Culture et confiture en Charente-Maritime

C’est l’été, je vous emmène aujourd’hui pour une longue ballade pleine d’idées de sortie en Charente-Maritime, pas forcément les plus connues, dont pas mal de temporaires – car l’été ça bouge, dans la région!

Ile d’Oléron

Exposition Klaus Pinter au musée de l’Ile d’Oléron

Le musée de l’Ile d’Oléron se trouve au centre de l’île, dans la ville de Saint-Pierre d’Oléron, sur la place Gambetta. C’est un petit musée agréable, installé dans une vieille maison à l’architecture singulière, bordée d’un petit parc.

Au rez-de-chaussée, la collection permanente présente aux visiteurs de nombreux témoignages de la vie quotidienne sur l’île à diverses époques du passé : vêtements, poteries, vieux pressoir monumental, très vieux film sur la vie des pêcheurs (récupéré au Canada!)… A hauteur d’enfant, des niches contiennent des étoffes à toucher, des coiffes à essayer et diverses activités interactives pour engager les bambins, qui ont souvent du mal à se contenter de regarder. Le musée organise également des ateliers pour petits et grands, et un « apéro musée » tous les jeudis d’été! Une équipe très active, donc, avec un nouveau site web, et un accueil très sympathique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’étage, un espace d’exposition temporaire accueille jusqu’au 8 janvier 2017 une variété d’oeuvres de l’artiste autrichien Klaus Pinter. Plus connu pour ses installations monumentales, dont celle au Panthéon, il expose ici peintures, collages et sculptures. La plus impressionnante est Laocoon, qui occupe une bonne partie de la salle, ainsi qu’Ellipsoid, le globe terrestre lumineux aplati de la pièce suivante. J’ai bien aimé aussi le Cocon, maquette d’un avant-projet pour une installation pour la Chapelle des Jésuites de Cambrai, dont la forme irisée me rappelle les vases Art Nouveau. Et les collages de la série Rooftop Oasis Project, qui en plein lancement de Pokémon Go, évoquent la réalité augmentée. Cette exposition d’art contemporain, qui peut paraître surprenante sur l’île, s’explique par le fait que Klaus Pinter s’est installé à Saint Trojan (un peu plus loin sur l’île) il y a quelques années. Elle lui a inspiré un virage naturel dans les matériaux de ses oeuvres, plus axées maintenant sur la récupération (bois flotté, etc).

La Rochelle

Musée maritime de la Rochelle

Sur le port de la Rochelle, à côté de l’Aquarium, et desservi par le même parking de l’Encan, se trouve le Musée maritime de la Rochelle. Reconnaissable de loin à son toit en forme de voiles de couleur vive, il se compose de cabanons présentant l’histoire mouvementée du port, et surtout d’un ensemble de navires dont certains se visitent.

Le plus grand est le France 1, navire météorologique. On le visite de la soute au pont (et sans soupe au thon), en découvrant au passage la vie à bord, l’histoire des navires météo, et des témoignages sur le naufrage de l’un d’eux. Deux expositions (temporaires?) retracent l’une la vie et les navigations de Bernard Moitessier, navigateur et écrivain, l’autre sur la remise à flot du Notre-Dame-des-Flots par des passionnés, et leurs voyages autour du monde avec. Des ateliers pour enfants (noeuds de marin, etc) sont disponibles.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En fin de visite, on passe par le bar situé sur le pont supérieur, mais qui semblait fermé à cette heure – pas de cartes sur les tables, barman occupé à couper de la verdure et panneau « service au bar à partir de 18h ». Dommage, il faisait soif et j’aurais bien ajouté l’endroit à ma collection de café-musée

A côté du France 1 sur le ponton voisin, un chalutier de 38, l’Angoumois, où un guide explique la technique de pêche. Et le Saint-Gilles, un remorqueur portuaire de 30 m.

Ne pas oublier, en partant, ou même sans visiter le musée, de longer le ponton des yachts de prestige. Sélectionnés par le musée pour leur valeur historique autant que pour leur beauté, ils appartiennent à des particuliers mais obtiennent ainsi le droit de mouiller à côté du musée. L’un d’entre eux a environ un siècle! Suivez-les sur Facebook pour être au courant de leurs actualités.

