Fan-fiction Dragonlance : L’appel des ténèbres (3/4)

Chapitre 3

Dalamar se tordit sur le sol en essayant de se redresser. Le paysage changeait autour de lui. Malgré sa douleur et les phosphènes qui dansaient devant ses yeux, il était sûr que ces sapins n’étaient pas là quand il avait perdu conscience, mi-dormant mi-assommé par le sang qu’il avait perdu. Et encore moins les yeux fantômatiques qui apparaissaient entre eux, flottant sinistrement dans la pénombre. Au moins il avait réussi à se débarasser de ceux qui l’avaient laissé en si piteux état. Ces Qualinesti ne se risqueraient plus à s’en prendre à un elfe noir sans prévoir de sort à la hauteur.

Une silhouette en robe rouge apparut à la limite de son champ de vision et Dalamar tourna brusquement la tête vers elle, pour le regretter immédiatement quand un haut-le-coeur menaça de terrasser. Son malaise s’apaisant, il releva les yeux vers le mage. Non, se reprit-il, l’apprenti. Il portait à son cou l’insigne que Talikath avait décrit comme étant celui des mages attendant de passer l’Epreuve. Ce n’était qu’un jeune homme mince, aux cheveux bruns, au visage creusé par la fatigue de longues heures d’études, qui l’observait sans aménité. Sa voix n’était guère plus qu’un murmure où pointait l’agacement.

 » Tu cherchais la Tour de Wayreth? Elle t’a trouvé. Suis-moi. »

Lire la suite

Publicités

Lecture / portrait de fan : Crush (recueil par Cathy Alter et Dave Singleton)

Vous vous souvenez peut-être de Actors Anonymous,  ce roman fragmentaire de James Franco, dans la critique de laquelle je vous avais signalé qu’il était encore plus obsédé que moi par River Phoenix?

C’est grâce à lui que j’ai découvert l’existence de cet autre livre, Crush (le titre complet est Crush : Writers Reflect on Love, Longing, and the Lasting Power of Their First Celebrity Crush). Comme il est consacré aux béguins (la traduction de « crush ») de jeunesse de célébrités pour d’autres célébrités, je l’ai commandé. Je savais qu’il apporterait de l’eau au moulin du blog, aussi.

crush_james franco

Heureusement, parce qu’au final, la contribution de James Franco ne fait que 4 pages, dont un poème déjà publié dans son recueil Directing Herbert White. Pour raconter comment découvrir Stand By Me lui a à la fois fait admirer River Phoenix et donné envie de devenir comme lui.

Les autres témoignages couvrent un large  spectre de ces béguins fictifs : premières émotions érotiques plus ou moins définies, identification, admiration…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour certains, comme Shane Harris, préférer Luke Skywalker à Han Solo en voyant la Guerre des Etoiles a été un des premiers signes de sa différence – et de son attirance pour les hommes. Pour d’autres, une façon d’explorer premiers sentiments et premières pulsions sans risquer grand chose, alors que les garçons « de la vraie vie » qui les entouraient n’étaient pas aussi recommandables (comme les voisins de 15 et 17 ans qui demandaient à Nicola Yoon et sa soeur de soulever leurs T-shirts… alors qu’elles avaient 10 et 7 ans).

Ce livre est surtout l’occasion de voir que, célèbre ou pas, c’est une étape de développement peu discutée, souvent moquée mais pourtant très partagée dans le secret des « petits coeurs mous » des enfants, pré-ados et ados. Et que devenus adultes, en regardant en arrière, ils trouvent en certains de ces « crush » les germes de bien d’autres choses. Comme, par exemple, ce qui est décrit ci-dessous en préambule à la section où l’on trouve le texte sur River.

crush1

Bon, dans mon cas ça n’a pas lancé une carrière… mais il m’a quand même fait faire du chemin.

On est le 31 octobre. 24e anniversaire.

Keine Zeit, keine Zeit

Je pensais qu’avoir prévu une semaine de posts planifiés me laisserait le temps de dépiler mes photos du Japon pour commencer à poster des articles dessus, mais diverses considérations matérielles se sont, comme de bien entendu, mises en travers de ces bonnes intentions.

