Le Petit Bonheur Hebdomadaire #8

Ce rendez-vous est une excellente idée de Pause Earl Grey. Comme son nom l’indique, ça consiste à raconter un petit bonheur arrivé dans la semaine.

Encore des petits bonheurs fandomesques cette semaine.

La 3e Génération de Pokemons est sortie dans Pokemon Go.

Le nouveau jeu de foot dédié à Captain Tsubasa (Olive & Tom) est sorti, Captain Tsubasa Dream Team. Il faudra que je vous en parle plus longuement (et en plus j’ai eu Karl en SSR, youhou!).

Captain Tsubasa Dream Team_starter pack_s

Mais il n’y a pas que le fandom dans la vie, et j’ai aussi vu une superbe exposition au Petit Palais, consacrée à Anders Zorn, un peintre suédois dont j’ignorais jusqu’au nom et qui se voit ici remis en lumière à juste titre. Là encore, ça mériterait un article, mais comme l’exposition ne dure plus que jusqu’au 17 décembre, courez-y si vous aimez les belles aquarelles et la peinture réaliste du fin XIXe-début XXe siècle.

Publicités

Le Petit Bonheur Hebdomadaire #7

Ce rendez-vous est une excellente idée de Pause Earl Grey. Comme son nom l’indique, ça consiste à raconter un petit bonheur arrivé dans la semaine.

Encore des petits bonheurs fandomesques nostalgiques cette semaine.

Dans Sailormoon Drops, j’ai réussi à obtenir dans le challenge temporaire le personnage d’Endymion (le prince charmant de la princesse de la Lune Serenity). Et plus important : je suis même arrivée au niveau où il peut lancer sa 2e attaque, qui invoque ses 4 gardiens, à savoir le Shitennou avant que la reine Beryl leur lave le cerveau. Autrement dit… Mon petit Zoi choupitrognon! (bon, seulement en guest de l’attaque, et ça veut dire qu’il faut maintenant que je monte Endymion de niveau… Mais c’est déjà ça!).

(hein? Comment ça vous ne comprenez pas un mot de ce que que je raconte?)

sailormoon drops shitennou2

Dans Pokemon Go, j’ai obtenu un Ho-oh (le dernier Légendaire en date, qui ne reste que jusqu’au 12 décembre), mais je ne l’ai pas encore sur mon compte principal… Néanmoins, j’ai aussi chopé, sans m’en rendre compte à la Go Plus, mon tout premier Pokemon de type shiny! Un Magicarpe (genre 6 mois après que les premiers soient sortis… >.< ).

magicarpe shiny_s

Ouais. Alors d’habitude en fait, j’essaie de ne pas jouer à plus d’un jeu addictif à la fois. Mais là… j’ai freiné sur PoGo, et aussi sur Sailormoon Drops d’ailleurs, mais vu que j’y joue en grande partie pour ces persos là, hein…

En dehors de ça, j’ai aussi reçu mon premier cadeau de Noël (merci!). Et c’est un week-end de papotage / shopping de Noël qui s’annonce. Chic!

Le Petit Bonheur Hebdomadaire #6

Ce rendez-vous est une excellente idée de Pause Earl Grey. Comme son nom l’indique, ça consiste à raconter un petit bonheur arrivé dans la semaine.

J’ai eu beaucoup de petits bonheurs fandomesques très nostalgiques cette semaine.

Dans le jeu BFB Champions, j’ai enfin obtenu mon premier joueur Captain Tsubasa de niveau 7* [SP], un niveau rare et élevé… et c’est mon jeune bosquet préféré (Genzô Wakabayashi).

captain tsubasa_bfb_wakabayashi SP_s

C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Ca veut dire que j’ai un gardien de but qui dépote et que je peux maxer sans craindre d’avoir gaspillé mes Esprit 7* [SP] pour rien, déjà.

Et puis c’est idiot, mais ça m’amuse de jouer au sélectionneur, surtout que pour une fois je connais une partie des capacités des joueurs. Avant Captain Tsubasa, le foot pour moi c’était « 20 couillons qui courent après un ballon ». Et je me retrouve à me dire « Il vaut mieux que je renforce Sawada, il est plus polyvalent comme milieu de terrain que machin truc » (oui il y a quand même des joueurs pour lesquels je n’ai pas re-mémorisé le nom encore…).

