C’est classe les vieux, c’est vachement mystérieux

Une de mes voisines vient de déménager. Elle a plus de 80 ans, bon pied bon oeil, mais sans doute plus les moyens de payer le loyer de son 60m2 car elle déménage vers un studio. Je me souviens d’une fois où on avait discuté dans la cage d’escalier, il y a plus de 10 ans, elle se plaignait du bruit du café voisin qui l’empêchait de dormir les fenêtres ouvertes alors qu’elle travaillait à mi-temps, pour compléter sa retraite.

Enfin, en fait, moi je me souvenais qu’on avait discuté brièvement en quelques occasions, mais elle non, elle était même étonnée que je sache son nom. Il faut dire que je ne pense pas l’avoir époustouflé de mon éloquence à ces occasions. On a été voisines pas loin de 20 ans, mais comme souvent à Paris (et pour être honnête c’est une chose que j’apprécie en général), on se croise sans forcément se connaître.

Alors qu’elle procédait à un KonMari contraint et forcé pour vider son appartement de 60 m2 pour passer dans deux fois plus petit, j’ai vu défiler sous le porche (au cas où ça intéresserait quelqu’un) un assortiment de livres sur des sujets variés, mais avec quelques tendances récurrentes : l’Allemagne, la danse, la littérature et l’art.

D’habitude j’ai beau temps quand je vais en Allemagne… mais pas à Berlin.

Dans le dernier lot, je découvre aussi qu’apparemment elle s’était mis ou remis à l’apprentissage du Russe. Quand on s’est croisé, avant son départ, je lui en ai touché 2 mots, car j’avais récupéré (pour le feuilleter avant de le recycler moi aussi) un livre de photos sur Weimar (la ville, pas la République). Comme j’adore l’Allemagne mais que c’est une ville où je ne suis jamais allée, et que ça fait 1 an et demi que je n’ai guère pu bouger, ça m’a fait voyager en pensée. Elle m’a donc brièvement raconté qu’elle était professeur d’allemand, et qu’elle avait habité plusieurs années en Allemagne où elle enseignait le français, pour le coup. C’est ballot : si j’avais su, au lieu de me tartiner les cours de la mairie de Paris, j’aurais peut-être pu lui demander des cours particuliers. Dans ce qu’elle a jeté, j’ai aussi vu des Lagarde et Michard dont j’ai pensé que c’étaient les miens (enfin, ceux de ma mère dont je m’étais servie durant ma scolarité), mais non. Et même un petit livre des légendes du Rhin, qui est grosso modo une édition antérieure de celle que j’ai achetée à Cologne lors d’un séjour là-bas… A 40 ans d’écart.

Ca m’épate toujours quand je découvre que des gens âgés sont partis à l’aventure dans leur jeunesse à l’étranger comme ça, avant Internet, avant que le monde ne devienne tout petit, qu’on mette seulement 3h d’avion à rejoindre Vienne ou Berlin pour un tarif ridicule, quand on peut appeler ses proches à l’autre bout de la planète sans s’inquiéter de la note de téléphone, se renseigner à l’avance, remplir un tas de formalités administratives à distance… Certes, comme je ne suis pas non plus un perdreau de l’année, les gens âgés que je croise maintenant, ce n’est pas la même génération que les gens âgés que je fréquentais quand j’avais 20 ans. Le seul grand voyage qu’aient fait mes 2 grands-pères, ils s’en seraient passé : c’était celui vers l’Allemagne en tant que prisonniers de guerre. L’un des deux est revenu en piteux état, je ne l’ai pas vraiment connu, j’étais trop jeune pour me souvenir de lui.

Depuis qu’on est coincés ici et en distanciation physique, je me retrouve souvent à discuter avec des vieux. Tout le monde est en manque de contact social, on dirait, alors si dans un parc vous dites 3 mots à une personne, surtout âgée, vous êtes facilement partis pour une heure de conversation. Pour l’instant je suis tombée sur une dame qui avait vécu plusieurs années en Afrique, une (pas si âgée) qui avait bien roulé sa bosse après avoir failli mourir dans un accident de voiture, un monsieur venu de Tunisie qui habitait un temps rue de Rivoli (et m’a dit avoir rencontré Balkany), et j’ai dû en oublier… Que des gens avec des vies qu’on devine passionnantes. A moins que toute les vies ne soient passionnantes, et qu’on ne s’en rende compte que quand on commence à parler avec les gens (cf. ma rencontre avec Yvonne).

