Capsules de Japon (10)/nostalgeek : l’école de foot Captain Tsubasa à Osaka

Ce qui est curieux, quand tu suis tes fandoms, c’est qu’ils se recoupent de façon parfois très étrange. Pour mon séjour à Osaka, j’avais choisi mes hôtels sur 3 critères : l’emplacement, l’emplacement, l’emplacement. Cad que pour les soirs de concert de Babymetal, j’avais pris un hôtel juste à côté de la salle Osaka Jô Hall, pour m’éviter le trajet le soir fourbue (dans la pratique, les concerts finissaient à 9h30, et étant en gradins, je n’étais pas aussi moulue que lors de concerts en fosse. Mais au moins j’ai pu profiter de la fan-party à laquelle je me suis inscrite impromptue sans m’inquiéter de comment rentrer).

capsule_tennouji_parc

Parc Tennouji, Osaka

Pour le reste de la semaine, j’avais identifié non sans mal qu’il serait plus pratique de séjourner près de la gare de Tennouji. Celle-ci est en effet desservie à la fois par la ligne de train Hanwa qui joint l’aéroport du Kansai à Kyôto, la ligne Yamatoji qui permet d’aller à Nara (la ville aux cerfs), et la ligne circulaire d’Osaka (la Loop Line), ainsi que quelques autres. Idéal pour aller un peu partout autour d’Osaka, donc, et située de plus à côté du grand parc Tennouji, de son zoo, du temple bouddhiste Shi Tennou Ji (qui donne son nom au quartier et à la station), du musée des Beaux-Arts de la ville et dans un quartier commerçant, pas trop loin du centre mais pas non plus dans le brouhaha.

capsule_tennouji_musee

Musée des Beaux-Arts d’Osaka

Accessoirement, le nom me rappelait mes vilains de Sailor Moon, le Shitennou, baptisés ainsi en référence aux 4 Rois Célestes, gardiens des 4 point cardinaux dans la tradition bouddhique. Et j’aime bien suivre les signes, surtout quand ils vont dans le même sens que le raisonnement. Et c’est comme ça qu’espérant voir des netsuke et autres objets d’art nippon, je suis tombée en fait sur l’exposition « Disney, l’art du mouvement » que j’avais raté lors de son passage à Paris. … Libérééééée, délivréeee! Ca c’est fait (peu de Frozen dans l’expo).

Or donc, alors que je traversais le parc du Tennouji pour aller voir le musée des Beaux-Arts, je suis par hasard tombée sur ça :

capsule_tsubasa_5

Un complexe de 3 terrains de futsal (aux noms d’Oozora Tsubasa, Tarô Misaki et Genzô Wakabayashi, les 3 héros de la première époque) et une école de foot « Captain Tsubasa ».

Qui affiche en ses murs, outre des portraits dédicacés des personnages, les « authentiques » maillots des capitaines de la finale des collèges, entre l’équipe de Nankatsu (Newteam) et la Toho (idem en VF, c’était écrit en lettres un peu partout alors ils n’ont pas pu tricher). Complets jusqu’aux détails de la manche arrachée de Tsubasa et de celles de Hyûga toujours roulées. Que de feels à cette vision pour moi, qui fut tant fan de cette série.

capsule_tsubasa_4

Les maillots de la finale des collègues !

Oui je sais, c’est un dessin animé, et ces maillots sont des faux customisés. Ca m’a quand même fait quelque chose. Un peu « Sacrés Japonais, ils sont dingues d’avoir poussé le truc aussi loin » et un peu « Maieuuuh, pourquoi ils existent pas en vrai?! ».

Malheureusement, c’était fermé quand je suis passée, et comme je l’ai découvert trop tard, je n’ai pas pu y retourner afin de me renseigner davantage – ou de prendre de meilleures photos ou voir s’ils avaient des goodies à vendre.

Pour info, on peut apparemment se procurer en France maillots, blousons et sacs de certaines équipes, sur le site Okawa Sport. Je n’ai pas testé.

 

Publicités

Vie ma vie de consultant : la demi-journée d’accueil

Il y a quelques années, ma nouvelle société de l’époque (oui, j’en ai changé avant de le publier, devoir de réserve, tout ça tout ça) nous avait conviés (… enfin, convoqués de façon non facultative) dans les locaux du siège à une demi-journée « d’accueil ». Sans doute pour tenter d’impulser un semblant d’esprit de corps, chose assez délicate à instaurer dans un domaine d’activité où les gens qui font rentrer de l’argent (consultants ou prestataires) passent 99% de leur temps en mission dans d’autres entreprises et non au siège. Récit tapé au fil des pauses sur mon téléphone portable.

dilbert-creator-scott-adams-presents-his-10-favorite-strips

Qu’est ce qu’ils vont bien pouvoir nous raconter pendant 4h? Et est-ce que ça vaut les 2h de trajet en plus que je vais me taper dans la journée pour venir de chez le client?…

« Y aura bien des petits fours », me souffle sur un réseau social une copine aussi cynique que moi (l’important dans la vie, c’est de bien choisir de qui on s’entoure).