Et c’est pas près de s’arranger, parce qu’un autre jeu mobile de foot va débarquer sur les téléphones Android et iPhone, intégralement dédié à Captain Tsubasa celui-là : CaptainTsubasa Dream Team de sortira le mois prochain, en multilingue dont le français sur iOS et #Android !

Twitter officiel :

Chaîne officielle YT :

(avec une interview de Yôichi Takahashi, l’auteur du manga)

Site Web officiel

Le fandom, ça vous change!

Application : jeu BFB Champions 2.0 et le challenge Captain Tsubasa

Je n’avais pas vraiment prévu de jouer à une simulation de football un jour, mais mon tout récent séjour au Japon m’a rappelé Captain Tsubasa (Olive et Tom en VF). Ce d’autant qu’une nouvelle série télé sortie il y a 2-3 ans a remis au goût du jour le manga, si tant est qu’il en soit sorti.

Tsubasa_1

C’est donc en cherchant s’il existait des goodies Captain Tsubasa que j’ai découvert l’existence de BFB Champions 2.0. C’est un jeu de foot sur tablette et smartphone, qui se démarque (jeu de mots, 10 yen dans le nourrain) des autres par l’utilisation de la licence officielle du manga, en sus des vrais joueurs de notre monde issus de diverses époques (enfin, plus ou moins. J’imagine qu’il n’ont pas pu payer les droits demandés par la FIFA, ce qui leur vaut à la place de faire figurer « Laziluza« ). Ce qui vous permet d’aligner une équipe mélangeant allègrement Karl Heinz Rummenigge (joueur mythique de la Mannschaft dans les années 80) et Oozora Tsubasa (le héros du manga).

Tsubasa_2

(Oui je sais, c’est Hyûga, son principal adversaire)

J’ai donc téléchargé le jeu.
Déception : les joueurs et maillots de Captain Tsubasa ne sont disponibles que lors de challenges temporaires.
Coup de chance : l’un d’entre eux est actuellement en cours pour quelques jours ou semaines, avec les équipes de la période « World Youth ». Ce qui m’a permis, en y jouant intensivement alors que je cuvais mon jetlag en bullant sur mon canapé, de récupérer une palanquée de mes joueurs favoris de l’époque, même si pas encore dans leurs versions optimales. Ce qui explique que j’ai un peu modifié la planification de mes articles pour vous en parler afin que vous puissiez en profiter aussi.

Lire la suite

Application : Sailor Moon Drops sur Android et iPhone

Il y a quelques temps…

« Ho là là, ça prend du temps Pokemon Go, c’est trop addictif ces jeux sur smartphone. Allez, j’arrête de jouer à Frozen Free Fall.

Eh, c’est quoi les captures d’écran de chibi Zoisite sur le compte Twitter de *** ? Ça a l’air récent? Ooh, ils ont fait un jeu sur smartphone pour les 25 ans de la série et la sortie de Sailor Moon Crystal – une nouvelle série qui reprend la trame de la première, mais en restant plus proche du manga de Naoko Takeuchi -. OMG ça existe en anglais pour Android, adieu la productivité ! »

sailormoon_drops_1

Le jeu

Sailor Moon Drops, donc, est un classique jeu de casse-bonbons (quoi? On dit casse-briques? Ben non eh, on vise pas des briques avec un vaisseau qui fait pioupiou. On fait des combinaisons comme dans Candy Crush, ici des gemmes). Avec  un habillage kawaii girly. Déjà, Sailor Moon, à la base c’est une magical girl, donc orienté manga « pour filles ». Mais là en plus, ils ont pris des versions chibi des personnages (mimimathyfiés, si vous voulez).

Alors personnellement, je me passerais des détails comme le fait que les niveaux où on peut gagner des bonus spéciaux soient signalés par des napperons de dentelle. Ou les fonds d’écran de téléphone qu’on peut gagner dans le jeu, à tendance très « rose poudré petites étoiles et robe à froufrou ».

