Quatrain du métro N°48 : Salaud de pauvre

Quatrains du métro parisien.

– N°48 : Salaud de pauvre

Un clochard aviné s’assied dans mon carré.
Son monologue me soûle, je descends peu après.
Rigolard il se lève et me suit sur le quai.
Effrayer une crevette, ça doit être le pied.

Je pense à 100 à l’heure : comment est la station ?
Y a-t’il du personnel, les couloirs sont-ils longs?
Le métro soudain sonne, je re-saute dedans.
Une envie de tuer derrière mon coeur battant.

(pour mes lecteurs assidus qui tiendraient le compte : non vous n’avez pas raté des numéros. Mais j’ai décidé d’essayer de respecter un genre de trève des confiseurs en ne postant pas (trop) d’articles négatifs au mois de décembre. C’est pas gagné. Alors du coup, j’avance à novembre les quatrains négatifs planifiés, pour garder les gentillets pour décembre… ^^)