Pour l’instant, Il y a juste une salle de projo avec un .MOV en attente de lancement, et une jeune femme qui pointe les noms à l’arrivée.
Erratum : les cafés et les petits fours Delacre viennent d’arriver.

anim coffee cynicism.gif

Résumé des 4 heures:

– présentation des offres de la société (ils veulent qu’on la vendent à la place des commerciaux? Moi je veux bien, mais seulement si moi aussi je peux avoir des points pour le séjour à Bali ou Disneyland)

– présentation du service qualité (à l’énoncé de ce genre de service, mon Coluche intérieur ne peut s’empêcher de commenter « ils vendent de la qualité et ils n’ont pas un échantillon sur eux! ») et de la doc en ligne (je n’ai toujours pas mes identifiants Intranet, donc pour les consulter… ça attendra)

– présentation des impératifs sécurité, fortement axé sur la charte interne et les outils des ordinateurs de la boîte (il n’y a guère de consultants qui en ont dans ma branche…)

– présentation du rôle des assistantes de gestion. J’apprends que je ne suis pas censée travailler chez un client sans ordre de mission. Ca fait plus de 15 ans que je travaille dans des sociétés de service informatique, et je ne crois pas avoir jamais reçu un ordre de mission papier ou même email…?

dilbert-pie

– présentation de la Direction Juridique. La petite jeune aborde le délit de marchandage, ce qui fait bien rire l’assemblée quand elle décrit ce qui est interdit. Elle semble toute étonnée que sur le terrain, on prend bien nos ordres du client, et non de notre manager que, dans le meilleur des cas, on voit une fois par an et qui n’a aucune idée de ce qu’on fait. Bienvenue dans le monde réel!

anim_office fight.gif
– présentation du site web, avec outre les différents outils de suivi de compte-rendu d’activité, de congés, de carrière, la partie CE. Qui nécessite les identifiants que je n’ai toujours pas, mais ce n’est pas bloquant, il y a les mails. Enfin, oui on peut envoyer des mails mais par contre en ce moment il y a des petits soucis donc il ne faut pas s’étonner et relancer si on a des demandes.

anim_eyeroll

– présentation du service communication. La community manager rigolote nous présente le sponsoring fait par la boîte, ainsi que le blog de la société. Qui sera une source inépuisable d’information pour moi, non pour les articles publiés, mais pour les commentaires de mes collègues, entre celui qui répond à l’annonce grandiloquente d’une qualification ISO bidule pour un site par « Dommage d’en parler juste après l’annonce de la fermeture du site en question » et ceux qui râlent comme s’ils étaient sur un réseau social non professionnel.

Puis, le directeur de communication nous incite à nous mettre sur Twitter pour suivre le compte de la boîte. Sur environ 70 personnes, la majorité des informaticiens ou assimilés, donc, on était 3 à avoir un Twitter (ou à oser l’avouer, l’un a précisé « c’est uniquement professionnel »). C’est marrant, parce que mon Twitter est personnel, et il est hors de question que 1) je suive le compte de ma boîte dessus et 2) je reposte leurs infos comme ils nous y encourageaient.

Je suis très attachée à la séparation entre vie professionnelle et vie personnelle.

Dilbert-How-To-Get-Motivated-by-Arpit-Gupta

On nous prend pour des cons(ommateurs) : rendre payant un service gratuit 

Je vais encore passer pour une vieille c…e, mais même si je me suis mise aux concerts sur le tard, j’ai connu les billets à l’effigie des artistes. A minima, ayant fait partie de fandoms de mon âge, j’ai vu des gens partager les photos de leurs premiers billets de concert.
Depuis l’essor des billetteries en ligne et/ou adossées à la grande distribution, les billets sont tous imprimés sur le même support débité en tronçon, imprimé à la demande. Il faut regarder de près pour trouver le nom du groupe au milieu du fatras de texte réglementaire et de codes divers et variés. Et comme l’encre s’en efface au fil du temps, n’espérez pas montrer à vos enfants le billet du « premier concert de Bidulos et les Petits Renards au Trabendo, j’y étais » 20 ans plus tard.
billet_TH_gdp.jpg
Heureusement, la Fnac a pensé aux fans sentimentaux (foule sentimentale), et leur propose, pour certains artistes, le « billet fan édition ». Imprimé sur papier glacé avec un design spécifique à l’artiste. Il vous en coûtera un léger surcoût de 3,90 ou 4,90 Euros (suivant le format choisi, billet ou carte). Pour ce qui était avant la norme.
billet fan edition
Remarquez, dans le genre escroquerie organisée, la plupart des billetteries se sont mises d’accord sur un concept : les frais pour l’option d’impression chez soi. Cad que si comme moi vous habitez dans une grande ville et pouvez imprimer vos billets aux bornes, c’est gratuit, ce sera sur du papier cartonné un poil résistant et vous pourrez en prime prendre une enveloppe en papier glacé pour les protéger. Alors que si, pour vous épargner 30 bornes en voiture, vous imprimez chez vous avec votre encre et votre papier sur une feuille A4 qui sera bien froissée après une soirée au fond de votre sac, il vous faudra aussi payer 2 Euros (ou plus). C’est miraculeux. Et apparemment légal. On vit une époque formidable.

