Exposition : l’Art du Pastel de Degas à Redon au Petit Palais

Rattrapage pour ceux qui n’ont pas pu y aller, car elle vient de s’achever.

Après 3 tentatives infructueuses en week-end où j’avais reculé devant la longueur de la file d’attente, j’ai profité de la dernière nocturne pour enfin aller voir au Petit Palais l’exposition l’Art du Pastel de Degas à Redon.

Je ne regrette pas d’avoir persévéré, même si du coup, on se marchait un peu sur les pieds (toujours éviter les premiers et derniers jours d’une exposition quand on peut…). Cette exposition permet de voir la grande variété des styles possibles avec ces petits bâtons de couleur : aussi précis et détaillé qu’une peinture académique, ou vaporeux comme un rêve… ou un cauchemar.

Doté d’un fort pouvoir réflecteur, le pastel conserve une luminosité impressionnante qui donne l’impression de touches d’or sur certains dessins. Et n’étant pas verni, ses couleurs ne sont pas jaunies et foncées par le temps qui passe – à condition de le protéger soigneusement des frottements et de la lumière. Ceci explique la rareté de ces expositions, et leur faible éclairage. Le pastel, matériau fragile, oblige à la délicatesse, bien qu’il puisse aussi exprimer toute la vivacité d’un mouvement ou d’une lumière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les pastels ont aussi été une des techniques de prédilection des peintres du courant Symboliste, que j’affectionne. L’exposition leur consacre une bonne place.

Une salle met en avant l’adéquation du pastel pour retranscrire les nuances de peau et en particulier « la suavité des chairs féminines ». Pourtant au mur, ce qui retient l’attention, ce sont les yeux bleu anis de la Sauvagesse de Caroline Bailly.

pastel_10

L’art du Pastel – la non moins fascinante Sauvagesse

Autre regard frappant, dans la salle d’en face : celui de la jeune Ernestine, saisi par Eugène Vidal, n’a rien à envier à Arya Stark.

pastel_09

L’art du Pastel – la fascinante Ernestine

En arrivant dans l’une des dernières salles, j’ai la bonne surprise de redécouvrir l’un de mes premiers coups de coeur artistique « en vrai », quand nouvellement arrivée à Paris de ma province, j’ai commencé à visiter des expositions dans des musées : le triptyque de sanguines flamboyantes de Lucien Lévy-Dhurmer consacré à Beethoven et 2 de ses oeuvres- un fan-art du 19e siècle, en quelque sorte ! Et en particulier cette sublime Appassionata. Elles étaient alors, si ma mémoire ne me trompe pas, exposées au petit musée Hébert, fermé depuis plusieurs années.
pastel_11

L’art du Pastel – Appassionata de Levy-Dhurmer

Bref : c’était très beau, et apaisant, et parfois intrigant, et exactement ce que j’attends d’une exposition d’art.

(Parce que par contre, pour les « messages » qu’on vit dans un monde moche, méchant etc, je ne suis pas complètement aveugle ni idiote, je n’ai pas besoin de témoignages d’artistes dessus).

Retrouvez les photos et quelques autres en bonus sur Facebook (je ne veux pas saturer trop vite mon compte WordPress…).

Publicités

5 réflexions au sujet de « Exposition : l’Art du Pastel de Degas à Redon au Petit Palais »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s