C’est classe les vieux, c’est vachement mystérieux

Une de mes voisines vient de déménager. Elle a plus de 80 ans, bon pied bon oeil, mais sans doute plus les moyens de payer le loyer de son 60m2 car elle déménage vers un studio. Je me souviens d’une fois où on avait discuté dans la cage d’escalier, il y a plus de 10 ans, elle se plaignait du bruit du café voisin qui l’empêchait de dormir les fenêtres ouvertes alors qu’elle travaillait à mi-temps, pour compléter sa retraite.

Enfin, en fait, moi je me souvenais qu’on avait discuté brièvement en quelques occasions, mais elle non, elle était même étonnée que je sache son nom. Il faut dire que je ne pense pas l’avoir époustouflé de mon éloquence à ces occasions. On a été voisines pas loin de 20 ans, mais comme souvent à Paris (et pour être honnête c’est une chose que j’apprécie en général), on se croise sans forcément se connaître.

Alors qu’elle procédait à un KonMari contraint et forcé pour vider son appartement de 60 m2 pour passer dans deux fois plus petit, j’ai vu défiler sous le porche (au cas où ça intéresserait quelqu’un) un assortiment de livres sur des sujets variés, mais avec quelques tendances récurrentes : l’Allemagne, la danse, la littérature et l’art.

D’habitude j’ai beau temps quand je vais en Allemagne… mais pas à Berlin.

Dans le dernier lot, je découvre aussi qu’apparemment elle s’était mis ou remis à l’apprentissage du Russe. Quand on s’est croisé, avant son départ, je lui en ai touché 2 mots, car j’avais récupéré (pour le feuilleter avant de le recycler moi aussi) un livre de photos sur Weimar (la ville, pas la République). Comme j’adore l’Allemagne mais que c’est une ville où je ne suis jamais allée, et que ça fait 1 an et demi que je n’ai guère pu bouger, ça m’a fait voyager en pensée. Elle m’a donc brièvement raconté qu’elle était professeur d’allemand, et qu’elle avait habité plusieurs années en Allemagne où elle enseignait le français, pour le coup. C’est ballot : si j’avais su, au lieu de me tartiner les cours de la mairie de Paris, j’aurais peut-être pu lui demander des cours particuliers. Dans ce qu’elle a jeté, j’ai aussi vu des Lagarde et Michard dont j’ai pensé que c’étaient les miens (enfin, ceux de ma mère dont je m’étais servie durant ma scolarité), mais non. Et même un petit livre des légendes du Rhin, qui est grosso modo une édition antérieure de celle que j’ai achetée à Cologne lors d’un séjour là-bas… A 40 ans d’écart.

Ca m’épate toujours quand je découvre que des gens âgés sont partis à l’aventure dans leur jeunesse à l’étranger comme ça, avant Internet, avant que le monde ne devienne tout petit, qu’on mette seulement 3h d’avion à rejoindre Vienne ou Berlin pour un tarif ridicule, quand on peut appeler ses proches à l’autre bout de la planète sans s’inquiéter de la note de téléphone, se renseigner à l’avance, remplir un tas de formalités administratives à distance… Certes, comme je ne suis pas non plus un perdreau de l’année, les gens âgés que je croise maintenant, ce n’est pas la même génération que les gens âgés que je fréquentais quand j’avais 20 ans. Le seul grand voyage qu’aient fait mes 2 grands-pères, ils s’en seraient passé : c’était celui vers l’Allemagne en tant que prisonniers de guerre. L’un des deux est revenu en piteux état, je ne l’ai pas vraiment connu, j’étais trop jeune pour me souvenir de lui.