Les 12 articles les plus lus de 2017 : and the winner is

Principe piqué à June : je prends l’article le plus lu chaque mois en question *qui ait été publié dans le même mois* (parce que sur mon blog, ce sont parfois, voire souvent, des articles plus anciens qui se retrouvent, par le hasard des recherches Google, les plus lus).

Janvier : Jade, des Empereurs à l’Art Déco, au musée Guimet

On a commencé l’année de façon culturelle et belle avec cette superbe exposition du Musée des Arts Asiatiques.

guimet_jade_04

FévrierTop 5 des trucs pour attirer un chat sur ses genoux

L’exemple parfait que le « relatable » est plus « vendeur » que le culturel. On est sur un blog, donc sur Internet, donc fatalement, un article rigolo facile avec des chats, tout de suite, ça fait plus cliquer les gens… (notez je ne me plains pas : quand je n’ai ni le temps ni l’inspiration pour écrire de « vrais » articles, ça dépanne bien, alors si en plus ça ne fait pas rire que moi, tant mieux).

2e nouvel article le plus lu ce mois-là :

Parisienne mais presque : 10 raisons de vouloir quitter Paris

Parce que durant mes premières années à Paris, je suis tombée amoureuse de la ville, mais elle aussi, elle commence à me taper sur les nerfs…

chat bastille_03

Mars : Concert : Tokio Hotel à l’Olympia – Dream Machine

Ah, Tokio Hotel a encore des fans, et les reviews de concert font parfois un peu recette (mais surtout en fonction des photos et du timing, il faut bien l’avouer).

th_olympia_06

Le duc Leto arrivant sur Arrakis

Avril : Parisienne mais presque : les émissions de déco, j’aime ça (en général)

J’aime rien, je suis Parisien(ne), et je balance régulièrement mes petits agacements ici même. Apparemment, ça vous fait rire, que vous partagiez mon agacement ou pas.

A noter que le 2e nouvel article le plus lu ce mois-là était un sur le fandom :

10 façons de devenir populaire dans un fandom

Un concentré de mes 20+ ans d’expérience de divers fandoms sur tout ce qu’il faut faire pour devenir populaire dans un fandom. Vous aurez remarqué que ce n’est pas pour autant que je réussis à les appliquer!

deco cloche

Mai : Concert : Miyavi à l’Elysée Montmartre (+ A-vox)

Je suis allée découvrir ce faux jeune homme (15 ans de carrière solo déjà, après avoir commencé dans un groupe) nippon puisqu’il passait en concert sur nos rives, après avoir beaucoup entendu parler de lui depuis des années et par des fans. Il n’a pas déçu : comme souvent les artistes japonais, il est polyvalent, très doué, et veille à donner à son public un bon show et beaucoup d’amour. Ca nous change…

miyavi_09

Juin : Auto-édition en questions (1) : Fred Marty (Sherona, les chroniques de Gabriel)

Le premier épisode de ma série d’interviews d’auteurs sur l’auto-édition, dont je vous ai déjà parlé. Apparemment, elle passionne autant mes lecteurs que moi 🙂

fred marty_sherona

Juillet : Fandom : Tokio Hotel Sekunde : 14-07-2007 – 14-07-2017

Tokio Hotel Sekunde, le forum sur le groupe allemand Tokio Hotel sur lequel j’ai été le plus active, a fermé ses portes le 14 juillet dernier après 10 ans de bons et loyaux services. Ca méritait bien un pavé rétrospective sur son histoire tumultueuse…

sekunde 2017

Août : P.S. : Crowdfunding : Kirby & Me

Un article post-scriptum comme j’ai commencé à en rédiger pour suivre des sujets, comme ici, le financement participatif du artbook hommage à Jack Kirby, avec la séance de dédicace organisée par la librairie Central Comics pour distribuer les exemplaires aux joyeux contributeurs parisiens.

kirby and me_07

Jean Grey aka Marvel Girl

Septembre : Concert : Metallica à Bercy, 8 septembre 2017 – photos, vidéos

Sans surprise vu l’impressionnant public d’un des groupes les plus connus du monde, l’article le plus lu du mois était ma chronique du concert de Paris Bercy. Nothing else matters…

metallica_bercy_14

Bonsoir, James!

