Nouveau restaurant geek à Paris : l’Odyssey, aka la cantina des accros de Star Wars… et de bonnes galettes

A quelques jours de la Saint-Valentin, une idée de restaurant romantique pour y emmener votre moitié…

Enfin, à condition que la moitié et vous-mêmes soyez branchés Guerre des Etoiles et autres geekeries.

Quand on m’a montré des photos de ce nouveau restaurant situé rue Dante (à deux pas des magasins Album dans le quartier de Saint-Michel), la fangirl en moi a fait « Squee! On y va quand? ». En effet, la déco très réussie de l’Odyssey donne vraiment l’impression d’être un mess de l’Empire, dans la Guerre des Etoiles. Comme en plus, on a été servis par un Jedi, l’illusion était frappante – et très réjouissante.

On se croirait dans un mess de l'Empire...

On se croirait dans un mess de l’Empire…

Des lieux geeks ou à déco originale pour attirer le chaland, il en existe de plus en plus. Aussi je veux signaler tout de suite que cette crêperie-salon de thé n’a pas oublié pour autant la qualité des ingrédients et des combinaisons proposées. C’est bon! Et ça, ça fait très plaisir… Galettes croustifondantes aux champignons, oignons caramélisés, lardons, ou saumon-fondue de poireaux maison (maijon, je conchirme, y’avait un peu de chable dans les poireaux).

Et en plus, les galettes sont bonnes!

Et en plus, les galettes sont bonnes!

Sur le menu, les galettes, crêpes et coupes glacées portent des noms de planètes, pas seulement tirées de Star Wars : il y a Kamino, Mandalore et Naboo, certes, mais aussi Mongo, Pandora, Euphore, Arrakis, Gallifrey… De quoi se faire un petit geek-quiz en attendant que la commande arrive! Cerise sur le gâteau : les noms sont indiqués en lettres « normales » et aussi en caractères de l’alphabet impérial.

Lire la suite

Sondage pour les fans : si vous n’étiez pas limité en temps et en argent, jusqu’où iriez-vous pour voir un concert?

Résultats du sondage précédent :

Sondage fans : qu’est-ce qui peut vous détourner d’un artiste?
Les raisons choisies, par ordre du nombre de votes :

1. 46.15% : la nouvelle musique ne vous plaît plus
2. 30.77% : son implication dans un fait divers violent (ex. Chris Brown, Bertrand Cantat…)
3. 15.38% : l’envie de changement

Autre : 7.69% (mais je n’ai pas vu de réponse fournie?)

Et les raisons qui n’ont recueilli aucun suffrage :
– un ou des concert(s) raté(s)
– un scandale sexuel (Miley Cyrus, George Michael, un coming out…)
– des déclarations politiques contraires à vos convictions
– vous rendre compte qu’il a un Q.I. à deux chiffres

Ce qui est curieux, parce que si j’avais pensé à voter, j’aurai coché la première et la dernière de ces 4 là… En plus des 3 les plus votées.

Tokio Hotel est de retour : vers l’infini et au-delà

Je n’ai pas choisi le titre parce que le nom de guerre de leurs fans et les Aliens, mais parce que j’ai beau avoir une certaine habitude des fans, et des fan-attitudes extrêmes, j’arrive encore à être surprise par la… patience? Dévotion? de ceux-ci.

Situons : Kings of Suburbia, le nouvel album de Tokio Hotel après 4 ans d’absence des médias et 5 ans depuis leur 3e album, Humanoid, est sorti le 6 octobre dernier.

Pour en faire la promotion, les quatre Allemands ont entamé une petite tournée d’émissions télés, showcases et autres activités médiatiques, dont en France.

