R. Kelly veut des cartes postales mais ne satisfait pas ses fans

R. Kelly invite les gens qui aiment sa musique (et qui l’achètent) à lui envoyer des cartes postales. Pour cela, son nouvel album « Write Me Back« , attendu pour le 26 juin, contiendra une carte postale.

L’auteur de cet article doute cependant que les fans d’Austin lui écrivent des mots doux, en tout cas ceux l’ayant vu à un évènement intitulé « An Intimate Night With R. Kelly« , dont les tickets se vendaient entre 30$ (pour « general admission » = ticket debout standard) et 950$ (pour des billets VIP promettant une interaction avec le chanteur). Pour ce prix, la plupart attendaient au minimum un showcase, même si la salle était plus proche du club de strip-tease que de la salle de concert.

Les gens présents n’ont guère apprécié que R. Kelly se contente de chantonner une demi-chanson sur la bande-son de son CD avant d’inviter les jolies filles de la salle à le rejoindre dans la section VIP. Ceux qui avaient déboursé 950$ pour l’approcher ont dû apprécier…
Presque une heure plus tard, il a expliqué au public mécontent que son contrat avec les promoteurs de l’événement ne l’obligeait pas à chanter, mais cela n’a guère calmé la foule. Les promoteurs n’ayant pas précisé dans leurs publicités que le chanteur ne devait qu’animer la soirée et non y chanter, les présents pourront se faire rembourser leurs billets.

Vidéo de la soirée dans cet autre article.

Echanges musclés entre Alexandre Astier et ses followers sur Twitter

L’auteur, réalisateur et interprète de la série à succès Kaamelott n’aime pas le piratage. Il le dit haut et fort.

Il y a quelques semaines, il a affiché sa satisfaction devant la fermeture de MegaUpload sur sont compte Twitter, #sgtpembry, et un débat houleux a suivi.

L’Express résume les échanges.

Je dois avouer pour éclairer son avis qu’il a déjà raconté qu’on était venu lui faire signer, en séance dédicace, des DVD gravés maison enregistrés sur la télé… De quoi démentir l’idée souvent brandie que les gens qui piratent et aiment une oeuvre l’achètent. Certes, d’après une étude déjà citée dans un article précédent, les plus gros utilisateurs de téléchargement illégal sont aussi les plus gros consommateurs de loisirs culturels « payants » (places de cinéma, CD, DVD, livres…).

Mais je suppose qu’en voir un contre-exemple a de quoi refroidir. Qu’un type soit assez motivé pour faire la queue quelques heures pour une dédicace (parce que quand Alexandre Astier est annoncé, c’est ce qu’il faut pour l’approcher), et pourtant assez décomplexé sur le piratage pour faire signer des DVD maison, c’est soit du troll, soit un grave déficit en matière d’éthique et de tact.

(c’est malin, maintenant j’ai envie de manger des Tic Tac)

Les fans sont divisés sur la collaboration entre Chris Brown et Rihanna

Depuis lundi, les ex-tourtereaux apparaissent sur un titre de l’autre : Chris Brown chante sur le remix de Rihanna « Birthday Cake, » et on l’entend sur la nouvelle version du titre de Brown « Turn up the Music. »

Il y a trois ans, les jeunes gens faisaient la une parce que Brown avait battu Rihanna. Celle-ci avait, par la suite, témoigné dans une interview pour donner un éclairage public à la violence faite aux femmes.

Aussi, beaucoup de fans et de commentateurs ont du mal à adhérer au fait qu’elle fréquente à nouveau – ne serait-ce qu’en studio – son agresseur.

Le Huffington Post détaille le débat.

Les fans de Mon Petit Poney contre Hasbro qui change un personnage atteint de strabisme

Dans la nouvelle série de Mon Petit Poney, un personnage de Pégase femelle atteint de strabisme et légèrement distrait et gaffeur, Derpy Hooves, a conquis une bonne partie du public.

Problème : le terme « Derpy » (d’après le Urban Dictionary, « Awkward or embarrassing, especially pertaining to a person » – « maladroit ou embarrassant, en particulier au sujet d’une personne ») est considéré par certains comme pouvant offenser les handicapés et leur rappeler les brimades auxquelles ils sont sujets.

En réponse, la société Hasbro a entamé de ré-écrire le personnage. Ils ont retiré de iTunes l’épisode incriminé, pour remettre en ligne une version où le strabisme de Derpy est presque inexistant, et sa voix a été changée.

Au grand dam des fans, qui ne comprennent pas en quoi le personnage, très populaire dans le fandom, est négatif. Cf ce débat sur un forum français, qui résume bien la situation.

Pour suivre la suite des événements, vous pouvez voir le site #SaveDerpy.

Fans pot-de-colle : les stars se rebiffent

Chris Brown est poursuivi pour « vol à l’arrachée » à Miami. Le chanteur est déjà connu pour avoir passé à tabac Rihanna, sa petite amie de l’époque, mais le vol paraît hors de sa catégorie.