(ouais non j’ai aussi eu un collègue qui ne concevait pas d’autre hobby le week-end qu’amener sa famille au centre commercial pour les courses hebdomadaires, mais bon, c’est peut-être lui l’exception finalement…)

On n’est pas obligés de voyager pour avoir une vie intéressante, du reste. J’ai passé les 28 premières années de ma vie à ne voyager qu’en esprit, par la lecture. Les voyages m’ont surtout permis de développer un peu ma confiance en moi et mes capacités à communiquer avec les autres (un peu plus nécessaires quand tu es largué loin de chez toi et qu’il faut que tu trouves un bus / un hôtel / de l’aide). Dans les deux cas, ça revient à regarder ailleurs que son nombril pour découvrir d’autres lieux, d’autres perspectives, d’autres réalités, et se rendre compte que beaucoup de choses qu’on considère comme « universelles » sont en fait très relatives.

La jolie chanson de générique des documentaires 72 heures de NHK World

Je regarde beaucoup NHK World depuis que j’ai réalisé que ça faisait partie de mon package du câble. C’est souvent zen, sans doute sponsorisé par l’office du tourisme nippon vu le nombre de clichés débités au kilomètre, mais on découvre aussi, dans les divers programmes de reportages bienveillants et sans habillage tape à l’œil (… à part l’ancienne émission kawaii, mais ça fait longtemps que je ne l’ai pas vue), le quotidien de japonais lambda. The Professionals, en particulier, c’est 1h pour montrer tous les aspects du travail d’un professionnel. Parfois un éminent docteur ou un inventeur, un artisan héritier de 5 générations, mais pas toujours.

Le lac Ashi à Hakone

Je me souviens d’un numéro récent, tourné pendant la pandémie, sur un « simple » chauffeur de bus de la région de Hakone, Omori Toru, qui déplorait que la ligne soit désertée faute de touristes étrangers (le Japon a plus ou moins complètement fermé ses frontières aux étrangers depuis le début de la pandémie). Il avait passé une bonne partie de sa vie à assurer ce service essentiel de conduire des gens d’un endroit à un autre, des habitants du coin sans voiture aux touristes, et c’était touchant de voir à quel point ça lui manquait. D’autant plus touchant que si ça se fait, j’ai fait partie de ses passagers : j’ai passé 3 jours et 2 nuits à Hakone lors de mon 2e séjour au Japon, pour une pause au vert au milieu de mon séjour à Tokyo, dans l’espoir de voir le Mont Fuji (en vain. Mais c’était une chouette escapade quand même, ça change des grandes villes). Et ne conduisant pas, j’ai beaucoup utilisé les bus de ce coin (ainsi que le téléphérique, le bateau pirate, etc).

Le lac vu à travers le grand Torii

Une autre émission proche des gens est 72 Hours, qui comme son nom l’indique, passe 3 jours entiers à un endroit pour documenter les gens qui y passent (résumé en 1h). Un petit konbini (supérette) dans une petite ville en bordure de route. Un bateau faisant la liaison entre les 2 grandes îles de Honshû et Hokkaido. Un bassin de pêche aux poissons rouges. L’itinéraire d’une bibliothèque ambulante dans une région rurale. Tout un tas de petites rencontres touchantes.