sailormoon_drops_6

Lire la suite

Pokemetal : Pokemon rencontre Babymetal

Pour le Fox Day, cad aujourd’hui premier jour du mois d’avril, Niantic s’est associé à Amuse, la société qui produit Babymetal, pour introduire dans Pokemon Go 4 nouveaux Pokemons spéciaux :
Hedoba, le renard adepte de heavy metal, et ses évolutions. Tout comme Evoli ou Debugant, il a plusieurs évolutions possibles : Moametaru, Yuimetaru et Sumetaru. Ces trois pokemons humanoïdes sont évidemment inspirées des 3 chanteuses de Babymetal.
Les 4 sont double type :
– Hedoba le renard est de type feu (comme Goupix) / acier (forcément).
– Moametaru, Yuimetaru et Sumetaru sont de type acier / fée.
Hedobanga
Pokemon Renard
Type : acier
Attaques :
– Head banging (normal)
– Fox horns (psy)
Hedobanga, comme Evoli, possède trois formes différentes d’évolution : Moametaru, Yuimetaru et Sumetaru. Il possède aussi la particularité de changer de type lorsqu’il évolue, passant de Pokemon Renard à Pokemon Humanoïde. Ses trois formes évoluées ont en commun une attaque de type psy, le Scream. En revanche, chacune a une attaque spéciale différente, de type Fée.
Moametaru
Pokemon Humanoïde
Type : acier / fée
Attaques :
– Scream (psy)
– Kitsune stare (fée)
Yuimetaru
Pokemon Humanoïde
Type : acier / fée
Attaques :
– Scream (psy)
– Kitsune smile (fée)
Sumetaru
Pokemon Humanoïde
Type : acier / fée
Attaques :
– Scream (psy)
– The One (fée)
Quand et comment les trouver ? Only the Fox God Knows!

Freaky Friday : Pokemon dans les chansons populaires

Alors je ne sais pas si c’est moi qui voit Pokemon partout (oui?), mais je l’entends aussi. L’avantage, c’est que grâce au petit dragon June, je savais quoi en faire : un article du vendredi pour le Freaky Friday bien sûr!

A vous de reconnaître les originaux…

  1. On commence avec un hymne à la tolérance :

Evoli and Pyroli
Live together in perfect harmony
Side by side in arena
Two Pokemons so pretty!

2. Un souvenir d’enfance très très freaky (paroles Antoine de Caunes, si si) :

Mi mimi mimi mi Mimitoss,
Dans les combats,
C’est un nullos.
Mi mimi mimi mi Mimitoss,
Même évolué,
C’est un boloss.

freaky_mimitoss

3. Une chanson militante

Je ne sais pas si vous connaissez cette vieille chanson, mais si ce n’est pas le cas… Elle mérite qu’on l’écoute. Elle me revient régulièrement en tête, que ce soit en écoutant les informations politiques ou les réunions au travail…

En 2016 après tout le monde
J’ai pu jouer à Pokemon.
J’avais évité jusque là
Malgré mon goût pour le petit jaune
Mais j’ai craqué pour sa bouille ronde
Et donc je le traque à présent.

J’en avais 20 dans mon Pokedex
Et Pikachu reste caché.

Au déjeuner je sors en douce
Pour continuer à les chasser.
L’arène voisine est bien pratique,
J’ai des Poképièces à gagner.
Les discussions de mes collègues
Ne vont pas trop me manquer.

J’en ai 50 dans mon Pokedex
Et Pikachu reste caché.

J’ai exploré tout le quartier,
Je suis même allée à l’étranger.
J’ai attrapé des trucs bizarres,
Mais il me manque des Bulbizarres.
Niantic a bloqué les radars,
J’en ai marre de choper des Ptitard.

J’ai même chopé un gros Ronflex
Et Pikachu reste caché.

4. Et on finit par une petite douceur.

Punaise je ne sais même pas pourquoi on m’avait offert la K7 audio, je crois que je trouvais déjà ça niais à l’époque… (je n’ai jamais eu trop des goûts de petite fille) :

Il s’appelle Evoli joli
Il s’appelle Evoli joli
Je voudrais partir avec lui
Et ses grandes oreilles
Toutes mimi 

(ou « Dans l’arène ». Bon ok j’ai changé d’avis sur les paroles entre l’image et l’article. C’est pas graaaave).

freaky_evoli

D’ici quelques jours, je vous expliquerait comment j’ai fait les images. (vite, certes).

Pokemons rares à Paris

Si vous me suivez sur Twitter, vous avez dû remarquer qu’en ce moment, je suis légèrement obsédée occupée par le jeu Pokemon Go! (comme une bonne partie de la planète, du reste).

Je n’ai pas vraiment eu le temps de chercher de vraies ressources (forums etc) d’informations dessus, mais si comme tout le monde, je croule sous les Roucoul, j’ai des tas de Rattata, et je trafique les Soporifik, d’autres Pokemons sont rares… et, bien que certains apparaissent de façon totalement aléatoire, il semble malgré tout qu’il y ait des « nids » où certains apparaissent régulièrement.

