Portrait de fan (9) : le stalker / harceleur

« I loved you Slim, we could have been together.

Think about it, you ruined it now »

Stan – Eminem

Description

L’étape ultime de la fan-attitude, quand l’obsession tourne à l’aigre.

Le harceleur est souvent, à l’origine, un fan lambda, bien intentionné. Et puis, sans que l’on puisse forcément définir pourquoi, il glisse peu à peu vers un comportement de plus en plus obsessionnel et possessif. Il estime que la star lui doit quelque chose : plus d’attentions particulières, plus d’interaction avec les fans, ne pas se comporter trop sexuellement… Et comme il n’obtient pas ce qu’il veut, il va de plus en plus loin pour se faire remarquer, fut-ce en mal.

Quand on discute avec des fans qui sont déjà bien engagés sur cette pente glissante, ils ne considèrent pas que leur comportement soit inapproprié. Ils partent du principe que, puisque l’artiste a choisi un métier public, même sa vie privée appartient à ses fans, sans souci pour la santé mentale de leur idole. Eric Cordobesse et Laurent Muldworf soulignent bien dans leur livre « Succès Damné«  les dangers liés à la négation du droit à l’intimité. Ce comportement est d’autant plus fréquent de nos jours, alors que la télé réalité a propulsé sur le devant de la scène des gens qui n’ont rien d’autre à vendre que leur quotidien, et qui le font donc volontiers.

Cela entretient la confusion avec les vrais artistes, qui sont avant tout sur scène pour s’exprimer. La plupart se contenteraient volontiers de créer de loin. Comme le dit Brian Molko de Placebo: « Nous avons aussi besoin d’avoir une vie privée, particulièrement quand on a une vie aussi publique que la nôtre. Alors je demande aux gens de respecter cela, car moi je le ferais pour eux et je le ferais pour n’importe quel artiste que j’admire ». Et s’ils utilisent leur image, ils en font aussi un champ d’expression artistique.

Les harceleurs considèrent que, l’artiste devant sa notoriété à son public, il n’a pas le droit d’exister ou de faire quoi que ce soit qui « trahisse » son public : changer d’image, de style…

anim_eminem_stan

Archétype

L’assassin de John Lennon ne l’a même pas suivi ou harcelé longtemps. La meilleure description du phénomène est donc le personnage Stan de la chanson d’Eminem. « Stan » est d’ailleurs passé dans le langage courant comme un terme décrivant les fans les plus assidus, que ce soit en négatif ou en positif. Si vous n’avez jamais prêté attention aux paroles ou que l’anglais n’est pas votre point fort, je vous recommande fortement de les lire ou leur traduction ici. Je considérais Eminem comme un énième crétin avant, et ça a suffi à me faire changer d’avis sur son potentiel d’auteur et humain.

Avantages

Aucun.

Dangerosité

Maximale.

Phrase fétiche

« C’est grâce à nous si tu es célèbre! »