 

Octobre : Qui mème me suive (1) : Badmoizelle

On triche un peu, cet article a été publié fin septembre, mais les autres sont trop loin derrière. Cet article se veut le premier d’une série sur les mèmes et dramas d’Internet, mais pour l’instant il reste tout seul de son espèce. Abandonnéééééé! (j’y reviendrai sans doute).

badmoizelle_5

Novembre : Guide : un concert de Babymetal au Japon

Il faut savoir que les photos et vidéos sont interdites dans la plupart des concerts au Japon, et que vu le prix que ça coûte et à quel point c’est compliqué pour décrocher des billets pour un concert là-bas, je n’avais pas envie de me faire virer de la salle au bout d’une chanson pour avoir contrevenu au règlement. Alors faute de pouvoir illustrer de mes habituelles photos et vidéos une chronique en bonne et dûe forme des deux concerts de Babymetal que j’ai vus à Osaka, j’ai préféré rédiger un (long) article sur ce qu’il faut savoir avant, pendant et après avoir vu un concert d’un groupe japonais au Japon. Parce que c’est assez différent de l’Europe…

babymetal_osaka_09

Décembre : Reportage invité : Une fan française en Norvège

C’est malin, je me suis fait piquer la vedette sur mon blog par mon invitée XD

Une fan que je connais de longue date me régalait de ses péripéties norvégiennes lors de nos rencontres (oui, entre cintrées qui parcourent des centaines ou milliers de kilomètres pour voir des groupes, on se comprend et on se soutient, même si ce ne sont pas les mêmes groupes). Elle s’est enfin laissée convaincre de les mettre par écrit pour en faire profiter le reste de la planète. C’est un peu le pendant de l’article cité en octobre, mais pour la Norvège au lieu du Japon… Eh bien sans surprise : c’est assez différent comme approche des concerts!

vv_norvege_effet pipi

Je citerai aussi un article publié en mai suite à une question de Bee Bop, mais qui, sans doute à cause de l’actualité de décembre, s’est vu propulser dans mes hits du mois :

Qu’est-ce que la rock’n’roll attitude pour moi?

Aucun rapport avec un hommage à Johnny, pourtant, ou involontaire…

Bref, encore une année légèrement portnawak tout en continuant d’explorer le fandom, et le monde à travers le fandom.

Le Petit Bonheur Hebdomadaire #12

Ce rendez-vous est une excellente idée de Pause Earl Grey. Comme son nom l’indique, ça consiste à raconter un petit bonheur arrivé dans la semaine.

Après les fêtes, magasins et traiteurs font des promos sur les victuailles de réveillon, donc j’ai acheté à moitié prix la bûche Picard que j’avais vue sur leur site trop tard pour le réveillon. Ca permettra de finir les langues de chat.

Pis après on rachète des langues de chat pour finir la bûche, et on rachète de la bûche pour finir les langues de chat, et…

(alors je sais, traditionnellement, c’est plutôt la saison de la galette, mais moi tout ce qui est amande, y compris la frangipane, ça me bouerf. Je suis plutôt brioche des rois, mais à Paris autant acheter celle des supermarchés : celle achetée l’an dernier chez Eric Kayser avait de toute évidence 2 jours de trop et n’était pas terrible même sans ça…)

Ah oui, et puis après voir vu le lien sur le Twitter de l’Etang de Kaeru, je suis allée voir l’exposition (gratuite) Japonisme à la Maison de la Culture du Japon, quai Branly à Paris. Ca ne dure que jusqu’au 20 janvier alors dépêchez-vous si ça vous intéresse. Jolie petite expo d’objets parmi les premiers importés du Japon vers la France, qui ont lancé la fascination de notre pays pour celui du Soleil Levant.

Best of Fan Actuel 2017

3e édition de mon marronnier destiné à servir de séance de rattrapage aux lecteurs trop occupés pour tout suivre, et de présentation succincte des multiples thèmes abordés en ces lieux pour les visiteurs de passage.

Parmi les nouveautés cette année, après mes débuts en featuring l’an dernier, c’est moi qui ait lancé des collaborations avec des blogueurs ou plutôt des auteurs dont certains sont également blogueurs, afin de les interviewer sur les multiples aspects de l’auto-édition. Interviews passionnantes à retrouver ci-dessous (il faut que je reprenne la série, laissée en standby depuis 2 mois pour diverses raisons) :

Fred Marty
Megane Lopez
Jeff Benoit
J.L. Treuveur
Olivier Saraja

autoedition

J’ai fini par convaincre une amie de partager avec nous ses expériences de fan française en Norvège (ça vaut son pesant de saumon fumé…).

