Nostalgeek : touche pas à mon Actarus

Dans notre série « on peut pu rien dire », je garde sous le coude cet échange vu ce jour sur un groupe sur Goldorak, pour le renvoyer à la gueule de ceux qui crient au facho à chaque fois qu’on déplore un changement majeur fait à un personnage emblématique pour coller à la mode…

C’est surtout que quand on a des souvenirs nostalgiques d’un personnage chéri, on a tendance à vouloir les conserver tels quels. Y compris ceux aussi futiles que la couleur du costume (même si ici il s’avère que ce n’est pas une « relecture » mais le design du pilote, inédit chez nous, mais néanmoins « légitime » d’un point de vue créatif). Ou la cigarette de Lucky Luke. Ou la bedaine de Groquik.

Parce qu’on nous vend de la graisse de boeuf au prix du caviar pour « lutter contre les premiers signes de l’âge », mais les plus douloureux signes de l’âge, ce ne sont pas les rides, c’est perdre les uns après les autres ce et ceux à qui tient. Et ça, aucun élixir de L’Oréal n’y peut rien. Les souvenirs de fiction, c’est la seule chose vers laquelle on peut toujours se retourner… Donc on n’apprécie pas que des margoulins les massacrent pour se donner bonne conscience ou pour vendre leur camelote.

2 réflexions au sujet de « Nostalgeek : touche pas à mon Actarus »

  1. Je viens de terminer la lecture de la BD « Goldorak », qui vient de sortir chez Kana. A la fois un formidable hommage, puisque cette histoire est une suite à la série de dessins animés avec un dessin franco-belge, et un sacrilège (pour les mêmes raisons). Tout dépend du point de vue. Je considère que les variations, relectures, parodies, pastiches,… sont tous intéressants et pertinents tant qu’on laisse les originaux intacts.

    • J’ai fini de le lire seulement ce soir. Ça va, je n’ai pas vraiment trouvé de sacrilège. Même si ça s’éloigne de l’original parce qu’on sent la patte des auteurs, ça reste quand même fidèle aux personnages, en un peu plus réaliste, un peu plus adultes.
      Après je n’ai pas non plus autant d’attachement sur cette série que les 2 personnes qui ont fait les commentaires en copie d’écran. J’ai juste utilisé cet exemple pour dire que suivant les cas et le degré d’écart, on peut avoir des réactions viscérales, et ça n’a pas forcément de sous entendu politico-woke. Juste qu’on veut conserver certaines choses telles quelles, point.
      Et il y a des relectures et parodies que je ne trouve pas du tout pertinentes, c’est juste redondant et/ou de la facilité. Typiquement, récemment, une BD que j’ai prise parce que je me disais qu’elle avait l’air dans le genre de Garulfo : Robilar. Alors oui c’est tout à fait dans le genre, un peu trop même, en moins bien, et en prime je n’avais pas compris tout de suite que c’était basé sur le Chat Botté. Overdose de référence, et au final assez gratuit, complet avec le message féministe des princesses qui se rebiffe. Triplement déjà vu, quoi…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s