Aventures animalières (5) : les canards

Dans le square Jean XXIII (23 pour ceux qui ont raté les cours de chiffres romains à l’école), derrière la cathédrale Notre-Dame, grouillent les touristes. Il est plus rare d’y croiser des canards, la Seine étant bien loin en contrebas du mur à pic. Pourtant, ce jour-là, un couple de colverts (un mâle, une femelle) est perché sur le muret. Et n’en bouge pas quand je m’approche. Obstinément, ils tendent le cou vers la haie de buissons qui borde le mur.

canards_02

Mais il est lui aussi trop bas. Ils me regardent. Je les regarde. Je m’approche encore et regarde vers où ils tendent leurs bec. Ah oui tiens, y a un genre de tranche de cake en suspens sur le buisson. Je pose mon sac, je tends le bras et j’arrive à l’attraper. Inutile de préciser que les canards m’observent encore plus attentivement qu’avant. Je me demande bien si le cake en question est bon pour eux, mais il fait encore froid, on est hiver, alors un peu de gras, hein…

Je découpe la tranche en portions et les envoie sur le muret, chacun son bout (depuis ma mission près du lac-à-canards, je suis experte en lancer de nourriture aux oiseaux). Ils mangent, avides. Puis recommencent à pointer le bec un peu plus loin.

canards_03

Ah ben en fait, il y a plusieurs morceaux de cake, oui. Ramasse, découpe, lance. Ramasse, découpe, lance. Ramasse, découpe, lance. C’est bon, c’est fini? La cane tend le cou vers un nouveau point du buisson. Ok, encore. J’y passe un certain temps. C’est zen.

Il y a une étrange satisfaction à interagir avec ces animaux « pas tout à fait sauvages mais presque ». Ok, on n’est pas de la même espèce, mais on a quasiment réussi à communiquer. J’ai compris qu’ils voulaient un truc. Ils ont compris que je n’étais pas une menace. Ils se sont bien adaptés. Ou je suis bien dressée 😛

Bon par contre, il faudra qu’ils apprennent à dire merci. Ou même coincoin, je prendrais aussi. Je veux dire, les chats et les chiens, s’ils vocalisent, c’est parce qu’ils ont remarqué qu’on ne comprenait que ça.

canards_04

Après avoir mangé, elle a posé.

Publicités

Aventures animalières (3) : le lancer de canetons

Il y a quelques années, je travaillais près d’un lac artificiel. Il y avait aussi un bassin près d’un immeuble de bureau. Il se déversait dans une rigole qui faisait le tour du bassin et se déversait dans une canalisation sous la route… destination inconnue. Sans doute le bassin de l’autre côté, en contrebas.

sursat canard

Aux beaux jours (et aux mauvais aussi), j’observais la faune sauvage (ou presque), à savoir essentiellement les canards. Et quelques mouettes, et occasionnellement un pélican. J’avais remarqué que, alors que toutes autres canes avaient donné naissance à leurs couvées sur le lac artificiel en contrebas, une originale avait élu domicile dans le bassin du haut. Des petits avaient éclos et s’ébattaient comme tous les canetons à la surface du plan d’eau.

Un bel été, en allant déjeuner, je remarquais que la couvée entière de canetons « pédalait » énergiquement dans 10 cm d’eau dans la rigole, pour lutter contre le courant qui les entraînait vers l’inconnu. La mère avait dû les faire « descendre » dans la rigole pour aller dans un bassin de l’autre côté de la route, sans réaliser que pour ça ils allaient devoir passer dans la canalisation (sans savoir si c’était possible, d’ailleurs). Y avait-il une grille, un obstacle, un passage entièrement submergé dans les tuyaux?

canetons

C’était beaucoup plus haut

Moralité, ils essayaient de remonter le courant pour remonter dans le bassin du haut. Mais vu qu’ils n’avaient pas encore de plumes et que c’était un muret à pic haut de 60 ou 80 cm, ils étaient bloqués. La mère, près d’eux, cancanait à tout va en essayant de les aider, mais faute de main ou d’échelle, elle ne pouvait pas faire grand-chose.

Coin coin coin, coin coin coincoin!

J’ai donc enlevé mes sandales pour patauger dans la rigole et aller servir d’ascenseur à caneton. Un à un, je les ai « ramassés » en cueillant de l’eau en même temps dans mes mains en coupe, pour éviter de les toucher directement, et je les ai projetés vers l’avant dans le bassin à 1 ou 2 m du bord, pour éviter qu’ils ne retombent aussi sec (… ou mouillés) dans la rigole, emportés par le courant.

Des gens ont essayé de m’aider avec une planche (instant « Mais non je m’en tire très bien, vous allez leur péter les pattes avec votre planche! » – l’enfer est pavé de bonnes intention), compliquant un peu le peu le processus, surtout parce que c’était embarrassant : j’aurais préféré que personne ne me voie faire.

anim_kitten surrounded by ducklings

Barrez-vous, cons de miiiimeuuuuh!

La mère canard a bien essayé un peu de m’empêcher d’approcher, mais dès que j’ai été trop près, elle s’est envolée pour aller sur le bassin. Elle surveillait de loin… et elle accueillait ses canetons au fur et à mesure qu’ils la rejoignaient. Une fois qu’ils l’ont tous rejoint, elle s’est éloignée avec eux à sa suite (apparemment, les canards savent compter jusqu’à « ça c’est mon dernier bébé »).

Et c’était alors que je jouais à lance-caneton, pieds nus dans l’eau vaseuse, que mon chef est passé pour aller déjeuner au centre commercial voisin et m’a salué. VDM.
Deux jours plus tard, les ouvriers du chantier voisin m’ont interpellé avec bonhomie « C’est vous qui avez sauvé les canetons? C’était vachement gentil de votre part ».
Je n’avais pas vu qu’ils avaient observé mon manège.

Hashtag « les 100 fois où je me suis pris la honte avec mes penchants de Saint François d’Assise ».

anim Les canetons, c'est mignon

J’ai un problème avec les canards. #SurSat

J’avoue, j’aime bien les prendre en photo.
En boules de canard l’hiver quand ils dorment au bord des canaux.
En flotteurs rigolos ballottés par les flots.
Croupion en l’air quand ils cherchent pitance la tête sous l’eau.
sursat canard

Un jour, Télématin parle de l’inauguration au Colorado d’un tout nouveau distributeur. Je lis le titre du bandeau d’info, et me demande à quoi et à qui peut bien servir un distributeur de canards. A des chasseurs? Devant les images de bidons métalliques, je m’interroge sur la logistique : comment conserver des canards vivants là-dedans?

Et puis le commentaire arrive de mes oreilles à mon cerveau, et je relis le bandeau. Distributeur de cannabis. Aaaaah! Ok. Tout s’explique. (enfin, si on veut)

Sauf, donc, cette obsession pour les canards.