J’ai aussi fait quelques « featuring » sur d’autres blogs :

Le calendrier de l’Avent des Blogs de Mlle Cup of Tea

Le Tag de Fin d’Année du Petit Pingouin Vert

Les Petits Bonheurs Hebdomadaires inspirés par la blogueuse Pause Earl Grey

Et d’autres tags encore, balancés par mes consoeurs copinautes…

chien doudou

2017 sur Fan Actuel, ce furent aussi :

Des concerts

Plutôt tournés vers l’Extreme-Orient cette année :
Tokio Hotel à l’Olympia (ce sera mon dernier concert d’eux je pense, sauf s’ils repassent au rock en allemand au lieu de la musique de club en anglais)
Miyavi à l’Elysée Montmartre
Metallica à Paris Bercy 
Babymetal à Osaka (Japon)  (oui ben elles ne venaient pas en Europe et elles ne faisaient que des premières parties aux USA, ou à des dates pas pratiques…)
Bandmaid à la Boule Noire à Paris

J’ai même essayé de lancer mon propre tag sur le sujet.

miyavi_08

Miyavi

Des voyages

Notez qu’il n’y en a pas eu tant que ça qui sortent du familial, le dernier ayant monopolisé l’essentiel de mon budget temps/argent et de mes préparatifs (à l’arrache) : deux semaines au Japon en octobre. Que je n’ai pas vraiment eu le temps de raconter ici en détail, en fait…

Du seul autre voyage fait cette année, un petit week-end à Aix-la-Chapelle, j’ai seulement tiré de mon voyage ces deux articles :

Café Musée : le Kaffee Bar du Ludwig Forum, Aix-la-Chapelle
Café Musée : le Bar Museo du Suermondt-Ludwig, Aix-la-Chapelle

J’ai quand même, en retard, consacré deux articles à mon expédition Pepperesque/Babymetalesque de fin 2016 à Birmingham (je n’avais chroniqué en 2016 que les deux concerts vus sur place ) :

Voyage : un week-end à Birmingham : un grand cri d’amour (parce que j’ai beaucoup apprécié mon séjour dans cette ville à laquelle personne ne semblait trouver d’intérêt)
Café Musée : Birmingham Museum and Art Gallery

 

birmingham_canaux

Birmingham, ça peut être très joli

Et j’ai entamé une série d’articles plus ou moins brefs sur les aspects du Japon qui m’ont intriguée, surprise… comme c’était mon premier séjour là-bas, j’étais en mode « découverte », il y avait beaucoup à assimiler, et souvent des détails. Je les ai intitulés Capsules de Japon (série en cours et à suivre, qui reprendra dès la nouvelle année).

japon capsule_cat cafe_neko cafe time

Dans la thématique voyage et ouverture sur le monde, j’ai aussi écrit une petite suite d’article sur mes tentatives d’apprendre l’allemand :
J’apprends l’allemand (1)
J’apprends l’allemand (2) : le stage d’été des cours municipaux de Paris
J’apprends l’allemand (3)* : l’appli Duolingo

duolingo_dingo_9

Des expositions

Jade, des Empereurs à l’Art Déco, au musée Guimet
Oscar Wilde, l’Impertinent Absolu au Petit Palais
Jodorowski’s Dune à la French Paper Gallery
l’Ecran Japonais à la Cinémathèque Française
Gaston Lagaffe à la BPI (Bibliothèque du centre Georges Pompidou)
Kimono, au bonheur des dames, au Musée Guimet
Architecture Japonaise, Gare de l’Est
Anders Zorn au Petit Palais

Encore l’Asie et la nostalgie, surtout, tiens…

zorn_4_mora_grandmere detail

Anders Zorn – la grand-mère du peintre aux champs – détail

Des thématiques récurrentes

J’ai poursuivi ma série d’articles sur mes « aventures » en tant que fan :

Je suis l’éloquence faite femme (ou pas)
La chasse au Kaulitz (revient au galop)

Je suis revenue sur l’aventure du forum Tokio Hotel Sekunde qui a pris fin cette année.

10 façons de devenir populaire dans un fandom et Ecologie du Fandom
Ce que mes fandoms m’ont appris
Bibliographie / filmographie sur le phénomène Fans

J’ai publié une grande série sur le thème du fandom :
14 portraits archétypes de fans

portrait-de-fan_podium

J’ai continué mes visites gourmandes.

Et parce qu’il faut bien se renouveler un peu, j’ai abordé de nouvelles thématiques :

Des aventures animalières

Des Carnets de comptoir (observation de mes congénères humains, c’est tout de suite moins sympathique)

Et malgré tout ça, j’ai eu moins de vues sur le blog qu’en 2016 (on parle chiffres? Allez, environ 31 000 visiteurs cette année contre presque 35 000 l’an dernier). Franchement, je boude, na!