Demain, jeudi 9 octobre, ils seront à la Fnac Saint-Lazare de 14h à 16h (enfin c’est le plan) pour une séance de dédicaces. C’est un retour aux sources : c’est là qu’ils avaient réalisé leur toute première (et dernière pour un bail en l’occurence) séance officielle de dédicace en magasin dans notre beau pays, en 2006, peu après la sortie de leur premier album.

dedicace fnac

Je regrette de ne pas avoir eu un smartphone digne de ce nom à l’époque pour prendre des photos de la scène à l’heure de la sortie des bureaux, c’était cocasse : la Fnac Saint-Lazare, qui s’ouvre à la fois sur le centre commercial et la rue, débordait des deux côtés d’une horde de jeunes filles courts vêtues, à deux doigts de la crise de nerfs parce qu’il était évident que celles qui étaient encore là à cette heure-là n’auraient jamais de dédicace ni même ne verrait une touffe de cheveu de Bill (et pourtant vu sa taille et la coupe, ça dépasse généralement dans la foule). Quand je dis débordait, c’est VRAIMENT. Cad personne ne pouvait même approcher de la Fnac tellement la foule était dense. Ils ont dû perdre la moitié de leur chiffre d’affaires de la journée. Et je me demande encore comment ils ont réussi à évacuer le groupe. Il y a un héliport au sommet de l’immeuble?

Pour éviter que l’émeute de 2006 ne se reproduise, donc, la Fnac a mis en place un système d’invitations. Distribution des invitations la veille (mercredi) à partir de 10h à l’accueil. Inquiétude des fans « Combien il y en aura? » « Et si j’y vais en fin de journée, est-ce qu’il en restera? ». Réponses rassurantes de la Fnac : « Il y en aura largement assez pour tout le monde, on n’en a jamais manqué ».
Je suppose que les employés qui ont répondu ça n’étaient pas là en 2006.

Néanmoins, s’inquiétant quand même au fil des questions, ils changent l’heure de retrait des invitations de 10h à 16h, « pour éviter que les fans ne campent devant le magasin ».
Comment vous dire… LOL et FAIL.

Attendez je vous trouve la photo prise par quelqu’un mardi soir vers 22h.

La queue pour faire la queue, la veille au soir

Voilà. Pour éviter la queue et l’émeute donc, des fans ont décrété qu’il faudrait venir le jour du retrait des invit’, mais à 8h du matin, pour se faire attribuer un numéro – par eux, fans autoproclamés organisateurs de la queue – , pour ensuite reprendre la queue à 14h (je vous rappelle que la Fnac a dit 16h pour le retrait) dans l’ordre des numéros.

Cad qu’il y a une queue pour avoir le droit de faire la queue pour retirer une invitation pour la dédicace.

Et là où c’est encore plus comique, c’est que les gens n’ont pas attendu 8h du matin. Peut-être les mêmes « organisatrices », ou d’autres qui voulaient leur griller la politesse, ont commencé à attendre devant le magasin dès lundi. Soit deux jours avant la distribution et trois jours avant la dédicace. La photo ci-dessus, c’est la file à 21-22h la veille. Vers minuit, ils étaient 150 personnes numérotées dont une cinquantaine prévoyait de rester la nuit.

La file a continué à grandir au cours de la matinée, dès l’aube. Et donc, sur le coup de 11h10, la Fnac a décidé de distribuer les invitations parce qu’il y avait déjà plus de personnes les attendant que la capacité d’accueil du magasin (500 prévues, finalement ils en ont délivré plus)… Donc autant libérer les trottoirs en se débarrassant des invitations.

2014-10-08_Fnac twitter

Donc conseil à ceux qui veulent être fans « sur le terrain » : il faut de la disponibilité, et aussi se tenir au courant… Ne serait-ce que des changements de communication officiels.

Sondage fans : qu’est-ce qui peut vous détourner d’un artiste?

Vous pouvez sélectionner plusieurs réponses à la fois.

Et les résultats du sondage précédent (auquel vous pouvez encore répondre si ce n’est pas encore fait) : pour un concert sans place assise réservée, vous pouvez faire la queue combien de temps au maximum? 

