Documentaire : Quand le cuir en veut à notre peau

Ce soir, ce documentaire au but louable était diffusé sur France 5. Il alerte sur le fait que beaucoup de chaussures et articles en cuir importés voire même assemblés en France soit réalisée à partir de cuirs tannés en Asie. Or, si l’Allemagne et le Danemark ont introduit des réglementations limitant les taux de Chrome VI dans le cuir, ce n’est pas encore le cas en France et encore moins en Asie. Et le Chrome VI est toxique, et les cuirs une fois traités en contiennent parfois encore assez pour être nocifs.

Mais il faut faire attention au montage et à ce qu’on dit pour éviter de saper la crédibilité du propos.

Par exemple, la scène du journaliste qui appelle une dirigeante d’atelier à Taiwan, qui refuse de laisser visiter ses locaux. Déjà, le long gros plan sur le logo fruitier du téléphone blanc, on se demande si c’est du pas-si-discret placement produit d’un sponsor. On se le demande encore plus quand, l’appel fini, le journaliste baisse le téléphone et on aperçoit, collé derrière, un deuxième appareil plus petit, dictaphone ou téléphone, probablement pour rejouer la conversation pré-enregistrée.

Quelques instants plus tard, visite d’un petit atelier où un ouvrier assemble des morceaux de cuir pour former des chaussures. « Nous découvrons rapidement qu’il travaille chez lui. La dure réalité nous rattrape ».

Oui enfin, comme ça, il peut veiller sur sa petite famille (on voit une dame âgée alitée derrière pendant qu’il travaille), il ne se coltine pas 2h de transport par jour dans des métros ou RER bondés et irréguliers, et il ne travaille pas non plus dans une usine miteuse et dangereuse (on se souvient de l’écroulement du Rana Plaza qui avait fait de nombreuses victimes).

Et accessoirement, vu qu’il travaille le cuir, c’est quand même plus sûr et agréable que de travailler à côté d’une tannerie… Quand je pense que moi et mes collègues rêvons tous que les compagnies qui nous emploient se mettent enfin à appliquer un peu plus le télétravail, ce n’est pas ce qui est le plus choquant dans les conditions de travail de ce monsieur. C’est plus l’empoisonnement au contact prolongé des peaux qui est à craindre.

Suite de l’enquête dans Taiwan. Pour lutter contre les nuisances associées, les tanneries du centre ville ont été fermées pour être rouvertes il y a plusieurs années en dehors des villes. La voix off évoque la rumeur que certaines tanneries clandestines seraient toujours en activité. Alors là, arrêtons-nous deux secondes. Avez-vous déjà approché un cuir fraîchement tanné? Avez-vous même, peut-être, approché une peau en cours de tannage? Imaginez ça à une échelle industrielle, et puisque clandestine dans une filière à bas coût, sans système de ventilation, sans les produits les plus sophistiqués? Ca fait longtemps que les tanneries ont été boutées hors des villes, parce que c’est une des industries les plus pestilentielles inventées par l’homme. Alors une tannerie clandestine ne serait pas si clandestine que ça… Attention, je ne dis pas que ça n’existe pas. C’est juste que si c’est le cas, tout le monde doit savoir qu’elle est là, il suffit de suivre son nez.

Ceci mis à part, encore un reportage édifiant

Associé au reportage rediffusé ce week-end « Du poison dans nos assiettes?« , on en vient à penser qu’on mange du poison, on porte du poison, on respire du poison…

Bon ben laissons-nous mourir alors!

France 5 fait un sujet sur les fan-fictions dans Entrée Libre

Le magazine d’informations culturelles Entrée Libre de France 5 a consacré aujourd’hui un sujet ma foi bien documenté aux fan-fictions, avec un petit historique et un panorama de la situation actuelle. Court, mais bien fait.

Rendez-vous sur le site de France 5 pour voir ou revoir l’émission.