Capsules de Japon (10)/nostalgeek : l’école de foot Captain Tsubasa à Osaka

Ce qui est curieux, quand tu suis tes fandoms, c’est qu’ils se recoupent de façon parfois très étrange. Pour mon séjour à Osaka, j’avais choisi mes hôtels sur 3 critères : l’emplacement, l’emplacement, l’emplacement. Cad que pour les soirs de concert de Babymetal, j’avais pris un hôtel juste à côté de la salle Osaka Jô Hall, pour m’éviter le trajet le soir fourbue (dans la pratique, les concerts finissaient à 9h30, et étant en gradins, je n’étais pas aussi moulue quand lors de concerts en fosse. Mais au moins j’ai pu profiter de la fan-party à laquelle je me suis inscrite impromptue sans m’inquiéter de comment rentrer).

capsule_tennouji_parc

Parc Tennouji, Osaka

Pour le reste de la semaine, j’avais identifié non sans mal qu’il serait plus pratique de séjourner près de la gare de Tennouji. Celle-ci est en effet desservie à la fois par la ligne de train Hanwa qui joint l’aéroport du Kansai à Kyôto, la ligne Yamatoji qui permet d’aller à Nara (la ville aux cerfs), et la ligne circulaire d’Osaka (la Loop Line), ainsi que quelques autres. Idéal pour aller un peu partout autour d’Osaka, donc, et située de plus à côté du grand parc Tennouji, de son zoo, du temple bouddhiste Shi Tennou Ji (qui donne son nom au quartier et à la station), du musée des Beaux-Arts de la ville et dans un quartier commerçant, pas trop loin du centre mais pas non plus dans le brouhaha.

capsule_tennouji_musee

Musée des Beaux-Arts d’Osaka

Accessoirement, le nom me rappelait mes vilains de Sailor Moon, le Shitennou, baptisés ainsi en référence aux 4 Rois Célestes, gardiens des 4 point cardinaux dans la tradition bouddhique. Et j’aime bien suivre les signes, surtout quand ils vont dans le même sens que le raisonnement. Et c’est comme ça qu’espérant voir des netsuke et autres objets d’art nippon, je suis tombée en fait sur l’exposition « Disney, l’art du mouvement » que j’avais raté lors de son passage à Paris. … Libérééééée, délivréeee! Ca c’est fait (peu de Frozen dans l’expo).

Or donc, alors que je traversais le parc du Tennouji pour aller voir le musée des Beaux-Arts, je suis par hasard tombée sur ça :

capsule_tsubasa_5

un complexe de 3 terrains de futsal (aux noms d’Oozora Tsubasa, Tarô Misaki et Genzô Wakabayashi, les 3 héros de la première époque) et une école de foot « Captain Tsubasa ».

Qui affiche en ses murs, outre des portraits dédicacés des personnages, les « authentiques » maillots des capitaines de la finale de la seconde époque, entre l’équipe de Nankatsu (Newteam) et la Toho (idem en VF, c’était écrit en lettres ils n’ont pas pu tricher). Complets jusqu’au détail de la manche arrachée de Tsubasa et de celles de Hyûga toujours roulées. Que de feels à cette vision pour moi, qui fut tant fan de cette série.

capsule_tsubasa_4

Les maillots de la finale des collègues !

Oui je sais, c’est un dessin animé, et ces maillots des faux customisés. Malheureusement, c’était fermé quand je suis passée, et comme je l’ai découvert trop tard, je n’ai pas pu y retourner afin de me renseigner davantage – ou de prendre de meilleures photos ou voir s’ils avaient des goodies à vendre.

Pour info, on peut apparemment se procurer en France maillots, blousons et sacs de certaines équipes, sur le site Okawa Sport. Je n’ai pas testé.