Le volcan d’Owakudani, à voir si vous passez dans la région de Hakone

On sait qu’il est temps de quitter cette parenthèse de Japon si banalement humain, pourtant si différent de la France, quand retentissent les premières notes d’une douce chanson, toujours la même, qui évoque la mélancolie, la fin de l’été peut-être. Seul le nom de la chanteuse, Matsuzaki Nao, est indiqué dans les crédits de fin d’émission. J’ai fini par trouver également le titre : Kawaberi no ie. Sans googler, je dirais que ça veut dire la maison au bord de la rivière, mais je peux me tromper. Je comprends juste un mot par ci par là, larme, souvenir… Mais à chaque fois, ça me serre un peu le cœur. Retournons au bord du lac Ashi… (le gars qui a fait la vidéo ci dessous l’a illustré avec des images de Manchester et Salford, rien à voir, mais au moins c’est la bonne chanson).

Rêve bizarremonitoire* : Bakken

Magie des rêves : il y a un an, j’ai rêvé que j’étais en vacances dans un pays étranger, et je tombais par hasard sur un quartier d’amusement (grand public, pas un quartier rouge, esprits dépravés) que j’avais par ailleurs mis au programme en lisant les guides de voyage. Un panneau indique COBYN (ou approchant), dans un alphabet bizarre.

Le manège dragon. Forcément.

Je me réveille sur ce souvenir flou et je cherche sur internet si ça existe (on ne sait jamais). Le nom et les lettres me font penser à Copenhague, mais je me dis que c’est là que doit être le Tivoli, donc ça ne doit pas être ça. Et puis je découvre qu’il y a en fait un autre parc d’attraction à Copenhague, moins connu que le Tivoli mais plus vieux, Bakken, le jardin aux daims (et pas d’Eden). Évidemment c’est fermé en ce moment, mais l’entrée est gratuite, le bracelet à la journée pour les attractions coûte dans les 30 EUR (239 couronnes danoises), au milieu de la forêt danoise. Ça a l’air chouette.

Quelqu’un y est déjà allé ?

*ce n’est pas un rêve prémonitoire, rien ne dit que j’y mettrai les pieds un jour, et au moment où j’en ai rêvé, le parc comme à peu près toute l’Europe était fermé pour cause de confinement. Donc ce n’est pas une transmission de pensée ou un rêve de quelqu’un qui y serait…

L. A. Little Tokyo Map

Au quartier Little Tokyo de Los Angeles en septembre dernier, je me suis offert une expérience typiquement nippone que je n’avais pas eu l’occasion de vivre lors de mes deux séjours au Japon : entrer dans un Koban (commissariat de quartier) pour demander un renseignement. Il se trouve que celui là sert aussi de mini office de tourisme du quartier. A ce titre, il distribue des cartes, certes succinctes, mais bien suffisantes, Little Tokyo étant plus little que Tokyo.

IMG_20191213_213726.jpg

Au Weller Court, genre de petit centre commercial en plein air (on est à « elleïh » après tout), on trouve un hommage au premier astronaute américain d’origine japonaise, Eli Onizuka (qui donne son nom à la rue), décédé dans l’explosion de la navette Challenger.

On trouve aussi une petite échoppe de boba tea/matcha, le Midori Matcha Café.

L’important dans les rencontres, c’est les voyages (2) : Yvonne

Samedi dernier, j’ai passé 1h30 à discuter en anglais avec une touriste australienne qui était venue au cours de Feldenkrais que je suis. Une retraitée qui connaît bien la France et a beaucoup roulé sa bosse. Elle semblait ravie d’avoir trouvé quelqu’un à peu près « fluent » in English, et comme son profil atypique était sympathique, quand elle a proposé de boire un verre j’ai dit oui (ça m’étonne moi aussi). Elle m’a raconté une partie de sa vie, et j’aurais dû lui suggérer d’écrire sa biographie. Mais elle a sans doute mieux à faire, comme continuer à la vivre. A défaut, je vais résumer ici quelques pans, aux approximations près de ce que j’ai mal compris.

image.adapt.1663.medium.jpg

Jeune prof d’anglais dans un quartier « socialement difficile » dans son pays natal (l’Australie), elle s’est engagée en coopération pour enseigner à l’étranger. Elle a passé 3 ans au Vanuatu, alors territoire du condominium franco-britannique des Nouvelles Hébrides. Elle enseignait dans une école à 30 km de la capitale, à des enfants qui chez eux, parlaient un genre de mélange de créole et d’anglais. Elle a eu l’occasion de voir Charles de Gaulle, passé visiter le territoire, qu’elle a trouvé très imposant.