Non mais en vrai, dans le même temps, et à cause de mes maux de dos et de mon boulot, j’ai consacré moins de temps à réseauter et faire la promo du blog, ce qui a toujours plus d’effet sur la fréquentation que le contenu… C’est comme ça. Et comme moi ce qui m’amuse, c’est d’écrire, pas de faire de la retape, ça restera comme ça 😛

Et puis je n’ai pas non plus eu d’article de niche au public très motivé, drainant des milliers de vues d’un coup cette année comme la chronique de Babymetal au Download Festival de l’an dernier. Tant pis.

Feelgood posts de l’Avent (2) : histoire de fan / Sailor Moon : Marco Albiero

C’est l’histoire d’un mec à qui on a sans doute dit, enfant ou ado, « arrête de dessiner des personnages de dessins animés japonais, c’est pas comme ça que tu réussiras dans la vie ». Ou peut-être que non, parce que l’Italie a une longue histoire de dessinateurs de BD populaires de genre, westerns, etc, et de leurs déclinaisons nationales de Disney ou autres.

Marco Albiero, c’est son nom, est un artiste italien qui s’est fait connaître sur Internet pour ses fan-arts de dessins animés japonais à succès des années 90 : Sailor Moon, Saint Seiya (les Chevaliers du Zodiaque), Lady Oscar, Totally Spies, oh et même Olive & Tom dites donc!… Des fan-arts tellement bien faits qu’on les croirait sortis des studios officiels.

Petit aperçu ci-dessous :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et bien c’est devenu le cas, puisque depuis quelques années, outre qu’il contribue à de magazines et des bandes dessinées tirées de séries animées, les distributeurs européens voire américains de Sailor Moon, Saint Seiya, Jeanne et Serge, Ashita no Joe et autres vieilles séries utilisent ses  illustrations ou redesigns pour des coffrets DVD, de figurines, etc.

Fin novembre, il était invité à Paris pour le concert Sailor Moon Symphony, reprenant les musiques de la série, ainsi qu’en dédicace à la boutique Mangarake, à côté de la place de la République.

Site officiel.

Lundi Mon Tag de Fin d’Année 2017

Le Petit Pingouin Vert avait fait un tag spécial fin d’année en 2016, et propose cette cette année de le refaire en comparant nos réponses à celles de l’an dernier (pour ceux qui l’ont fait) !
Si ça vous tente, joignez-vous à la troupe!

Selon vous quelle est la personnalité de l’année 2017 ?

2016 : Pikachu.
2017 : mon année, ou l’année en général?… Pour l’année en général, vu que les gens qui nous dirigent ne méritent pas qu’on parle encore d’eux, je citerai Mark Hamill, l’acteur qui incarne à nouveau cette année Luke Skywalker dans le nouveau film Star Wars sorti mercredi dernier, qui nous a régalé toute cette année de tweets pleins d’ironie désabusée, d’amour des chiens et de souvenirs de Carrie Fischer. Merci. Et en plus il est cool avec les fans.

Vu que je n’ai aucune mémoire, ces 2 derniers mois ont été phagocytés dans mon cerveau par Captain Tsubasa, son gardien de but à casquette et le spécialiste du tacle « aïe, c’était mon tibia abruti! ». Mais c’est un effet secondaire d’un voyage pour aller voir Babymetal, alors peut-être Babymetal, plutôt.

 

captain tsubasa_screencap_wakabayashi hyuga europe

Quelle personnalité n’avez vous plus envie de revoir en 2017 ?

2016 : Tous les hommes politiques français (et les femmes aussi).
2017 : Pareil.

Quelle a été votre plus grosse déception artistique de l’année (Livres, films, musique, etc) ?

2016 : Le groupe A-ha
2017 : Mon autre fandom « dont j’étais en voie de sortie », Tokio Hotel, je dirais. Leur concert d’avril était techniquement bien, mais je me suis passablement ennuyée en écoutant leur nouvel album, et même en live à cette prestation (sauf quand ils ont fait Durch den Monsun en allemand). Pas ma came du tout, la musique de club…

Dernier développement récent : maintenant quand je vois le chanteur dans les vidéos de leur chaîne Youtube, j’ai juste envie de le baffer (même réaction que pour le chanteur de A-ha), même quand il chante Nach Dir Kommt Nichts, une chanson que j’adore et que jamais il n’avait chanté en public. Y compris *pas* quand, au seul pack VIP que j’ai pris, à Utrecht, celui du soundcheck, ses petits camarades ont joué l’intro, mais au moment où il aurait dû commencer, il leur a lancé un regard noir avec une posture qui voulait dire « Bon, on fait QUE les chansons prévues, ou je boude, na » (faut dire, je trouve que sa version semi-improvisée backstage pour les packs VIP ruine la chanson. Et je soupçonne qu’il ne s’en souvient que parce qu’une riche cliente leur a demandé un concert privé « en allemand », et qu’elle avait sans doute carrément donné sa setlist idéale. Et ce n’était pas moi, même si j’avais posé la question à leur organisateur de plans VIP à l’annonce de la tournée Dream Machine (ils n’avaient pas répondu).