Aussi, je ne peux vous proposer pour l’instant que cet échantillon typique :

japon_cafe kaiketei

Evidemment, comme je ne sais pas comment WordPress gère le changement d’heure, ceci ne se postera sans doute pas à l’heure prévue…

Application : jeu BFB Champions 2.0 et le challenge Captain Tsubasa

Je n’avais pas vraiment prévu de jouer à une simulation de football un jour, mais mon tout récent séjour au Japon m’a rappelé Captain Tsubasa (Olive et Tom en VF). Ce d’autant qu’une nouvelle série télé sortie il y a 2-3 ans a remis au goût du jour le manga, si tant est qu’il en soit sorti.

Tsubasa_1

C’est donc en cherchant s’il existait des goodies Captain Tsubasa que j’ai découvert l’existence de BFB Champions 2.0. C’est un jeu de foot sur tablette et smartphone, qui se démarque (jeu de mots, 10 yen dans le nourrain) des autres par l’utilisation de la licence officielle du manga, en sus des vrais joueurs de notre monde issus de diverses époques (enfin, plus ou moins. J’imagine qu’il n’ont pas pu payer les droits demandés par la FIFA, ce qui leur vaut à la place de faire figurer « Laziluza« ). Ce qui vous permet d’aligner une équipe mélangeant allègrement Karl Heinz Rummenigge (joueur mythique de la Mannschaft dans les années 80) et Oozora Tsubasa (le héros du manga).

Tsubasa_2

(Oui je sais, c’est Hyûga, son principal adversaire)

J’ai donc téléchargé le jeu.
Déception : les joueurs et maillots de Captain Tsubasa ne sont disponibles que lors de challenges temporaires.
Coup de chance : l’un d’entre eux est actuellement en cours pour quelques jours ou semaines, avec les équipes de la période « World Youth ». Ce qui m’a permis, en y jouant intensivement alors que je cuvais mon jetlag en bullant sur mon canapé, de récupérer une palanquée de mes joueurs favoris de l’époque, même si pas encore dans leurs versions optimales. Ce qui explique que j’ai un peu modifié la planification de mes articles pour vous en parler afin que vous puissiez en profiter aussi.

Lire la suite

Aventures animalières (6) : souris de bureau

Un cri ameute tout le monde dans un bureau : une collègue y est pas loin d’illustrer le cliché de la fille juchée sur une chaise par crainte d’une souris. Elle a toujours les pieds par terre, mais n’ose plus s’asseoir et fouille des yeux les recoins de la pièce.

On cherche avec elle, et moi d’autant plus qu’ils parlent de tuer le petit animal s’ils le trouvent. J’espère lui mettre la main dessus la première pour la capturer, et aller la lâcher dans le parc voisin.

Mais de muridé, point. J’avise un trou dans le faux plancher, destiné à camoufler le réseau de câbles irriguant les ordinateurs en courant et en octets. Je suggère qu’elle a dû s’enfuir par là. Dans une autre société, j’ai déjà retrouvé un bout de pain grignoté dans mon caisson fermé, dont le seul orifice faisait 1cm de large. Ce ne serait pas étonnant.

souris

Et puis, prise d’un soupçon, et sans attirer l’attention de mes collègues, je regarde derrière un de ces calendriers de bureau king size en carton, posé par terre contre un mur. Une souris minuscule, qui a tout du grain de raisin velu (taille et format boule), frétille nerveusement du museau dans le petit espace. Elle doit faire 1cm de diamètre toute mouillée, et elle n’en mène pas large. C’est ça le monstre qui panique ma collègue? Ca doit être un souriceau, je n’ai jamais vu de souris aussi petite (et pourtant à Paris on en croise souvent, notamment dans le métro).

