Aventures animalières (4) : la carpe et le planqué

Un jour comme les autres, je vais déjeuner dans un restaurant japonais. On m’installe à côté de l’aquarium où s’ébattent divers poissons, dont une carpe colossale et bosselée. Je gigote l’index devant elle pour la (ou me) distraire. Surprise : elle semble remarquer mon manège et suivre le doigt.

Non parce que d’habitude, le poisson en aquarium, d’un point de vue interactivité, ça se situe entre le lézard et le caillou. Il voit sans doute qu’on bouge, mais tant qu’on ne met pas la main dans l’eau, il ne se sent pas très concerné.

carpe_1

Celle-là, si. Quand je lève mon appareil photo pour l’immortaliser, elle s’ébroue vigoureusement, causant des vagues dans l’aquarium. Je suis même perturbée par son attention exagérée. Est-ce que les carpes deviennent plus intelligentes avec l’âge ?

Je regarde les autres poissons. Le Gobi gobe, sur le fond sableux, comme tous les gobis. Un poisson orange stationne obstinément entre le gros caillou poreux et la vitre. Quand je fais le ver du doigt près de lui, il ne réagit guère. Je m’en amuse et imagine qu’il se protège de Grosse Carpe. On imagine des motivations à des bestioles dotées de trois neurones.

carpe_2

Un peu plus tard, Grosse Carpe revient m’observer. Petit Orange en profite pour faire de même, en restant un peu en retrait et en dessous d’elle. Il fait bien : quand elle le voit, elle se tourne pour essayer de le mordre. Plus agile, il lui échappe et recule jusqu’à la sécurité de son petit espace entre le caillou et la vitre.

J’ai l’impression d’assister à un remake de Jurassic Park quand le tyrannosaure essaie de croquer Lex et Tim dans la voiture. En sous-marin.

En fait, je crois que la captivité dans un aquarium devenu trop petit a rendu cette carpe psychopathe…

8 réflexions au sujet de « Aventures animalières (4) : la carpe et le planqué »

Les commentaires sont fermés.