Fandom : de l’importance du facteur chance quand on est fan (3) : A-ha

Premier épisode (James Marsters)

Second épisode (Tokio Hotel)

Par contre, dans un autre fandom de ma jeunesse où j’ai replongé à la même époque que j’ai découvert TH, ce fut plus laborieux. Le groupe norvégien A-ha a été le deuxième objet de ma fan-attitude, après Michael Jackson. Mais habitant au fin fond de nulle part à l’adolescence (tu vois Tatooine? Tu vois Mos Esley? J’habitais pas très loin de chez Owen et Beru Skywalker), je n’ai jamais eu l’occasion de les voir en concert à l’époque. Et puis je me suis lassée, et le temps de rejoindre les systèmes plus civilisés de l’Empire, j’avais décroché depuis longtemps. C’est donc en découvrant en 2006 qu’ils étaient réunis et jouaient au grand Rex que j’ai décidé par nostalgie d’aller juger sur pièces de ce que ça donnait. Comme je me éclatée à brailler les tubes de mon adolescence, j’y suis retournée. Et le nouvel album me plaisait.

Mais niveau places de concert et « service après-vente », tout ce que j’ai obtenu, je l’ai eu de haute lutte et grâce aux enseignements tirés de mes autres fandoms. Et ce ne fut pas sans mal. Cad qu’avec, en France, 100 fois moins de fans à l’époque que Tokio Hotel, c’était tout autant la guerre… Franchement décourageant.

anim_the birds

Au final, je pense que si mon opinion sur les derniers concerts est aussi mitigée, c’est en grande partie parce que les bons souvenirs pavloviens que j’associais à la musique et au groupe ont été ensevelis sous une accumulation de mauvaises expériences plus récentes, après leur séparation :

  • matinées ou soirées perdues devant l’ordinateur en stress pour prendre des billets sur des sites incapables de tenir la charge, pour au final obtenir des billets même pas bien placés.
  • Ou avoir acheté des billets pour des fans qui te les laissent sur les bras.
  • Heures d’attente debout pour les concerts ou pour attendre que monsieur daigne se montrer. (bizarrement, autant je trouve que ça valait le coup de faire la queue depuis 13h jusqu’à 21h, fin du concert de Tokio Hotel à Utrecht – la salle avait casé un autre concert à la suite -, pour le pass soundcheck et être au 2e rang, alors que je portais des bottines compensées à méga talon et que sortie du concert, il m’a fallu attendre 2h au bar les pieds ballants pour envisager de marcher jusqu’à mon hôtel, et un bain de pieds pour atténuer la douleur assez pour dormir. Autant pour Morten, ça me saoulait plus vite. Faut dire aussi qu’à Utrecht, j’ai pu m’asseoir dans la file)
  • Re-stress pour organiser des voyages pour voir les concerts.
  • Concerts de Morten en solo
  • le premier était un peu ennuyeux à mon goût, le deuxième a été annulé à cause de son extinction de voix.
  • Et franchement j’aurais dû écouter la petite voix qui me disait de ne pas acheter un billet pour le concert de remplacement, surtout qu’à ce moment je savais qu’il ne reprendrait même plus de chansons du groupe.
  • et impression moult fois répétée lors de la dernière tournée d’être prise pour une vache à lait…

fa-hans_hunting high and cow
En tout et pour tout, j’ai décroché 3 dédicaces en sortie ou entrée de concert. Et ce qui m’a le plus fait plaisir dans ces extras, je le crains, c’est de taper la discute avec le chauffeur / garde du corps de Morten – lors de la tournée solo – quand j’ai réalisé qu’il bossait pour la même boîte qui s’occupait de celle de Tokio Hotel avant. D’ailleurs nos 2 minutes de conversation n’ont porté que sur ça – il était d’ailleurs avec eux à l’époque, mais je ne me souviens pas de lui. Je pense qu’il s’attendait à ce que je lui pose des questions sur l’emploi du temps de Morten ou à quel hôtel il devait l’amener (c’était à la sortie des artistes), mais en fait je m’en fichais complètement. C’est d’ailleurs là que j’ai réalisé que j’étais à la sortie des artistes uniquement par habitude, et pour être avec les copines, et parce qu’on était de toute façon arrivés tôt pour faire la queue au concert alors autant faire autre chose qu’attendre comme des nouilles devant la salle, ça faisait une distraction.