Depuis qu’on est coincés ici et en distanciation physique, je me retrouve souvent à discuter avec des vieux. Tout le monde est en manque de contact social, on dirait, alors si dans un parc vous dites 3 mots à une personne, surtout âgée, vous êtes facilement partis pour une heure de conversation. Pour l’instant je suis tombée sur une dame qui avait vécu plusieurs années en Afrique, une (pas si âgée) qui avait bien roulé sa bosse après avoir failli mourir dans un accident de voiture, un monsieur venu de Tunisie qui habitait un temps rue de Rivoli (et m’a dit avoir rencontré Balkany), et j’ai dû en oublier… Que des gens avec des vies qu’on devine passionnantes. A moins que toute les vies ne soient passionnantes, et qu’on ne s’en rende compte que quand on commence à parler avec les gens (cf. ma rencontre avec Yvonne).

(ouais non j’ai aussi eu un collègue qui ne concevait pas d’autre hobby le week-end qu’amener sa famille au centre commercial pour les courses hebdomadaires, mais bon, c’est peut-être lui l’exception finalement…)

On n’est pas obligés de voyager pour avoir une vie intéressante, du reste. J’ai passé les 28 premières années de ma vie à ne voyager qu’en esprit, par la lecture. Les voyages m’ont surtout permis de développer un peu ma confiance en moi et mes capacités à communiquer avec les autres (un peu plus nécessaires quand tu es largué loin de chez toi et qu’il faut que tu trouves un bus / un hôtel / de l’aide). Dans les deux cas, ça revient à regarder ailleurs que son nombril pour découvrir d’autres lieux, d’autres perspectives, d’autres réalités, et se rendre compte que beaucoup de choses qu’on considère comme « universelles » sont en fait très relatives.

DVD : Metallica S&M

Il y a un mois, j’ai commandé un DVD sur le site de Metallica (ils ont décidé de se passer d’intermédiaire, ils ont plus de stock que les marchands en ligne) pour accompagner mon télétravail. Mais le colis est bloqué au centre de tri d’USPS à l’aéroport de Chicago depuis un mois.

Heureusement, samedi j’ai trouvé ça à Bookoff, pour un prix dérisoire.

Metallica S&M, non, pas pour sadomaso, mais Symphony and Metallica. C’est un live de Metallica avec un orchestre symphonique, dites donc. Moi qui adore les orchestrations symphoniques mais qui m’ennuie un peu avec le vrai classique, ça tombait bien. Ça date de 1999, autrement dit Metallica jeune. Enfin quasiment. La dernière apparition de leur ancien batteur, déjà (avant Kirk Hammett).

Ils s’amusent bien tous (y compris les musiciens classiques pour qui c’est une récréation) : « Our parents are very proud ». Les arrangements symphoniques sont du chef d’orchestre, Michael Kamen, qui a le premier proposé l’idée au groupe, plusieurs années auparavant. Et l’orchestre est celui de San Francisco, qui, comme le dit le chanteur, « had the balls to come up here with us ». Ça dépote tout en étant plus… Calme ? Non, mais moins bruhtaaal que d’habitude.

Michael Kamen, chef d’orchestre métal

Étonnamment, il y a zéro espace de sécurité entre la fosse et le bord de la scène, qui est haut d’1m20 à vue de nez. Les spectateurs pourraient cirer les pompes de James Hetfield tellement ils sont près. Ah, c’est parce que c’était assis à la base, mais ils se sont levés, et y a pas un mec de la sécu. Il est vrai que 1) si t’es là c’est que tu es fan et 2) vu le gabarit de Hetfield, il pourrait régler son compte lui-même à un éventuel nuisible.

Quatre des chansons sont en multi-angle, où on peut choisir la caméra qu’on veut regarder. Vu que l’option est tombée en désuétude (ce qui est fort dommage : pour un concert, c’est top, de pouvoir suivre un musicien au choix, ou le grand angle, plutôt qu’être tributaire des choix du monteur), c’est un peu galère à trouver sur un lecteur moderne. Mais bien cool.