La victime supposée, une jeune femme de 24 ans, a déclaré à la police avoir suivi le chanteur et ses amis après les avoir vu sortir d’une boîte de nuit de Miami. Elle s’est approchée pour prendre une photo de lui avec son iPhone alors qu’il était installé dans une Bentley. Il aurait alors saisi le téléphone de la jeune femme, remonté sa vitre et serait parti.

L’incident n’est pour l’instant pas prouvé mais serait actuellement en cours d’enquête.

Le 14 février, c’est Justin Bieber qui aurait été filmé à Disneyland disant « Fuck you » à des jeunes filles qui le suivaient.

La vidéo, disponible sur YouTube, n’est pas une preuve flagrante : elle bouge trop pour qu’on y reconnaisse quiconque, et niveau son, la seule chose que je discerne est une voix de fille disant « I follow you on Twitter » (« Je te suis sur Twitter ») et « I won’t follow anymore you asshole » (« Je ne te suivrai plus, **** »), tout en gloussant. Ce qui est assez pour avoir envie de lui dire de la fermer aussi.

Les commentaires de cet article, eux, disent que les soit-disant fans en question ont suivi Bieber et sa famille dans le parc toute la journée, et qu’il leur aurait demandé à plusieurs reprises de les laisser tranquilles, en vain, avant de lâcher ses vilains mots – qui ne choqueront guère que l’Amérique puritaine.

Universal Music considère que les artistes qui boycottent Spotify risquent de perdre des fans

Suite du long débat sur les nouveaux modes de consommation de la musique : après le téléchargement illégal, revenons sur le streaming légal, avec cet article de la BBC. Certains artistes, comme Adele, Tom Waits ou The Black Keys, ont décidé de retirer leurs albums des playlists de sites de streaming comme Spotify. C’est particulièrement surprenant dans le cas d’Adele, puisque son single Rolling In The Deep avait été le titre le plus joué sur cette plateforme de diffusion.

Raison invoquée : le streaming entraînerait une diminution des ventes.

Dan Auerbach, le chanteur des Black Keys a expliqué à Billboard Magazine que les « revenus des services de streaming étaient si minuscules que c’était risible », et que si c’était une bonne chose pour un nouvel artiste pour se faire connaître, mais que pour un groupe déjà connu qui compte sur les ventes de disque, il vaut mieux ne pas y être.

De manière inattendue, c’est de Universal, le géant du marché de la musique, meneur de la protection des royalties, que vient le son de cloche contraire, et en particulier de Francis Keeling, vice-président de la branche digitale de Universal International, plus connu pour sa prise de position contre le piratage.

D’après les recherches d’Universal, Spotify ne nuirait pas aux ventes. En revanche, d’après Francis Keeling, les groupes et artistes qui choisissent de ne pas y figurer risquent fort de susciter la colère et le rejet de leurs fans. La maison de disque négocie donc avec chaque artiste au cas par cas pour convaincre les réticents de rester sur la plateforme.

Lana Del Rey : « Les fans ne doivent pas en attendre trop des prestations en direct »

C’est original.

Après une prestation peu convaincante sur le plateau de la très populaire émission « Saturday Night Live« , la jeune chanteuse a subi un flot nourri de critiques sur son manque de présence scénique et de performances vocales. Certes, elle est jeune et nouvellement arrivée sur la scène, et il est explicable qu’elle soit nerveuse.

Mais les explications qu’elle a fournies au magazine Fuse ont été surprenantes.

“I think like, the people who have been listening to my music for a little while know that I’m more of a writer and, like, a studio singer. So I think if you come to the show, you just come to hear the songs on the record that you might like. You can’t expect too much from my show.”

« Je crois que les gens qui écoutent ma musique depuis un moment savent que je suis plus un auteur, et une chanteuse de studio. Alors je pense que si vous venez au concert, vous venez juste écouter les chansons du disque que vous aimez. Vous ne devez pas en attendre trop de mon concert », finit-elle en riant.

O-kayyyy. A ce compte-là, si elle se sent si peu à l’aise sur scène, peut-être devrait-elle faire comme Françoise Hardy et renoncer à se produire en concert. La vidéo de l’interview ci-dessous :

Un fan dégoûté par Janet Jackson vend 25 ans de souvenirs – People – 7s7

Un fan dégoûté par Janet Jackson vend 25 ans de souvenirs – People – 7s7.

On parle souvent de fan « inconditionnel » pour tous ceux qui, comme ce monsieur, collectionne des années durant ce que fait leur artiste préféré.

Il faut croire qu’il y a malgré tout des conditions à respecter, ou des lignes à ne pas franchir. Sean se décrit comme un des plus grands fans de la chanteuse Janet Jackson, et a accumulé durant 25 ans des produits dérivés et objets de collection sur elle.

Mais il est aussi un fervent défenseur des animaux. A l’annonce que Janet Jackson allait sortir des vêtements à base de fourrure animale dans sa collection en collaboration avec BlackMagma, il a réagi :

Je suis un fan de longue date. Ou je devrais dire que j’étais un fan de longue date. Je suis dégoûté et j’ai décidé que j’allais mettre aux enchères ma collection entière d’objets sur Janet et donner les bénéfices à PETA », a expliqué l’homme, selon Jam.