 

Publicités

Où trouver les Petit Chara de Sailor Moon à Paris

Pour Noël, je me suis trouvé des Petit Chara (petit comme en français, chara comme diminutif de character = personnage en anglais) de mes personnages préférés de Sailor Moon, Zoisite et Kunzite. Alors ça n’a l’air de rien, mais contrairement à ce que ce blog pourrait parfois laisser croire, je ne passe pas mon temps à acheter du merchandising « adulescent ». Je n’ai ni la place ni forcément l’envie. Mais Sailor Moon fêtait cette année ses 25 ans (la franchise, pas le personnage). Et ces petites figurines sont, pour autant que je sache, les premières pièces de merch consacrés aux 4 généraux de la Reine Beryl, les vilains de la première saison. Les autres vilains ont eu droit à des figurines diverses au fil du temps, mais eux, non. *complainte du vilain mal-aimé*

petit chara sailormoon

Cette année, j’ai appris je ne sais comment la sortie d’un set de Petit Chara de Megahouse comprenant les 4 membres du Shitennou, la Reine Beryl, la princesse Serenity (Sailor Moon sous sa forme de princesse de la Lune) et Endymion (l’Homme Masqué sous son avatar de prince terrien médiéval fiancé à Serenity avant leur réincarnation moderne). Sauf que 1) il fallait commander le set entier et au Japon, ça coûte un bras et 2) c’était uniquement sur pré-commande apparemment et déjà en rupture de stock.

Lors de mon séjour au Japon en octobre dernier, ils figuraient dans ma liste de trucs à chercher, mais je suis restée bredouille (ou plutôt brocouille, comme on dit dans ma génération).

sailormoon_petit chara_mangatoys

Et puis pour trouver le manga de Captain Tsubasa une fois rentrée, j’ai cherché en ligne des adresses de boutiques vendant des mangas d’occasion à Paris. Et au détour de l’une d’elles, Manga Toys au 11 de la rue Keller (près de Bastille, la rue où jadis se trouvait la boutique Tonkam, précurseur de la vente de manga en France), qui vois-je dans une vitrine ? Mes Petit Chara! Vendus à l’unité (ok, plus cher que le set qu’on trouve finalement sur Amazon maintenant, si on en prend beaucoup… Mais je ne voulais pas m’encombrer avec tous les personnages de toute façon). Bon, de toute évidence, Endymion et Serenity ont bien plus de fans que les vilains. Il manque un Jadeite, on attend son retour. Le retour de Jadeite, ah ah… (ça se prononce à l’anglaise).

Et après mon passage, il manque aussi un couple Zoikun.

Cadeau de mon moi actuel à mon moi d’il y a 25 ans. Mieux vaut tard que jamais.

(j’avais plus sérieux mais les articles sont aussi là pour faire rire)

Faites-vous un cadeau pour Noël!

Feelgood posts de l’Avent (2) : histoire de fan / Sailor Moon : Marco Albiero

C’est l’histoire d’un mec à qui on a sans doute dit, enfant ou ado, « arrête de dessiner des personnages de dessins animés japonais, c’est pas comme ça que tu réussiras dans la vie ». Ou peut-être que non, parce que l’Italie a une longue histoire de dessinateurs de BD populaires de genre, westerns, etc, et de leurs déclinaisons nationales de Disney ou autres.

Marco Albiero, c’est son nom, est un artiste italien qui s’est fait connaître sur Internet pour ses fan-arts de dessins animés japonais à succès des années 90 : Sailor Moon, Saint Seiya (les Chevaliers du Zodiaque), Lady Oscar, Totally Spies, oh et même Olive & Tom dites donc!… Des fan-arts tellement bien faits qu’on les croirait sortis des studios officiels.

Petit aperçu ci-dessous :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et bien c’est devenu le cas, puisque depuis quelques années, outre qu’il contribue à de magazines et des bandes dessinées tirées de séries animées, les distributeurs européens voire américains de Sailor Moon, Saint Seiya, Jeanne et Serge, Ashita no Joe et autres vieilles séries utilisent ses  illustrations ou redesigns pour des coffrets DVD, de figurines, etc.

Fin novembre, il était invité à Paris pour le concert Sailor Moon Symphony, reprenant les musiques de la série, ainsi qu’en dédicace à la boutique Mangarake, à côté de la place de la République.

Site officiel.

Nostalgeek : Captain Tsubasa : Mes surnoms des joueurs

Dans Captain Tsubasa (Olive et Tom), tous les joueurs un tant soit peu important ont droit à un surnom. L’artiste du terrain, le jeune prince, le tigre…

Mais j’ai tendance à leur donner mes propres sobriquets, que je vous livre ici (en dehors, pour certains, de « tête de pioche », « t’es con », « bouchon », « chouchou » et autres surnoms affectueux que je vous épargnerai) :

Oozora Tsubasa (Olivier Atton) : lou Ravi*
Genzo Wakabayashi (Thomas Price) : Casquette
Kojiro Hyuga (Mark Landers) : Patator
Karl-Heinz Schneider (idem) : Herr Patator
Yuzo Morisaki (Allan Crocker, le remplaçant de Tom dans les buts de la New Team) : la passoire

*vieille expression de patois paysan pour désigner quelqu’un de « gentil » au sens de « niais et probablement déficient mental », toujours content. Pas exactement un compliment.

