrine, ça les intéresse aussi (surtout pour consommer sur place). S’ils manquent de personnel et/ou qu’ils ont un peu plus de cojones, ils y vont eux-mêmes.

S’il dragouille depuis la scène sans vous parler autrement qu’aux autres fans, c’est qu’il considère que c’est son boulot, et que ça l’amuse de pouvoir susciter le trouble sans se mouiller (je ferais bien un jeu de mots graveleux mais j’essaie de rester polie). Si ça suffit à votre bonheur, profitez. Si vous aimeriez être traité comme un être humain doté d’un cerveau, allez voir ailleurs tout de suite, vous vous rendrez service.

(il y a des exceptions, mais il faut les chercher parmi les artistes pas trop influencés par le glamour du statut de musicien…)

Quand je vous dis… Dans le fandom comme dans la vie, beaucoup de choses se jouent au timing… Et à la chance.

anim_frozen done with that shit

Ensuite, les fans. J’ai beau en être une, leur dédier ce blog au moins à l’origine, suivant leur comportement ils peuvent considérablement vous pourrir le fandom. Une des raisons pour lesquelles j’ai fui en courant le fandom de James était la surenchère des fans: pour le premier rang, dans les questions ou les accessoires pour se faire remarquer, dans les cadeaux faits pour acheter sa gratitude… Quand, même en faisant la queue dès le matin, on n’arrive pas à être bien placé, ça gâche un peu le concert. Quand les fans vous marchent dessus pour grappiller 3 secondes d’attention (y compris celles qui se prétendent des amies), ça ne donne pas envie de créer ou conserver des liens avec les fans en général. Et quand l’artiste foire un concert sur deux, il ne reste plus grand chose à sauver.

Mais ça ne veut pas dire grand chose.

 

Publicités

8 réflexions au sujet de « Fandom : de l’importance du facteur chance quand on est fan (1) »

    • C’est quand même mieux que d’avoir l’impression de ne jamais avoir de bol, je trouve! ^^ au moins, tu peux travailler sur tes réactions… alors que si l’occasion ne se présente jamais, macache.

  1. Je trouve ça vraiment rigolo ces articles sur les fans. J’ai côtoyé plus ou moins ces milieux-là, notamment dans l’humour (autour d’On n’demande qu’à en rire, essentiellement), et il y a toujours des tas d’anecdotes soit très drôles, soit à vous dégoûter de tous les gens un tant soit peu connus. Pour ma part, dès que je me mets en tête de rencontrer quelqu’un « en vrai », j’y arrive, même si ça demande du temps et un peu d’audace (quand je pense que la pemière interview de ma vie c’était Julien Doré, quand même, je ne doutais de rien !). Bon, j’ai pas encore essayé avec Lauren Cohan (TWD) et Emma Watson, cela dit. 😉

    • Ah oui, tu as de la chance! Moi je pense que je vise un peu trop haut car il n’y a pas énormément de gens célèbres que j’ai vraiment envie de rencontrer. En général ce sont des big big stars… Mes premières icônes, c’était Michael Jackson, Mylène Farmer, A-ha, donc que des quasi-inatteignables. Ca n’a pas beaucoup changé depuis. Il y a bien deux chanteurs français que j’ai découverts encore débutants car ils faisaient les premières parties d’artistes que je suivais, qui sont très abordables. Mais en fait je n’ai pas grand-chose à leur demander du coup 😄
      Et pour les anecdotes, c’est clair que c’est souvent amusant à écouter 🙂

  2. Ping : Fandom : de l’importance du facteur chance quand on est fan (2) : Tokio Hotel | Fan Actuel

  3. Ping : Fandom : de l’importance du facteur chance quand on est fan (3) : A-ha | Fan Actuel

  4. Ping : Best of Fan Actuel 2016 | Fan Actuel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s