A la fin de ses 3 ans, comme elle ne voulait pas tout de suite rentrer en Australie, elle est allée visiter la Nouvelle Calédonie. De là, elle a attendu un bateau cargo, mais un où elle ne serait pas la seule femme, parce qu’elle avait beau être jeune et confiante en l’être humain, elle avait la tête sur les épaules. Quand l’un est arrivé où la femme du capitaine voyageait avec lui, elle a embarqué.

Screenshot_20190725_225159.jpg

Elle a fait tout le tour de l’Asie du Pacifique, en passant notamment au hasard des escales quelques semaines au Vietnam, au Japon etc. Pour le contexte, c’était en 1966, elle avait 22 ans, « j’en faisais 16 », et partout où elle allait elle tombait sur des gens adorables d’un certain âge qui la prenaient sous leur aile.

Elle est rentrée en Australie, mais elle avait du mal à s’installer : les gens ne comprenaient pas trop ce qu’elle avait vécu. Du coup avec 2 copines, elle est repartie, en Europe, pour aller à Pérouse (je crois, en Italie), avec une escale à Londres. Mais une fois à Londres, ses copines n’ont pas voulu repartir, et elle non plus. En même temps, c’était les Swinging Sixties, les Rolling Stone, les Beatles, tout ça… Les gens discutaient sans distinction de classe, c’était une époque passionnante.

Elle a même rencontré Moshe Feldenkrais, fondateur de la discipline qui nous avait réuni ce jour-là (mélange de gymnastique posturale et relaxation). « Je n’avais pas les moyens d’assister à un de ses cours, mais j’ai pratiqué avec un de ses assistants ».

c52ac-4.jpg

Elle a trouvé un mari avec qui elle a continué à voyager car son travail à lui l’y amenait. Elle a vécu notamment en Allemagne, et passé pas mal de vacances en France.

Ces dernières années, elle est venue plusieurs fois l’été à Paris (j’ai cru comprendre que des amis lui prêtaient leur appartement dans un quartier… Sympa. Calme. Cossu. Comme quoi, quand on n’a pas trop de moyens avec une retraite de prof, avoir des amis aisés ça aide). Elle y suivait des cours d’art. La bohèmeeuh, la bohèmeeuh…

Merci Yvonne pour cette conversation impromptue et rafraîchissante. J’espère que je resterai aussi enthousiaste, curieuse et active à votre âge que vous l’êtes.

 

(en cherchant un titre pour cet article, je me suis dit que cet article faisait une suite imprévue à celui-ci).

Balade francilienne : Parc de Sceaux et cerisiers en fleurs

En ce moment, mes pensées sont souvent tournées vers le Japon, et je voulais tenter de célébrer en Ile-de-France le Hanami, la contemplation de la floraison des cerisiers. Un phénomène tellement important là-bas qu’il fait la une des journaux et qu’il existe plusieurs sites estimant à l’avance les dates de floraison (afin de permettre aux touristes notamment de cibler leur destination).

J’ai trouvé sur ce site une petite liste de sites arborant des cerisiers en fleurs. Le Jardin Albert Kahn, je l’ai déjà visité il y a quelques années, dont une fois pour la floraison des cerisiers : un très beau jardin paysager à la japonaise avec pont rouge et jardin de pierre zen. J’opte donc cette année pour le parc de Sceaux pour découvrir un nouvel endroit.

sceaux_05

Le château et un bout des jardins de Lenôtre

Depuis Paris, il est facilement accessible (moins de 30mn depuis Châtelet-Les Halles) via le RER B, avec deux arrêts possibles : Parc de Sceaux (c’est mnémotechnique…) et Croix-de-Berny. L’arrêt Parc de Sceaux nécessite un peu plus de marche mais fait arriver du côté du château-musée, pratique si vous voulez le visiter également. C’est aussi le plus proche du bosquet des cerisiers. Inconvénient : il n’est pas systématiquement desservi par les RER de la ligne, vérifiez bien avant de monter donc. L’arrêt Croix-de-Berny est plus proche de l’entrée « à l’arrière », non loin du kiosque de la Grenouillère.