Le Petit Bonheur Hebdomadaire #6

Ce rendez-vous est une excellente idée de Pause Earl Grey. Comme son nom l’indique, ça consiste à raconter un petit bonheur arrivé dans la semaine.

J’ai eu beaucoup de petits bonheurs fandomesques très nostalgiques cette semaine.

Dans le jeu BFB Champions, j’ai enfin obtenu mon premier joueur Captain Tsubasa de niveau 7* [SP], un niveau rare et élevé… et c’est mon jeune bosquet préféré (Genzô Wakabayashi).

captain tsubasa_bfb_wakabayashi SP_s

C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Ca veut dire que j’ai un gardien de but qui dépote et que je peux maxer sans craindre d’avoir gaspillé mes Esprit 7* [SP] pour rien, déjà.

Et puis c’est idiot, mais ça m’amuse de jouer au sélectionneur, surtout que pour une fois je connais une partie des capacités des joueurs. Avant Captain Tsubasa, le foot pour moi c’était « 20 couillons qui courent après un ballon ». Et je me retrouve à me dire « Il vaut mieux que je renforce Sawada, il est plus polyvalent comme milieu de terrain que machin truc » (oui il y a quand même des joueurs pour lesquels je n’ai pas re-mémorisé le nom encore…).

Et c’est pas près de s’arranger, parce qu’un autre jeu mobile de foot va débarquer sur les téléphones Android et iPhone, intégralement dédié à Captain Tsubasa celui-là : CaptainTsubasa Dream Team de sortira le mois prochain, en multilingue dont le français sur iOS et #Android !

Twitter officiel :

Chaîne officielle YT :

(avec une interview de Yôichi Takahashi, l’auteur du manga)

Site Web officiel

Le fandom, ça vous change!

Nostalgeek : Touch (Théo ou la batte de la victoire

Le sport en manga, c’est passionnant

La semaine dernière, je vous parlais de Captain Tsubasa (Olive & Tom), et je signalais en passant qu’il faudrait que je vous parle de Touch un jour. Je vais le faire dès aujourd’hui, parce que ce sera moins long que les tartines que j’ai commencé à rédiger sur Captain Tsubasa.

Malgré un style graphique de personnages assez particulier (auquel on s’habitue très bien en fin de compte, et ses décors, eux, sont très réalistes), Mitsuru Adachi est un auteur qui a probablement bercé votre jeunesse si vous êtes de ma génération, que vous le sachiez ou non. Adachi est surtout connu en France pour les adaptations en dessin animé de ses oeuvres : Miyuki alias « Tommy et Magali« , Touch alias « Théo ou la batte de la victoire« , et « Hi Atari Riyoko«  alias « Une vie nouvelle »

Si vous n’en avez vu aucune, vous pouvez découvrir son ton unique, toute en délicatesse, humour et sport (eh si, c’est un mélange qui existe, et qui marche très bien!) dans les recueils d’histoire courtes parus en français chez Tonkam, « Short Program ». C’est touchant, frais, drôle, inattendu, bref une suite de petites bulles d’air pur.

adachi-g

Pour ces mêmes raisons, à moins de lire couramment le japonais, les mangas de Mitsuru Adachi perdent beaucoup de leur intérêt sans traduction – au contraire de pas mal de ses confrères qui misent sur des arguments plus tape-à-l’oeil (aieuh). Enfin n’exagérons rien, même une brêle en japonais comme moi comprend certains gags, ne serait-ce qu’aux mimiques des personnages.

Fort heureusement, des éditeurs français ont traduit certaines de ses oeuvres, dont Glénat, qui publie celle dont je vais vous parler ici : Touch.

