Fan-work de la semaine : un vidéo clip de Dazzler! (alias Alison Blaire)

Dazzler, de son vrai nom Alison Blaire, est une super-héroïne pas comme les autres. En effet, bien que dotée par la génétique du pouvoir de convertir le son en lumière, elle n’a jamais voulu devenir une super-héroïne. Son rêve était de devenir chanteuse. C’est en 1980 qu’elle a fait son apparition dans les pages des X-Men, la série phare de Marvel, alors qu’elle essayait de percer en chantant dans un club minable de New York. Les X-Men, à la recherche de nouvelles recrues, la sauvent de l’irruption des sbires du Club des Damnés, et elle se joint à eux pour sauver les X-Men qui ont été faits prisonniers. Mais elle refuse l’offre du professeur Xavier de rejoindre l’équipe de façon permanente, préférant sa carrière.

Dazzler, quand elle se joint aux X-Men pour de bon

Le personnage de Dazzler a été créé par Marvel dans l’idée de créer un produit transmédia (si si, déjà en 1980) avec une maison de disque, eux sortant une série de comics narrant les aventures de la chanteuse mutante disco, et eux sortant un album à son nom. La maison de disque a abandonné sans rien sortir, mais la série, elle, a bien duré plusieurs années. En France, elle était publiée par les éditions Lug (basées à Lyon), alors le principal éditeur des comics Marvel.

Des années après, après l’arrêt de sa série titre, sa réapparition dans les X-Men, moult péripéties et changements de looks, voici que des fans ont tourné un clip vidéo de Dazzler, « comme si ». L’actrice revêt le costume donné à Dazzler par le professeur Xavier en 1985, un peu moins connoté disco que son premier argenté à facettes… mais quand même résolument eighties avec son petit bandeau et ses couleurs flashy. Le clip multiplie les clins d’oeil aux connaisseurs, avec les emblématiques patins à roulettes, l’apparition d’un personnage à coupe « mulet » dont l’oeil s’allume, qui ne peut être que Longshot (son compagnon de longue date dans X-Men), et de patineuses de Derby aux looks agressifs.

Plus d’infos sur le sujet dans cet article, et surtout dans les commentaires du réalisateur du clip himself.

Le fan-film qui déchire : Akira Project – Live Action Trailer

Les technologies de l’image et des effets spéciaux se démocratisant, il est possible depuis plusieurs années à des particuliers de réaliser de vrais petits films. Certains ont même dépassé le stade du « petit film » pour faire des séries à succès sur le web, comme Noob, la web série inspirée des jeux de rôles, et accessoirement le champion français du budget récolté via crowdfunding pour passer au grand écran. J’avais aussi parlé ici de la bande-annonce fictive réalisée par des fans français de Pirates des Caraïbes.

Les gens derrière le Akira Project ont passé une étape de plus dans le « woah comment ils ont fait ça? » qui déchire. Alors qu’un projet officiel est en cours de préparation aux USA depuis des années mais n’a jusqu’ici jamais atteint le stade du tournage, des fans de 40 pays se sont unis pour rendre hommage au manga et à son adaptation animée de 1988. Celle-ci, révolutionnaire à l’époque dans son ton et sa réalisation, confiée à l’auteur Katushiro Otomo, avait marqué les esprits au-delà des fans d’animation japonaise. Le manga avait alors été le premier intégralement traduit et publié en français, par Glénat.

En France et dans d’autres pays, la diffusion du film en salles et les bonnes critiques en dehors du petit cercle des fans avaient ouvert la voie à la diffusion de mangas et de films d’animation pas seulement destinés aux enfants.

L’hommage est donc mérité, et si on peut douter de ce que donnerait un film « officiel » si les Américains réussissent à pondre le leur (surtout après l’adaptation qu’ils ont faite de Dragon Ball Z), ce fan-film, lui, est bluffant et devrait vous scotcher sur votre chaise. Si en plus, vous connaissez le manga, vous aurez sans doute, comme moi, l’impression de voir des planches prendre vie sous vos yeux.

Du travail de pro.