En fait, la moitié du groupe est différente de la formation que j’ai vu à Bercy : le bassiste aussi a changé depuis. L’image n’est pas de très bonne qualité sur ma télé (meilleure quand même que les photos que j’en ai faites avec le portable, je n’ai pas de lecteur sur mon ordi…), bien que le concert ait fait l’objet d’une sortie en salles de cinéma à l’époque. Et en fait je soupçonne que je trouve le son en dessous de ce que j’attendais parce que ces temps ci, j’ai pas mal passé sur le même lecteur le DVD du concert symphonique de Sting à Berlin. Qui date de 11 ans après et était enregistré avec le Royal Philharmonic Orchestra (anglais donc).

La jolie chanson de générique des documentaires 72 heures de NHK World

Je regarde beaucoup NHK World depuis que j’ai réalisé que ça faisait partie de mon package du câble. C’est souvent zen, sans doute sponsorisé par l’office du tourisme nippon vu le nombre de clichés débités au kilomètre, mais on découvre aussi, dans les divers programmes de reportages bienveillants et sans habillage tape à l’œil (… à part l’ancienne émission kawaii, mais ça fait longtemps que je ne l’ai pas vue), le quotidien de japonais lambda. The Professionals, en particulier, c’est 1h pour montrer tous les aspects du travail d’un professionnel. Parfois un éminent docteur ou un inventeur, un artisan héritier de 5 générations, mais pas toujours.

Le lac Ashi à Hakone

Je me souviens d’un numéro récent, tourné pendant la pandémie, sur un « simple » chauffeur de bus de la région de Hakone, Omori Toru, qui déplorait que la ligne soit désertée faute de touristes étrangers (le Japon a plus ou moins complètement fermé ses frontières aux étrangers depuis le début de la pandémie). Il avait passé une bonne partie de sa vie à assurer ce service essentiel de conduire des gens d’un endroit à un autre, des habitants du coin sans voiture aux touristes, et c’était touchant de voir à quel point ça lui manquait. D’autant plus touchant que si ça se fait, j’ai fait partie de ses passagers : j’ai passé 3 jours et 2 nuits à Hakone lors de mon 2e séjour au Japon, pour une pause au vert au milieu de mon séjour à Tokyo, dans l’espoir de voir le Mont Fuji (en vain. Mais c’était une chouette escapade quand même, ça change des grandes villes). Et ne conduisant pas, j’ai beaucoup utilisé les bus de ce coin (ainsi que le téléphérique, le bateau pirate, etc).

Le lac vu à travers le grand Torii

Une autre émission proche des gens est 72 Hours, qui comme son nom l’indique, passe 3 jours entiers à un endroit pour documenter les gens qui y passent (résumé en 1h). Un petit konbini (supérette) dans une petite ville en bordure de route. Un bateau faisant la liaison entre les 2 grandes îles de Honshû et Hokkaido. Un bassin de pêche aux poissons rouges. L’itinéraire d’une bibliothèque ambulante dans une région rurale. Tout un tas de petites rencontres touchantes.

Le volcan d’Owakudani, à voir si vous passez dans la région de Hakone

On sait qu’il est temps de quitter cette parenthèse de Japon si banalement humain, pourtant si différent de la France, quand retentissent les premières notes d’une douce chanson, toujours la même, qui évoque la mélancolie, la fin de l’été peut-être. Seul le nom de la chanteuse, Matsuzaki Nao, est indiqué dans les crédits de fin d’émission. J’ai fini par trouver également le titre : Kawaberi no ie. Sans googler, je dirais que ça veut dire la maison au bord de la rivière, mais je peux me tromper. Je comprends juste un mot par ci par là, larme, souvenir… Mais à chaque fois, ça me serre un peu le cœur. Retournons au bord du lac Ashi… (le gars qui a fait la vidéo ci dessous l’a illustré avec des images de Manchester et Salford, rien à voir, mais au moins c’est la bonne chanson).

