Le business des dons : APHP et compagnie, gaspillage et crustacés

En mars 2020, j’avais fait un don à l’APHP pour soutenir les soignants. Depuis, j’ai reçu moults grosses enveloppes de ce genre d’appels à plus de dons (de préférence des virements permanents mensuels). Quand je vois les 100g de papier glacé, je préférerais que l’argent de ce mailing soit allé dans les poches des soignants… Ça ne m’incite pas à donner à nouveau, au contraire. Ce n’est pas un financement participatif pour recevoir des goodies, c’est en théorie pour compléter le budget de l’état qui semble ne pas suffire.

Mais il suffirait sans doute si l’argent n’était pas jeté par les fenêtres en gaspillage de ce genre, et en salaires de Martin Hirsh, grand fossoyeur de l’APHP, ou Anne Souyris, que j’ai découverte via SaccageParis pour son rôle de distributrice de subventions aux associations qui maintiennent les toxicomanes dans la drogue sous couvert de « réduction des risques », et avocate des salles de shoot qui contribuent à pourrir mon quartier. Et sans doute d’autres pignoufs incompétents qui se payent sur la bête, alors que dans l’ombre, les vrais soignants oscillent entre dépression, démission et suicide…

Ce ne sont pas les seuls. J’avais déjà commis l’erreur d’un don à une ONG, Médecins sans Frontières si je ne m’abuse, qui m’avait ensuite spammé pendant plusieurs années de courriers tout aussi peu écologiques et économiques, accompagnés à l’occasion d’étiquettes de nom (avec leur logo pour bien étaler ta générosité tout en leur faisant de la pub), de stylos, de cartes… marketeux pour des oeuvres de charité, c’est un métier. Juste, sur certains « clients » comme moi, l’effet est inverse : le procédé me fait gerber.

Idem quand j’ai découvert que les démarcheurs de rue pour les ONG n’étaient pas des bénévoles mais rémunérés. A regarder à ce sujet, l’excellente vidéo de David Castello-Lopes : « depuis quand ça existe les ONG qui demandent de l’argent sur les trottoirs?« 

David Castello Lopes

Parce que voyez-vous, je suis quelqu’un d’incurablement pragmatique. Quand je vois qu’l est rentable de payer (fut-ce au lance-pierres) des gens pour récolter du pognon, je me dis que ce n’est plus une œuvre de charité, c’est un business. Si c’est un business, alors il n’y a pas besoin de dons.

Et il y a moyen de payer les autres. Ceux qui font le boulot qui est le cœur de métier. Ici les gens qui soignent, qui accueillent, et les personnels annexes non soignants mais indispensables aussi comme l’entretien ou la sécurité. Les 15 couches de hiérarchie administrative propres à la France, par contre, et les commissions entre gens autorisés qui s’autorisent à penser…

Noël japonais à Paris : marché Shizen ce week-end et expo-vente du 13 au 19 décembre

Vous n’avez pas réussi à aller au marché organisé par Idées Japon, victime de son succès et de l’affluence du public?

Vous pouvez retrouver une partie des exposants et d’autres ce week-end et la suivante.

Shizen, le Noël japonais à la Recyclerie les 11 et 12 décembre

C’est seulement la 2e année de ce marché de Noël nippon organisé par la Recyclerie. 2 jours d’ateliers, animations, stands d’artisanat, de culture et de gastronomie.

Programme complet et infos sur Instagram et Facebook.

Avec entre autres les chocolats et douceurs de Patisserie Mayu, les éditions Akinome, Discover Japan, Maison Wa

Ateliers :
Kintsugi, Origami, Furoshiki, Ikebana, Paquets cadeaux à la japonaise, en collaboration avec Espace Japon.

Et des concerts de Paris Taiko Ensemble (tambours japonais) et Eisa & Sanshin (guitare d’Okinawa et danse), des projections et une exposition.

Adresse : 83 boulevard Ornano 75018 Paris

𝑯𝒐𝒓𝒂𝒊𝒓𝒆𝒔 :
𝒔𝒂𝒎𝒆𝒅𝒊 11:00-19:00
𝒅𝒊𝒎𝒂𝒏𝒄𝒉𝒆 11:00-19:00

Expo-vente d’artisans et artistes japonais à l’Espace Le Marais du 13 au 19 décembre

Les 5 exposants ci-dessus se sont rassemblés pour vous présenter des idées cadeaux créatives et originales avant Noël. N’hésitez pas à les suivre chacune sur Instagram pour plus d’informations.

Mizutama Bijoux

Miki Umeda Kubo, calligraphe

Atelier Tchaba

Saori Urata

Post-scriptum :

J’ai essayé d’aller au Shizen dimanche après-midi, mais comme tous les trucs à bobos dans des « tiers lieux », il y avait 1h de queue rien que pour entrer et j’avais mieux à faire. Donc allez plutôt soutenir les artisans de l’expo-vente dans le Marais.

Financement participatif : le Tarot de Florence Magnin chez Nestiveqnen

La page sur Kickstarter

Ceux qui comme moi étaient de grands lecteurs de littérature de l’imaginaire dans les années 80 / 90 ont sans doute été marqués par les couvertures de Florence Magnin chez Présence du Futur pour la mythique série des Princes d’Ambre, de Roger Zelazny.

Après avoir sorti en 2020 grâce au financement participatif une monographie de Florence Magnin (qui a bien agrémenté mon mois de décembre 2020 et décore depuis ma bibliothèque), Nestiveqnen recourt à nouveau à ce principe, mais via Kickstarter, pour une réédition complétée et dé-ambrisée (pour des raisons de droits) de son Tarot de la Marelle. Il n’arrivera pas à temps pour Noël, mais il vous reste quelques jours pour y contribuer si vous souhaitez. Clôture le 20 décembre à 23h.

Le Tarot et sa boîte

Il sera accompagné d’un livret bilingue français/anglais sur le Tarot de Marseille afin de l’utiliser comme il se doit. Plus de détails sur le site de Nestiveqnen. Et page Kickstarter là.

La monographie de 2020

Chanson pour Jean Castex

Sur des paroles de par moi-même et une musique de l’adjudant-chef Jean-Pierre, du 317e bataillon 42e RIMA :

Chanson pour Jean Castex, (*).

Dans la pandémie en France
Y’avait bien des couillons… Au palais
Le bal des injonctions contraireuhs
Continuez donc à sortir… C’est fermé!
Les masques ça sert à rien c’est dur à mettreuh
Z’êtes confinés és euh
Sortez masqués és euh
Les parcs fermés, métros bondés, restaus fermés

Jean Castexeuh
Jean Castexeuh
Le jeudi à 18h
A inversé les 3 couleurs

Jean Castexeuh
Jean Castexeuh
Le jeudi à 18h
Vient nous flinguer la bonne humeur

Macrus et Costex, tous les jours une ambition : emm**er le monde

Tous les 6 mois ça recommenceuh
Des cris d’alarme
Mais trop ta-areuh
Ils prennent les gens pour des cons
C’est pas faux mais faut avouer
Qu’à l’état ils sont mauvais.
A part pour interdire des choses
Comme acheter des sapins pour Noël

Jean Castexeuh
Jean Castexeuh
On ne peut plus voyager
Même en se faisant curer le nez

Jean Castexeuh
Jean Castexeuh
Le jeudi à 18h
Vient nous flinguer la bonne humeur

Pour ceux qui n’ont pas la référence, ceci est un hommage au sketch de Didier Bénureau, Chanson pour Morales.

(je n’avais pas eu le temps de la finir l’an dernier, mais vu que ça recommence…)