Un mari de fan de Morten Harket crée un petit film d’animation

John Kurf est néerlandais, marié, deux enfants. Sa femme est fan du groupe norvégien A-ha (séparé en 2010), et en particulier du chanteur Morten Harket. Dans un petit film d’animation plein d’humour, il explique à quel point cette passion est envahissante, car à chaque situation sa femme. Il s’adresse enfin à Morten :

Il lui indique qu’ils seront tous deux au concert solo donné par l’artiste le 11 mai prochain à Amsterdam, au Melkweg (une célèbre salle de concert – qui contient deux salles en fait), en bordure d’un des fameux canaux à deux pas de la Leidseplein. Et que ce serait bien gentil à lui s’il pouvait « take on her » (« s’occuper d’elle » voire l’emmener, jeu de mots sur le premier hit de A-ha, « Take on me »).

Un joli petit travail humoristique pour ce patient mari.

PS : pour information, Morten Harket sera également en concert à Paris, à l’Olympia, le 14 mai 2014.

Billets à acheter notamment sur le site de Gérard Drouot Productions.

FanFilm Pirates des Caraïbes : Aux Frontières de L’Oubli

Les fan-films sont, comme leur nom l’indique, des films réalisés par des fans. Généralement plus courts, bien sûr, que les longs métrages dont ils sont souvent inspirés, ils sont réalisés avec moins de moyens. Mais la créativité, la passion et le perfectionnisme de fans peut parvenir à transcender ces limitations.

Mis à l’honneur par Allociné et Ecranlarge, c’est le cas du court métrage de Jordan Inconstant, Pirates des Caraïbes : Aux Frontières de L’Oubli, visible sur YouTube. Très réussi, que ce soit au niveau des dialogues, de la mise en scène, des costumes ou des décors (il a été en partie tourné aux Seychelles), ce court métrage est bluffant et retrouve bien l’esprit des films. Difficile de croire que c’est une équipe réduite qui a réussi ce petit bijou (en deux ans, d’après une interview de l’auteur), d’autant qu’ils ont obtenu la participation pour le doublage des deux acteurs qui doublent Jack et Barbossa dans les films en VF, Bruno Choel et Patrick Floersheim. Le film est sous-titré en anglais pour que le public non francophone puisse en profiter aussi.

Jordan Inconstant a depuis également mis en ligne un making-of, qui en dit un peu plus sur le tournage sur le trois-mâts L’Etoile du Roy à Saint-Malo (censé incarner le Black Pearl), et les effets spéciaux.

Cocorico!

Des fans re-tournent Toy Story plan par plan en prises réelles

Jonason Pauley and Jesse Perrotta ont dirigé ce film de deux heures qui reprend, plan par plan, le premier grand succès de Pixar en images de synthèse. Tourné en image par image ou manipulation de marionnettes suivant les plans, le film utilise la bande-son originelle sur laquelle il se cale.
Un travail de longue haleine impressionnant, qui leur a pris deux ans d’après le Facebook du projet. Ils sont allés distribuer des DVDs de leur oeuvre devant les studios de Pixar.

Entertainment Weekly leur consacre un article, parmi de nombreux autres.

Et ils ont même posté une version française. Enjoy! Et félicitations.

 

Bande-annonce pour le projet de fan de film : Robotech Valkyrie Project

Le studio CreavisionFilms vient de mettre en ligne une deuxième vidéo de leur projet de film en prises réelles et images de synthèse inspirées de la série Robotech, un mix américain regroupant 3 séries de dessins animés japonais, dont MacrossRobotech Valkyrie Project.

Du beau travail!

On peut suivre l’avancée du projet sur leur Page Facebook.

Un fan-film très impressionnant de Dragon ball Z! Je me demande même si ce n’est pas mieux fait que le film US qui est sorti il y a un ou deux ans.

茉莉音chan Marionchan

Un petit moment de détente et un joli travail (un énorme travail devrais-je dire) de création pour créer un petit film de Dragon Ball Z.

Je ne suis pas forcément fan de la série (pas des films en tout cas trop bourrins ) mais ici c’est bien fait. C’est en anglais ce qui est un peu dommage.

Voir l’article original

Film : Trekkies 2

Ce film documentaire sorti en 2004 est la suite de Trekkies (vous aviez deviné?), où Denise Crosby, actrice de Star Trek, allait à la rencontre de fans de la série afin de .

Je n’ai pas vu le 1er opus, qui est apparemment une galerie de cas assez gratinés. Ici, Denise Crosby et le réalisateur, Roger Nygard, après le succès (aux USA, parce qu’en France…) du premier, ont étendu leur exploration de l’univers des fans de Star Trek au-delà des Etats-Unis, en profitant des conventions organisées aux quatre coins du monde, pour voir si les fans étaient différent d’un pays à l’autre.