6,67% : J’arrive en retard pour ne pas me colleter la 1e partie
6,67% : J’arrive après l’ouverture des portes mais avant l’heure de début indiquée
13,33% : Je fais la queue un peu avant l’ouverture des portes pour être bien placé(e)
40% : Je peux faire la queue plusieurs heures
33,33% : J’arrive tôt le matin
0% : J’arrive la veille ou encore plus tôt

Une grosse majorité des votants sont donc prêts à faire la queue plusieurs heures y compris dès le matin (dont moi 😉 ).

En même temps, vu le thème de mon blog, le résultat est forcément un peu biaisé par rapport à la population globale.

P.S. : je ferai les sondages le jeudi, juste pour me fixer un repère, et appeler ça « jeudi je dis ».

Fan-work de la semaine : un vidéo clip de Dazzler! (alias Alison Blaire)

Dazzler, de son vrai nom Alison Blaire, est une super-héroïne pas comme les autres. En effet, bien que dotée par la génétique du pouvoir de convertir le son en lumière, elle n’a jamais voulu devenir une super-héroïne. Son rêve était de devenir chanteuse. C’est en 1980 qu’elle a fait son apparition dans les pages des X-Men, la série phare de Marvel, alors qu’elle essayait de percer en chantant dans un club minable de New York. Les X-Men, à la recherche de nouvelles recrues, la sauvent de l’irruption des sbires du Club des Damnés, et elle se joint à eux pour sauver les X-Men qui ont été faits prisonniers. Mais elle refuse l’offre du professeur Xavier de rejoindre l’équipe de façon permanente, préférant sa carrière.

Dazzler, quand elle se joint aux X-Men pour de bon

Le personnage de Dazzler a été créé par Marvel dans l’idée de créer un produit transmédia (si si, déjà en 1980) avec une maison de disque, eux sortant une série de comics narrant les aventures de la chanteuse mutante disco, et eux sortant un album à son nom. La maison de disque a abandonné sans rien sortir, mais la série, elle, a bien duré plusieurs années. En France, elle était publiée par les éditions Lug (basées à Lyon), alors le principal éditeur des comics Marvel.

Des années après, après l’arrêt de sa série titre, sa réapparition dans les X-Men, moult péripéties et changements de looks, voici que des fans ont tourné un clip vidéo de Dazzler, « comme si ». L’actrice revêt le costume donné à Dazzler par le professeur Xavier en 1985, un peu moins connoté disco que son premier argenté à facettes… mais quand même résolument eighties avec son petit bandeau et ses couleurs flashy. Le clip multiplie les clins d’oeil aux connaisseurs, avec les emblématiques patins à roulettes, l’apparition d’un personnage à coupe « mulet » dont l’oeil s’allume, qui ne peut être que Longshot (son compagnon de longue date dans X-Men), et de patineuses de Derby aux looks agressifs.

Plus d’infos sur le sujet dans cet article, et surtout dans les commentaires du réalisateur du clip himself.

« Hellfest, le metal expliqué à ma mère » : docu rediffusé ce soir sur France 4

A l’occasion du Hellfest qui s’est déroulé le week-end dernier, France 4 rediffuse ce soir à partir de 23h25 le documentaire de Thomas VDB réalisé en 2011, « Hellfest, le metal expliqué à ma mère ».

Présentation sur le site de l’émission Monte le Son.

Et pour ceux qui le rateraient et rateraient aussi le replay qui sera en ligne après ce soir, il est disponible sur Youtube.

Hellfest 2014 dans 20 Minutes

On n’en parle toujours pas assez dans les médias, sans doute parce que c’est du metal et du hardk rock, et que ce n’est pas considéré comme pouvant intéresser la ménagère de moins de 50 ans Mais ce week-end, c’est la fête de la musique qui dépote! A Clisson, se déroule l’édition 2014 du Hellfest, avec une affiche impressionnante : 170 groupes dont les légendes d’Iron Maiden, Aerosmith, Black Sabbath, Deep Purple, Avenged Sevenfold, Slayer et j’en passe.