Gourmandise : Pâtissier chocolatier D’jolly

Tant que vous êtes là, et pour quelques douceurs, faites un tour non loin dans la vieille ville. A deux pas du vieux port, petite rue du port, se trouve une petite échoppe de pâtissier chocolatier, D’jolly. Il y a au moins deux autres adresses en ville, dont un salon de thé, mais je n’ai testé que ce magasin. C’est un peu cher (4,50 eur la pâtisserie, 5,50 la plaquette de chocolat. Moins convaincue par les pâtes de fruits), mais c’est très bon et l’accueil était poli et souriant.

A voir aussi à La Rochelle:
l’Aquarium : didactique et amusant, avec un énorme bassin de requins, et tout un tas d’espèces de poissons.
A noter qu’ils ont un café restaurant à l’étage, accessible sans payer l’entrée de l’aquarium. Un peu cher pour un service et une carte anecdotiques, mais avec une belle vue sur le port, et aussi une vue sur les requins (si vous faites un détour vers les toilettes).
Le Bunker de la Rochelle : sis dans un ancien bunker conçu par les Allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale, sous l’immeuble où logeait l’état-major. Redécouvert récemment et remis en état, il accueille une reconstitution de la Rochelle occupée, avec de nombreux documents d’époque. Notamment, ils exposent l’épée d’apparat de l’amiral Schirlitz, qui m’a incitée à lire ensuite le livre Meyer et Schirlitz : les meilleurs ennemis – la Rochelle septembre 1944 – mai 1945. J’y ai aussi appris que des scènes d’Indiana Jones et de Das Boot (très bon film de guerre de Wolfgang « Histoire Sans Fin » Petersen, avec Jürgen « Leto Atreides » Prochnow) ont été tournées dans la base sous-marine de la Palisse.

Île d’Aix

Musée Napoléon, musée africain

L’île d’Aix est accessible en bateau depuis le port de Fouras (30 mn) – 15 eur l’aller-retour – ou celui de la Tremblade (mais là, une seule liaison par jour). Les horaires dépendent des marées, donc à consulter sur le site du transporteur.
Sur l’île, deux musées se visitent avec un billet jumelé : le Musée Napoléon et le Musée Africain de Gourgaud. Napoléon a séjourné 3 jours sur l’île d’Aix alors qu’il tentait de s’exiler aux USA, et que les Anglais lui bloquaient le passage. Il y a donc rédigé son acte de reddition. Ce musée et l’autre ont été fondés au début du 20e siècle par le Baron Gourgaud, descendant d’un officier d’ordonnance de l’empereur. Le Musée Napoléon retrace l’histoire de Napoléon avant et après son passage sur l’île, avec de nombreux objets d’époque – tableaux, bustes, horloges, etc… Une pièce est consacrée aux Gourgaud et explique comment ils ont créé les 2 musées. Une boutique présente un grand choix de livres et objets napoléoniens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Musée Africain se trouve à une rue de là. Grand voyageur autant que mondain, le baron y a exposé ses souvenirs, notamment des expéditions. De mon point de vue, c’est surtout un témoignage sur l’esprit de l’époque, où il n’y avait que ce genre d’endroit et des livres pour découvrir les pays lointains, où on ne voyait d’animaux exotiques qu’empaillés, et où on décrivait une coiffe en expliquant que son odeur est due au fait que les indigènes ne se lavent jamais, l’eau étant rare…

A voir aussi sur l’île:
le musée de la Nacre (pas encore vu mais ça a l’air sympa)
– et bien sûr se balader au grand air le long des plages! On aperçoit Fort Boyard au large.
– des croisières partant du même port de Fouras permettent de tourner autour de ce même Fort Boyard (il ne se visite pas).

Pour boire un verre : il y a plusieurs cafés et restaurants sur l’île, tarifs « estivaux » bien sûr… Si vous voulez du calme, allez au Café de l’Océan, plus chic que ceux du centre et moins cher que la brasserie à l’entrée du village. (je n’ai pas dit que c’était pas cher. Mais étant parisienne, je n’étais pas choquée, d’autant que la déco me rappelait Paname. Mais quitte à payer un certain prix, autant que ce soit pour un certain service et confort).