Ils débutent ainsi à FedCon, à Bonn en Allemagne, la plus grande convention de science-fiction d’Europe, qui en était en 2012 à sa 22e édition. D’après les invités, les fans allemands sont très passionnés et « très sérieux ». Certains ont notamment réalisé des films amateurs en reconstituant les décors de passerelle de vaisseau spatial, de façon très convaincante.

En Australie, où fantastique et science-fiction n’ont pas la même image underground qu’ici, l’ambiance est plus familiale. Les fans sont volontiers des mères de famille qui se font des « mercredi Star Trek » avec visionnage d’épisode, petits gâteaux et commentaires licencieux sur les beaux mâles du casting.

En France, les fans de la série sont plutôt conformes à l’idée populaire, à savoir des hommes entre 20 et 40 ans. Ils sont aussi nettement moins nombreux, sans doute parce que la France, bien que patrie de Descartes et de Jules Vernes, est aussi la patrie de l’exception culturelle qui considère la science-fiction comme un mauvais genre. Comme le soulignent les membres interviewés d’Unification, le fan-club français, c’est avec l’essor d’Internet qu’a pu naître une réelle communauté de fans en France. Auparavant, les fans étaient isolés car il leur était plus difficile de trouver d’autres fans dans leur entourage.

Aux USA, où Star Trek est partie intégrante de la culture populaire, les fans couvrent maintenant plusieurs générations. Ca va de l’infirmière vétéran de guerre retraitée à la 2e ou 3e génération de fans, les enfants qui adorent se déguiser pour accompagneur aux conventions leurs parents, qui parfois se sont rencontrés sur les lieux.

Dans l’ensemble, le film est bon enfant et montre une plutôt bonne image des fans, tout en n’omettant pas de parler des cas excessifs. Le DVD permet de visionner les scènes coupées au montage, qui sont tout aussi bonnes que les scènes qui ont fini dans la version cinéma.

Il consacre également du temps à montrer toutes les activités créatives des fans : outre ceux qui réalisent leurs propres films de Star Trek, d’autres ont des groupes de rock aux chansons inspirées de la série, ou détournent des chansons folk en parodies. Sans parler des nombreux experts de déguisement.

Quelques citations :

« Je suis heureuse d’être une adulte excentrique ».

« Quand la réalité cessera d’être nulle, on arrêtera ».

« Si les blaireaux qui jettent des bouteilles de bière n’en font pas partie, c’est que c’est bien ».

Star Wars Uncut: des fans de Star Wars recréent le film scène par scène

http://www.geek.com/articles/geek-pick/star-wars-fans-painstakingly-remake-entire-film-frame-by-frame-20120122/

Tout a commencé en 2009, quand Casey Pugh a tronqué La Guerre des Etoiles (le 1er film de la 1ère trilogie, pour les plus jeunes d’entre vous…) en 472 segments de 15 secondes chacun. Il a ensuite demandé à ses pairs les fans de rejouer ces scènes et de les lui envoyer afin qu’il puisse refaire le film en entier.

Une vague d’enthousiasme a parcouru le web, et des fans de tous âges et de tous pays se sont mis à la tâche, avec des moyens divers : jouets animés à la main, scènes refaites en images de synthèse (évidemment pas du niveau d’ILM…), destroyer impérial en carton, et beaucoup de scènes rejouées par des amateurs.

En 2010, le projet Star Wars Uncut a même reçu un Primetime Emmy pour « Outstanding Creative Achievement In Interactive Media » (extraordinaire accomplissement créatif dans un média interactif).

Enfin, après 2 ans de labeur et de visionnage, le montage final a été mis en ligne le 18 janvier 2012 sur YouTube – oui, les 2h du film.
Et est en passe de battre d’autres record, puisqu’à l’heure où je vous parle, une semaine après sa mise en ligne, il vogue allègrement vers son 1 500 000 ème visionnage… (je suis le N° 1 483 147).

Le résultat est drôle et touchant, extrêmement créatif effectivement, et curieusement addictif. Prévoyez du temps avant de cliquer sur la vidéo ci-dessous :

Félicitations à tous les participants, retenus ou pas. On espère que George Lucas apprécie!

 

(promis, demain je posterai sur autre chose que Star Wars)