20170324_110150

Mais vu l’aperçu qu’on a dans le THTV, j’aime autant. Ca m’aurait fait suer de casser mon PEL pour me faire massacrer même mes bons souvenirs). D’expérience, ça veut dire qu’il est plus que temps de complètement couper les ponts avec le fandom, et d’arrêter de leur filer du pognon pour des trucs que je ne peux plus apprécier. Mais ça me fait un peu mal au coeur de perdre encore un fandom. Même si, vases communicants oblige, j’ai trouvé Babymetal entre-temps et replongé dans un vieux fandom.

th_olympia_09

L’empereur-Dieu Bill – ok ce costume était chanmé

Quelle a été votre bonne surprise artistique de l’année 2017 ?

2016 : Babymetal.
2017 : J’ai découvert Metallica en concert à Bercy. Oui je sais, j’ai mis le temps. Désolée d’avoir « piqué » une place à un vrai fan, mais en tout cas, j’ai été bluffée par leur énergie. Côté livres, cinéma, séries, je me sens totalement déconnectée et je n’ai pas l’impression d’avoir vu tant de choses. Ah, si, vu ma mémoire de poisson rouge, un truc tout frais, au rayon Beaux-Arts : le peintre suédois Anders Zorn exposé au Petit Palais.

metallica_bercy_15

Le salut final de Metallica au 5th Member (le public)

Une chose que vous n’auriez jamais voulu voir en 2017 ?

2016 : l’attentat de Nice
2017 : les gens qui pissent dans la (ma) rue. En vrai, si jamais on m’accorde un pouvoir limité dans le temps mais pas dans le périmètre d’intervention, n’importe lequel : je vote pour que tous les types qui pissent devant chez autrui alors qu’ils ont une pissotière à 50m voient leur bite tomber.

Le nombre de livres/films lus/vus en 2017 ?

2016 : Pas compté, pas beaucoup
2017 : 2 tomes de Captain Tsubasa, ça compte?… Ah non, j’ai dû lire deux livres en rapport avec les fans, aussi.

prince fanny capel

La série TV de l’année ?

2016 : Je ne crois pas en avoir suivi une seule cette année.
2017 : Transferts, un peu parce que c’est la seule que j’ai regardée en entier (6 épisodes en même temps…), un peu parce que c’est une des rares séries de science-fiction française et ça peut se saluer. Et aussi parce que même si c’était souvent caricatural au niveau du scénario, on sentait quand même de l’idée et aussi un traitement de l’image qui rendait un côté assez nordique.
Même ressenti que pour Zone Blanche, série plus ou moins policière mais plutôt d’ambiance, également franco-belge.
Ah, il y a eu la dernière saison d’Hero Corp, aussi, mais elle m’a un peu laissée sur ma faim à dire vrai… (et c’était en début d’année, j’ai l’impression que c’était en 2016 du coup. Quand je vous dis que j’ai une mémoire de poisson rouge).

La chanson de l’année ?

2016 : Road of Resistance de Babymetal.
2017 : Amore de Babymetal. Parce que l’entendre en live à Osaka, quand toute la salle se tait pour entendre notre reine Su-Metal chanter les premières notes a capella avant que les musiciens commencent à jouer, ça fout les poils. (hélas, pas de vidéo de ce concert là. Ca c’est la version DVD du concert du Tokyo Dome)

Vos bonnes résolutions pour l’an prochain ?

2016 : Y a des jours, faut pas me faire chier, et y a des jours tous les jours !
2017 : Suis tes envies, pas celles des autres.

Un mot pour l’an prochain ?

2016 : Apocalypse.
2017 : Profite.

Tribu : les fans de Johnny Hallyday

Je n’avais pas l’intention de participer aux commémorations sur Johnny Hallyday. Néanmoins, les premières images que j’ai fini par en voir vendredi soir m’ont fait changer d’avis, du fait de l’importance accordée aux témoignages de fans dans la couverture médiatique. L’importance, et le ton… Car jusqu’ici, quand on parlait des fans de Johnny dans les médias, c’était plutôt pour pointer du doigt leurs excès, de préférence en sélectionnant, comme dans une télé-réalité à deux balles, les profils les plus excessifs et les plus caricaturaux.*

fans_johnny

A la Madeleine samedi soir…

Ce week-end, c’est sans doute la première fois que les journalistes ont fait témoigner les fans de l’idole des jeunes sans condescendance amusée, à quelques exceptions près. Peut-être par une pudeur tardive pour leur douleur, peut-être parce que l’ampleur des réactions leur faisait préférer un angle compatissant aux moqueries habituelles, peut-être parce que certains sont humains, voire même des fans eux-mêmes.