Bon, j’exagère: la première dédicace, de Magne Furuholmen à la sortie de Bobino, m’a bien fait plaisir. En sortant vite fait, j’avais réussi à me caser au 2e rang de la barrière installée vite fait par la sécurité (allemande). Mais déjà la joie était un peu gâchée par le fait qu’ensuite, un flot de fans qui n’avaient même plus l’excuse d’être des ados a déferlé devant la barrière, bloquant la sortie (et la rue) au mépris de la sécurité de tous et des ordres que tentait en vain de faire respecter le garde du corps. Au final, comme elles refusaient de bouger, il a fait installer une deuxième rangée de barrières pour les canaliser. Franchement, ce jour-là les fans de Tokio Hotel m’ont semblé civilisées par comparaison. Donc outre que ça a fait perdre du temps à tout le monde, je n’ai pas eu là ma gribouille de Morten. Alors qu’à ce moment-là, dans l’euphorie de la 2e lune de miel musicale et d’un concert réussi, ça m’aurait encore fait plaisir.

anim_cat surrounded by puppies
Les fois d’après, c’était parce que j’étais sur place, et que j’étais avec des amis fans, mais ce fut quand même plus laborieux et fatigant, au point que ça m’a parfois amené à m’agacer contre les amis en question (à la dernière tournée j’ai résolu le problème: je faisais la queue à partir de l’heure qui me convenait. Si je retrouvais la bande partie devant, tant mieux, sinon tant pis. Si j’étais pas trop mal placée, tant mieux, si j’étais loin, tant pis : de toute façon au Zénith j’en étais au point où voir Morten faire son numéro me gonflait… J’ai du mal à être une bonne copine quand j’ai mal aux pieds, au dos et que je n’ai personnellement rien à attendre.)

Moralité, maintenant, au lieu d’associer joie et enthousiasme à leur musique, j’y associe surtout crises de nerfs, mal aux pieds, dramas avec des fans et, après les interviews des gusses pour leur retour, envie de leur coller des tartes. C’est pas compliqué: j’avais remis les albums sur mon baladeur avant la tournée pour me remettre dans le bain, mais quand elles passent maintenant, j’ai tendance à les zapper, à part quelques rescapées. J’en supprime au fur et à mesure. J’en viens à espérer que Paul Waaktaar sorte une version des chansons à sa sauce et sans la voix de Morten, parce que celle-ci est durablement associée à ratages et agacement pour moi, à présent. Un comble.

anim_eyeroll

C’est une question d’équilibre. Je suis Balance, et bien que je ne croie pas à l’astrologie, c’est pratique pour expliquer mon sens aigu de l’équité, des valeurs, et des ratios . A savoir que je fais des efforts si et seulement si il y a en face quelque chose qui vaut le coup. Au collège, une prof de sport s’était étonnée que je ne fasse pas plus d’efforts en cours de gym, alors que d’après elle, je devais avoir l’esprit de compétition vu mes notes dans les autres matières. Je lui ai expliqué que d’une part la gym, je n’aimais pas ça à la base, et je ne comptais pas dessus pour avoir la moyenne au bac. Donc ça ne rentrait même pas dans mes objectifs. Et que d’autre part, vu mon gabarit de crevette et le retard accumulé du fait que je n’avais jamais fait de sport hors école, je ne voyais pas l’intérêt de transpirer pour passer de la dernière place à l’avant-dernière.

C’est bien sûr subjectif: un truc peut me faire plaisir sans qu’il ait un prix prohibitif ou qu’il soit reconnu par le tribunal du bon goût. Mais j’ai beaucoup, beaucoup de mal à faire des efforts pour des gens dont j’ai l’impression qu’ils se foutent de ma gueule – que ce soit directement, en méprisant les fans, ou indirectement, en livrant un travail bâclé.
Or autant les loupiots de Tokio Hotel, malgré ce que certains peuvent en penser et l’évolution de leur style pas très à mon goût maintenant qu’ils sont adultes, m’ont toujours donné l’impression d’être passionnés par leur truc et de toujours chercher à innover et se renouveler… Et de faire plaisir aux fans dans le SAV. Autant A-ha… Pas vraiment. Surtout depuis leur retour.

Parce qu’à la tournée d’adieu de 2010, au contraire, ils semblaient tellement ravis à l’idée de bientôt ne plus avoir à bosser ensemble que c’était leur tournée la plus enthousiaste et inventive depuis longtemps (de celles que j’ai vues en tout cas). Ce n’est pas pour rien qu’elle s’intitulait « Ending on a High Note ». Ils auraient peut-être dû s’écouter eux-mêmes, en fait…

3 réflexions au sujet de « Fandom : de l’importance du facteur chance quand on est fan (3) : A-ha »

  1. Bonjour, c’est pour jouer mon chieur avec un truc sans rapport avec le sujet de l’article. Mais Owen et Beru ne s’appellent pas Skywalker mais Lars. Le père d’Owen (qui avait épousé Shmi donc) s’appelait Cliegg Lars. Et Shmi s’est appelée Shmi Lars après leur mariage.
    (Voilà, c’était le point hors-sujet mais je n’ai pas pu résister.)

      • La karma ! (Bon, ça veut dire que le prochain c’est pour ma gueule. :p )
        Et j’avais vu ta « correction » sur le tag en question, c’était tout à fait normal (en plus pour Black Canary, elle a un équivalent chez Marvel avec Mockingbird, ce sont vraiment les mêmes ^^ ).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s