Portrait de fan (6) : l’amoureux(se)

« Mais dieu que cette fille a l’air triste, amoureuse d’un égoïste »

La groupie du pianiste – par Michel Berger

Description

C’est le profil auquel on associe généralement le fan : celui qui regarde son idole avec des étoiles dans les yeux et des fourmillements dans le bas-ventre. On l’imagine de sexe féminin, jeune et court vêtue, avec un appareil dentaire et des petits nœuds dans les cheveux, attendant anxieuse à la sortie des concerts de boys bands ou d’un chanteur de charme. Il en existe en réalité dans tous les milieux et tous les secteurs, et des deux sexes. Du jeune homme démodé en costume de tweed qui griffonne fébrilement une lettre à la sortie des artistes d’une célèbre pianiste classique (la précision du portrait vient de ce que je l’ai croisé…), à la plus très jeune fan qui vénère Frank Michael depuis plus de 30 ans.

La libération des mœurs étant passée par là, on peut être à la fois amoureux et groupie, mais ce n’est pas systématique. L’amoureux idéalise particulièrement l’objet de son affection. Il considère qu’outre son talent, c’est la femme ou l’homme parfait, auquel il compare tous les autres. Ceux-ci ont d’autant plus de mal à soutenir la comparaison que, si l’amour est aveugle, il est encore plus facile de fermer les yeux sur les faiblesses humaines d’une idole toujours magnifiée par les projecteurs, le maquillage, les attachés de presse et l’environnement glamour. Même si la presse à scandale se fait un plaisir de dénicher et d’exposer les célébrités dans des poses et des situations du quotidien, qui ne les mettent pas à leur avantage, il est aisé de les éviter, ou de prétendre que cela rend ces personnalités « plus proches de nous ».

Les amoureux des vedettes ne sont pas forcément célibataires pour autant : il n’est nul besoin d’avoir faim pour saliver sur la carte d’un restaurant étoilé, même si on sait qu’on ne peut pas se le payer. On salive d’autant plus qu’on sait qu’on ne pourra pas se le payer, d’ailleurs, ou qu’on doit se contenter d’un cassoulet en boîte à la maison.

Sur Internet, on les reconnaît souvent à leur pseudo, qui accole à leur prénom le nom de famille de leur idole comme un nom de femme mariée (et, pour les jeunes filles, entouré de « guirlandes » de caractères, par exemple ~*~oOo~Marine~Bieber~oOo~*~).

Affiche Elle l'adore

Archétype

Bizarrement, je n’en trouve guère en dehors de ce portrait de Michel Berger. Peut-être le personnage incarné par Sandrine Kiberlain dans Elle L’adore, très bon film de Jeanne Herry, chroniqué ici. Même si son admiration pour le chanteur Vincent Lacroix ne semble pas complètement amoureuse.

Avantages

Toujours positif concernant le fandom, au moins il ne passe pas son temps à le critiquer.

Dangerosité

Très faible, juste une tendance à devenir agaçant à la longue.

Phrase fétiche

« Il est trop beau!!!!! » (l’amoureuse a du mal à se limiter à un seul point d’exclamation)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s