Petit bilan de mes observations jusqu’ici :

 

Jardin des Plantes : Bulbizarre (notamment près de l’entrée vers la gare d’Austerlitz),  – Magicarpes, Poissirène
Champs-Elysées (en bas de l’avenue, vers Concorde) : Magnéti (on marche dessus…)
Jardin des Tuileries : Abo, Amonita, Carapuce, Machoc, Magicarpe, Poissirène, Hypotrempe,  Psykokwak, Ptitard, Ramoloss, Stari (la plupart sont autour de la fontaine ronde côté Concorde)
Place des Vosges : Taupiqueur, Porygon, Gallopo (enfin j’en ai vu un de chaque, mais j’ignore si c’est récurrent ou si c’était un oneshot)
Buttes Chaumont : Goupix, Mélofée
Montmartre : Mélofée

EDIT :

Parc de la Villette : Magicarpe et autres aquatiques + Kabuto (plein), Ponyta (1)

Jardins du Luxembourg : un peu de tout, dont Insécateur, et beaucoup d’Osselait.

 Champs de Mars : Magicarpe, Bulbizarre, Ptitard, Chétiflor, Mystherbe – et j’y ai trouvé mon premier (et seul) Pikachu, sur le champ de Mars tout près de la Tour Eiffel.
Tour Eiffel : surtout Magicarpe, Ptitard, Poissirène, Psykokwak, Nosferapti, Mélofée.
Trocadero : Ramoloss, Magicarpe, Ptitard, Psykokwak, Nidoran
Et dans le quartier en général, plus un peu de tout apparemment mais plus rarement – trouvé un Goupix, un Flagadoss, un Smogo, un Racaillou, Fantominus…

pokemon_tuileries

En moins d’une heure de chasse aux Tuileries

D’une manière générale, les parcs et les bordures de cours d’eau (à Paris, la Seine) sont de bons endroits pour choper tout ce qu’il y a de Pokemons aquatiques (pas forcément très rares), comme les Magicarpe, Poissirène, Psykokwak, Psychotrempe, Ptitard et Stari. Et plus les endroits sont touristiques, plus ils regorgent de Pokemon (sans doute à cause de la grande densité de Pokestop). Comme en plus, souvent, l’affluence fait qu’il y a beaucoup de dresseurs, qui jettent des appâts… ça s’auto-entretient.

Par contre, je n’ai toujours pas vu Pikachu… A part sous forme de silhouette sur mon radar une ou deux fois, mais je n’ai pas réussi à le trouver. Je suis déçuuuue. Et les Pokemon très rares semblent « spawner » au hasard, pas dans des coins particuliers. En tout cas, par exemple, je n’ai vu qu’un seul Gallopo, et c’était Place des Vosges. Un seul Lockhlass, à la Défense. Un seul Insécateur, aux Tuileries… Donc difficile de tirer des statistiques d’une apparition unique.

Et vous, vous avez repéré des « nids » réguliers de certains Pokemons rares?

Je cherche des « nids » de Ponyta, Miaouss, Machoc…

Nostalgeek : Abandonware.org, le site des vieux jeux et des vieux magazines d’informatique

Je ne suis pas la seule nostalgeek. J’ai découvert avec bonheur il y a quelque temps le site Abandonware-France.org, qui propose en téléchargement de vieux jeux vidéo à faire tourner sur les ordinateurs actuels. Oui, si toi aussi tu veux rejouer au Dungeon Master* des origines, en faisant des « combats tournistes » (combat de jeu vidéo à l’époque où les déplacements se faisaient par case et les coups par tour : tu files un coup au monstre, tu te déplaces d’une case sur le côté pour éviter la riposte, et dès que le monstre a fait son attaques tu repasses devant lui et « schbonk » tu lui retapes dessus avant qu’il puisse re-attaquer. Lather, rinse, repeat jusqu’à ce que le monstre ait défuncté), si toi aussi tu veux gagner des niveaux en tuant des milliers de vers pourpres dans la salle qui les génère automatiquement en attendant d’aller tuer le dragon du dernier niveau, tu peux aller télécharger sur ce site l’intégralité du jeu (je rappelle qu’à l’époque, il tenait sur une disquette. De 1,44 Mégaoctets… Une 3,5 pouces, hein, pas une 5 1/4. Faut pas déconner, ce n’est pas SI vieux).