En arrivant au bosquet nord, reconnaissable alors à ses frondaisons roses, je me sens quasiment au Japon : cerisiers en fleurs, son du tambour japonais (taiko), beaucoup de personnes japonaises, et même quelques kimonos en vue… et surtout, la foule que les français expatriés au Japon racontent : tous les cerisiers sont déjà cernés de plusieurs groupes, heureusement que je n’avais pas prévu d’y pique-niquer. Mais aussi, et c’est plus étonnant, des gens en costumes traditionnels chinois, le Hanfu.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En fait, ce dimanche, ce n’était pas Hanami au parc de Sceaux, mais Shangsi : en effet, l’association Boyan d’étude de la culture traditionnelle chinoise y organisait la 4e édition de cette fête chinoise, avec animation musicale, cérémonie du thé etc. Il faudra que je me renseigne sur cette dernière, je n’ai pas bien saisi ce que faisaient les gens sur la photo (je suis arrivée trop tard pour la présentation).

Heureusement, le parc est suffisamment grand pour y trouver un peu de calme et des endroits sans foule, mais ce sera loin des cerisiers. Il y a 3 kiosques répartis près des portes du parc, où l’on peut acheter de quoi se rafraîchir par cette chaleur estivale. Les places en terrasse sont disputées, mais ce ne sont pas les pelouses qui manquent, par temps sec. Pour ponctuer le paysage, un parcours sportif riche d’essences d’arbres et de plantes, les jardins de Lenôtre, quelques pavillons (qui ne se visitent pas, pour la plupart)… bref, de quoi se balader sereinement en faisant le plein de chlorophylle.

(et de Magmar, en ce moment, ainsi que quelques Tarinor du côté de l’Orangeraie – note aux dresseurs Pokemon Go)

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

A noter qu’après l’événement Hanami d’il y a 10 jours organisé par le Tsunagari Taiko Center, le domaine organise un autre week-end de O-Hanami avec diverses activités les 28 et 29 avril 201, détails sur Facebook et sur le site du domaine. L’événement a été annulé pour raisons de sécurité.

Pour profiter du hanami, il y a aussi la carte (sélective) de My Little Paris sur le Japon à Paris. Et celle-ci (qui date d’il y a deux ans) qui référence d’autres cerisiers parisiens, sur le blog « Ca se passe au jardin » de Paris.fr.

Pour mes lecteurs d’outre-périph : d’autres villes en France où vous pouvez faire le hanami sont référencées en fin de cet article. N’hésitez pas à y ajouter vos propres adresses de cerisiers.

Informations pratiques :
Parc de Sceaux
Adresse : Château de Sceaux
92330 Sceaux
Accès gratuit pour le parc, 3 Eur pour le musée
RER B – gares de Bourg-la-Reine, Sceaux ou Parc de Sceaux
En bus avec les lignes 192 et 197, arrêt Parc de Sceaux
Horaires variables en fonction des saisons, consultez leur site web

J’ai pensé la jouer fine en arrivant par la gare de Croix-de-Berny et en partant par Parc de Sceaux après avoir traversé le parc, histoire de ne pas faire un aller-retour. Mauvaise idée : par ces beaux jours, il y a affluence au parc, et le RER qui dessert Parc de Sceaux vers Paris arrive déjà à moitié plein des badauds embarqués à Croix-de-Berny… Mais ça reste supportable. Evitez peut-être les jours de grève.