Rêve bizarremonitoire* : Bakken

Magie des rêves : il y a un an, j’ai rêvé que j’étais en vacances dans un pays étranger, et je tombais par hasard sur un quartier d’amusement (grand public, pas un quartier rouge, esprits dépravés) que j’avais par ailleurs mis au programme en lisant les guides de voyage. Un panneau indique COBYN (ou approchant), dans un alphabet bizarre.

Le manège dragon. Forcément.

Je me réveille sur ce souvenir flou et je cherche sur internet si ça existe (on ne sait jamais). Le nom et les lettres me font penser à Copenhague, mais je me dis que c’est là que doit être le Tivoli, donc ça ne doit pas être ça. Et puis je découvre qu’il y a en fait un autre parc d’attraction à Copenhague, moins connu que le Tivoli mais plus vieux, Bakken, le jardin aux daims (et pas d’Eden). Évidemment c’est fermé en ce moment, mais l’entrée est gratuite, le bracelet à la journée pour les attractions coûte dans les 30 EUR (239 couronnes danoises), au milieu de la forêt danoise. Ça a l’air chouette.

Quelqu’un y est déjà allé ?

*ce n’est pas un rêve prémonitoire, rien ne dit que j’y mettrai les pieds un jour, et au moment où j’en ai rêvé, le parc comme à peu près toute l’Europe était fermé pour cause de confinement. Donc ce n’est pas une transmission de pensée ou un rêve de quelqu’un qui y serait…

L. A. Little Tokyo Map

Au quartier Little Tokyo de Los Angeles en septembre dernier, je me suis offert une expérience typiquement nippone que je n’avais pas eu l’occasion de vivre lors de mes deux séjours au Japon : entrer dans un Koban (commissariat de quartier) pour demander un renseignement. Il se trouve que celui là sert aussi de mini office de tourisme du quartier. A ce titre, il distribue des cartes, certes succinctes, mais bien suffisantes, Little Tokyo étant plus little que Tokyo.

IMG_20191213_213726.jpg

Au Weller Court, genre de petit centre commercial en plein air (on est à « elleïh » après tout), on trouve un hommage au premier astronaute américain d’origine japonaise, Eli Onizuka (qui donne son nom à la rue), décédé dans l’explosion de la navette Challenger.

On trouve aussi une petite échoppe de boba tea/matcha, le Midori Matcha Café.

L’important dans les rencontres, c’est les voyages (2) : Yvonne

Samedi dernier, j’ai passé 1h30 à discuter en anglais avec une touriste australienne qui était venue au cours de Feldenkrais que je suis. Une retraitée qui connaît bien la France et a beaucoup roulé sa bosse. Elle semblait ravie d’avoir trouvé quelqu’un à peu près « fluent » in English, et comme son profil atypique était sympathique, quand elle a proposé de boire un verre j’ai dit oui (ça m’étonne moi aussi). Elle m’a raconté une partie de sa vie, et j’aurais dû lui suggérer d’écrire sa biographie. Mais elle a sans doute mieux à faire, comme continuer à la vivre. A défaut, je vais résumer ici quelques pans, aux approximations près de ce que j’ai mal compris.

image.adapt.1663.medium.jpg

Jeune prof d’anglais dans un quartier « socialement difficile » dans son pays natal (l’Australie), elle s’est engagée en coopération pour enseigner à l’étranger. Elle a passé 3 ans au Vanuatu, alors territoire du condominium franco-britannique des Nouvelles Hébrides. Elle enseignait dans une école à 30 km de la capitale, à des enfants qui chez eux, parlaient un genre de mélange de créole et d’anglais. Elle a eu l’occasion de voir Charles de Gaulle, passé visiter le territoire, qu’elle a trouvé très imposant.

A la fin de ses 3 ans, comme elle ne voulait pas tout de suite rentrer en Australie, elle est allée visiter la Nouvelle Calédonie. De là, elle a attendu un bateau cargo, mais un où elle ne serait pas la seule femme, parce qu’elle avait beau être jeune et confiante en l’être humain, elle avait la tête sur les épaules. Quand l’un est arrivé où la femme du capitaine voyageait avec lui, elle a embarqué.