Brouage

Exposition : La Maison des Super-héros, espace Champlain

Brouage vaut de toute façon le détour si vous ne connaissez pas ce curieux village, une place forte toute carrée entourée d’un mur d’enceinte signé Vauban, au milieu des marais. Il y a souvent, notamment en été, de petites expositions pas dénuées d’intérêt, car la commune est très touristique. Mais cet été encore plus, car geekons en Charente maritime! Les maisons de l’architecture de Nord Pas-de-Calais, du Poitou-Charente et de Haute-Normandie se sont associées pour organiser cette exposition gratuite consacrée aux villes des super-héros et à leurs demeures. Gotham, la ville du crime, à l’architecture néogothique et Art Déco, Metropolis, la lumineuse, la New York de Marvel, la ville des Kryptoniens…


Et plus en détail, le manoir des Avengers, la maison de Tony Stark, la Forteresse de Solitude de Superman… Et les vrais constructions dont ils sont inspirés. Les enfants (et les grands enfants) pourront poser au milieu des super-héros en carton. L’exposition sera visible jusqu’au 28 août à Brouage, et ensuite en tournée (on m’a dit qu’elle devait aller à Angoulême, il me semble).
Absents de marque toutefois: les X-Men.

Idée d’animation à suggérer à la région : une expo Hero Corp revenant sur les différents lieux de tournage de la série en Poitou-Charentes.

Du 2 juillet au 28 août 2016
En accès libre, tous les jours, de 14h à 19h
Espace Champlain – 16, rue Samuel Champlain, Brouage
Visites guidées le mardi et le jeudi à 16h15

Gourmandise :
Outre les confiseries locales, des glaces artisanales sont en vente à l’hôtel de Brouage, et la serveuse aux cheveux bleus bien aimable, même si je pense que c’est une saisonnière et que vous ne tomberez donc pas forcément sur elle.

Rochefort

Exposition : Face au Vent, à La Corderie Royale

Depuis ma précédente visite, le prix a augmenté et l’exposition permanente a diminué. En partie pour laisser une salle pour une exposition temporaire sur le vent, intéressante et interactive (très bien pour les enfants), mais pas très photogénique. Elle m’a aussi permis de réviser mon allemand car les explications sont fournies également dans cette langue.
Sinon, l’exposition permanente explique toujours la fonction première de la corderie, avec démonstration de « tressage » d’un bout de cordage de navire, dans la deuxième salle, et de mateloterie (noeuds de marin) dans la troisième. L’histoire de la Corderie Royale et du port de Rochefort est expliquée en film dans la première salle. Il me semble, mais je peux me tromper, que « avant » (il y a 4-5 ans), la boutique se confondait avec la très complète « librairie de la mer » près de l’entrée. Maintenant, elle occupe la toute dernière salle, et vend sel marin, vestes de marins et objets à base de noeuds de marin, entre autres. Je subodore que la mairie et la région ont fortement diminué les subventions de la culture…
L’autre moitié de la Corderie est occupée par la Médiathèque municipale.

rocherfort_corderie_1

A voir aussi à Rochefort:
– le très original musée des Commerces d’Autrefois, musée privé conçu par des passionnés. Lui en revanche, ses tarifs ont baissé. Franchement à voir, de préférence en famille pour que les anciens racontent aux plus jeunes.
– le musée municipal Hèbre Saint-Clément, qui comme beaucoup de musées régionaux, présente une sympathique variété d’oeuvres, historiques et/ou artistiques (avec notamment une section art kanak, une mini-expo sur les Demoiselles de Rochefort et une visite virtuelle de la maison de Pierre Loti), et « pas que des croûtes » (mon commentaire de béotienne en découvrant la salle des peintures).

Château de La Roche Courbon

Loin des plus grandes villes, le Château de la Roche Courbon vaut largement le détour pour son jardin remarquable, sur pilotis, qui peut se visiter tout seul pour une somme modique si vous avez déjà visité le reste du domaine : château, musée archéologique dans la tour de garde, et grottes. Sinon, le billet complet inclus une visite guidée du château lui-même, qui est en cours de rénovation. Il est habité par les propriétaires, qui se chargent de ce gros travail. Vraiment une belle balade (bon, sur les photos, le temps n’était guère propice…).

Marché de la Tremblade

La Tremblade n’est pas la plus touristique des communes de la région, mais elle a un atout : son marché, et notamment le marché aux poissons et fruits de mer, installé dans une vieille halle en pierre typique. L’occasion pour les gens de l’intérieur des terres, en vacances dans le coin, de manger du poisson fraîchement pêché par les gars du coin.

marché tremblade

7 réflexions au sujet de « Culture et confiture en Charente-Maritime »

    • C’est vrai que c’est apaisant🙂 Bon, hors saison il y a moins d’activités… mais les musées restent ouverts – pour l’instant. On dirait que Rochefort n’a plus trop les moyens de subventionner les siens…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s