Je remets le calendrier en place délicatement et prie pour que la bestiole ait la sagesse d’attendre avant d’en sortir. C’est la fin de la journée, un vendredi… si elle se tient à carreau une heure, elle verra le week-end. Je rajoute pour mes collègues une couche de « Non mais t’inquiètes pas, avec tout le bruit qu’on a fait, elle doit être loin déjà ! ». Et je m’en vais.

anim_sunglasses_horation caine_cool

Perdre son calme pour une paire de lentilles

Le feuilleton de la santé en France

Un jour, j’ai découvert que commander soi-même des lentilles de contact sur un site d’opticien pour se les faire livrer en boutique était (chez ce marchand en tout cas, et à l’époque), deux fois moins cher que les commander en boutique (c’est pas qu’on nous prenne pour des cons, mais un peu quand même. Au passage, la Fnac fait souvent ça aussi. Essayez, c’est assez rigolo. J’ai même entendu un vendeur le suggérer à des clients).

Je le fais, me disant que ça coûtera moins cher à ma mutuelle, et ce n’est pas plus compliqué pour moi. Et là, c’est le drame.

anim_jaws_shark_bite

Je reçois un courrier de la mutuelle au sujet de mes lentilles : pour la première fois en 5 ans qu’ils me remboursent ces mêmes lentilles tous les 6 mois, ils veulent une ordonnance « en cours de validité au moment de l’achat » , celle fournie étant expirée depuis 5 jours au moment de ma commande (je n’avais pas vu que la mienne n’était valable qu’un an alors que j’étais persuadée que c’était deux). Ils demandent aussi une facture faisant figurer :

  • la marque des lentilles (c’est marqué sur celle dont je leur ai transmis le scan, ils sont complètement cons),
  • leur nature (jetables, renouvelables ou traditionnelles – ils n’ont qu’à regarder sur le site du fabricant avec le modèle indiqué sur la facture, ils sont complètement cons, bis. Et puis, ils ne devraient pas avoir deux-trois personnes qui connaissent un peu les produits?)
  • ainsi que la mention « Hors LPP ». (c’est nouveau, ça vient de sortir… Ca veut dire hors prestations remboursées par la Sécu. Comme si, comme le reste, ils n’étaient pas censés avoir la liste et pouvoir le déduire du modèle. C’est vrai que c’est tout à fait pratique de retourner demander une facture avec des mentions spéciales à un vendeur en ligne qui fait des factures standard!).

anim_all-you-fuckers_sandra-bullock-2

Donc il faut que je prenne un rendez-vous chez un ophtalmo à nouveau, pour faire établir une ordonnance en espérant qu’elle soit acceptée à titre rétroactif…
C’est vrai que c’est TOUT A FAIT LOGIQUE d’obliger les gens à payer 50 Euros (tarif minimal d’un ophtalmo à Paris) et à perdre une demi-journée de travail, pour faire des économies de remboursement pour un produit que j’achète régulièrement depuis 10 ans.

Bon ben tant pis pour leur gueule, à ces cons : vu que je suis obligée de poser une demi-journée pour aller payer 50 Eur pour voir un ophtalmo pour me faire rembourser les lentilles, parce que j’ai été assez bête pour ne les acheter que quand j’avais besoin de les renouveler, je vais en profiter pour me faire prescrire un renouvellement de lunettes!

Et bien sûr, le formulaire de contact du site où j’ai commandé mes lentilles (c’est Krys quand même, j’ai pas acheté ça sur un site moldave hein, histoire d’être sûre d’avoir un minimum de SAV et de ne pas me mettre des trucs douteux dans les yeux…) ne fonctionne toujours pas… Comme les x jours où j’ai essayé de l’utiliser quand je ne voyais pas de nouvelles de ma commande…

anim_multityping robot

Après avoir envoyé un long mail poli bien senti à ma mutuelle pour leur mettre le nez dans la connerie de leurs procédures, j’appelle des ophtalmos pour obtenir un rendez-vous.

1er cabinet : « Pas avant décembre, ou l’an prochain ».

2e cabinet : « Ce sera en octobre » (on était en juillet).

3e cabinet : ne répond pas (3 essais).

La France, ce pays sous-développé du système de santé…

EDIT : le vendeur en ligne est plus efficace que la mutuelle : le site ne répondant toujours pas, j’ai bravé ma phobie du téléphone pour appeler le SAV. Et après avoir copieusement moqué ensemble au téléphone l’inanité de la demande des mutueux, il m’a envoyé par mail une facture avec les mentions supplémentaires souhaitées.