Screenshot_20190725_225159.jpg

Elle a fait tout le tour de l’Asie du Pacifique, en passant notamment au hasard des escales quelques semaines au Vietnam, au Japon etc. Pour le contexte, c’était en 1966, elle avait 22 ans, « j’en faisais 16 », et partout où elle allait elle tombait sur des gens adorables d’un certain âge qui la prenaient sous leur aile.

Elle est rentrée en Australie, mais elle avait du mal à s’installer : les gens ne comprenaient pas trop ce qu’elle avait vécu. Du coup avec 2 copines, elle est repartie, en Europe, pour aller à Pérouse (je crois, en Italie), avec une escale à Londres. Mais une fois à Londres, ses copines n’ont pas voulu repartir, et elle non plus. En même temps, c’était les Swinging Sixties, les Rolling Stone, les Beatles, tout ça… Les gens discutaient sans distinction de classe, c’était une époque passionnante.

Elle a même rencontré Moshe Feldenkrais, fondateur de la discipline qui nous avait réuni ce jour-là (mélange de gymnastique posturale et relaxation). « Je n’avais pas les moyens d’assister à un de ses cours, mais j’ai pratiqué avec un de ses assistants ».

c52ac-4.jpg

Elle a trouvé un mari avec qui elle a continué à voyager car son travail à lui l’y amenait. Elle a vécu notamment en Allemagne, et passé pas mal de vacances en France.

Ces dernières années, elle est venue plusieurs fois l’été à Paris (j’ai cru comprendre que des amis lui prêtaient leur appartement dans un quartier… Sympa. Calme. Cossu. Comme quoi, quand on n’a pas trop de moyens avec une retraite de prof, avoir des amis aisés ça aide). Elle y suivait des cours d’art. La bohèmeeuh, la bohèmeeuh…

Merci Yvonne pour cette conversation impromptue et rafraîchissante. J’espère que je resterai aussi enthousiaste, curieuse et active à votre âge que vous l’êtes.

 

(en cherchant un titre pour cet article, je me suis dit que cet article faisait une suite imprévue à celui-ci).

Post-scriptum : le Café des (moins en moins de) Chats

Le Café des Chats de Bastille, premier du nom en France, j’ai fait son ouverture en septembre 2014. J’y suis retournée régulièrement depuis, pour mon injection de Toxiplasma Gondrii (il paraît que ce serait à cause de ces mitochondries que certaines personnes sont accros aux chats. Aucun rapport avec Michel).

anim_anakin hand

Néanmoins, depuis que la propriétaire a dû fermer l’ancien, celui du Marais, qui était le premier ouvert, ce n’est plus ce que c’était.

Le café

Déjà, l’affluence a légèrement augmenté du fait du report de la clientèle du premier café. Tant mieux pour la pérennité du lieu (et des chats), mais je n’ai plus la patience d’attendre pour avoir la chance de consommer dans un endroit bondé. D’autant que le personnel gère parfois mal le roulement des tables (ça s’est un peu amélioré ça, depuis que je l’ai écrit. En fait ça dépend sur qui on tombe, comme partout. Dans l’ensemble ça se passe bien).

Niveau félins, pour préparer la fermeture, la patronne a testé pour chaque chat s’il s’accommodait bien en appartement, afin de ne conserver au Café restant que les plus adaptés à cet environnement. Les autres ont été adoptés. Il en restait donc toujours 15 au Café, mais plus les mêmes. Et j’avais toujours trouvé ceux du Marais plus blasés et moins affectueux que ceux de Bastille.