Cette fois, on a montré le fils qui revenait de Hong-Kong pour aller assister avec son père aux obsèques de leur idole commune, que le père a fait découvrir à son fils. Ceux venus signer le livre d’or ou assister aux cérémonies « pour ceux qui ne pouvaient pas le faire », formule qui peut vouloir tout dire, mais qui au moins dans certains cas devait être un hommage en mémoire d’un proche disparu qui était fan. Les bikers invités à descendre les Champs-Elysées à la suite du cortège. Le couple divorcé de bikers, encore amis, qui s’était retrouvé pour venir ensemble aux obsèques. Tous partagent plus grâce à leur passion commune. Tous parlaient bien, avec émotion, avec leurs mots, représentant une partie du public d’un chanteur qui a effectivement rassemblé des admirateurs venus de différentes couches sociales.

Et bien que je ne sois pas fan de Johnny, je sais ce que c’est que d’être fan, et d’être humain (quoique là des fois j’ai des doutes), alors ça m’a touché.

johnny-hallyday-fans_ouest france

D’autant que si les fans de Johnny sont connus, c’est parce qu’en France, c’est peut-être la plus grande et la plus dévouée des communautés de fans. Chacun avec leurs moyens, et ceux qui en ont le plus ont fait le déplacement jusqu’à Las Vegas pour le voir. Certains pensent que c’est trop. Personnellement, je pense que c’est une chance de pouvoir vivre ce genre de choses. Alors mes chers « collègues », ce week-end, j’étais triste de votre tristesse, mais contente de vous voir représentés avec la dignité méritée.

*(ne venez pas me dire que j’exagère : j’ai dans mes cartons la capture d’écran d’une journaliste venue sur un forum Tokio Hotel voulant interviewer des fans, « de préférence avec le look du groupe ». Et de préférence aussi le genre kikoolol qui ne sait pas écrire et se défendre, non? C’était aussi les seuls que filmaient dans les files d’attente la plupart des équipes de télé : les ados boutonneuses, histoire d’enfoncer le clou du cliché. Dans les concerts d’autres groupes, les caméras cherchaient toujours LE cliché, le plus ridicule possible).

Nostalgeek : Captain Tsubasa (2) Everything is connected

Je ne sais pas si c’est que mon esprit de contradiction s’applique à moi-même, mais récemment je voulais répondre dans un tag demandant quel était le film que je regardais chaque automne que je n’en avais pas : ça fait au moins 10 ans je ne me repasse pas de films/séries, je préfère découvrir du neuf et je n’en ai déjà guère le temps.

Moralité, j’ai passé l’essentiel du week-end suivant à visionner sur YouTube des épisodes d’Olive et Tom que, pour la plupart, j’avais enregistré en VHS jadis pour me repasser les scènes mythiques (bon, j’ai aussi visionné pour la première fois les OAV de Shin Captain Tsubasa). Errm.

anim_captain tsubasa_wakabayashi vs hyuga

Les 2 têtes de pioche

Au cas où l’article précédent vous aurait laissé des doutes (vu que je n’ai pas encore eu le temps de poster la présentation de personnages et le résumé que je compte bien vous infliger partager), parmi la poignée de personnages que je trouvais particulièrement intéressants, il y avait Wakabayashi Genzô (Thomas Price). Forcément, j’ai vu la série dans l’ordre mais je l’ai commencée à mi-chemin de la première période, et Hyûga Kojirô (Mark Landers) y était un peu trop bourrin et violent, alors que Wakabayashi était sorti de sa période tête à claques (quoi, SI, il en est sorti, à un moment!).

Las, Wakabayashi quitte l’équipe de Tsubasa ainsi que le Japon en fin de championnat scolaire pour aller s’entraîner à Hambourg, suivant son entraîneur particulier qui a trouvé un poste là-bas. De ce fait, on ne le voit plus beaucoup dans la 2e partie de la série (qui se déroule à la fin du collège), à mon grand dam, d’autant que Misaki Tarô, le seul autre personnage intéressant de l’équipe de Tsubasa, quitte lui aussi le Japon et l’équipe. Ben non? Ouin! Certes, ça réglait le problème de savoir pour qui sortir les pompons durant les matchs Nankatsu-Toho. Mais me condamnait à les sortir en vain, vu que l’équipe de Tsubasa était vouée à gagner, la série portant son nom (et sans celui de Tom, dans la version originale). Néanmoins, Wakabayashi était cité régulièrement durant la série, même absent, et a même droit à 2 épisodes (dont un partagé avec Misaki qui vient lui rendre visite à Hambourg). Et on le revoit dans un championnat international junior en flashback avant la finale – jouant notamment contre l’équipe allemande de Karl-Heinz Schneider.

captain tsubasa_screencap_wakabayashi hyuga europe

C’est plus pratique quand ils sont dans la même équipe *pompons*

Lire la suite