L’oeil, la paille, la poutre et le mascara 

Je suite retombée sur ce vieil article totalement dénué de données chiffrées utiles du Huffington Post, sur le fait que les gens (hommes et femmes confondus) préfèrent les femmes avec 40% de moins de maquillage qu’ils ne pensent que le reste du monde ne les préfère (si ce n’est pas clair, vous pouvez survoler l’article).
C’est marrant, parce que si je peux ajouter mes propres statistiques au doigt mouillé sur la différence entre les attitudes des gens (et en particulier des hommes) quand je suis maquillée ou quand je ne le suis pas : MOUAHAAHAAHAAAA.
Charlize Theron jadore dior_s

Et pourtant ils l’ont recouverte d’or et photoshoppée

Donc de deux choses l’une :
– quand tu as la plastique de Charlize Théron (ci-dessus), le genre à la silhouette élancée et au visage féminin, de préférence grande, effectivement le maquillage est optionnel parce que de toute façon on va te manger dans la main.
– dans tout autre cas, « moins de maquillage » ne veut pas dire « pas de maquillage ». Ca veut seulement dire de ne pas se maquiller comme une dame de la rue Saint-Denis (avec tout le respect dû à leur profession, car dans leur cas il s’agit d’indiquer qu’elles ne sont pas là pour attendre le bus, puisque le racolage est interdit). Entre les deux, il y a une grosse marge. Une très très grosse marge.
alexandradal_makeup.png

Cette image décrit parfaitement ce que je voulais raconter. Merci Alexandra Dal.

 

Cad que si tu es de sexe féminin et que tu as un physique banal voire moins, tu as plutôt intérêt à être maquillée un minimum pour être bien considérée, du moins au travail ou dans les magasins. J’ai testé pour vous :
– en milieu professionnel burolier, surtout si on ne fait pas son âge, un maquillage (discret) augmente votre crédibilité de 50%, à la louche, au même titre que des vêtements « classe mais sobres » ou l’inverse.
Ce conseil ne s’applique pas forcément si vous êtes visseuse-fraiseuse dans le BTP, ou, à l’inverse, esthéticienne ou hôtesse d’accueil, où il faudra plutôt faire un peu moins discret et naturel, et plus Barbie.
panda mascara
Et le sondage ne doit pas tenir compte du fait que les gens mentent pour éviter de passer pour superficiels. D’où le « moins de maquillage qu’ils ne pensent que les autres gens ,’aiment ça ». Special snowflake syndrome généralisé.
En fait, le maquillage voyant fait partie des « marqueurs » que les hommes (et certaines femmes) traduisent par « sexuellement disponible ». Dans leur cerveau sub-pelvien*, cela correspond à « attirante », puisque le dit cerveau a tendance à filtrer pour exclure les femmes avec qui ils n’ont aucune chance aussi bien que celles avec lesquelles ils craignent de ne pas s’éclater au lit.
Comme le disait un auteur beau gosse à une collègue qui s’étonnait de le voir flirter avec ses fans enamourées de format kawaineko98 ((C) Boulet) : « Si c’est pour baiser avec une frustrée jolie, j’ai ma copine. Les boudins, elles sont tellement contentes que tu peux tout leur faire ». (Grand Prix de l’Elégance au salon Du Sang et des Tripes, festival de littérature horrifique et de la charcuterie de Trifouilly-en-Limousin).
C’est marrant, je me demande d’un seul coup si ma fascination pour les palaces ne date pas d’avant ma traque de Tokio Hotel, finalement…
C’est plutôt, à l’inverse, un marqueur négatif en milieu professionnel (sauf donc pour les péripatéticiennes et actrices de porno). Connoté « pas sérieuse », possiblement fouteuse de merde. Si un patron vous recrute alors que vous êtes en mode cagole, c’est soit que c’est une personne ouverte d’esprit qui a su déceler votre sérieux, soit et plus probablement qu’il compte en profiter.
Alors oui, c’est navrant, ça ne devrait pas être le cas, et dieux merci ça évolue petit à petit et tout le monde ne juge pas là-dessus. Je me borne à vous raconter ce que j’ai observé et que j’ai appris sur le tas. A vous de voir si vous préférez galérer plus au nom de vos principes. Moi j’ai laissé tomber pour un compromis.
*façon polie de dire « quand ils pensent avec leur bite »
Publicités

Beauté : Magicstripes, le lifting des yeux sans chirurgie

C’est étrange, les fandoms. Parfois, tu découvres des choses grâce à eux qui n’ont rien à voir avec ce que tu y cherchais. C’est d’ailleurs l’une des choses que j’aime en tirer : des découvertes inattendues.

Par exemple, je complexe depuis longtemps sur mes paupières un peu tombantes (c’est de famille). Alors qu’évidemment je fantasme sur les elfes aux yeux comme ça :

cutter in blue

Mais j’ai horreur de tout ce qui est médical, donc il est hors de question que je passe au bistouri pour si peu.

Il y a plus d’un an, j’ai découvert, importé d’Asie par une maquilleuse, les Magicstripes, des petits arcs en silicone qui se collent sur le pli de la paupière mobile, et permettent de la relever (plus ou moins en fonction du modèle : petit / moyen / grand). Ca se met facilement, ça tient toute la journée (sauf si on se frotte les yeux bêtement…), ça s’enlève le soir. On peut même se maquiller (un peu) par-dessus, car la face non collante est mate. Bref, exactement ce qu’il me fallait. Le tout pour 19 Eur le pack de 64, soit 32 paires. C’est un peu cher, mais je n’en mets que dans certaines occasions.

La vidéo démo officielle – ça marche aussi sur les modèles moins… matures. Mais ils n’en ont pas tous besoin :

Les Asiatiques les utilisent plutôt pour se débrider les yeux sans chirurgie, mais ça peut servir aussi à défatiguer le regard après une nuit agitée, à corriger une asymétrie trop marquée, à faire apparaître une paupière mobile si vos yeux sont trop enfoncés pour ça au naturel et que vous avez toujours rêvé de vous faire un smoky… Ou à avoir l’air hyper impliqué dans la réunion du matin, alors que vous avez le réveil difficile et que vous pensez à votre liste de courses. Ou vous donner un petit boost de confiance en vous pour un entretien, comme toute astuce beauté. Et ce n’est bien sûr par réservé aux femmes (non non, ça ne s’enflamme pas au contact d’un épiderme masculin).

Lire la suite