Depuis, en catimini, d’autres chats ont été adoptés sur « coup de coeur », alors qu’officiellement le seul adoptable est Kaineko, un mâle roux et blanc qui nécessite des soins quotidiens pour un problème d’anémie. Moralité : toutes les petites minettes câlines ont trouvé une maison. J’en suis contente pour elles, surtout que Bagheera m’avait eu l’air de ne pas trop apprécier la fusion des 2 cafés. Mais elle me manque, et avec elle Artémis (ma poupoune!) et Oréa (la seule transfuge du premier café qui aimait bien faire la sieste sur les genoux des clients).

Et ceux partis dans de nouvelles familles avant fusion (adieu Greffier, Ringa…). La seule femelle qui reste est Izmir, en apparence une peluche blanche toute mimi, câline avec les humains, mais une terreur avec les autres chats. Un nouveau est arrivé : Lucky, plus ou moins bleu russe (comme Ringa).

PS (en fait l’article s’est posté par erreur avant d’être fini / mis à jour) : depuis la première version de l’article, Kaineko a enfin trouvé une maison (youpi), et 5 nouveaux arrivants ont remplacé les chats adoptés : d’abord Savane et Athéna, une petite chatte à queue courte, et tout récemment, 3 petites soeurs marbrées toutes choupinettes.

La carte

J’ai mis tellement longtemps à poster cet article que je dois amender ce paragraphe initialement prévu :

Elle n’a pas bougé depuis le début, à part une légère inflation des prix. Au bout de 3 ans, c’est lassant, surtout que les cuistots ne sont pas géniaux. Les pommes de terre sont généralement hyper poivrées, les burgers cuits aléatoirement, et les desserts gourmands mais limite trop (le muffin surplombé de 2 cuillères de Nutella, par exemple, c’est bourratif). Ce serait moins gênant s’il y avait plus d’alternatives.

Alleluiah! Je ne devais pas être la seule à faire ce constat : la carte a un petit peu changé en début d’année, avec des thés de chez Lov, maintenant (pas forcément le meilleur changement à mon goût d’ailleurs, je trouve leurs thés un peu trop chimiques et tarabiscotés), le retour de quelques plats du jour / de saison, comme un velouté de potimarron en entrée, ou une pièce de boeuf, etc. De quoi changer un peu.

Gourmandise / merch : Hello Kitty au Umami Matcha Café : derniers jours!

Je vous ai déjà parlé du Umami Matcha Café (restaurant / épicerie de cuisine japonaise fusion) sur ce blog. L’endroit, près de la Place de la République à Paris, reste une valeur sûre même si le service pâtit un peu de son succès. Il ne vous reste que jusqu’au dimanche 5 août pour profiter de leur opération en partenariat avec la mondialement célèbre Hello Kitty, la mascotte féline de Sanrio.

Au menu : du macha latte art Hello Kitty, un Kitty Lunch avec une entrée au tofu, un Poke bowl et un cupcake à l’effigie de la petite chatte, un Tea Time avec mini chou à la crème, mini tiramisu macha et mini sablé ganache, etc… (menu complet à consulter sur la page FB de l’événement ci-dessus).

J’y suis allée deux fois (dont une avec une copine) afin de pouvoir prendre en photo tout ça, afin d’exploser mon coefficient « blogueuse lifestyle » sur Instagram (et aussi parce que j’ai une copine à l’étranger qui adore le food porn ET Hello Kitty, et qu’elle ne pouvait pas venir à Paris durant le court mois que durait l’événement).

Sur place, il y a également du merchandising, dont un tote bag, des cartes postales et un petit carnet, ainsi que des sous-verres et des sets de table, à des prix étonnamment doux. Je ne sais pas jusqu’à quand ils auront du stock, mais si ça vous intéresse, dépêchez-vous.

umami_kitty_7

La Maison d’Elise : bar à chats à Nantes

Suite de mon tour du monde des neko cafés avec, à l’occasion d’un week-end à Nantes, une visite obligée à la Maison d’Elise, le seul bar à chats qui y reste ouvert depuis la fermeture du Chat l’heureux.