Capsules de Japon : (14) l’Allemagne au Japon

Mais quel est le phoque, Japon? Alors moi, je fais 10 000 bornes en avion pour m’offrir du dépaysement de mes habituelles escapades en Allemagne, et sur quoi je tombe?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 « Konditorei Kobe » (Konditorei c’est pâtisserie / salon de thé en allemand) dans je ne sais plus quelle gare (à Osaka de mémoire), Steak & Hamburg (j’ignore s’ils ont confondu la ville de Hambourg et les hamburgers… pas vérifié) au Abeno Q Mall à Osaka, le stand de bretzels et autres gâteaux teutons de Bäckerei Perkeo au centre commercial jouxtant la gare de Kyoto… (Bäckerei Perkeo est une boulangerie située dans les hauteurs de Kyoto vers le Chemin des Philosophes. J’ai été trop occupée et trop fatiguée pour y aller. Cad que j’ai des goûts bizarres et une certaine attirance pour l’Allemagne, mais pas au point de faire 10 bornes à pattes pour aller manger des bretzels alors que je suis au Japon).

capsule_allemagne-07

J’ai aussi vu à plusieurs endroits, dans des cafés ou des boutiques de souvenirs, des « baumkuchen » comme celui-ci, étiqueté ainsi, alors que ce nom ne m’évoquait rien. C’est tout récemment que j’ai trouvé la réponse à ma question sur Twitter grâce à Jerome Ydarack :

capsule_allemagne_baumkuchen.JPG

Effectivement, celui que j’ai goûté avait bien la texture moussue du gâteau à la broche que je mangeais plus jeune et plus au sud qu’ici… (ici à Paris, j’entends. Pas ici à Osaka, mon voyage date d’octobre).

Mais le pompon, ça a été ce dîner au Küppers Kölsch. Eh oui, vous ne rêvez pas : sans même chercher et totalement par hasard, j’ai trouvé le moyen de tomber sur un restaurant / pub à thème allemand, qui vend des saucisses sous toutes leurs formes, différentes sortes de bières, des gaufres… bref, c’est quasiment une escale à Munich au beau milieu d’Osaka, si ce n’est qu’on est servis par des Japonais et que le prix est en yen. Apparemment ils appartiennent à un petit groupement de restaurants, et il y a 3 Küppers Kölsch à Osaka. A priori, d’après les photos, celui où j’ai mangé est celui d’Imadegawa. Il est en sous-sol d’un énième centre commercial / immeuble d’affaires, et du diable si je me souviens comment je suis arrivée dans ce coin…

J’ai préféré me rabattre sur le fish and chips, qui n’est certes pas très allemand, mais je n’étais pas d’humeur à manger de la charcuterie. Mais bon. Je ne me plains pas, au contraire. Une gaufre! (toute petite) Une Apfelschorle! Wouhou!

capsule_allemagne-08

 

Capsules de Japon : (13) Japon, terre de pancakes

Alors oui, je sais, ça ne paraît pas évident au premier abord. Dans la cuisine japonaise traditionnelle, il y a très peu de sucre, à part les wagashi et autres pâtisseries à base de pâte de haricot rouge, qu’on ne sert d’ailleurs pas à chaque repas, loin de là.

Mais les Japonais comme l’Occident aiment bien piquer les spécialités culinaires du reste du monde. Et bien que leur cuisine traditionnelle soit peu sucrée, ils se sont mis aux pâtisseries et desserts occidentaux en tout genre. Avec plus ou moins de bonheur, et plus ou moins de déclinaisons au goût local.

Ainsi, j’ai goûté des petites tartelettes au citron façon cheese cake d’une boutique qui ne vend que ça, Bake Cheese Tart :

capsule_pancake-01

(Ca se mange, mais j’ai trouvé la garniture pâteuse et pas très fine, comme à peu près tous les desserts à base de cream cheese que j’ai pu goûter – des étouffe chrétiens dénués de goût. Très franchement, à part le gras, c’est quoi l’intérêt de ce truc?… Non franchement, la conception US des desserts ne correspond pas à mon goût, et ici c’est ce qu’ils ont emprunté).

En revanche, posée par hasard et commodité pour une pause goûter au Gram à côté de la salle de concert, j’ai beaucoup aimé le côté cosy salon de thé et le grand choix de pancakes, dont certains avec des fruits (c’est assez peu courant, les fruits crus, au Japon, alors au bout d’une semaine j’étais en manque). Et la brioche façon pain perdu.

capsule_pancake-03

Si si, il y a 3 pancakes sous la garniture, promis

Du coup, la chaîne, présente aussi près de mon hôtel et un peu partout dans Osaka, est devenue mon point de repère pour les pauses sucrées. Ils font même du café noir qui ressemble à peu près à du café, et je vous ai déjà dit à quel point c’était difficile à trouver au Japon. Ils font aussi des pancakes garnis salés genre saumon avocat ou chili bacon… mais cette manie de transformer en sandwich toute base pouvant remplacer le pain m’exaspère déjà en France.

