Financement participatif : Heinrich König, né en 1886 à Weimar en Allemagne

Une fois n’est pas coutume, je partage le financement participatif d’un projet historique :

HK Destins / Schicksale

Une enquête historico-photographique par Arno Gisinger et Pierre Rabardel

Je l’ai découvert via l’appel sur Facebook de la fille de Pierre Rabardel, lui-même petit-fils de Heinrich König, dont ce livre illustré de photos originales doit retracer le parcours atypique.

« Le destin de HK traverse les événements majeurs des relations franco-allemandes au siècle dernier. Mobilisé en aout 1914 dans l’infanterie du deuxième Reich, grièvement blessé dès l’automne 1914, HK devient militant syndical dans les mines de la Ruhr puis, dans les années 1920, élu socialiste à Weitmar, Bochum et Münster.

En mars 1933, alors que Hitler obtient les pleins pouvoirs et ouvre le camp de concentration de Dachau, Heinrich König fuit avec sa famille en Sarre d’où il devra de nouveau s’enfuir vers la France en janvier 1935 pour échapper à la réunification de ce territoire avec l’Allemagne nazie.

Déchu de sa nationalité allemande, résistant, HK est arrêté par la police de sûreté française en janvier 1943. Aussitôt livré à la Gestapo, il est déporté en Allemagne, où il trouve la mort sous la torture à Bochum, sa ville natale, en mai 1943.

Après la guerre, HK est déclaré mort pour la France, reconnu résistant, et nommé sergent de l’armée française à titre posthume »

Un itinéraire engagé, et un projet familial qui tombe à un moment où mémoire et transmission me parlent. C’est toujours important de conserver ce type d’histoire qui permettent de revisiter la grande histoire à hauteur d’homme (ou de femme), et de le faire tant qu’il reste encore des traces.

Mais ce projet ne relevant pas de pop culture manque de relais, aussi je vous serais reconnaissante de le partager même si vous ne participez pas, afin qu’il trouve son public. Merci 🙂

PS : des participations importantes dans la dernière ligne droite ont permis d’atteindre l’objectif des 9000 Euros. Merci pour eux 🙂

Exposition : le mythe Cléopâtre à la Pinacothèque

La Pinacothèque, à deux pas de la place de la Madeleine à Paris, présente
jusqu’au 7 septembre 2014 une exposition consacrée à la reine Cléopâtre et au mythe qu’elle est devenue dans la culture populaire.

L’exposition est divisée en deux parties distinctes : la première rassemble des pièces de l’époque ptolémaïque. Celle-ci désigne les 3 siècles où l’Egypte a été gouvernée par la dynastie issue d’Alexandre de Macédoine, dit Alexandre le Grand. Elle débute avec le règne de Ptolémée 1er, et s’achève avec le suicide de la Cléopâtre que nous connaissons, en réalité Cléopâtre VIIe du nom, Théa Philipator.

On admire donc divers Sphynx, bustes et pièces permettant de découvrir ou redécouvrir les visages de Cléopâtre, Jules César, Marc- Antoine ou Arsinoé. Soeur de Cléopâtre, c’est elle qui était co-régente sur le trône d’Egypte avec son demi-frère Ptolémée XIII, quand Jules César et son armée ont marché sur Alexandrie. Cléopâtre, alors âgée de 19 ans seulement, a déployé ses charmes et son intelligence politique pour faire de Cesar son allié, et conserver à l’Egypte son autonomie, avec elle en co-régente.

On peut rendre hommage au talent des artistes inconnus qui ont gravé les fines figures des camées présentés, dont un de toute beauté d’Alexandre sur un char tiré par des tritons. On admire également l’état de conservation de certains bustes, qui semblent sortir de l’atelier du sculpteur.

camee-dactium Lire la suite

Les passionnés du Titanic commémorent le naufrage sur les lieux

Il n’y a pas que les fans de musique ou de séries télé dans la vie : certains sont fans de
bateaux. Voire même d’un navire en particulier : le Titanic.
Certains de ces passionnés ont commémoré le 100e anniversaire du premier et dernier voyage du paquebot en costume, voire en allant sur le lieu du naufrage exactement un centenaire après, le 14 avril 2012.

Récit et vidéo ici.