Le salon de thé

 

J’y suis allée peu ou prou à mon arrivée en ville après avoir déposé ma valise à l’hôtel. C’est à 5 minutes à pied de la place Royale et de la place Graslin, jolie balade dans le Nantes historique donc. C’est ouvert, et bien qu’il ne soit pas encore midi, il y a un peu de monde car c’est le jeudi de l’Ascension (oui je suis en retard dans mes articles). L’endroit est très beau, propre, design, et fait neuf contrairement à beaucoup de cafés à chat qui, félins griffus obligent, doivent souvent renouveler leur mobilier et prendre solide et pas cher (souvent recyclé).

Il faut dire qu’à cinq seulement dans une superficie qui me semble à peine inférieure au café des chats de Paris Bastille, ils ont de la place. Ils bénéficient d’une salle au sous-sol où ils peuvent s’isoler, d’une « salle de jeu » avec un parcours en hauteur, et circulent dans le reste du café. Durant les absences prolongées, Elise les ramène chez elle.

Les chats

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce café à chats présente aussi la particularité d’être dédié aux chats de race Maine Coon : 5 matous imposants vous attendent donc en leur royaume. Ici, les chats sont résidents permanents et appartiennent à la patronne. Ils peuvent snobber un peu, suivant l’heure et l’humeur (ce sont des chats après tout). Mais l’un d’eux a aussi, à mon deuxième passage, fait moult câlins à deux enfants venus avec leur grand-père.

Leiko a fini par squatter mon fauteuil alors que je m’étais levée pour faire un câlin à Jûn, fatigué après avoir longuement chassé une ficelle tirée par des enfants (note : des enfants qui savaient se comporter avec les chats, dans l’ensemble. Ca fait toujours plaisir à voir). En fait, je m’étais installée sans le savoir sur la chaise de Leiko, du moins celle sur laquelle elle aime s’installer pour observer les pigeons d’un peu plus haut. Au bout de 20 mn à partager l’assise et à lui grattouiller la tête, elle se cale dans le petit espace entre moi et le bras du fauteuil avec un Miow dans ma direction. Je prends ça comme une validation de mon brevet de gratte-chat.

Sur la table

 

Le choix de thés est conséquent : une quinzaine de thés bio de la marque Alveus . Le thé vert Rose des Bois est parfumé à la rose et à la fraise, très fruité, quasiment sucré. La petite verrine de tiramisu speculoos maison est bonne. Le financier au macha témoigne, comme les noms des chats, d’un goût pour le Japon et l’Asie. Pour le déjeuner, on peut en outre commander des bagels, préparés sur place et légèrement chauffés. Les prix sont certes un peu élevés, mais tout est fait maison et frais.

Outre la consommation sur place, Elise vend ses thés et ses pâtisseries maison à emporter, des livres d’occasion et des accessoires pour animaux. C’est que même si le personnel est payé en croquettes, il doit revenir cher en litière et frais vétérinaires.

Informations pratiques

La Maison d’Elise – Bar à chats
6 rue Jean de la Fontaine
Nantes, France 44000
Horaires :
du mardi au samedi, de 10h à 19h
Site web
Page Facebook

 

Trix – un T-Rex à Paris

Direction le Museum d’Histoire Naturelle de Paris, au Jardin des Plantes, pour ce qui est présenté comme l’exposition événement de l’année : un T-Rex à Paris.

En termes de rareté, effectivement c’est exceptionnel, puisqu’à peine une soixantaine de squelettes fossiles de T-Rex ont été découverts dans le monde, et Trix est l’un des 3 plus complets. De plus, ces dinosaures n’ayant vécu qu’en Asie et aux Amériques, aucun musée européen n’en possédait. Du moins jusqu’à ce que Naturalis, le muséum d’histoire naturelle des Pays-Bas, ne monte une expédition pour aller en chercher un aux USA. La première piste n’a débouché que sur quelques fragments d’os, mais les fouilles de la deuxième ont révélé le magnifique spécimen exposé ici. Elle a été baptisée Trix en hommage à Beatrix, la reine des Pays-Bas.

