Tribu : les fans de Johnny Hallyday

Je n’avais pas l’intention de participer aux commémorations sur Johnny Hallyday. Néanmoins, les premières images que j’ai fini par en voir vendredi soir m’ont fait changer d’avis, du fait de l’importance accordée aux témoignages de fans dans la couverture médiatique. L’importance, et le ton… Car jusqu’ici, quand on parlait des fans de Johnny dans les médias, c’était plutôt pour pointer du doigt leurs excès, de préférence en sélectionnant, comme dans une télé-réalité à deux balles, les profils les plus excessifs et les plus caricaturaux.*

fans_johnny

A la Madeleine samedi soir…

Ce week-end, c’est sans doute la première fois que les journalistes ont fait témoigner les fans de l’idole des jeunes sans condescendance amusée, à quelques exceptions près. Peut-être par une pudeur tardive pour leur douleur, peut-être parce que l’ampleur des réactions leur faisait préférer un angle compatissant aux moqueries habituelles, peut-être parce que certains sont humains, voire même des fans eux-mêmes.

Cette fois, on a montré le fils qui revenait de Hong-Kong pour aller assister avec son père aux obsèques de leur idole commune, que le père a fait découvrir à son fils. Ceux venus signer le livre d’or ou assister aux cérémonies « pour ceux qui ne pouvaient pas le faire », formule qui peut vouloir tout dire, mais qui au moins dans certains cas devait être un hommage en mémoire d’un proche disparu qui était fan. Les bikers invités à descendre les Champs-Elysées à la suite du cortège. Le couple divorcé de bikers, encore amis, qui s’était retrouvé pour venir ensemble aux obsèques. Tous partagent plus grâce à leur passion commune. Tous parlaient bien, avec émotion, avec leurs mots, représentant une partie du public d’un chanteur qui a effectivement rassemblé des admirateurs venus de différentes couches sociales.

Et bien que je ne sois pas fan de Johnny, je sais ce que c’est que d’être fan, et d’être humain (quoique là des fois j’ai des doutes), alors ça m’a touché.

johnny-hallyday-fans_ouest france

D’autant que si les fans de Johnny sont connus, c’est parce qu’en France, c’est peut-être la plus grande et la plus dévouée des communautés de fans. Chacun avec leurs moyens, et ceux qui en ont le plus ont fait le déplacement jusqu’à Las Vegas pour le voir. Certains pensent que c’est trop. Personnellement, je pense que c’est une chance de pouvoir vivre ce genre de choses. Alors mes chers « collègues », ce week-end, j’étais triste de votre tristesse, mais contente de vous voir représentés avec la dignité méritée.

*(ne venez pas me dire que j’exagère : j’ai dans mes cartons la capture d’écran d’une journaliste venue sur un forum Tokio Hotel voulant interviewer des fans, « de préférence avec le look du groupe ». Et de préférence aussi le genre kikoolol qui ne sait pas écrire et se défendre, non? C’était aussi les seuls que filmaient dans les files d’attente la plupart des équipes de télé : les ados boutonneuses, histoire d’enfoncer le clou du cliché. Dans les concerts d’autres groupes, les caméras cherchaient toujours LE cliché, le plus ridicule possible).

2 réflexions au sujet de « Tribu : les fans de Johnny Hallyday »

Les commentaires sont fermés.