Touch, ou comment j’ai appris les règles du base-ball (aussi)

touch-2g

Personnellement, j’avais été fort surprise par la série Touch, qui débutait comme une classique série sportive opposant deux frères jumeaux : Kazuya (Kim en version française), doué en tout, et Tatsuya (alias Théo), plus en retrait, qui se laisse vivre sans vraiment s’intéresser à quoi que ce soit – du moins en apparence. Entre les deux, leur voisine depuis l’enfance, Minami (Debbie), dont Kazuya est très amoureux et dont tout le monde pense qu’ils se marieront un jour. Les sentiments de Minami sont plus incertains, bien qu’on ne voie pas bien ce qui pourrait l’attirer chez le paresseux et sans relief Tatsuya – qui est considéré par tout le monde comme un gentil loser, y compris par ses parents, qui sont trop amoureux comme au premier jour et trop loufoques cependant pour le lui reprocher.

L’équipe de base-ball du lycée, dont Kazuya est le lanceur vedette, vient de se qualifier pour la finale du championnat départemental, et Kazuya se fait plus clair dans ses intentions vis-à-vis de Minami, quand soudain la série change de ton.

touch-3g

Kazuya est renversé par une voiture sur le chemin du stade et meurt. Sans avertissement, comme dans la vraie vie quand ce genre de drame se produit. Et de triangle amoureux classique, l’histoire devient plutôt celle d’un deuil à plusieurs niveaux. Comment vaincre un souvenir? Et déjà, faut-il le vaincre?

Lire la suite

Nostalgeek : Captain Tsubasa (1)

Captain Tsubasa, c’est un peu un OVNI dans mes goûts. Je n’ai jamais aimé le sport, j’ai fait le désespoir de tous mes profs d’EPS par mon manque d’implication. Un prof de collège en 3e avait voulu me nommer arbitre de matchs de volley, pour la dernière journée, parce que mes camarades tenaient aussi peu à m’avoir dans leur équipe que moi à y jouer. Il n’en était pas revenu que je ne connaisse toujours pas les règles, d’autant qu’en dehors du sport, j’avais des facilités, comme on dit. Mais bon, moi, j’ai une bonne mémoire, certes, mais très sélective…

anim_daria_volley.gif

Moi au collège

C’est donc probablement l’effet de ma perméabilité au zeitgeist qui fait que, d’un coup, je me sois passionnée pour Olive et Tom (qui passait alors sur la 5), peu avant ou après l’Olympique de Marseille époque Papin-Waddle-Boli. D’ailleurs ça m’a fait bien plaisir de revoir JPP dans un documentaire sur le sujet « le foot est-il un art? », récemment.

En quelques matchs (vrais et dessinés) assortis de questions à mon paternel et des explications de Roberto (le coach d’Olivier / Tsubasa dans la série), je suis devenue une pro des coups francs, penaltys, hors jeu et autres 4-4-2. Comme quoi, la motivation, y’a que ça de vrai pour stimuler les capacités cérébrales…

anim_captain tsubasa_hyuga tir world youth

Hyuga marquant un but à Wakabayashi dans les OAV Shin Captain Tsubasa

Alors oui, je sais. Avec le recul, Olive et Tom (Captain Tsubasa), ce sont des graphismes sommaires et irréguliers, des remontées de terrain qui durent un épisode (20mn – apparemment les terrains de foot de benjamins font 5 km de long au Japon), aussi long que la préparation d’un Kamehameha sur la planète Namek. Ce sont des joueurs de 15 ans qui arrivent à percer des filets depuis le milieu du terrain, des techniques interdites par la FIFA (la catapulte infernale des jumeaux Derrick). Des équipes de benjamins (11 ans) qui jouent devant des stades pleins de supporters en délire, que le Vélodrome à côté on dirait le stade communal de Jouy-en-Josas un jour de pluie, avec un chroniqueur au micro qui en remontrait à Thierry Roland question enthousiasme…

Mais justement, c’est cette démesure, cette débauche de spectaculaire qui rendait passionnant un sport qui, dans la vraie vie, est souvent ennuyeux. Surtout quand on le joue au collège (ma passion éphémère n’a en rien changé mon attitude vis-à-vis de la pratique du football par moi-même…).

captain tsubasa_vend du reve_s

L’OM de l’époque s’en rapprochait, au niveau du souffle épique. Gestes techniques improbables, Boli le défenseur qui vient marquer des buts, Waddle qui se prend un coup dans la tête, marque un but juste après, et rentré au vestiaire après le match dit à ses confrères « On va les battre! », ce qui leur a fait réaliser qu’il avait une commotion cérébrale et qu’il avait oublié le match… on se rapproche de Tarô Misaki (Ben Becker) se mangeant le poteau pour dégager un tir devant les cages.