C’est loin d’être la seule chaîne ou le seul établissement à proposer des pancakes. Je suppose que leur succès vient de ce que les Japonais consomment déjà depuis longtemps ce genre de mini-crèpe sous forme de Dorayaki : crêpes fourrées de pâte de haricot rouge – la pâte est différente, mais il faut le savoir.

Sinon j’ai aussi testé un dessert au Café Bouquet au centre commercial Yodobashi d’Osaka. Joli gâteau, assez fin, pas mauvais, mais que j’aurais plus apprécié si certains fruits n’avaient pas été encore congelés…

capsule_pancake-06

Bref, moi qui croyais me retrouver au régime sans sucre durant mon séjour au Japon, c’était raté… Et encore, je vous épargne la vue des multiples boulangeries et assimilées qui vendent des variétés étranges de croissant (au chocolat, au fromage…) qui ont l’air appétissant mais ont été, pour les quelques testés, assez insipides.

Capsules de Japon : (12) Les petits bobs jaunes et les uniformes d’écolier/écolière

Pour un pays aux gros problèmes de natalité, le Japon semble grouiller de bambins de tous âges. Je ne sais pas si cette impression provient réellement de leur nombre, de la densité de population, ou d’un facteur plus typiquement nippon : la grande autonomie dont ils semblent bénéficier, qui fait qu’ils se baladent partout et à toute heure. Alors certes, je faisais la même chose au même âge, mais j’étais dans un petit patelin. Cela semble être différent pour les enfants d’aujourd’hui, et pas qu’en région parisienne.

bob_01_kyoto station

Les petits bobs jaunes (et leurs sacs à dos) à la gare centrale de Kyoto

En effet, quelle surprise, pour moi la parisienne, de me retrouver dans un bus touristique en compagnie de collégiens et collégiennes en uniforme, par groupes de 3 ou 4, qui en débarquent comme moi au temple Kiyomizu Dera, un jour de semaine… Pas d’adulte accompagnateur, ils se débrouillent très bien. Parfois ils en retrouvent un sur place, certes, sans que je puisse dire s’il s’agit d’un prof, ou si pour un devoir, des petits groupes ont droit à des visites guidées.

bob_03_kiyomizu dera

Kiyomizu-dera, magnifique ajout à ma collection de photos d’échafaudages de monuments…

Certains abordent en gloussant les gaijin (étrangers) pour leur demander de poser avec eux en photo, ou de les prendre en photo devant un site touristique, fiers de leurs quelques mots d’anglais (autant que moi de mon Aligato gozaimasu lancé à profusion de peur de paraître impolie). Les plus jeunes sont certes accompagnés de quelques encadrants, mais surtout arborent les emblématiques casquette pour les garçons, bob pour les filles, d’une couleur bien voyante dépendant de leur établissement, jaune ou rouge en général.

bob_02_todai ji

Au fond, le Todai-Ji, temple de Bouddha à Nara. A droite, écoliers typiques.

Est-ce que je vous ai dit que le créateur français des Minions devait se faire des coucougnettes de la couleur de ses mascottes au Japon? Parce qu’ils adorent, il y en a du merchandising partout, presque autant que de Pikachu. Du coup, quand on voit du dessus (même de pas bien haut comme moi) ces petits bobs jaunes galoper avec enthousiasme partout, on se dit que ça rappelle des trucs. Et pas seulement les dessins animés de ma jeunesse figurant des enfants de cet âge. Un inconvénient de voyager dans un pays qu’on a beaucoup vu dans la fiction, c’est qu’on a la tête pleine de clichés, pas tous faux…