EDIT BIS : en réponse à ma missive assassine, la mutuelle s’est fendu d’une réponse m’indiquant qu’à titre exceptionnel, ils acceptaient de prendre en charge le remboursement (d’environ 30 Eur). Heureusement, vu qu’entre-temps, une collègue m’avait signalé que normalement, ils ont un montant qu’ils acceptent de rembourser sans justificatif.

Tout ça pour ça.

Fan-fiction Dragonlance : L’appel des ténèbres (2/4)

Chapitre 2

Jusque dans la nuit, le rire atroce tinta à ses oreilles. N’y tenant plus, il se leva pour marcher dans les jardins publics, essayant de chasser ce son de sa mémoire. La douceur de la nuit ne lui apporta guère la paix, car il ne put s’empêcher de repenser à Shalinar. Ses brûlures étaient en voie de guérison, mais il serait plongé dorénavant dans une nuit permanente. Les flammes en attaquant ses yeux l’avaient rendu aveugle, et personne n’avait rien pu y faire. Cela dépassait les capacités des mages du Silvanesti. Dalamar serra les poings. Si seulement il avait eu le pouvoir de neutraliser le mage noir avant qu’il lance son sort, s’il n’avait pas eu à l’attaquer avec sa simple épée, il aurait peut-être pu l’empêcher de rendre Shalinar invalide. Si Kerenthas n’avait pas tant attendu avant d’utiliser sa magie pour le contrer…

Lire la suite

Post-scriptum : salon de thé Twinings – WH Smith

Allant régulièrement aux Tuileries parce que c’est un bon spot de Pokemons pour prendre le soleil, j’ai eu plusieurs fois l’occasion de retourner au salon de thé ouvert par Twinings au premier étage de la librairie anglaise WH Smith, seule ou accompagnée, pour manger ou juste prendre un thé et ou une part de gâteau.

Déjà, parce que j’adore les librairies. Et puis l’adresse ne déçoit pas. Au retour de Birmingham, j’y ai goûté leur propre version du « Red Velvet Cake » découvert à « Brum ». L’ambiance cosy et cosmopolite, le service cordial et la carte renouvelée invitent à revenir.

En prime, on peut y feuilleter cet intéressant fascicule datant des années 1950, expliquant aux salariés l’histoire de la firme. Etonnant ancêtre des techniques pour donner un esprit « corporate »…

Article complet sur ma découverte initiale du lieu ici. 

Comment gérer son argent

Ma banque, que je ne citerai pas, m’a envoyé une très jolie plaquette pour m’expliquer comment gérer mon argent (chez eux, s’entend). Les livrets, les aides à l’immobilier, les profils d’investissement en bourse (par exemple, « dynamique », ça veut dire que tu risques ta chemise), les différentes formules de gestion (entièrement par la banque, ou par moi, ou par moi avec leur conseil etc).

Juste, je m’interroge : ils ne mentionnent ni de chiffre de rentabilité (ni garantie ni estimée ni espérée ni rien), ni les frais de gestion.

miki-chan buh

Alors je ne suis pas une experte en investissement, je ne sais pas s’ils sont bons en gestion, mais s’il y a une chose que je sais sur la façon de gérer son argent, c’est que la première chose à faire, c’est REGARDER LE PRIX DE CE QU’ON ACHETE. Et ne pas confier son argent à des gens qui ne vous disent pas combien ça va vous coûter et combien ça peut rapporter, garanties à l’appui.

Gru_in_the_bank_of_evil

Le Petit Bonheur Hebdomadaire #4

Ce rendez-vous est une excellente idée de Pause Earl Grey. Comme son nom l’indique, ça consiste à raconter un petit bonheur arrivé dans la semaine.

Mon petit bonheur, c’est d’avoir trouvé un bar/resto qui fait des pâtes sauce tomate / jambon / aubergine meilleures qu’à Paris.

Parce que mon grand bonheur de la semaine, c’est la réalisation à la fois d’un rêve de 25 ans et d’un plus récent.

Je suis ici :

20171015_111343

Pour voir ceci :

20171015_141033

Loué soit le dieu Renard (et j’ai même attrapé un Canarticho).