C’est simple : les joueurs de la série terminaient chaque finale aussi éclopés que les Chevaliers du Zodiaque à la fin d’une opération de sauvetage de Saori « la quiche » Kido. A côté du tournoi européen, l’ultime-promis-c’est-la-dernière bataille du Sanctuaire, c’est une promenade de santé pour mémère à chienchien. Et ils avaient des « background stories » presque aussi tragiques (que je me ferai une joie de vous raconter dans un prochain épisode, parce que sinon cet article ferait 40 pages).

Depuis l’article que j’ai écrit sur le jeu pour smartphone où on peut les faire jouer, je me passe des épisodes trouvés sur Youtube, et j’alterne entre crises de rire et le même enthousiasme qu’à la première diffusion. Cette série, c’est trop. Trop de rivalités martiales entre hommes (enfin, garçons, mais à 14 ans ils sont dessinés comme des mecs de 20), trop de noblesse d’âme, trop de sacrifices héroïques pour l’équipe ou pour leurs rêves, trop de portnawak, trop de scènes impossibles. Trop de love sur eux.

anim_captain tsubasa_wakabayashi vs meiwa relance

Et sur toi en particulier, jeune bosquet.

La série a marqué toute une génération de petits japonais, popularisant le football au pays du sumo et du baseball (faudra que je vous parle de Touch un jour, tiens). On lui doit certainement la position actuelle du Japon dans le foot mondial. A elle… et au footballeur réel qui a inspiré la série : la série va fêter ses 35 ans en 2018, lui a encore marqué un but en foot pro à… 50 ans cette année.

Certes, le Japon n’est pas le Brésil, mais ce n’est plus non plus la honte, ils sont régulièrement qualifiés. Et les seuls matchs de Coupe du Monde que je regarde, quand ça passe à un horaire décent, ce sont ceux des « Bleus » nippons (que jamais on ne prendra à faire la grève… jdcjdr). Par nostalgie, certes, et parce qu’ils aiment jouer avec du style.

captain tsubasa_screencap_wakabayashi vs hyuga

Le goal qui pique le ballon à l’attaquant adverse, narmol.

Curieusement, je crois que c’est la seule série se passant dans l’univers scolaire qui m’ait donné envie de me projeter dedans. Parce que sinon, l’école, sans en avoir la phobie, je m’y ennuyais plutôt, je préférais rester chez moi. D’ailleurs en fait, j’ai plus de nostalgie en parlant de ça qu’en revoyant pour de vrai les établissements (voire les villes) où j’ai grandi. Et je me souviens mieux des noms, mêmes nippons, des personnages, que de la plupart de mes camarades de classe. (remarquez, vu l’article qui a ouvert la semaine, ce n’est pas bien étonnant…)

J’ai aussi découvert, en rechutant dans ce fandom bien vivant et actif sur Facebook et Twitter grâce à ses fans, que même en dehors du Japon, de nombreux footballeurs de la génération actuelle et précédente (dont Zidane, tout de même) ont été inspirés par ce dessin animé. D’ailleurs sur Youtube, il peut être compliqué de trouver une version en français ou en anglais, puisque des fans ont aussi bien publié des versions en indonésien, en turc, en portugais, et j’en passe…

Que lors de la cérémonie de clôture des JO, la présentation de Tokyo 2020 a montré des images de Captain Tsubasa (à la 25e seconde et une seconde fois un peu plus tard) entre les images de vrais sportifs et celles d’icônes de la pop culture japonaise comme Hello Kitty ou Mario.

Et que toute la série animée des origines était disponible officiellement et gratuitement sur Youtube, sur la chaîne Olive et Tom | Officiel. Alors on dit quoi?

Olive et Tom
Ils sont toujours en forme
Tom Olivier
Sont super entraînés 
Olive et Tom
Ils sont venus pour gagneeeeeeeeeeer!

(c’est cadeau, c’est pour moi, pour vous pourrir votre week-end. Moi ça fait 2 semaines que j’ai ça en tête et que je mate de vieux épisodes et que je découvre les OAV et films que je n’avais jamais vus…)

 

Le Petit Bonheur Hebdomadaire #5

Ce rendez-vous est une excellente idée de Pause Earl Grey. Comme son nom l’indique, ça consiste à raconter un petit bonheur arrivé dans la semaine.