capsule_minion.jpg

Globalement, aussi, les plus jeunes ont un peu peur des gaijin. Dans un bus quasi plein, assise sur la banquette du fond, deux places se sont libérées à côté de moi. Des bambins debout lorgnaient dessus sans oser s’y asseoir. J’ai dû multiplier les « Dozo » (« je vous en prie » quand par exemple tu laisses passer quelqu’un devant toi) et les gestes d’invite pour qu’ils se décident à se tasser à 3 sur les places (l’union fait la force). Est-ce qu’on leur raconte que les gaijin mangent les nourrissons ? Ou juste qu’ils sont grossiers et qu’il vaut donc mieux rester loin? (je ne leur jetterai pas la pierre si c’est le cas)

bob_04_nara.JPG

La photo de classe à Nara, ça a quand même une autre gueule!

 

Et celle-là, je n’ai même pas eu à la flouter pour préserver l’anonymat des collégiens vu que je l’avais un peu ratée et pas doublée…

Capsules de Japon : (11) les vieux

Terry Pratchett plaisante plusieurs fois dans ses chroniques du Disque-Monde sur l’étonnante résistance des personnes âgées en milieu rural. « L’économie de pays entiers repose sur la puissance de levage de petites vieilles en fichus » (à peu près dixit).

Au Japon, pays connu pour son nombre élevé de centenaires, je me suis faite doubler par moult petits vieux et petites vieilles, sur les pentes du mont Inari (celui du sanctuaire du Renard, Fushimi Inari aux plus de mille portails (portaux?) rouges en bois, les torii). Parfois même des petites vieilles en costume traditionnel et geta, dans lesquelles j’aurais bien du mal à faire 3 pas sur ces chemins caillouteux, rogntudju!

capsule_vieux_fushimi_inari

Dans le bus, un petit vieux bien sympathique et souriant s’est levé pour que je m’assoie, à mon grand embarras (j’ai l’air si mal en point que ça? Ou enceinte?). On a « dozoté »* à qui mieux mieux et fait assaut de courbettes, et j’ai cédé : il avait l’air tellement content de me laisser sa place. Je hasarde qu’il était fier que des gens traversent la moitié de la planète pour visiter son beau pays, tout comme certains anciens de ma famille sont fiers de leur région.

En fait j’ai eu du mal à illustrer cet article, parce que j’évite de prendre des gens en photo de manière reconnaissable (vous aurez peut-être remarqué que je floute les clients dans les photos de cafés et salons de thé que je chronique). Au point qu’on m’a déjà fait la remarque qu’il y avait peu de gens sur mes photos de vacances. Question de droit à l’image, de respect, et je n’aime pas qu’on me photographie sans mon accord. Donc j’ai trouvé des photos prises de loin avec des gens plus ou moins correspondant à l’article.

capsule_vieux_osaka jo fauconnier

Ici, en l’occurrence, si j’ai pris la photo (recadrée ici), c’était parce que ces gens avaient près d’eux ou à leurs poignets des rapaces : hibou, aigle, et un petit faucon tenu par la dame. Je n’ai trouvé nulle part d’explication à leur présence au pied des murailles du château d’Osaka, en bordure des douves. Ils n’avaient pas l’air de vouloir commerce de leur activité, c’était semble-t-il juste un rassemblement de passionnés. Autant dire des esprits frères.

De même, sur la photo ci-dessous, prise au parc Maruyama dans le quartier de Gion à Kyoto, je photographiais les corbeaux locaux (énormes, dodus, et dont les cris sont très différents de ceux des corneilles ici). Au grand étonnement semble-t-il de ce gentleman, qui nourrissait les pigeons (mais discrètement parce que ça ne doit pas être tout à fait autorisé). Je ne pouvais pas lui demander de se barrer de la photo, non plus.

capsule_vieux_corbeau gion parc

Bref. J’espère être aussi en forme au même âge que tous ces sémillants vieillards, mais en attendant, ils m’ont bien collé la honte (involontairement).

*Verbe inventé d’après le terme « dôzo«  qui en japonais s’utilise pour dire « Je vous en prie », par exemple donc, quand on veut laisser quelqu’un passer devant soi.