Le quotidien 20 Minutes consacre un intéressant papier au festival dans sa version papier (justement), avec un regard pertinent de Ben Barbaud, fondateur du festival, sur la sociologie particulière du public hard rockeur – qui n’est pas forcément celle qu’on croit. Fidèles, ils continuent à acheter albums, T-shirts et billets de concerts. Et les festivaliers sont plutôt issus des personnes diplômées, intégrées socialement, comme l’avait prouvé l’étude de Christophe Guibert sur la fréquentation en 2011.

20minutes_Hellfest

Alors vous aussi, si vous aimez ce style, prenez vos bouchons d’oreilles et rendez-vous sans crainte en Loire-Atlantique!

Un forum de fans pour Corson

C’est ici :

Forum Corson Musique

Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Tumblr etc) y compris les officiels ont petit à petit remplacé les outils de communication de groupe qu’était les forums et newsletter pour les fans, mais ils ont un petit défaut qui est en même temps leur principale qualité : l’instantanéité.

Certes, les infos se diffusent très vite. Mais elles s’oublient tout aussi vite, et pour retrouver un truc posté il y a plus d’une semaine, bon courage…

Aussi j’aime bien en complément les forums, plus pérennes, et qui permettent un peu plus de discussion. Le forum de Corson a ouvert… Si vous avez découvert cet artiste talentueux, que ce soit au M6 Music Live d’hier ou avant, c’est au-dessus!

Un fan de Johnny Hallyday recherche d’autres fans pour un livre de témoignages

Je ne sais pas si c’est encore d’actualité, mais je viens de tomber sur cet article du Courrier Picard de 2013, évoquant le projet de Laurent Fernandes, un fan de Johnny Hallyday de Noyon (ville bien connue de Maliki…). Il souhaite éditer les témoignages de fans de Johnny, pour laisser la parole à ceux qui sont dans l’ombre.

Si vous êtes concerné, ou si vous avez des informations sur l’état d’avancement du projet, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Ex-fan de Tokio Hotel, ça devrait figurer sur le CV

Avec une bonne dose d’auto-dérision, Mary-Eunice revient pour le site Madmoizelle sur ses années d’adolescente fan de Tokio Hotel, en n’oubliant pas de revenir sur ce que cela lui a apporté, de galères et de moqueries, certes, mais aussi de sens de l’organisation et autres effets secondaires de se retrouver dans un fandom hyper compétitif et un poil extrême : le sens pratique, l’organisation de camping, de voyages, de partage en ligne à coup de gifs animés flashouilles, et de jouer des coudes pour bien se placer dans les fosses de concert.

http://www.madmoizelle.com/fan-tokio-hotel-158679

Extrait :

Aller à un concert de Tokio Hotel revenait un peu à jouer à « Et toi tu emporterais quoi sur une île déserte ? » avec des milliers de personnes tout autour de toi. Tout était prétexte à élaborer une stratégie. Un plan génial pour avancer de quatre virgule six millimètres vers la scène, pour montrer son plus beau bracelet à message lorsqu’un rayon de lumière se posait sur toi pendant quelques instant. Voir les « T.H » (prononcer [téache] ) relevait d’une manœuvre commando : il fallait être là bien avant, calculer sa place, l’angle de vue, le champ, le contre-champ, sa coiffure, son t-shirt, pouvoir couvrir huit octaves et sautiller sur place pendant une heure, ne pas tomber dans les pommes, prendre LA photo à poster sur son Skyblog et repartir en trouvant le meilleur moment pour éviter les bouchons (aussi longs que devant Disneyland à 9h du matin, un samedi d’août). Voilà comment, à seize ans, je devenais l’adolescente la plus coordonnée et prévoyante de la planète Terre.

A transposer sans modération, parce que même si les fans de ce groupe sont bien placées dans le top des plus dévoués et inventifs, ils n’en ont pas l’exclusivité.