Mon petit bonheur de la semaine, c’est d’avoir replongé à mon corps pas très défendant mais non sans surprise dans le fandom de Captain Tsubasa / Olive & Tom. C’est bizarre, parce que je crois même avoir fini par balancer récemment mes quelques tomes du manga VO, persuadée que je ne replongerai pas dans les matchs de 12h, mais… en fait, c’est un bon feel good fandom.

Sérieusement, comment peut-on ne pas avoir la banane en regardant un joueur de 14 ans faire ça?

anim_captain tsubasa_hyuga tir world youth

Alors par contre, c’est plutôt une mauvaise nouvelle pour vous, parce que je suis d’humeur à en parler en long, en large et en travers. J’ai déjà écrit 1500 mots et je n’ai pas fini.

Application : jeu BFB Champions 2.0 et le challenge Captain Tsubasa

Je n’avais pas vraiment prévu de jouer à une simulation de football un jour, mais mon tout récent séjour au Japon m’a rappelé Captain Tsubasa (Olive et Tom en VF). Ce d’autant qu’une nouvelle série télé sortie il y a 2-3 ans a remis au goût du jour le manga, si tant est qu’il en soit sorti.

Tsubasa_1

C’est donc en cherchant s’il existait des goodies Captain Tsubasa que j’ai découvert l’existence de BFB Champions 2.0. C’est un jeu de foot sur tablette et smartphone, qui se démarque (jeu de mots, 10 yen dans le nourrain) des autres par l’utilisation de la licence officielle du manga, en sus des vrais joueurs de notre monde issus de diverses époques (enfin, plus ou moins. J’imagine qu’il n’ont pas pu payer les droits demandés par la FIFA, ce qui leur vaut à la place de faire figurer « Laziluza« ). Ce qui vous permet d’aligner une équipe mélangeant allègrement Karl Heinz Rummenigge (joueur mythique de la Mannschaft dans les années 80) et Oozora Tsubasa (le héros du manga).

Tsubasa_2

(Oui je sais, c’est Hyûga, son principal adversaire)

J’ai donc téléchargé le jeu.
Déception : les joueurs et maillots de Captain Tsubasa ne sont disponibles que lors de challenges temporaires.
Coup de chance : l’un d’entre eux est actuellement en cours pour quelques jours ou semaines, avec les équipes de la période « World Youth ». Ce qui m’a permis, en y jouant intensivement alors que je cuvais mon jetlag en bullant sur mon canapé, de récupérer une palanquée de mes joueurs favoris de l’époque, même si pas encore dans leurs versions optimales. Ce qui explique que j’ai un peu modifié la planification de mes articles pour vous en parler afin que vous puissiez en profiter aussi.

Lire la suite

Application : Sailor Moon Drops sur Android et iPhone

Il y a quelques temps…

« Ho là là, ça prend du temps Pokemon Go, c’est trop addictif ces jeux sur smartphone. Allez, j’arrête de jouer à Frozen Free Fall.

Eh, c’est quoi les captures d’écran de chibi Zoisite sur le compte Twitter de *** ? Ça a l’air récent? Ooh, ils ont fait un jeu sur smartphone pour les 25 ans de la série et la sortie de Sailor Moon Crystal – une nouvelle série qui reprend la trame de la première, mais en restant plus proche du manga de Naoko Takeuchi -. OMG ça existe en anglais pour Android, adieu la productivité ! »

sailormoon_drops_1

Le jeu

Sailor Moon Drops, donc, est un classique jeu de casse-bonbons (quoi? On dit casse-briques? Ben non eh, on vise pas des briques avec un vaisseau qui fait pioupiou. On fait des combinaisons comme dans Candy Crush, ici des gemmes). Avec  un habillage kawaii girly. Déjà, Sailor Moon, à la base c’est une magical girl, donc orienté manga « pour filles ». Mais là en plus, ils ont pris des versions chibi des personnages (mimimathyfiés, si vous voulez).

Alors personnellement, je me passerais des détails comme le fait que les niveaux où on peut gagner des bonus spéciaux soient signalés par des napperons de dentelle. Ou les fonds d’écran de téléphone qu’on peut gagner dans le jeu, à tendance très « rose poudré petites étoiles et robe à froufrou ».

sailormoon_drops_6

Lire la suite