Trix-02

Trix

On apprend que l’étude de ses os a révélé qu’elle devait être âgée d’une trentaine d’années au moment de sa mort. Qu’elle porte les traces cicatrisées de diverses plaies et maux (morsure d’un congénère à la mâchoire, côtes brisées, inflammation – arthrite?). Que contrairement à certains autres dinosaures, d’après les échantillons de peau fossilisée retrouvés ailleurs, les T-Rex n’avaient pas de plumes (spécial dédicace à Boulet, qui ne lit pas ce blog mais spa grave).

Trix-03

Comme vous avez de grandes dents, mère-grand!

L’exposition est néanmoins un peu courte, surtout pour le prix (je suppose que cela fait partie de ces expositions qu’on loue fort cher, dont il faut donc rembourser le coût. D’où aussi la boutique de goodies, certes inventifs). Autour de Trix, il y a un film sur la découverte, et des bornes interactives plutôt pour les enfants (essayer de distancer à vélo un T-Rex, coloriage virtuel de T-Rex à la bombe de peinture- virtuelle aussi -, consulter le dossier médical de Trix, bouger comme une parade nuptiale de dino devant un écran façon Just Dance…). La seule que j’ai trouvé pertinente, c’était le tas de cailloux collés parmi lesquels on devait retrouver lesquels étaient des fossiles. Vu que j’ai passé plusieurs après-midi, enfant, à chercher ammonites et bélemnites dans des vallons bleus, ça me rappelait des souvenirs, et je n’ai pas tout perdu.

Trix-04

Comme vous avez de grandes griffes, mère-grand!

C’est peut-être pour cela que le MNHN l’a complété d’un squelette d’Edmontosaurus jamais encore exposé, sorti de ses réserves, et de quelques autres pièces, ainsi que de photos sur les premiers « chasseurs de fossiles », des aventuriers du Far West plus que des scientifiques, prêts à tout pour s’arroger l’exclusivité de nouvelles découvertes. L’un d’eux avait même légué son corps à la science pour qu’après sa mort, on compare son cerveau à celui de son rival.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je suis pour la vulgarisation scientifique, mais ça manquait de contenu pour les adultes. « Munis d’un billet pour l’exposition « Un T. rex à Paris », vos enfants peuvent participer à un chantier de fouilles devant la Galerie de Paléontologie pour mettre au jour un fossile et repartir avec ». Bon OK, mais les adultes qui ne sont pas des parents, ça existe aussi, hein. Et d’ailleurs, malgré les animations high-tech, beaucoup des enfants traînés là par leurs parents n’étaient pas passionnés par l’exposition : entre ceux trop petits pour comprendre, ceux qui se demandent en quoi c’est intéressant ces vieux os…

Trix-06

Galerie d’anatomie comparée

Heureusement, le billet donne aussi accès à la galerie de Paléontologie et d’Anatomie Comparée voisine. L’occasion d’admirer l’architecture du vieux bâtiment, de voir d’autres squelettes de dinosaures, mais aussi d’animaux plus contemporains, quoique parfois disparus. (Point, reprenez votre souffle) On y voit notamment un squelette de dodo, et c’était gros cette bestiole!
On visite aussi, pour la plus grande joie des tout-petits, la galerie de Tératologie avec ses embryons à deux têtes, sans tête, animaux ou humains, conservés dans le formol… bon appétit. (En vrai, en dessous d’un certain âge, je pense qu’ils ne comprennent pas trop ce que c’est, mais estomacs fragiles s’abstenir)

Informations pratiques :
Trix – un T-Rex à Paris
Museum National d’Histoire Naturelle
Galerie de Minéralogie et de Géologie
Du 6 juin au 2 septembre 2018
Horaires :
du mercredi au lundi, de 10h à 19h
Tarif plein : 14 €
Tarif réduit : 9 €