Throwback Thursday Livresque : Musique

Je reprends aujourd’hui le Throwback Thursday Livresque de Betty Rose Books en raison du thème : Musique!

tbtlmusique

Car j’ai sous le coude plusieurs vieux romans (c’est le concept du TBT Livresque) ayant rapport avec ce thème, dont c’est l’occasion de parler faute de temps pour m’étendre dessus.

Pour commencer : Masquarade, de Terry Pratchett

masquarade_pratchett.gif

Le maître a consacré un tome du Disque-Monde aux péripéties d’Agnès Crettine, jeune fille charpentée un peu enrobée dotée d’un physique de chanteuse d’opéra (« elle a de beaux cheveux »), qui, ça tombe bien, décide d’aller tenter sa chance à la capitale Ankh-Morpork dans cette carrière, vu qu’outre le physique, elle a de la voix. Pour deux ou plus, même. Il faut dire, ça aide peut-être, qu’Agnès a également quelques talents en friche de sorcellerie, et que c’est précisément parce qu’elle refuse de suivre l’enseignement des vieilles cinglées sorcières de Lancre (vu leur caractère, c’est compréhensible) qu’elle a fui à Ankh-Morpork.

Las, bien qu’elle ait des tonnes de talent, plus que bien d’autres avant elle, c’est à la nunuche Christine qu’est confié le premier rôle, car elle a « du sharisme ». Comprenez : elle est blonde, svelte, jolie, et c’est étonnant qu’elle ait si peu de voix vu la caisse de résonance que devrait fournir le vide de sa boîte crânienne… En plus, elle a un riche protecteur, qui a insisté pour qu’elle ait le rôle. Comble de l’insulte : même le Fantôme qui hante les coulisses de l’Opéra nuitamment se pique de lui donner des leçons de chant pour qu’elle puisse tenir le rôle… Même après avoir découvert que, dans un ressort de scénario digne d’un vaudeville, Christine et Agnès avaient échangé leurs chambres, et que c’est donc à Agnès que, dans le noir, il prodiguait ses leçons de chant.

Ce qui n’empêchera pas Agnès de se battre pour élucider un autre mystère : les meurtres en série qui endeuillent la préparation de l’Opéra. The Show Must Go On, ok, mais quand même!

Citations : 

Et puis elle était aussi suffisamment snob pour confondre grossièreté avec bonne éducation. De la même manière que les très riches ne peuvent jamais être fous (ils sont excentriques), ils ne peuvent pas non plus être grossiers (ils sont francs et directs).

 

Pour vous situer la mentalité d’Henri Judicier, sachez que si on lui avait donné un ouvrage intitulé Comment se cultiver en cinq minutes, il l’aurait lu chronomètre en main. Ce qui l’empêchait de progresser davantage dans la vie, c’était son sens aigu de sa propre ignorance, un handicap dont souffrent trop peu de gens.

En bonus : la trilogie des Harpistes, par Anne McCaffrey

Le chant du dragon 
La chanteuse-dragon de Pern
Les Tambours de Pern

Cette trilogie se voulait une déclinaison Young Adult des romans d’Anne McCaffrey sur l’univers de Pern, planète périodiquement ravagée par les Fils, des organismes dévoreurs de chair qui tombent du ciel. Seul façon de combattre les Fils : les Dragons cracheurs de feu chimique, menés par les Chevaliers-Dragons avec qui ils ont noué un lien télépathique (oui, Avatar n’a rien inventé…). Les deux premiers tomes racontent l’histoire de Menolly, l’une des filles d’un seigneur de Fort maritime (genre de chef de clan). Elle était l’apprentie du Harpiste du fort (à la fois musicien et garant des traditions orales, seul moyen de conserver les connaissances dans ce monde mis à mal par les Fils). Mais celui-ci est mort, son successeur n’arrive pas, et son père, très traditionnaliste, considère que la musique n’est pas affaire de femme. Elle s’enfuit et vit bien des aventures avant d’être accueillie chez les Harpistes par Maître Robinton.

Le dernier tome met en avant Piemur, garçon espiègle et débrouillard, qui se retrouve perdu quand à la mue, il perd sa voix d’or. Devenu apprenti chez les tambours, il fera bien plus. Ces 3 tomes sont étroitement liés à l’intrigue principale de Pern, et sont un hommage à la musique. Vous trouverez une chronique plus détaillée sur le blog de Sipho.

On peut y ajouter Le Maître Harpiste, autre volume consacré à la vie de Robinton, personnage important dans la série principale, inspiré d’un proche d’Anne McCaffrey.

D’autant plus un Throwback Thursday que ces 3 romans ne semblent plus édités en Français!

1360-le-chant-du-dragon

Publicités