La momie de Dungeon Master – « Invoque le Ful et tu obtiendras une touche magique »

Le site, initialement créé par un particulier, s’est vu compléter au fil des années grâce aux contributions des visiteurs tout aussi nostalgiques. Ils se chargent même d’adapter les codes pour que les jeux puissent tourner sur des OS ayant beaucoup changé, et des machines devenues incroyablement plus puissantes.

Plus récemment, pour savoir si je devais conserver mes magazines-reliques de l’époque, j’ai cherché sur le web si ça intéressait des gens… et j’ai découvert que Abandonware héberge aussi sur le site bis abandonware-magazines.org/ des scans de presque tous les vieux magazines (de plus de 10 ans et qui ne sont plus en cours de publication, et dont les ayant-droits n’ont pas refusé la mise à disposition) ayant trait à l’informatique de près ou de loin – parfois de loin -, notamment Jeux & Stratégies (l’intégrale, même).

Roh put- punais, je crois bien que c'était celui-là le premier numéro que j'ai eu!

Roh put- punais, je crois bien que c’était celui-là le premier numéro que j’ai eu!

Ce magazine édité initialement par Sciences & Vie et dédié à tous les jeux un tant soit peu cérébraux (mais y compris les jeux vidéos et jeux de rôles) avait bien égayé mes vacances scolaires. Malheureusement, ils n’ont pas pu laisser en ligne les archives de Casus Belli, en raison du refus de Didier Guisérix, directeur de publication de l’époque.

Là encore, le stock originellement réduit ne cesse de grossir, les visiteurs et contributeurs du forum proposant régulièrement des magazines parmi ceux qui manquent, du temps et le matériel pour scanner les magazines en question, et divers coups de main.

Si vous voulez participer, il y a même un thread dédié ici où Fredo_L, le webmaster, récapitule toute l’aide que vous pouvez lui apporter si vous avez un peu de temps devant vous. Avant de vous lancer dans la numérisation de vieux magazines, vérifiez qu’ils ne sont pas déjà disponibles, et/ou interdits de reproduction : la base contient déjà 9500 numéros! Il s’agit plutôt de vérifications, de signaler les problèmes de téléchargement, etc.

Un bien beau travail de passion et de patience, complété, sur la même racine Abandonware.org, de tout un tas d’autres sites de nostalgiques, dédiés à la sauvegarde du patrimoine gamer et informatique.

A noter : le site Grospixels a consacré une chouette page de description à Dungeon Master, qui m’a rappelé bien des souvenirs.

Jeu Disney sur tablette et smartphone : Vice Versa Bulles Souvenirs (Inside Out Memories Bubble)

Après Frozen Free Fall, le jeu de la Reine des Neiges au principe calqué sur celui de Candy Crush (qui n’était pas en soi une nouveauté, c’est du Puissance 4 à plus de couleurs…), Disney a sorti un jeu adapté de Vice Versa (alias Inside Out en anglais), son dernier film d’animation.

viceversa_01

Le film raconte l’histoire de Riley, petite fille de 11 ans, dont les parents emménagent à San Francisco. L’histoire est vue depuis l’intérieur de son cerveau, où cohabitent 5 émotions personnifiées, Joie, Tristesse, Dégoût, Peur et Colère. Tout tourne mal, la maison est vieille et moche, leurs meubles n’arrivent pas, elle a du mal à se faire de nouveaux amis, elle ne peut pas jouer au hockey sur glace où elle excellait… Tristesse (personnifiée sous forme de pleurnicharde bleue et amorphe) devient alors dangereusement contagieuse. Joie et Tristesse se retrouvent involontairement larguées dans les centres de la Mémoire, et doivent parcourir les méandres du cerveau pour revenir au Quartier Cérébral.

viceversa_02

Le film est très bien, notamment, pour les grands, pour la représentation ludique mais assez réaliste du fonctionnement du cerveau et notamment de la mémoire. Chaque souvenir est stocké dans une bulle, qui a la couleur de son émotion dominante associée, les plus importants donnant naissance à des Iles de personnalité. Riley étant une petite fille joyeuse sans histoire, choyée par ses parents, la majorité de ces bulles sont jaunes, couleur de la Joie (personnifiée sous les traits d’une pétillante jeune femme toujours positive)… jusqu’à leur installation chaotique.
Lire la suite