Concert : Bandmaid à la Boule Noire, 4 novembre 2017

C’est curieux : la dernière fois que je suis venue à la Boule Noire, pour voir French Tobacco, je suis arrivée après le boulot, les portes étaient ouvertes, mais les gens présents, pour la grande majorité, glandaient au bar ou discutaient vers le fond de la salle. Je n’avais eu aucun mal à me retrouver au premier rang.

bandmaid_5

Miku (chant et guitare) et Misa (floue)

Ici, arrivant 20mn avant l’ouverture des portes, je me suis retrouvée derrière 8 rangs de fans, dont pas mal de types de grande taille. Donc adieu les vidéos, les photos sont réduites au strict minimum. Et question performances scéniques, je m’estime heureuse d’avoir pu voir assez souvent Saiki, la chanteuse, et Miku, la guitariste et seconde voix. MISA, la bassiste, était plus loin, et Kanami la seconde guitariste m’était le plus souvent cachée par des têtes, mais j’ai quand même vu cette dernière s’animer et enjoyer sa life quand il est devenu évident que le public répondait bien. Quant à la batteuse, Akane, je ne l’ai vu que 2 fois, dont une quand elle a quitté la scène à la fin.

bandmaid_4

Seule photo potable d’Akane (batterie)

Comment présenter Bandmaid? Déjà, évacuons la comparaison avec Babymetal, autre groupe de filles japonais souvent évoqué sur ce blog. Les deux groupes n’ont en commun que d’être des filles en jupes venant du Japon et faisant de la musique qui envoie du lourd. Dans Bandmaid, les filles ne dansent pas – enfin, elles bougent, mais pas des chorés codifiées -. Vu le rythme très rapide des paroles sur la plupart des chansons, Saiki ne pourrait de toute façon pas conjuguer chant et danse. Par contre, elles jouent de leurs instruments. La principale comparaison qui me vient, ce serait à des groupes de rock féminin comme les Bangles (qui n’ont pas toujours été pop), les Four Non Blondes et autres.

bandmaid_3

Kanami (guitare)

Spécificité japonaise : l’imagerie et la com’ inspirée des hôtesses de « maid café », Miku, la fondatrice du groupe, ayant eu cette idée après avoir travaillé dans un établissement de ce genre. De fait, c’est celle qui semble le plus adhérer à cet esprit, les autres n’en conservant que quelques éléments vestimentaires, mais dans un style plus « lolita gothique » que maid. C’est particulièrement apparent les quelques fois où Miku prend la parole (essentiellement en japonais), demandant aux « master and princess » de la salle de reprendre en choeur « moe moe » et « cune cune » d’une voix kawaii typique des maids. Le public obéit volontiers même si, je pense, la plupart comme moi ne pannent pas un broc de ce qu’elle raconte – sauf ses bribes en anglais. Comme quoi, les masters ne sont pas là où ils semblent être.

bandmaid_2

Saiki au chant

Et de fait, à l’inverse total de leur look de soubrettes, sur scène, ce sont les Bandmaid qui font la loi. Leur musique est puissante, rapide, et mène au côté obscur pardon, automatismes… pleine d’énergie. Saiki commande régulièrement les « call and response » de la foule, qui scande alors des Ho! Ho! Ho en brandissant des cornas. Le reste de la communication est assuré par Miku. Le light show est présent mais discret. L’étroitesse de la scène limite les mouvements, et en guise de pause, les filles ne peuvent guère que se contenter de tourner le dos au public – un membre du staff fendra même la foule sur le côté en plein concert. La Boule Noire, c’est intime comme salle…

Bandmaid

Misa (basse) et Miku (floue)

Le groupe assurait ici son 2e concert en France (leur premier était déjà à la Boule Noire il y a un an presque jour pour jour), dans le cadre de leur 2e tournée européenne. Elles ont encore 2 concerts prévus en Allemagne (décidément toujours plus friand de ce type de mélange que la France).

bandmaid tour 2017

Certains des concerts proposaient une formule VIP, à 55 eur au lieu des 20 du billet normal. La formule VIP incluait une entrée en priorité (à 18h), un meet&greet, une photo exclusive et l’accès au merchandising avant la foule. Pas exorbitant, parce qu’à 20 eur l’entrée pour une salle de 200 personnes, j’aurais un doute sur la rentabilité du voyage depuis le pays du Soleil Levant. Mais à Paris, la salle était pleine de fans qui ont dévalisé le stand de merchandising – qui proposait 2 styles de T-shirt et un hoodie, ainsi que les deux CD du groupe.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Concert : Bandmaid à la Boule Noire, 4 novembre 2017 »

  1. Ping : Bandmaid rencontre Pokemon | Fan Actuel

  2. Ping : Récapitulatif des articles de la semaine#4 – Autrement by Alexia

  3. Ping : Best of Fan Actuel 2017 | Fan Actuel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s